Interview de Mme Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques à France Inter le 17 novembre 2022, sur la Coupe du monde de football au Qatar.

Texte intégral

NICOLAS DEMORAND
Trois invités dans le Grand entretien ce matin, la première est ministre des Sports, la 2e directrice des sports de Radio France, le 3e journaliste au quotidien L'Equipe et auteur d'un Dictionnaire amoureux de la Coupe du monde publié aux éditions Plon. Vous l'avez compris amis auditeurs, on va parler de football ce matin et nous attendons avec Léa vos questions au 01 45 24 7000 et sur l'application France-Inter. Madame la Ministre Amélie OUDEA-CASTERA, Nathalie IANNETTA, Vincent DULUC, bonjour.

AMELIE OUDEA-CASTERA
Bonjour.

NICOLAS DEMORAND
Et merci d'être à notre micro ce matin à 4 jours du lancement de la Coupe du monde au Qatar. L’atmosphère est tout de même inédite, étrange, ces dernières semaines on a davantage parlé des droits de l'homme dans ce pays du modèle écologique contestable de la compétition, de l'opportunité, de la boycotter ou pas, bref de tout sauf de sport, craignez-vous Madame la Ministre que le sport finalement soit oublié dans ce mondial qui va démarrer ?

AMELIE OUDEA-CASTERA
Non, il ne sera pas oublié mais c'est la parole du président de la République disant qu’il ne faut pas politiser le sport est importante, je pense qu'il faut vraiment préserver les joueurs des polémiques, les laisser se concentrer sur le jeu, laisser les supporters vivent leur passion pour le foot sans les culpabiliser, ne pas opposer les peuples, voir plutôt ce qui les rassemble et puis quand on a des objections, se poser les questions politiques au bon moment, c'est-à-dire au moment de l'attribution des événements et pas à la veille de leur démarrage.

LEA SALAME
Justement. Effectivement Emmanuel MACRON dans la nuit a dit, il ne faut pas politiser le sport, ces questions il faut se les poser quand on attribue un événement, était-ce une erreur politique de la France en 2010 de soutenir la candidature du Qatar au moment où il fallait le faire ou peut-être s’y opposer ?

AMELIE OUDEA-CASTERA
C’est une décision qui a été prise par la FIFA avec l'ensemble des fédérations qui sont constitutives de cette fédération internationale et puis c'était il y a 12 ans. C’était il y a 12 ans, aujourd'hui on se concentre beaucoup plus sur la dimension sociétale dans l'attribution des événements, les jeux de Paris, je crois seront en la matière vraiment exemplaires et je suis contente que la FIFA ait elle-même exprimé la nécessité de mieux prendre en compte d'autres critères et notamment l'environnement dans les prochains choix d'attribution des Mondiaux.

LEA SALAME
Amélie OUDEA-CASTERA, vous avez dit que vous iriez au Qatar c'est la France était qualifié en quarts de finale, Emmanuel MACRON lui s'y rendra si la France est en demi-finale, c'est le en même temps adopté au football, adapté au football, on boycotte mais pas vraiment ?

AMELIE OUDEA-CASTERA
Non on ne boycotte pas du tout, d'ailleurs pas plus qu'aucun de nos partenaires. Moi je serai au Qatar en effet si l'équipe avance bien, absolument supporter de la première minute jusqu'à la dernière minute de l'ensemble de leurs matchs que d'ailleurs j'irai voir avec les clubs, avec des licenciés sur le terrain en France pour sentir justement le coeur des Français qui bat derrière cette équipe de France. Je pense qu'on a vraiment besoin là maintenant de communiquer cette énergie positive et de vivre ce bonheur de la Coupe du monde, ce bonheur du sport.

NICOLAS DEMORAND
Amélie OUDEA-CASTERA, on va en parler évidemment avec Nathalie IANNETTA et Vincent DULUC, mais pensez-vous que la France tenante du titre peut gagner, réitérer l'exploit où vous êtes inquiète que l'équipe soit fragilisée par les blessures, les forfaits, l'absence de ses piliers que sont à POGBA, N’Golo KANTE, est-ce que le milieu de terrain ne vous semble pas encore très jeune et très vert ?

AMELIE OUDEA-CASTERA
On a vraiment envie qu'ils aillent chercher cette 3e étoile, après c’est vrai que c’est un défi absolument gigantesque. Il n’y a que deux pays qui ont réussi à gagner des Coupes du monde consécutives, c'était l'Italie dans les années 30, le Brésil en 58-62, on a en tête ces références-là. Donc ça va être exigeant, maintenant c’est une équipe qui a des talents absolument exceptionnels, une attaque formidable, après il y a des défis, il y a une préparation qui a été extraordinairement courte du fait de la charge de toute cette saison, donc des corps qui sont très éprouvés, mais en même temps ce challenge là l'ensemble des joueurs, l'ensemble des nations le ressent, tous jouent en club et tous ont vécu ce calendrier extraordinairement difficile, exigeant de tous ces derniers mois qui pèsent sur les organismes. Donc moi j'ai confiance, je pense qu'ils sont, nos Bleus, drivés par un sélectionneur qui a une fabuleuse expérience, il saura les driver et en tout cas on est absolument tous derrière eux.

LEA SALAME
Merci Amélie OUDEA-CASTERA de nous avoir dit ces quelques mots.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 21 novembre 2022