Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur et des Outre-mer, à France Inter le 27 octobre 2022, sur les motions de censure à l'Assemblée nationale contre le budget pour 2023, le meurtre à Paris d'une jeune fille de douze ans, les obligations de quitter le territoire français, la politique d'immigration, les refus d'obtempérer et les violences aux personnes.

Texte intégral

NICOLAS DEMORAND
Et avec Léa SALAME nous recevons ce matin dans " Le grand entretien " le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer. Vos questions, amis auditeurs, et réactions au 01 45 24 7000, et sur l’application de France Inter. Gérald DARMANIN, bonjour.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

LEA SALAME
Bonjour.

NICOLAS DEMORAND
Et bienvenue à ce micro. Ces derniers jours, ces dernières semaines, beaucoup de voix, y compris dans la majorité, déploraient le manque d’élan, le manque de vision, le manque d’envie, de ce début de second quinquennat d’Emmanuel MACRON. A-t-il réussi, le président de la République hier soir sur France 2, à rassurer, à donner le souffle qui manquait ?

GERALD DARMANIN
Moi j’ai trouvé que le président de la République avait un cap, et notamment celui du travail, je pense que c’est très important ce qu’il a dit sur le partage de la valeur, sur le partage des richesses, il a encouragé chacune et chacun, et notamment le patronat, à mieux répartir les profits, les richesses, moi j’attendais aussi ça du président de la République, comme beaucoup de Français me semble-t-il. Et par ailleurs je pense qu’on a pu voir aussi un président, entre ces deux missions, une international, une national, qui n’a pas eu beaucoup de chance, entre les Gilets jaunes, le Covid, la guerre en Ukraine, l’énergie, l’inflation, mais nous on a la chance de l’avoir, il tient son cap, et dans la tempête il tient le cap de la France.

LEA SALAME
Vous déclariez au " Monde " en juillet, " Jean-Luc MELENCHON et Marine LE PEN parlent aux tripes, dans la majorité nous devrions parler davantage aux tripes ", vous avez l’impression hier que vous avez entendu un président qui parlait aux tripes des Français ?

GERALD DARMANIN
Oui, je l’ai trouvé très empathique, je constate d’ailleurs qu’entre-temps Jean-Marie LE PEN et Jean-Luc MELENCHON se parlent entre eux, pas simplement parlent aux tripes des Français, ils se parlent entre eux…

LEA SALAME
Jean-Marie LE PEN ?

GERALD DARMANIN
Marine LE PEN, pardon, lapsus, je m’en excuse par avance, mais ils se parlent entre eux pour pouvoir essayer de faire tomber le gouvernement, c’est un autre sujet, mais hier le président de la République, j’ai trouvé, était dans l’empathie. Vous savez, la politique c’est autant des chiffres que du coeur, autant de la compréhension des Français que de la raison, et peut-être que le défaut de la majorité, mais j’ai déjà eu l’occasion de le dire, c’est être trop dans les chiffres et trop dans la raison, et pas assez dans le coeur et l’empathie, il ne faut pas être totalement dans l’empathie parce que ça s’appelle la démagogie, mais il faut savoir aussi comprendre les difficultés des Français. Moi j’ai trouvé, la réponse qu’il a fait notamment au reportage de ces Français qui n’arrivaient pas à boucler leurs fins de mois, était conforme à ce qu’on attend d’un responsable politique de haut niveau.

NICOLAS DEMORAND
Emmanuel MACRON a violemment attaqué par ailleurs la NUPES qui s'est réjouie que sa motion de censure ait failli passer à 50 voix près, avec, on le sait, le soutien des députés RN, le président qui estime que " c'est l'alliance du cynisme et du désordre ", Jean-Luc MELENCHON lui a répondu " le cynisme, le désordre, c'est vous Monsieur MACRON, votre rage vous démasque, vous comptez juste sur la " larbinisation " des LR pour vous maintenir au pouvoir ", fin de citation. Vous lui répondez quoi ?

GERALD DARMANIN
Moi je voudrais, pour répondre à une simple question, que Monsieur MELENCHON réponde solennellement, si j’ose dire, à la simple question, y a-t-il une négociation d'arrière-cour, y a-t-il eu une négociation de la honte entre la France insoumise – parce que je ne suis sûr que les communistes, les socialistes et les écologistes, soient parfaitement d'accord avec ce qu'a fait la France insoumise à l'Assemblée nationale - entre donc La France insoumise et le Rassemblement national pour voter une motion de censure acceptable, on va dire ça comme ça ? Beaucoup de gens racontent, dans les couloirs de l'Assemblée, et c'est une question très intéressante à poser à Monsieur MELENCHON, à La France insoumise, est-ce qu'ils ont retiré notamment des phrases qui concernaient l'immigration dans le texte de la motion de censure, pour que…

LEA SALAME
Yannick JADOT, qui était à votre place, dit non.

GERALD DARMANIN
Oui, mais je moi j'ai beaucoup de respect pour Yannick JADOT, mais je ne peux pas dire que ce soit un « non » franc et massif, comme disait le Général de GAULLE, il a dit qu'il était lui-même pas à l'Assemblée, que les députés écologistes disaient que, donc moi je crois Monsieur JADOT, et je ne crois pas que écologistes se soient mêlés là-dedans. Je pense que la France insoumise, la question se pose, doit répondre à la question de " avez-vous négocié avec le Rassemblement national pour qu'elle puisse voter, Madame LE PEN, votre motion de censure ? ", parce que là c'est encore pire que de voter la motion de censure de la France insoumise contre le gouvernement, c'est effectivement le fait que la France insoumise est prête à tout, elle est prête à tout, par méchanceté, par désordre, par cynisme en effet, pour jouer contre les Français, s'allier avec le Front national, trahir leurs électeurs.

LEA SALAME
Méchanceté ?

GERALD DARMANIN
Oui.

LEA SALAME
Drôle de mot.

GERALD DARMANIN
Il y a beaucoup de méchanceté dans le comportement, me semble-t-il, des élus de la France insoumise, et je crois vraiment que le conglomérat de gauche, qu'on a appelé la NUPES, se décompose à vue d'oeil, parce que je crois que quand on est sincèrement communiste, sincèrement écologiste, sincèrement socialiste, et des voix s'élèvent, on ne peut pas accepter les petites négociations honteuses de la France insoumise.

LEA SALAME
On rappelle, Gérald DARMANIN que vous, député en 2015, aviez voté une motion de censure avec les voix du Front national à l'époque, pour faire tomber le gouvernement Valls, où Emmanuel MACRON était ministre de l'Economie.

GERALD DARMANIN
Quand j'étais député j'ai voté une motion de censure que mon groupe a déposée, je n’ai jamais…

LEA SALAME
Même chose pour la NUPES, ils ont déposé…

GERALD DARMANIN
Non, non mais, on n’a jamais été négocier avec Marion MARECHAL-LE PEN des phrases dans la motion de censure, ne comparez pas ce qui n’est pas comparable. La France insoumise, matin, midi et soir, essaye d'être parangon de vertu contre l'extrême droite, et en fait on s'aperçoit que très hypocritement la question se pose pour savoir s'ils sont vraiment honnêtes dans cette démarche, manifestement ils acceptent les voix de Madame LE PEN, Monsieur MELENCHON s'est réjoui des voix de Madame LE PEN, il s’en est réjoui quelques minutes après, c'est bizarre d'ailleurs pour quelqu’un qui n’était pas à l’Assemblée nationale…

LEA SALAME
Gérald DARMANIN, votre groupe a voté pour des vice-présidents RN, oui ou non ?

GERALD DARMANIN
Non mais, moi j’ai une question simple, moi j’ai une question simple Madame SALAME, qu'on réponde à cette question, est-ce qu'ils ont ou pas négocié entre eux, c'est quand même question démocratique intéressante, quand on fait tomber un gouvernement, est-ce que la France insoumise a négocié avec le Front national ?

LEA SALAME
La question est posée.

NICOLAS DEMORAND
Emmanuel MACRON a par ailleurs souhaité une alliance avec votre ancien parti, les Républicains, et les députés du groupe centriste Liberté, indépendants, Outre-mer et Territoires, LIOT, pour l'adoption de textes à l'Assemblée. Olivier MARLEIX, président du groupe LR à l'Assemblée, répond " non ", on l'entendait dans le journal de 8h. " On ne sait toujours pas où Emmanuel MACRON veut mener le pays " dit-il, " une gestion au jour le jour, sujet par sujet, ça ne fait pas une politique. " Là encore votre réponse Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Moi je constate, et depuis longtemps, vous m'avez déjà entendu le dire, que la droite républicaine, la droite et le centre républicain, doit soutenir le gouvernement d'Emmanuel MACRON, et je constate que le gouvernement du président de la République doit effectivement faire des signes d'ouverture avec la droite et le centre.

LEA SALAME
Ils disent non.

GERALD DARMANIN
Mais nous le faisons déjà. Je prends l'exemple de la loi de programmation du ministère de l'Intérieur, le Sénat, qui a une majorité à droite, chacun le sait, a voté le texte avec seulement quelques petites modifications. Je prends l'exemple de l'assurance chômage, Olivier DUSSOPT a fait voter, à l'Assemblée et au Sénat, avec le soutien des LR, un texte qui est celui d'une réforme complète de l'assurance chômage. Donc nous le faisons déjà, sur une partie des textes, pas sur tous les textes en effet, mais sur une partie des textes, donc continuons à travailler. J’ai entendu la voix du président SARKOZY qui, comme Monsieur MACRON, évoquait le fait qu’on devait travailler ensemble, continuons à travailler, sans perdre l'identité de chacune et de chacun, mais pour le bien du pays.

LEA SALAME
Venons-en aux sujets de fond de votre portefeuille, et d'abord les suites de l'affaire Lola dont le meurtre brutal le 14 octobre a ému tout le pays, vous aviez déclaré sur RTL le 18 octobre, Gérald DARMANIN, au sujet de sa meurtrière présumée, " elle n’est pas connue des services de police ", BFM a révélé il y a deux Dahbia B avait fait l'objet d'une main courante en 2019 pour avoir agressé deux secrétaires d'un cabinet médical à Paris, " je vais revenir, vous ne savez pas de quoi je suis capable " aurait-elle déclaré à ce moment-là, vous confirmez ces éléments, elle était donc connue des services de police ?

GERALD DARMANIN
Non, moi je ne confirme pas ces éléments, j’ai eu la photocopie de la main courante qui a été déposée, mais ce n’est pas une plainte, et quand vous avez une main courante déposée, vous n'êtes pas convoqué par les services de police, donc vous pouvez avoir des mains courantes contre vous, Madame SALAME, et vous n'êtes pas au courant, donc elle n'est pas connue des services de police au sens où elle n'avait pas été l'objet de plaintes, elle n'avait commis, jusqu'à présent, aucun crime et délit. Et par ailleurs elle était connue d'une fois, des services de police, pour justement une violence conjugale dont elle aurait été la victime. Donc, je veux redire ici que cette dame, qui effectivement serait la responsable de ce meurtre absolument ignoble de la petite Lola, n'était pas connue des services de police.

NICOLAS DEMORAND
Interrogée hier à ce micro sur la récupération politique par Reconquête de cette affaire, l'affaire Lola, Marion MARECHAL a répondu " celui qui devrait avoir honte c'est le ministre de l'Intérieur ", elle vous accuse, Gérald DARMANIN, de porter indirectement une responsabilité dans le décès de la jeune fille considérant que le droit français n'a pas été correctement respecté puisque la principale suspecte, de nationalité algérienne, était illégalement sur le territoire français malgré une obligation de quitter le territoire au moment du drame, voilà pour la citation, la charge était rude hier dans ce studio. Votre réponse.

GERALD DARMANIN
D’abord ce drame nous a profondément tous touchés, et je pense qu’effectivement la politique politicienne n’a pas beaucoup de rendez-vous, et bien sûr que le ministre de l’Intérieur se pose toujours la question, quand il y a un drame, est-ce que l'Etat, est-ce que nous sommes responsables, bien évidemment, il y a toujours une part de responsabilité du fonctionnement bien sûr des services de police, de justice, de l'Etat, quand il y a ce drame. Mais en même temps, moi j'ai d'abord l'habitude d'être attaqué, mais je crois que le Front national, ou Mademoiselle LE PEN, Madame LE PEN, demande ma démission quasiment chaque semaine, donc je commence à être habitué, je veux dire ici que, à la question qui a été posée à Monsieur ZEMMOUR, " est-ce que si ça avait été une petite arabe qui était victime, ou est-ce que si l'auteur avait été une française ou un français, est-ce que vous auriez fait ces manifestations ?, elle a répondu non. Moi je vais vous dire, quels que soient l'auteur et la victime, le viol, et le meurtre d'une petite fille, est un drame pour toute l'humanité entière, et je crois que ce qu'a fait Monsieur ZEMMOUR, comme ce qu'on fait une partie des représentants du Rassemblement national, d'acheter des noms de domaine sur Internet pour faire des pétitions, récupérer des données, faire des manifestations pour faire de la politique et des pétitions pour récupérer, sans doute pour enrichir leur fichier de sympathisants, sur le dos de la petite Lola, est profondément ignominieux.

LEA SALAME
Marion MARECHAL a reconnu hier une maladresse.

GERALD DARMANIN
Mais c’est ignominieux, ce n’est pas une maladresse, c’est ignominieux, moi j'étais avec les parents au téléphone tous les jours depuis ce drame, ignominieux. Alors ensuite, ce n’est pas parce que c'est ignominieux et qu’il n'y a pas de lien particulier à faire avec ce que dit Monsieur ZEMMOUR, qu'il ne faut pas se poser des questions sur la politique migratoire du pays…

LEA SALAME
Alors on y va, justement on se les pose.

GERALD DARMANIN
Il ne faut pas non plus être naïf, mais cependant je veux redire ici, et tout le monde l'a constaté puisqu'en 48 heures ils ont rétropédalé, que Monsieur Zemmour, le Rassemblement national, étaient conformes à l'idée que nous nous faisons d’eux, c'est-à-dire un parti qui est en dehors du champ républicain.

LEA SALAME
Gérald DARMANIN, sur les OQTF, les fameuses obligations de quitter le territoire français, Emmanuel MACRON promettait dans une interview à " Valeurs Actuelles " que 100% des OQTF seraient respectées, il l’a redit hier soir, on en est loin, en 2017 on était 13,5, 12,4% en 2018, en 2019 on était à 12%, 6% en 2020, mais ça c’est le Covid, comment vous expliquez ces chiffres si faibles de tout ce quinquennat où vous étiez au pouvoir, pourquoi vois n’avez pas mis le paquet immédiatement, il n’y avait pas de volonté politique de faire respecter ces OQTF ?

GERALD DARMANIN
Alors si je peux me permettre, de quoi parle-t-on ? On parle des obligations de quitter le territoire quand on est un étranger en situation illégale, les chiffres que vous donnez c'est les départs dits forcés, il y a aussi les départs dits volontaires, donc ce n'est pas 12%, on est autour d'un tiers des étrangers qui doivent quitter le territoire qui quittent le territoire. Il y a deux types de départ, il y a ceux qu'on… éloignement forcé, en effet, et éloignement volontaire, d'ailleurs Madame… Dahbia, celle qui serait responsable du meurtre de la petite Lola, elle était dans un départ dit volontaire.

LEA SALAME
100% des OQTF sont respectés, on est à 12.

GERALD DARMANIN
Mais vous avez parfaitement raison, nous sommes très loin d'appliquer, comme tous les pays d'Europe, puisqu’on en fait plus que l'Allemagne, plus que l’Italie, plus que l'Espagne…

LEA SALAME
Alors non.

GERALD DARMANIN
Si, si…

NICOLAS DEMORAND
Il y a débat sur les chiffres.

LEA SALAME
Ça c’est des éléments de langage, vous faites plus sur 2021, on fait plus sur 2021, mais si on prend toutes les autres années, et depuis 10 ans, on est bien derrière l'Allemagne et tous les autres pays.

GERALD DARMANIN
Prenons l’exemple, si je peux me permettre…

LEA SALAME
Il faut dire les choses.

GERALD DARMANIN
Prenons l’exemple, depuis que je suis ministre de l’Intérieur, depuis la fin du Covid, nous faisons aujourd'hui plus que l’Allemagne, plus que l'Espagne, plus que l'Italie, mais nous ne faisons pas assez, je veux bien le dire bien volontiers. Pour trois raisons. La première raison c'est que notre droit est trop complexe, pour expulser un étranger en situation irrégulière nous avons jusqu'à 12 recours administratifs et judiciaires, 12 recours, le projet de loi que nous allons porter, à la demande du président de la République, c’est diviser par trois, on passera de 12 à 4, ce sera, vous verrez, un grand débat parlementaire très compliqué, vous le savez, pour gagner du temps, parce que quand vous faites des recours vous ne pouvez pas expulser les personnes, sur les 120.000 OQTF par exemple, Madame SALAME, que nous prenons, il y en a plus de la moitié qui ne sont pas exécutoires parce qu’il y a des recours aux tribunaux administratifs, donc il faut savoir compter ce que nous pouvons en effet exécuter. La deuxième des choses que nous devons faire, évidemment c'est pouvoir lever les protections qu'ont un certain nombre d'étrangers, j'ai moi-même dit, voilà quelques semaines, mais j'ai été très vilipendé, qu'il fallait mettre fin à la double peine, nous protégeons encore des étrangers qui, ayant commis des crimes et des délits en France, et étant en situation irrégulière, ne peuvent pas être expulsés. Dans le projet de loi, que je vais présenter au nom du président de la République, nous mettrons fin totalement à la double peine, nous pourrons, par exemple, expulser 4000 étrangers délinquants supplémentaires par année. Troisièmement, nous avons un travail à faire pour rendre impossible la vie des OQTF en France, par exemple aujourd'hui quelqu'un qui a un OQTF, qui doit quitter le territoire, peut encore avoir un logement social, moi je ne souhaite pas que quelqu'un qui a une obligation de quitter le territoire national puisse encore vivre dans le parc social de notre pays, c'est tout à fait logique…

LEA SALAME
Mais vous savez ce qu’on vous répond, il y a déjà 28 lois qui ont été adoptées sur l’immigration depuis 30 ans, il suffit de les appliquer en fait, elles sont là les lois, pourquoi vous faites une nouvelle loi, pour des détails ?

GERALD DARMANIN
Non, d’abord non, excusez-moi, mais passer de 12 recours à 4, personne n'a jamais fait, et ce n’est pas un détail, c'est une discussion parlementaire extrêmement compliquée. Dire à tous ceux qui ont commis des crimes et délits, quelle que soit leur venue sur le territoire national, avant 13 ans, s’ils sont ou pas mariés avec une Française, ou un Français, les expulser, c'est loin d'être un détail. Et puis deuxièmement moi je ne suis pas un commentateur, moi je suis un acteur, j'essaye de résoudre un problème qui se pose, après il appartient aux journalistes, et aux analyses, de voir si ce que nous faisons est bien ou non, en tout cas c'est très difficile, nous ne sommes pas parfaits dans cette situation, bien évidemment, mais tous les jours je me lève avec l'énergie de pouvoir résoudre cette question.

NICOLAS DEMORAND
Sur l’immigration toujours, Gérald DARMANIN, Emmanuel MACRON a déclaré hier soir « nous avons eu, ces dernières années, trop d'arrivées, en moyenne 250.000 titres de séjour accordés par an », c'est trop, moins ça veut dire combien ?

GERALD DARMANIN
Il faut distinguer ceux qui relèvent de droit d'asile, qu'on ne peut pas quantifier - quand il y a des gens qui disent « il faut mettre un quota sur le droit d’asile », non, ce n’est pas possible évidemment - de l'immigration de travail et familiale. Aujourd'hui plus de la moitié de l’immigration en France est familiale, et peut-être est-ce un problème, et l'immigration de travail, malheureusement, est trop peu importante alors que, par ailleurs, les entreprises ont besoin de main-d’oeuvre pour travailler. L’Allemagne c'est un peu l'inverse, il y a plus d’immigration de travail et moins d’immigration familiale. Il faut sans doute diminuer un certain nombre effectivement de possibilités de Visa, nous le faisons déjà avec certains pays…

LEA SALAME
De combien, c'est-à-dire que là, 250.000, vous allez descendre à 200.000, c’est ça l’objectif ?

GERALD DARMANIN
Le président de la République a dit qu’on aura un débat parlementaire, je pense que c'est un débat qu'on pourra avoir avec les parlementaires, et surtout, indépendamment du nombre, dont effectivement il faut le diminuer, il y a qu'est-ce qu'on exige des étrangers. Dans la loi que je vais porter, à la demande du président de la République, nous allons exiger de tous les étrangers qui ont un titre de séjour qu'ils réussissent un examen de français, ça n'a jamais eu lieu, parce que la question ce n’est pas tellement le nombre d'étrangers qui viennent, encore que, c’est sont-ils parfaitement intégrés, parlent-ils français ? Donc demain, pour tous les étrangers, qui vont venir sur le territoire national, une fois que la loi sera adoptée, un examen de français sera demandé pour avoir le titre de séjour.

LEA SALAME
Et s’ils le ratent ?

GERALD DARMANIN
Eh bien ils n’auront pas le titre de séjour.

LEA SALAME
A Roanne un père a frappé un adolescent soupçonné d'agression sexuelle sur sa fille, une enquête a été ouverte pour violences aggravées en réunion avec usage d'une arme, selon le procureur l'adolescent a notamment été fouetté avec un câble électrique au sol, quelle est votre réaction à cette affaire, vous comprenez qu'un père veuille se faire justice lui-même ou vous condamnez ?

GERALD DARMANIN
Moi je comprends qu’un père ou une mère de famille soit extrêmement choqué quand sa fille de 6 ans est attouchée sexuellement, mais en même temps je veux dire que c'est aussi une défaite collective de voir que les gens veulent se faire justice eux-mêmes, c'est absolument inacceptable, ce n’est pas la société que je veux. La société que nous souhaitons tous c'est que l'Etat, la police, la justice, puissent intervenir en premier et condamner les personnes, et ce n’est pas les gens qui se font justice eux-mêmes. Moi je vois dans cette terrible affaire, encore une fois, notre devoir de travailler davantage, de mettre davantage de moyens, pour que la police… fait assez rapidement dans cette affaire, soit arrivée, que la justice puisse condamner les personnes, ce qu’elle a fait d’ailleurs dans cette affaire, puisque ce jeune, si j'ose dire, qui serait responsable de ces attouchements, a été mis en détention provisoire, donc elle n’a pas tremblé la main à la justice, mais il est évident qu'on ne peut pas laisser des gens faire justice eux-mêmes.

NICOLAS DEMORAND
Restons sur la police avec la question des refus d'obtempérer, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier une jeune femme de 29 ans a été grièvement blessée par des tirs policiers lors d'un refus d'obtempérer en région parisienne, pronostic vital engagé, quelques jours auparavant, 14 octobre, Paris, un homme de 32 ans a été tué pour refus d'obtempérer, depuis le début de l'année 12 personnes sont mortes après des tirs de la police, toujours donc dans ce cadre-là. 12 personnes mortes c'est trois fois plus qu'en 2021, quatre morts cette année-là, est-ce qu'il y a un problème, Gérald DARMANIN, est-ce qu'il y a un usage excessif des armes à feu par certains policiers ?

GERALD DARMANIN
Evidemment c'est toujours un drame lorsque quelqu'un est tué, mais vous avez oublié aussi de citer qu'il y a un gendarme qui est mort il y a trois jours parce que quelqu'un l’a renversé sur l'autoroute, et désormais il y a une veuve avec quatre gamins, vous avez oublié de dire qu'il y a une semaine il y a un gendarme qui a eu la jambe arrachée, qui est toujours entre la vie et la mort dans le Sud-ouest de la France. Malheureusement les policiers, les gendarmes, sont les premières victimes des refus d'obtempérer, il y a un refus d'obtempérer toutes les demi-heures. Alors, je vais dire quelque chose de très simple, quand un policier ou un gendarme vous demande de vous arrêter, il faut s'arrêter, ça c'est le premier point, si tout le monde s’arrêtait lorsque les policiers, les gendarmes, leur disaient de s'arrêter pour faire des contrôles…

LEA SALAME
Oui, et si on ne s’arrête pas, est-ce qu’on mérité la mort ?

GERALD DARMANIN
Bien sûr que non ça ne mérite pas la mort, mais quand la voiture est elle-même une arme de mort à destination qui tue des policiers, des gendarmes, depuis que je suis ministre de l’Intérieur j'ai enterré plus de policiers et de gendarmes parce que des gens ne se sont pas arrêtés en voiture, en moto, que parce que des policiers ou des gendarmes auraient été tués par des trafiquants de drogue.

LEA SALAME
Oui, d’ailleurs un des points négatifs de votre bilan c’est l’augmentation des violences aux personnes, dont les forces de l’ordre.

GERALD DARMANIN
Ça dépend comment on appelle ça point négatif, si des policiers et des gendarmes sont blessés et tués ce n’est pas à cause du ministre de l'Intérieur quand même, ce n’est pas moi qui tue les policiers et les gendarmes, ne renversons pas la valeur…

LEA SALAME
Non, mais enfin le bilan des violences sur les personnes augmente.

GERALD DARMANIN
Oui, parce que c’est les violences faites aux femmes qui augmentent beaucoup parce que nous savons mieux les toucher, 90% de cette augmentation c’est les violences faites aux femme, mais ne faites pas de renversement de valeur, si les policiers et les gendarmes sont blessés ou tués c’est parce que des délinquants, des criminels, les blessent et les tuent. Et par ailleurs je regarde les chiffres, puisqu’il faut en parler, en 2017, quand c'était le gouvernement de Monsieur HOLLANDE, on était à 464 usages d'armes pour les refus d'obtempérer, 254 sur des véhicules, en 2021, puisque vous prenez l'exemple de 2021, 367 usages d'armes, c'est-à-dire beaucoup moins, et 201 sur les véhicules, c'est-à-dire qu’il y a eu moins de tirs en 2021, et c’est vrai pour 2020, c’est vrai pour 2019, c’est vrai pour 2018, que sous le gouvernement précédent. Moi je veux vous dire, collectivement, que les premières victimes de ces refus d’obtempérer ce sont les policiers et les gendarmes, qu'il faut s'arrêter quand un policier ou un gendarme vous demande de vous arrêter, et je le dis extrêmement sincèrement, le procès qui est fait aux policiers et aux gendarmes les blesse collectivement et me blesse personnellement.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 28 octobre 2022