Interview de Mme Agnès Pannier-Runacher, ministre de la transition énergétique, à France inter le 2 novembre 2022, sur les énergies renouvelables, la planification écologique, le projet de loi concernant le nucléaire et les difficultés rencontrées par les entreprises à cause de la crise énergétique.

Texte intégral

ALEXANDRA BENSAID
Bonjour Agnès PANNIER-RUNACHER.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Bonjour Alexandra BENSAID.

ALEXANDRA BENSAID
Ce mercredi, vous présentez en Conseil des ministres le projet de loi sur l’accélération du nucléaire, et on va en parler. Et au Sénat, vous allez aussi défendre en première lecture celui sur l’accélération des énergies renouvelables. Agnès PANNIER-RUNACHER, l’exécutif veut plus de panneaux solaires, plus d’éoliennes, mais vous connaissez les réticences, pour la biodiversité, pour le paysage, aller plus vite, ça veut dire quoi exactement, ça veut dire qu’on limite les recours, qu’on donne le pouvoir aux préfets d’abréger les consultations, bref, qu’au bout d’un moment, on va passer en force ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, pas du tout, aller plus vite, c’est d’abord mobiliser le foncier sur lequel aujourd’hui, il est interdit de poser des panneaux photovoltaïques, par exemple, ce qu’on appelle les délaissés routiers, donc ce qui est au bord des routes et des autoroutes, c’est mobiliser les ombrières des parkings, c’est également accélérer certaines procédures, sans rien retirer de notre droit de l’environnement, mais tout simplement éviter d’avoir des procédures qui s’enchaînent et alors qu’elles pourraient être menées de front. C’est également donner aux habitants plus d’intérêt au développement d’énergies renouvelables sur leur territoire…

ALEXANDRA BENSAID
C’est-à-dire ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Par exemple, baisser la facture tout simplement, vous avez des panneaux photovoltaïques, des éoliennes à proximité de chez vous, c’est une production qui est aujourd’hui ultra-compétitive en prix, par rapport au prix de l’électricité, eh bien, ça se voit sur votre facture, et je pense que ce type de mesures sont de nature à mieux associer les habitants et leur faire plus désirer des énergies renouvelables sur leur territoire.

ALEXANDRA BENSAID
Bon, ça s’appelle développer l’acceptabilité, au Sénat, ce n’est quand même pas gagné, la droite a réécrit le texte pour donner un pouvoir de veto aux maires et aux élus locaux, est-ce que pour vous, Agnès PANNIER-RUNACHER, c’est acceptable ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Vous savez, je prends à témoin ici, les Français et j'appelle les groupes politiques à la plus grande vigilance, de quoi est-il question aujourd'hui, il est question de notre indépendance énergétique, il est question du pouvoir d'achat des Français, il est question de la compétitivité de nos entreprises, et il est question de la lutte contre le réchauffement climatique, donc chacun devra prendre ses responsabilités. Nous, notre enjeu, c'est d'accélérer le déploiement des énergies renouvelables.

ALEXANDRA BENSAID
Mais donc le maire, si le maire dit, si la droite dit : il faut laisser aux maires quand même le choix, est-ce qu'il va pouvoir dire oui ou non à des éoliennes sur son territoire, la droite l’écrit, et vous, vous dites : non, il s'agit de l'énergie, il s'agit de l'indépendance, c'est un plus grand dessein.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Ce que je dis, c'est qu'il faut faire de la planification écologique, et que les élus locaux soient au coeur de cette planification écologique, et c'est ce que nous proposons. En revanche, je suis un tout petit peu, je dirais, attentive ou vigilante par rapport à des mesures qui consisteraient à donner aux maires et à donner ce qu'on aux maire en co-visibilité, puisque c'est ce que propose aujourd'hui la loi, c'est-à-dire, tous les maires qui sont autour de la commune qui accueillerait un projet, un droit de veto en l'occurrence, sur des énergies renouvelables, alors même qu'on n'a aucun élément sur le projet, puisque c'est ce qui est écrit aujourd'hui ou la proposition qui est faite, c'est que, avant même d'avoir regardé l'impact économique, l'impact sur la biodiversité, l'impact sur les paysages, on permettrait à des maires qui n'accueillent pas les énergies renouvelables de donner leur avis, et d'ailleurs, les maires ne le demandent pas…

ALEXANDRA BENSAID
Et là, vous…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je le dis, j'ai eu beaucoup d'associations au téléphone ces derniers jours, beaucoup de maires, notamment l'Association des maires ruraux de France, et ce qu'ils disent, c'est, en fait : aidez-nous à déployer des énergies renouvelables, aidez-nous à construire des consensus, accompagnez-nous avec des moyens, on ne vous demande pas ce type de dispositif, ce qu'on vous demande, c'est des appels à projet qui nous permettent de développer les énergies renouvelables, et se prendre le temps de la concertation.

ALEXANDRA BENSAID
En attendant, il va quand même falloir trouver une majorité pour ce texte. Et pour l'instant, elle est introuvable, est-ce que vous êtes prête à accepter les propositions de la gauche, des écologistes, ou alors, est-ce que vous allez dégainer le 49.3 ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Alors aujourd'hui, je travaille avec tous les groupes politiques, tant au Sénat qu'à l'Assemblée nationale, et d'ailleurs, nous avons déjà fait évoluer ce texte, nous l'avons même, ce qui est inédit, fait évoluer le texte entre le moment où nous l'avons présenté au Conseil national de la transition énergétique, c'est-à-dire avant même son arrivée en Conseil des ministres, et le moment où nous l'avons présenté au Sénat. Donc moi, je suis à l'écoute de toutes les propositions qui vont permettre d'accélérer le déploiement des énergies renouvelables et de le faire de manière acceptable pour les Français et pour les élus locaux…

ALEXANDRA BENSAID
Et le 49.3, le 49.3, c’est exclu ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Le 49.3, pour le moment, il n'est pas à l'ordre du jour pour une raison très simple, c'est que quand j'écoute les gens sur le terrain, et quand j'écoute les groupes politiques, bien sûr, dans le secret de leur bureau, eh bien, ils sont en soutien de ce texte, et donc je ne crois pas qu'il faut donner pièce aux postures politiciennes, sous prétexte qu'on aurait déjà fait un 49.3…

ALEXANDRA BENSAID
Postures…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Sous prétexte qu’il faut montrer son opposition au Gouvernement, sous prétexte qu’il y aurait des échéances, soit, d’élections au sein de certains partis, soit, d’élections plus larges, aux sénatoriales, et qu'il faut comme ça envoyer des messages, alors que les personnes qui proposent ces textes sont elles-mêmes pas très sûres qu'ils servent les intérêts des Français.

ALEXANDRA BENSAID
On passe au nucléaire, ce projet de loi sur le nucléaire en Conseil des ministres, le cap c'est d'ajouter 6 EPR, là encore, il s'agit de simplifier les procédures pour des projets aussi délicats, avec des questions de sécurité majeures, comment voulez-vous gagner du temps ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Alors, d’abord, il y a deux choses, ce texte, il porte sur les procédures administratives, il ne porte pas sur combien d’EPR dans notre mix énergétique en 2050, ça, c'est un débat public qui est différent, qui a été lancé au mois d'octobre, qui aujourd'hui se déroule, qui va associer tous les Français qui le souhaitent, on a déjà 7.000 contributions sur notre mix énergétique, jugent combien on consomme en 2050, quel mix énergétique on veut, comment on le finance, les trois questions sont posées. Et vous avez…

ALEXANDRA BENSAID
C'est vrai qu’il y a un trouble, Agnès PANNIER-RUNACHER, non, non, vous y venez, donc on y reste. Il y a un trouble, vous lancez ce projet de loi sur l’accélération du nucléaire, alors qu'en effet, il y a un débat public sur la construction de ces EPR qui commence tout juste, il y a une consultation publique sur les souhaits des Français en matière d'énergies, qui commence tout juste, et puis, le Parlement va s'exprimer sur la feuille de route, mais l'année prochaine, est-ce que vous n'êtes pas en train de construire les murs de la maison dont les Français n'ont pas dessiné les plans ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Non, je construis les règles du jeu, je construis en fait les chances de succès pour les énergies renouvelables et pour le nucléaire, en faisant en sorte que l'on puisse simplifier les procédures, je crois que les Français comprennent bien qu’en France…

ALEXANDRA BENSAID
Il n’y a pas de fait accompli…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Les procédures ne sont pas toujours très simples. Ils le voient dans leur quotidien, c'est la même chose pour des grands projets de cette nature, donc j'anticipe, et je crois qu’il serait curieux de reprocher au gouvernement de ne pas donner les outils à tous les porteurs de projets qui vont installer des capacités de production d'énergies renouvelables, de production d'électricité, de production de chaleur renouvelable, alors même qu'on sait qu'il y a une chose qui est une vérité claire, c'est qu'on va avoir besoin de sortir des énergies fossiles et de remplacer le gaz et le pétrole par quelque chose…

ALEXANDRA BENSAID
Pas de fait accompli, vous refusez ce procès d'intention, pour vous, c'est un procès d'intention ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
C'est un procès d'intention parce que c'est la première fois qu'on fait une consultation aussi large, un débat aussi large sur le mix énergétique et qu’on pose de manière aussi claire les questions.

ALEXANDRA BENSAID
Alors, ça, c'est pour les énergies de demain, on va parler de l'énergie tout de suite, vous êtes aussi la ministre du gaz et de l'électricité et de la crise, les réserves de gaz, elles sont remplis, ça, c'est fait, en tout cas, pour cet hiver. Que nous dites-vous des centrales nucléaires et de leur maintenance, est-ce que les réacteurs vont redémarrer selon le calendrier prévu ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Alors je vous renvoie aux communications d'EDF, parce que, s'il y a bien quelque chose qui est transparent, c'est le calendrier de redémarrage des centrales, puisqu'il est communiqué et mis à jour quasi quotidiennement en tout cas, et il est un communiqué sur le site de RTE, tout le monde y a accès. Ça, c’est la première chose. La deuxième chose, c'est qu'aujourd'hui, on observe que les réacteurs, une partie des acteurs, qui faisaient face à des problèmes de corrosion sous contrainte, ces réacteurs, six d'entre eux sont réparés et vont être prochainement reconnectés au réseau. Ça, c'est une bonne nouvelle, parce qu’il y avait…

ALEXANDRA BENSAID
Donc la réponse, c’est oui, donc c’est ce que vous nous dites selon vos informations, oui, en effet, ça devrait bien se passer cet hiver pour les Français, pas de coupures, pas de…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Moi, je dis que je n’ai aucune raison de ne pas penser qu'EDF ne met pas le paquet pour redémarrer les réacteurs, et on voit qu'au fur et à mesure des semaines, il y a des réacteurs qui reviennent sur les réseaux. J’étais à Chinon la semaine dernière, j'ai rencontré les salariés, j'ai rencontré les organisations syndicales, je peux vous dire que pour eux, c'est une course contre-la-montre et qu'ils ont à coeur d'être au rendez-vous des Français.

ALEXANDRA BENSAID
Bon, allez, une dernière question, vous êtes à Bercy, c'est la vigie, face au prix de l'énergie, il y a des entreprises qui coupent leurs fours, DURALEX, il y en a qui choisissent de suspendre leurs investissements, il y en a qui choisissent de produire aux Etats-Unis plutôt qu'en France, est-ce que, ce que vous voyez venir, ce sont des délocalisations et des faillites ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Eh bien, moi, je crois qu'il faut surtout se battre contre ça, c'est pour ça qu'on a pris des mesures très fortes avec la Première ministre et le président de la République la semaine dernière, nous mettons en place un amortisseur du coût de l'électricité, il est automatique, il s'applique aux factures d'électricité…

ALEXANDRA BENSAID
Il ne va peut-être pas suffire, c’est ce que disent les entreprises…

AGNES PANNIER-RUNACHER
Eh bien, nous le verrons, pour les entreprises de taille intermédiaire et les grandes entreprises, il y a des aides que nous sommes allés négocier au niveau européen, qui pourront atteindre, pour les grandes entreprises, plus de 100 millions d'euros, donc ce n'est pas l'épaisseur du trait, et effectivement, il est hors de question de laisser tomber les industries dans notre pays.

ALEXANDRA BENSAID
Agnès PANNIER-RUNACHER, la ministre de la Transition énergétique. Merci d'avoir été sur France Inter.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Merci beaucoup.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 3 novembre 2022