Déclaration de Mme Olivia Grégoire, ministre chargée des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l'artisanat et du tourisme, sur le bilan de la saison touristique estivale 2022 en France, à Paris le 29 août 2022.

Intervenant(s) :

  • Olivia Grégoire - Ministre chargée des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et du tourisme

Circonstance : Conférence de presse sur le bilan touristique de la période estivale 2022

Prononcé le

Texte intégral

Bonjour à toutes et à tous, j'espère que vous allez bien en cette rentrée. C'est un plaisir de vous rejoindre ce matin pour parler de cette force vive qu'est le tourisme français. Les bonnes nouvelles sont assez rares dans les temps qui courent, et donc, ça me fait plaisir de partager avec vous les performances de nos acteurs du tourisme qui ont été particulièrement performants durant cet été 2022.

Je ne vous accueille pas seule. J'ai le plaisir d'être entourée des principaux acteurs de la grande famille du tourisme français, des acteurs réunis, que je veux sincèrement remercier pour leur présence et surtout pour leur travail remarquable, puisque c'est grâce à vous tous que nous retrouvons les couleurs du tourisme français, en cette année 2022 qui fait suite, je ne vous apprends rien, à des années compliquées pour le tourisme.

Le tourisme, l'image que je m'en fais n'est certainement pas le simple fait que ça représente la France. Le tourisme n'est pas qu'une image. Une image, c'est figé, c'est statique. Le tourisme français, lui, il est dynamique. C'est une locomotive essentielle de l'économie française. C'est plus de 8 % de notre produit intérieur brut, c’est 2 millions d'emplois directs et indirects générés et c'est véritablement une des locomotives de notre économie aujourd'hui.

C'est bien la raison pour laquelle l'État a soutenu légitimement et massivement ce secteur lors de la crise sanitaire, que ce soit en matière de fonds de solidarité, que ce soit en matière de PGE ou encore de chômage partiel. Pas moins de 38 milliards d'euros d'aide publique ont été mis en place pour accompagner les acteurs du tourisme durant ces années extrêmement difficiles 2022-2021. La période dont sortent les acteurs est particulièrement difficile. Ces aides sont une grande masse, mais elles auraient pu rester une masse inerte s'il n'y avait pas eu les acteurs pour s'en emparer, pour les démultiplier, pour les mettre au service de leur développement. C'est en effet, quitte à me répéter, d'abord grâce à vous, aux acteurs et à leur mobilisation, que nous pouvons aujourd'hui annoncer que cette année 2022 a été une année exceptionnelle, et elle n'est pas terminée, après deux ans et demi plus que ternes.

On va rentrer un peu dans le détail, puisque j'ai le plaisir de vous avoir à nos côtés. 35 millions de nos compatriotes, 35 millions de Français sont partis en vacances cette année, soit 7 sur 10, contre 6 sur 10 l'an passé. Les clientèles européennes, mais aussi américaines, ont retrouvé le chemin de la France, sont revenues en force, elles ont consommé et elles sont venues visiter l'ensemble du pays, et notamment Paris, et nous y reviendrons.

Selon les dernières données de l'Insee, le climat des affaires dans l'hébergement et la restauration est à un niveau historiquement élevé, démontrant la poursuite du rebond de l'activité et un niveau global de fréquentation qui est revenu au niveau de 2019. J'ai à cœur de rappeler que, même si je n'avais pas l'honneur d'être en charge du tourisme en 2019, 2019 était déjà une année record. L'enquête de conjoncture de l'Insee dans les services portant sur août 2022, fait par exemple état d'une activité extrêmement dynamique dans la restauration cet été. Les entreprises demeurent bien plus nombreuses qu'habituellement à déclarer une activité en hausse sur les 3 derniers mois, par rapport aux 3 mois précédents.

Dans le détail, les hôtels ont bénéficié d'une augmentation significative des prix cet été : +22,2 % de RevPAR, ce qui signifie évidemment la recette moyenne par chambre : 22,2 % d'augmentation par rapport à l'été 2019. Cette recette moyenne par chambre a augmenté dans toutes les régions de notre beau pays. Mais cette hausse est particulièrement significative en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Cette recette moyenne est supérieure à 30 % en Provence-Alpes-Côte d'Azur, témoignant d'une saison exceptionnelle pour le tourisme du Sud-Est.

Concernant l'hôtellerie de plein air, les campings, les volumes de nuitées sur les deux premiers tiers de la saison estivale jusqu'à la mi-août sont en progression nette par rapport à 2021 : 6 % de nuitées supplémentaires par rapport à 2021. La SNCF, de son côté, reconnaît une fréquentation record, avec 23 millions de billets qui ont été vendus pour juillet et août, soit une progression de 10 % par rapport à 2019. Face à l'afflux des réservations, elle a même dû augmenter son offre de trains disponibles.

Et ce n'est pas terminé, je vous le disais il y a quelques instants, parce que les signaux concernant l'arrière-saison sont très encourageants, arrière-saison de septembre qui enregistre en anticipation des niveaux de réservations supérieurs à ceux de l'an passé, notamment en Île-de-France. Les taux de réservation dans l'hôtellerie pour la rentrée 2022 sont en avance par rapport à leur niveau à la même époque en 2021 : De près de 10 points au global. Les prévisions d'activité dans l'hébergement et la restauration sur les trois prochains mois sont supérieures d'un point par rapport à la même période sur les dernières années.

Les dépenses, elles aussi, des touristes, ont retrouvé des couleurs puis dépassé leur niveau de 2019 dans la plupart des secteurs liés aux loisirs. La saison d'été est marquée par des dépenses par carte bleue supérieure de plus de 10 % par rapport à la même période en 2019 dans l'hébergement et la restauration. Tout cela a été possible grâce aux acteurs du tourisme. C'est grâce à eux que nous pouvons aujourd'hui espérer un nouveau départ. Pour que cette filière si importante pour l'économie française puisse continuer à se développer et à prospérer au service d'une filière touristique d'excellence.

Ce nouveau départ, il est aussi accompagné par une nouvelle gouvernance, vous le savez. La compétence tourisme est désormais sous la responsabilité exclusive du ministre de l'Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique. À l'heure où on demande beaucoup, souvent de façon sectorielle, des guichets uniques, je pense qu'il est très important, pour les acteurs, d'avoir un interlocuteur unique. Bien plus que symbolique, ce rattachement poursuit une visée stratégique que nous partageons tous, une visée stratégique qui consiste à nous rassembler, rassembler tous les acteurs, pour pouvoir repenser le tourisme d'aujourd'hui, mais je dirais surtout le tourisme de demain, dans son ensemble.

Cet interlocuteur, sous l'égide du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno LE MAIRE, sera moi. Je ne peux que vous dire, bien sûr, ma fierté devant cette mission, mais aussi mon respect devant l'engagement, la résilience, et la performance des acteurs du tourisme. Cette mission, elle est belle. Elle est très belle parce que nous avons un patrimoine extraordinaire. Nous avons un patrimoine extrêmement riche. Nous avons des atouts sans pareil au plan touristique, qui sont unanimement reconnus par tous les touristes internationaux, mais aussi français. Je parle bien entendu de notre pays, de nos paysages, de nos monuments, de ce patrimoine historique. Je parle de notre gastronomie, je parle de notre culture, de nos compatriotes, de cette tradition de l'accueil, dans les villages, sur les littoraux, dans les montagnes de France.

Nous avons une très belle matière, et vous avez, les acteurs du tourisme de formidables idées, pour la valoriser. Et je veux sans aucun doute, et sans m'arrêter un seul jour, les y aider.

Notre rôle, notre devoir aujourd'hui, pour nous, l’Etat, au service du tourisme, c'est de les aider à maintenir notre place sur la scène internationale, mais aussi de continuer à l'améliorer. Nous devons, pour cela, relever plusieurs défis pour repenser le tourisme, l'adapter par exemple aux évolutions sociétales, aux nouveaux types de demandes, notamment les demandes de notre jeunesse, mais aussi au changement des habitudes de vacances, évidemment sans oublier les changements environnementaux qui, eux aussi, font évoluer la demande. De nombreux défis nous attendent, au-delà de la performance, on va les relever ensemble.

La crise sanitaire a permis de mettre en lumière la nécessité d'impliquer les acteurs de la filière tourisme à la conception même de l'action publique et j'ai particulièrement à cœur de préserver ce lien avec l'ensemble des professionnels, pour pouvoir leur permettre de contribuer très en amont à la définition de la politique publique en matière de tourisme. C'est pourquoi nous nous réunirons très prochainement, mais aussi régulièrement. La coopération est la ligne qui conduira mon action, régira mes actions dans ce secteur, performant mais aussi, qui a de nombreux défis, je viens de vous le dire, à relever. Cette coordination, elle sera d'autant plus nécessaire dans la préparation de grands événements sportifs de renommée internationale. La France est totalement engagée dans l'organisation des deux événements sportifs historiques pour notre pays : la Coupe du monde de rugby l'an prochain, mais aussi les Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Les retombées économiques pour le secteur, et de nombreux autres secteurs économiques, seront considérables. Le Gouvernement travaille d'ores et déjà conjointement avec les acteurs du tourisme français, pour préparer l'accueil des touristes lors de ces deux événements, et permettre à la France de garder sa place de première destination mondiale.

De manière plus générale, pour continuer la construction d'une stratégie autour du tourisme, le Plan Destination France, annoncé en novembre 2021, par mon prédécesseur Jean-Baptiste LEMOYNE, dont je veux saluer l'engagement de chaque instant aux côtés des acteurs du tourisme durant la crise. Ce plan, il continue son déploiement. 2 milliards d’euros mobilisés sur 3 ans pour accompagner les 2 millions d’acteurs économiques du tourisme ; il est indispensable que nous soutenions ces efforts d’investissements dans une logique, que j’ai citée, de transformation, que sont en train de mener les acteurs du tourisme. L’objectif de ce plan Destination France, c’est là aussi, de conforter le pays comme première destination touristique mondiale, mais c’est aussi d’améliorer la qualité générale de notre performance touristique, c’est la valorisation de nos atouts, c’est aussi le développement d’un tourisme plus durable, mais aussi plus social, le tourisme social a besoin, là aussi, que nous continuions à le soutenir, voire à le moderniser, à le rénover. Et pour cela, il faudra investir. Nous sommes donc tous rassemblés, je vous l'ai dit, en matière de gouvernance, face aux défis, pour mener à bien, et déployer les crédits du plan Destination France.

Je prendrai quelques instants, bien évidemment, puisque le tourisme est un acteur économique à part entière et d'importance, pour rappeler que les acteurs ne sont pas en reste et qu'ils sont partie prenante des mesures liées à la sobriété énergétique. Cette sobriété énergétique, elle est également à l'agenda de la rentrée, ça ne vous a pas échappé. Un plan de sobriété énergétique a déjà été annoncé par le Gouvernement, cet été, avec comme objectif, vous le savez, de réduire de 10 % la consommation d'énergie sur les deux prochaines années par rapport à 2019.

Les acteurs du tourisme sont associés à ce plan, et c'est bien normal, comme tous les autres acteurs économiques. Nous avons commencé et je veux les en remercier, et nous continuerons à travailler étroitement avec eux, pour identifier des mesures de sobriété énergétique à mettre en place dès que possible.

Enfin, nous ne pouvons pas parler de cette saison sans évoquer aussi, malgré ce tableau extrêmement encourageant et performant, les difficultés auxquelles les acteurs du tourisme ont dû faire face puisque ces performances sont au rendez-vous dans un contexte que je ne repeins pas tout en rose, dans un contexte où il y a eu aussi des tensions, des problématiques à traiter cet été : L'inflation, bien entendu, mais aussi les épisodes climatiques, la sécheresse, la canicule mais aussi la pénurie de main d'œuvre, particulièrement dans ce moment où l'on a eu le plus besoin, et où l'on a encore besoin, des saisonniers. Les très bons résultats de l'été, et je veux le dire là aussi, sont d'autant plus marquants, que les conditions n'ont pas toujours été simples. Ces événements doivent nous pousser à nous réinventer, à voir le tourisme de manière plus globale et sur le long terme pour qu'il puisse continuer à attirer notre jeunesse, continuer à pourvoir des emplois de qualité.

Cette année, je terminerai aussi sur ces chiffres, je vous en ai dit un mot : 30 % des Français ne sont pas partis en vacances. Je ne peux pas m’y résoudre. Le secteur du tourisme doit continuer à développer le tourisme social. C'est une des missions qui figurent dans ma feuille de route et que je mènerai avec détermination. Nous aurons l'occasion d'échanger longuement à ce sujet avec l'ensemble des acteurs du tourisme, et je ne doute pas qu'ils seront force de proposition.

Voici en quelques mots les faits saillants de l'été. Je ne serais pas beaucoup plus longue. Je veux encore saluer, dans ces temps où parfois, les nuages s'amoncellent un peu. Aujourd'hui, ça va encore mais je veux vraiment saluer, au nom du Gouvernement, l'engagement de nos acteurs du tourisme, leurs performances, sans oublier nos compatriotes, qui ont fait preuve d'une forme de patriotisme touristique. Je les en remercie.

La France est un très beau pays. Les acteurs du tourisme français sont de très grands acteurs et ensemble, nous avons bien l'intention de rester la première destination mondiale, voire plus, oserais-je dire, compte tenu des défis qui sont devant nous. Alors, un grand bravo à ces acteurs. Et comme je vous l'ai dit, je ne suis pas seule. Nous avons les grands animateurs de cet écosystème du tourisme qui sont là ce matin. Je vais donc les laisser prendre la parole, évidemment, pour présenter les chiffres qui objectivent cette belle saison estivale qui inscrit un retour important de la clientèle étrangère, mais aussi un patriotisme touristique des Français et un retour à des chiffres de réservations et de fréquentation équivalents à ceux de 2019 pour le secteur HCR et je rappelle que 2019 était déjà une très belle année.


Je vous remercie.


Source https://www.economie.gouv.fr, le 20 septembre 2022