Interview de Mme Sarah El Haïry, chargée de la jeunesse et de l'engagement, à CNews le 26 juillet 2022, sur le pouvoir d'achat, les mesures de sobriété énergétique et la généralisation de l'accès au service national universel.

Texte intégral

FLORIAN TARDIF
Sarah EL HAÏRY, bonjour. Vous êtes secrétaire d'Etat en charge de la Jeunesse et du Service national universel. Décembre 2017, François RUFFIN s'exprime à l'Assemblée nationale, vêtu d'un maillot de football, sanction : 1 400 € d'amende. Novembre 2018, Jean LASSALLE revêt un gilet jaune au sein de l'Hémicycle, sanction : 15 000 € d'amende. Juillet 2022, Rémy REBEYROTTE fait un salut nazi dans l'Hémicycle, aucune sanction.

SARAH EL HAÏRY
Il y a eu un geste extrêmement grave. Un salut nazi, c'est un geste extrêmement grave.

FLORIAN TARDIF
Choquant.

SARAH EL HAÏRY
Choquant, condamnable et à condamner. Maintenant, quelle a été la procédure ? Il y a eu un geste, il y a eu une convocation de la part de la présidente de l'Assemblée nationale, il y a eu une enquête qui a été ouverte au sein de l'Assemblée nationale. A la suite de cette enquête, la présidente de l'Assemblée nationale décide qu'il y a un rappel à l'ordre. Un rappel à l'ordre, ce n'est pas une absence de sanction, c'est une sanction qui est lourde, dans le cadre de l'Assemblée et dans le cadre de son règlement. Maintenant…

FLORIAN TARDIF
Mais lorsqu'on la compare aux sanctions qui ont été réalisées pour certains faits commis durant la législature précédente, on peut s'interroger justement.

SARAH EL HAÏRY
La question qui se pose c'est : est-ce que vous, vous avez eu accès au rapport d'enquête, aux éléments complémentaires que la présidente de l'Assemblée nationale a eu dans le cadre de ces échanges, et dans le cadre de la convocation du député qui a commis cet acte ? Moi, je n'ai pas eu ces informations-là, je n'ai pas eu accès à ce rapport-là. Maintenant, est-ce qu'un rappel à l'ordre est un acte, est une sanction, la réponse est oui. L'idée c'est de laisser imaginer qu'il n'y a pas eu de sanctions, ce n'est pas le cas, il y a une sanction, c'est une jonction importante, et évidemment à l'Assemblée nationale…

FLORIAN TARDIF
Suffisante, pour vous ?

SARAH EL HAÏRY
… parce que je suis une députée à la base, eh bien c'est un lieu qu'il faut protéger, protéger de toutes les outrances et protéger des dérapages, c'est pour ça que la sanction était nécessaire, et le député a présenté ses excuses, parce que oui, c'est un acte grave.

FLORIAN TARDIF
On va en parler justement de ce qui se passe à l'Assemblée nationale, l'examen du projet de loi en faveur du pouvoir d'achat a donné lieu à des passes d'armes, frôlant parfois la violence tout au long de cette semaine, je ne vais pas les lister ce matin, mais ces invectives, ces injures permanentes, n'ont pas lieu d'être, non au sein de l'Assemblée nationale ? Quelle image cela renvoie pour les spectateurs qui parfois peuvent voir ces images ?

SARAH EL HAÏRY
Vous savez, l'Assemblée nationale c'est le lieu de la représentation du peuple de France. C'est un des lieux les plus sacrés de la République, parce qu'on y construit du consensus. Notre priorité des priorités, quand je dis « nous », c'est normalement tous les députés, tous les députés et les sénateurs, quelle que soit en réalité leurs origines politiques ou territoriales. Aujourd'hui, ce qu'on voit, c'est un spectacle malheureusement d'outrance, d'abus, d'excès, qui ne fait que parfois aller chercher cette petite capsule vidéo pour aller sur Twitter, que ce soit du côté parfois de l'extrême-droite ou que ce soit du côté de l'extrême gauche…

FLORIAN TARDIF
L'Assemblée nationale est devenue un outil de communication pour les députés, simplement ?

SARAH EL HAÏRY
C'est malheureux, parce qu'on réussit parfois à aller chercher ce consensus, c'est notre volonté, et malheureusement, comme hier soir encore, il y a des moments qui sont scénarisés volontairement pour aller sur les réseaux. Face à ça, il faut rester, moi je crois très réaliste et très simple. Les Français sont témoins de ce qui se passe à l'Assemblée nationale. Nous, notre job, notre mission, c'est de faire que oui le texte pouvoir d'achat aboutisse et aille chercher ces compromis. Alors oui on fait, on accompagne les travaux des députés socialistes, des députés LR, des députés de la majorité, pour aller construire ces réponses, mais du quotidien. Quand on voit le coût du carburant, quand on voit que parfois on n'arrive pas à finir sa fin de mois alors qu'on bosse, et qu'on bosse au maximum, alors qu'on peut transformer ses RTT en salaire, on peut aller chercher cette défiscalisation des heures supplémentaires, parce que oui, quand on bosse on doit vivre dignement dans notre pays. Ça c'est notre mission, ça c'est notre job. Par contre, ceux qui veulent chercher les buzz et les super tweets, eh bien ça c'est leur responsabilité, les Français en sont témoins.

FLORIAN TARDIF
Justement, on en parlait, les invectives fusent, les débats patinent malheureusement, puisque le texte est toujours débattu à l'Assemblée nationale, les travaux autour du PLFR se sont interrompus à nouveau cette nuit, est-ce que vous craignez que la recomposition du paysage politique, depuis les élections législatives, n'entraîne des difficultés importantes dans la gestion du pays ? Aujourd'hui on parle de mesures d'urgence, avec une attente très forte des Français concernant leur pouvoir d'achat.

SARAH EL HAÏRY
Moi je suis une députée, et fondamentalement j'ai la conviction qu'on y arrivera, parce que, ce qui se joue c'est le quotidien des Français, c'est le prix du carburant, c'est la revalorisation de l'indice de la Fonction publique, c'est la protection des pensions de nos retraités, parce qu'ils ont travaillé toute leur vie, c'est permettre à ceux qui travaillent, eh bien oui, d'avoir de l'argent supplémentaire pour finir leurs fins de mois, et répondre à l'urgence que nous vivons. Et à côté de ça, on a voté il y a à peine quelques jours la loi sanitaire, et on a vu une sorte de nouvelle démocratie se construire, puisqu'il y a des députés LR, socialistes, qui ont expliqué en tribune, et je pense au député BRUN en particulier, député socialiste, qui dit : nous sommes dans un nouvel exercice. Les Français ont souhaité qu'on soit le 1er groupe de l'Assemblée, mais qu'on n'ait pas de majorité absolue. Les Français ont souhaité…

FLORIAN TARDIF
C'est une punition ?

SARAH EL HAÏRY
En tout cas, c'est un souhait démocratique des Français, à nous d'aller construire ce consensus, avec des députés et des sénateurs qui cherchent et qui ont l'obsession de cet intérêt général, de la réponse aux Français, et pas des petites tactiques politiciennes ou de buzz à 2, enfin franchement, à 2 secondes, qui ne font que la durée de vie Twitter, et qui s'arrêtent et qui ne transforment pas la vie des Français. Donc, face à ça, moi j'ai plutôt la conviction qu'on y arrivera, avec beaucoup de sérieux, avec beaucoup de, quasiment beaucoup d'acharnement, mais les Français en ont besoin et nous on sera à leurs côtés.

FLORIAN TARDIF
On parle beaucoup de pouvoir d'achat en ce moment, on parle également de sobriété énergétique depuis l'allocution du président de la République le 14 juillet dernier. Il y a une circulaire qui a été envoyée hier soir à l'ensemble des membres du Gouvernement, est-ce que vous l'avez reçue ? Circulaire dans laquelle Elisabeth BORNE appelle l'ensemble des membres du Gouvernement et de leurs administrations à prendre des mesures de sobriété énergétique d'ampleur.

SARAH EL HAÏRY
Bien sûr, bien sûr que nous l'avons reçue, et tu ne peux pas demander…

FLORIAN TARDIF
Qu'allez-vous faire ?

SARAH EL HAÏRY
Tu ne peux pas demander un effort aux Français, si tu ne te les appliques pas à toi-même. La planète, le climat, notre responsabilité, même pour passer cet hiver en particulier, c'est une responsabilité collective. Tous ceux qui vous disent « y'a qu'à, faut qu'on », mais ils mentent. Ils mentent.

FLORIAN TARDIF
Mais on fait quoi en termes de sobriété énergétique ?

SARAH EL HAÏRY
Eh bien, il y a plusieurs gestes : on coupe les climatisations, on sort de la semaine de canicule, on fait attention aux transports, on passe des messages extrêmement forts et extrêmement ambitieux, et ça c'est de notre responsabilité individuelle. Moi j'ai toujours cru que pour répondre aux grands enjeux de notre temps, il faut l'engagement des entreprises, il faut l'engagement de l'Etat bien sûr, il faut une transformation de nos pratiques quotidiennes, et il faut accompagner ceux qui n'ont pas d'autre choix que d'utiliser aujourd'hui malheureusement, soit du gasoil et du coup ça coûte cher, soit du fuel et ça coûte cher, pour rénover les maisons, et pour moins dépendre. La meilleure des économies, c'est l'énergie qu'on n'a pas dépensée.

FLORIAN TARDIF
Tout va bien au MoDem ?

SARAH EL HAÏRY
Ecoutez, le MoDem…

FLORIAN TARDIF
Je vous pose cette question, car il semble que vos collègues d'Horizons ont des envies de prendre le large, on l'a vu notamment lors de votes qui se sont déroulés ce week-end.

SARAH EL HAÏRY
Ecoutez, on était réuni hier, avec l'ensemble de mon groupe parlementaire, pour échanger évidemment sur l'actualité à l'Assemblée nationale. La majorité, elle est diverse, on ne va pas, on va dire les choses telles qu'elles sont…

FLORIAN TARDIF
Mais elle n'est pas divisée.

SARAH EL HAÏRY
Absolument pas. Elle est diverse mais pas divisée, parce qu'elle est unie derrière un projet, et unie derrière des valeurs. Alors oui, on a des histoires différentes, moi je viens du parti du Centre, Horizons vient plutôt de la droite, ensemble c'est un parcours complet, maintenant c'est quoi la différence ? Des histoires, des actions, parfois des réponses, des chemins, mais les valeurs et le socle est commun. Alors oui, moi je me ravis que l'Assemblée nationale, et puis soit aussi l'expression de cette nouvelle méthode, et parfois de votes qui diffèrent, mais le plus important c'est de garder ce socle commun, c'est les valeurs.

FLORIAN TARDIF
En tout cas, on a l'impression que l'Assemblée nationale est peut être à l'image du pays qui est fracturé en ce moment, cela me fait penser à cette phrase prononcée par Gérard COLLOMB, lorsqu'il a dû quitter le ministère de l'Intérieur : aujourd'hui on vit côte à côte, je crains que demain on de vive face-à- face, à ce sujet, des policiers sont régulièrement la cible de violences, on en a énormément parlé encore la semaine dernière avec cette attaque à l'encontre de trois policiers à Lyon, policiers qui ont essuyé des coups, des jets de projectiles, c'est intolérable pour vous et comment expliquer que cela continue d'être reproduit au sein de notre société, ces attaques à l'encontre des forces de l'ordre ?

SARAH EL HAÏRY
Attaquer un policier, l'insulter, ne pas respecter son uniforme, le violenter, c'est attaquer la République, et les réponses doivent être d'une fermeté sans nom, parce qu'en réalité c'est l'autorité qu'on ébranle, mais l'autorité de notre pays, et donc c'est…

FLORIAN TARDIF
Et quelle réponse justement apporter ? Je vous pose cette question simple, et en même temps elle est complexe…

SARAH EL HAÏRY
Elle est essentielle. Les réponses elles sont dans la réponse judiciaire, elle est aussi dans l'éducation de nos enfants et dans le retour des cadres et des repères.

FLORIAN TARDIF
Oui, mais ça, ce sont des mots.

SARAH EL HAÏRY
Ce ne sont pas des mots, ce sont des transformations, avec des preuves, 2,7 milliards de moyens supplémentaires pour nos forces de l'ordre, des moyens pour se protéger, des moyens aussi matériels, recrutements humains, plus de 10 000 policiers et gendarmes recrutés. Le renforcement des peines avec le ministre de la Justice et le garde des Sceaux, mais quasiment main dans la main avec Gérald DARMANIN, donc…

FLORIAN TARDIF
Ça va mieux entre eux deux ?

SARAH EL HAÏRY
Ça a… Franchement, l'objectif il est le même, mais il est le même pour tout le gouvernement : permettre la sécurité de tous les Français partout, quel que soit son territoire et quel que soit son âge, parce que c'est la première des libertés, parce que sans sécurité eh bien on n'avance pas. Alors, quand moi je vois les vidéos, et quand je vois, puisque vous parlez du maire de Lyon, eh bien elles sont intolérables. Il ne faut absolument pas retourner la charge de la preuve ou de je ne sais quoi. Aller chercher du buzz sur des vidéos, alors même que ce sont des policiers qui sont attaqués, c'est gravissime.

FLORIAN TARDIF
Vous faites référence à qui en l'occurrence, au maire de Lyon ?

SARAH EL HAIRY
Je fais référence exactement qui ne fait que retourner, un peu créer une sorte de buzz après une situation hyper grave, des policiers ont été agressés, alors oui il faut condamner, condamner fermement, la justice est saisie et les réponses seront données et j'espère qu'elles seront lourdes.

FLORIAN TARDIF
Il y a un problème justement avec les maires écologiste, je vous pose cette question car de nombreux élus et visiblement vous en fait partie, élus de l'opposition parfois je le précise, pointent du doigt le laxisme de ces maires en matière de sécurité.

SARAH EL HAIRY
La sécurité ne doit pas être un sujet idéologique, fondamentalement ne doit pas être un sujet idéologique. La sécurité est un droit, il faut l'accompagner. Par contre on peut dire il y a qu'à recruter des policiers, nous en recrutons, nous en formons et c'est ma majorité qui redonne des moyens. Par contre pour répondre à cette sécurité, il faut dire que ce soit une sorte de continuum, ça veut dire qu'il faut oui que des maires acceptent de mettre en place de la vidéo-protection et la vidéosurveillance. Il faut accompagner les polices municipales et leur donner les moyens, oui de s'armer avec des armes létales ou non létales, ce sont des débats locaux, mais c'est nécessaire, donner les moyens aussi d'élargir le temps et les interactions entre les polices municipales et les polices nationales. Mais s'il y a de l'idéologie et c'est le cas dans un certain nombre de communes et ça a été le cas chez moi à Nantes, eh bien on retarde. Mais qui paye au bout, qui paye les conséquences de cette idéologie ? Eh bien les Nantais ou les Grenoblois et parfois les Lyonnais.

FLORIAN TARDIF
Vous êtes rattachée au ministère de l'Education nationale mais également à celui des Armées, pourquoi la jeunesse est-elle désormais en partie sous la tutelle des armées, que faut-il comprendre ?

SARAH EL HAIRY
C'est une chance, c'est une chance pour notre pays que toutes les forces en présence, toutes les forces vives de notre pays, que ce soit nos armées, les enseignants ou encore plus largement ceux qui éduquent, donc le monde de l'éducation populaire, eh bien soient unis autour de nos jeunes, de nos jeunes d'adolescents. Vous savez que j'ai le déploiement du service national universel…

FLORIAN TARDIF
Il sera généralisé justement d'ici la fin du quinquennat ?

SARAH EL HAIRY
Il sera accompagné vers cette généralisation et il faut réunir autour toutes les forces vives, vous savez que…

FLORIAN TARDIF
Vous ne répondez pas précisément à ma question, est-ce qu'il sera généralisé d'ici la fin du quinquennat à l'ensemble…

SARAH EL HAIRY
La vocation qui est la nôtre, c'est évidemment de généraliser et d'universaliser l'accès du service national universel. Pourquoi parce qu'en réalité…

FLORIAN TARDIF
À partir de quel âge, entre 15 et 17 ?

SARAH EL HAIRY
Entre 15 à 17 ans pour toute une génération, mais c'est quoi le service universel pour ceux qui nous écoutent, c'est le fait qu'entre 15 et 17 ans, eh bien, on ait le devoir de porter un uniforme, de lever un drapeau, de faire nation, c'est-à-dire de créer la rencontre entre des jeunes qui viennent de territoires différents, de mondes différents, de découvrir à quel point notre pays est beau parce qu'on a une rencontre avec la République, ça veut dire avec nos élus, avec les préfets, avec les pompiers. Permettre à chaque jeune de prendre conscience qu'il a un devoir vis-à-vis de notre pays, celui de s'engager, mais aussi de lui faire découvrir tous ses droits et tout un champ d'orientations possibles. Un jeune qui s'engage, c'est un jeune qui rejoint nos réserves civiles, militaires, gendarmerie, c'est un jeune qui rejoint des associations, la SPA, les Restos du coeur mais également toutes les associations de tutorat ou de mentorat de solidarité, c'est un jeune qui va faire un service civique et qui se rend compte que oui un peuple fort, un peuple résilient, c'est un peuple qui est uni, qui se connaît mais qui fait bloc. Et aujourd'hui pour faire bloc eh bien il faut un goût de l'effort, un goût de la découverte, mais surtout beaucoup de confiance en l'avenir.

FLORIAN TARDIF
Donc on ira vers la généralisation pour l'ensemble des jeunes de 15 à 17 ans du service national universel.

SARAH EL HAIRY
C'est notre objectif.

FLORIAN TARDIF
Pendant combien de semaines ?

SARAH EL HAIRY
C'est notre objectif, c'est un mois, c'est en deux temps, 15 jours de séjour de cohésion où on a le droit de quitter son département, d'être accompagné sans différence parce que il n'y a pas, c'est pris en charge par la solidarité nationale, donc qu'on soit fils en réalité de cadre ou d'ouvrier, on a la même chance, les mêmes droits et ensuite on a des devoirs.

FLORIAN TARDIF
Pour tenter de retrouver une cohésion nationale.

SARAH EL HAIRY
Une cohésion nationale.

FLORIAN TARDIF
Lors de la crise sanitaire vous aviez lancé l'initiative « Je veux aider » justement afin de permettre à des jeunes de s'engager bénévolement dans les dans une ou dans des associations, après les incendies qui ont ravagé la Gironde, est-ce que vous allez relancer cette opération ?

SARAH EL HAIRY
il se trouve que face aux catastrophes que nous vivons, oui oui moi j'appelle vraiment tous ceux qui souhaitent participer demain aux réponses, au soutien pour reboiser, pour replanter des arbres, pour remettre finalement notre paysage comme on l'aime et retrouver ces paysages français que nous aimons et girondins en particulier, de rejoindre la réserve, « jeveuxaider.gouv.fr » parce que des missions sont relancées et j'accompagnerai des jeunes en service civique et demain des missions d'intérêt général de ces jeunes qui font le service national universel pour accompagner notre patrimoine, aller le rénover, le remettre en beauté et surtout replanter nos forêts.

FLORIAN TARDIF
Donc afin de replanter les forêts, afin d'aider par exemple les sinistrés également ? 

SARAH EL HAIRY
Bien sûr.

FLORIAN TARDIF
Vous allez vous rendre sur place ?

SARAH EL HAIRY
Quand la sécurité le permettra parce qu'aujourd'hui le feu, vous savez, il est encore là et la priorité est l'accompagnement et d'ailleurs je rappelle un soutien énorme à nos pompiers qui viennent de partout sur notre territoire parce que oui face à ces drames, eh bien il faut qu'on soit plus que jamais solidaire.

FLORIAN TARDIF
Merci beaucoup Sarah El HAIRY.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 27 juillet 2022