Interview de M. Clément Beaune, ministre chargé des transports, à France Bleu Auvergne le 15 septembre 2022, sur la ligne de chemin de fer Clermont-Paris et l'investissement en matière d'infrastructures de transport.

Texte intégral

JOURNALISTE
Les journalistes parlent toujours des trains qui arrivent en retard et malheureusement il y a de quoi faire avec le Clermont-Paris, on en parle avec l'invité de la rédaction, le ministre délégué chargé des Transports.

JOURNALISTE
Bonjour Clément BEAUNE.

CLEMENT BEAUNE
Bonjour.

JOURNALISTE
Le 20 juillet dernier des passagers d'un Clermont-Paris ont battu un nouveau record, 16 heures de retard pour une rupture de caténaire, vous aviez alors promis de venir en Auvergne, vous êtes là avec nous ce matin pour nous dire quoi ?

CLEMENT BEAUNE
J'avais en effet pris d'engagement parce qu'il y avait eu cet incident regrettable le 20 juillet dernier, j'avais d'ailleurs échangé à sa demande immédiatement avec le maire de Clermont et j’aurai ce matin une réunion avec beaucoup d'élus, de représentants économiques et d'objectif capital notamment pour un message simple, d'abord il faut qu’à court terme on puisse améliorer un certain nombre de choses sur la fiabilité, sur la régularité, sur le confort à bord des trains. La SNCF, je veux le dire, a pris un certain nombre d'engagements et je ne voudrais pas même si c'est très regrettable que ce grave épisode du 20 juillet cache un certain nombre d'améliorations, notamment depuis le début de l'année, au total sur la régularité. Et puis surtout je suis venu pour réitérer, confirmer des engagements très importants. Je sais que c'est une ligne qui est difficile depuis de nombreuses années, qui a souffert d'un manque d'investissement à la fois sur le réseau et sur les rames à bord desquelles chacun voyage. Et donc il y a des engagements qui ont été pris par mes prédécesseurs, qui sont tenus, c'est-à-dire le renouvellement intégral des trains eux-mêmes, des rames le transport et puis un renouvellement massif du réseau. Ça prendra encore un peu de temps donc j'ai conscience qu’il peut y avoir de l'impatience, c'est aussi pour ça qu'on doit améliorer les choses à court terme autant qu'on le peut, mais dans les 4 prochaines années c'est ce renouvellement intégral qui va être opéré, c'est un investissement de l'Etat, de SNCF Réseau qui est très important.

JOURNALISTE
On va revenir évidemment sur ce calendrier, voir s'il peut être effectivement tenu sur les investissements, en tout cas pas de résultats concrets sur la ligne pour les usagers pour le moment. Qu’est-ce qu'on peut faire de plus, vous parliez à court terme, les usagers qui nous écoutent ce matin qui vont continuer à prendre le Paris-Clermont, qu'est-ce qu'ils peuvent attendre concrètement ?

CLEMENT BEAUNE
Si alors moi je veux être toujours très honnête sur les sujets d'infrastructures de transport, je sais que c'est difficile mais il n'y a pas de baguette magique parce que l'investissement prend du temps et l'investissement, il a trop longtemps été reportée ou différé. Aujourd'hui c'est pas une promesse en l'air et d'ailleurs je ne m'en attribue pas le mérite puisqu'il a été décidé avant moi, mais mon boulot c'est de faire en sorte que soit tenu le plus vite possible, ce grand changement sur le réseau et surtout sur les trains.

JOURNALISTE
Ce que vous demandez, c’est encore de la patience aux usagers en fait ?

CLEMENT BEAUNE
Non pas seulement parce que bien sûr quand il y a de la patience, il y a de la colère, il y a de la frustration, ça a été évoqué par beaucoup d'élus et je parlerai avec eux ce matin en présence de la SNCF, à court terme on peut faire des choses qui change un peu la vie même si ça n'est pas le grand soir ou le grand train nouveau, il peut y avoir une meilleure information des voyageurs, il peut y avoir moins de retard. Il peut y avoir une action de la SNCF, de l'Etat pour que les épisodes comme ceux qu'on a connus soient les moins fréquents possibles, ils étaient un peu exceptionnels, ce qui s'est passé de 20 juillet mais il y a des incidents, on le sait. Ils sont plus fréquents, des choses très concrètes quand les toilettes ne sont pas propres, quand la rame est mal nettoyée, quand le wifi ne fonctionne pas, tout ça ce sont des choses qui peuvent être améliorées à court terme et la SNCF a déjà procédé à quelques améliorations et moi je veux maintenir avec les élus un dialogue et une pression pour qu’à court terme on ait ces améliorations du quotidien.

JOURNALISTE
Ce que vous écrivez est juste et ça illustre un grand sentiment de déclassement de la part des usagers. Il y avait déjà eu ce sentiment quand l'arrivée à Paris était passée de la gare de Lyon à la gare de Bercy. Le TGV c'est une vieille lune ici, on a fini quasiment par renoncer, on sait que ça n'arrivera sans doute jamais. Est-ce que c'est pas grave vu de Paris, est-ce qu'on se moque un peu de l'Auvergne et des usagers Auvergnats ?

CLEMENT BEAUNE
non vous savez moi j'y suis sensible, d'abord par origine familiale mais au-delà de ça comme ministre des Transports, c'est aussi pour ça, c'est pas pour passer un message de sympathie ou d'empathie, je me suis mobilisé dès le début parce que ce qu'on appelle les trains du quotidien et la ligne Paris-Clermont l’est à certains égards pour beaucoup de gens qui font un trajet pour des raisons économiques, pour bosser, parfois pour voir la famille, c'est un train qui a créé en effet parfois ce sentiment de déclassement. Et donc il y a quelques lignes en France, Paris-Clermont en fait partie ou Paris-Limoges sur lesquelles je crois qu'on doit réinvestir. Et je veux le dire cet investissement il est massif, je sais qu'il ne se voit pas tout de suite dans tous les grands changements mais je le redis en attendant il faut donner aussi ces signes d'attention, le respect, de considération avec des petites améliorations parce que le train actuel il peut fonctionner mieux aussi en attendant le train nouveau de demain.

JOURNALISTE
Les investissements justement l'Etat a commandé 12 rames pour la ligne Clermont-Paris, il y en a 13 actuellement qui vont donc venir se substituer d'ici 2026, déjà est-ce que le calendrier va être tenu, quand est-ce qu'on peut attendre la première livraison et comment on peut faire mieux avec moins de rame à l'horizon 2026 ?

CLEMENT BEAUNE
Alors il y aura au total UNE fois que le matériel roulant sera renouvelé, une fois que le réseau sera aussi renouvelé, non seulement le même nombre d'allers-retours mais sans doute même un en plus d'ici 2026, donc il y aura un service qui sera meilleur, j’insiste sur ce point. Le calendrier de livraison, il faut être très clair, moi je réunirai aussi un certain nombre d'industriels dont CAF qui est celui qui produit les rames pour à la fois Paris-Clermont et Paris-Limoges pour qu'on tienne le mieux possible nos calendriers. On le sait il y a une situation économique difficile qui retarde beaucoup de chaînes de livraison, d'approvisionnement, la production a commencé et je ferai tout pour que le calendrier soit tenu, c'est-à-dire que les livraisons puissent commencer le plus tôt possible d'ici fin 2024 et se terminer dans l'année 2026. Il y a des risques mais nous ferons tout pour que ce calendrier soit tenu et notamment que cette échéance de 2026 qui arrive dans 4 ans, mais qui est assez proche, soit tenue et qu'on se mobilise pour le faire, on le doit, je crois à tous les Clermontois et à tous ceux qui utilisent le Paris-Clermont régulièrement.

JOURNALISTE
Clément BEAUNE, le ministre délégué aux Transports. Merci d'avoir été avec nous ce matin sur France Bleu Pays d'Auvergne.

CLEMENT BEAUNE
Merci à vous.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 22 septembre 2022