La plume et le prétoire

Parution :

Auteur(s) : Denis Salas

Auteur(s) moral(aux) : Association française pour l'Histoire de la Justice

Histoire de la justice 23 - La plume et le prétoire

Disponible en ligne et en boutique au format :

Format pdf

Commander en ligne

Vous souhaitez référencer votre librairie ? Contactez-nous

Pour lire les formats PDF et ePub vous avez besoin d’un lecteur adapté.

Présentation

Très tôt dans la littérature le monde de la justice symbolise une puissance redoutée. L’arbitraire des juges le fanatisme de la répression les conditions d’incarcération sont ses thèmes privilégiés. Les clercs médiévaux Villon Rabelais en dressent un sombre tableau. Le spectre de la torture et de la peine de mort y est oppressant. La monarchie y ajoutera la censure. Le temps de la contestation ne viendra qu’à la fin du XVIIIème siècle. Avec Voltaire pour la première fois cette justice arbitraire est dénoncée. Purgée de ses excès après la Révolution sa fonction répressive se perpétue même si le rapport de force a changé.
Car l’écrivain dans les années 1750-1830 est devenu un guide respecté un leader d’opinion une figure éminente de l’espace public. A cette place il bouscule les codes de son temps. S’engage alors un conflit entre la liberté d’expression et les limites que le pouvoir lui impose. Le procès devient le lieu d’un débat indécis âpre et violent.
Ce débat se poursuit dans les œuvres elles-mêmes. A l’abri de la fiction l’écrivain y retrouve sa souveraineté. Aux tribunaux bien réels il oppose la justice telle qu’il l’imagine. Le droit a un souffle narratif que la loi n’a plus. D’Eschyle à Corneille de Shakespeare à Dickens de Hugo aux poètes de la Résistance ce théâtre de la justice met en scène l’espoir d’une loi plus juste. Tel est l’objet de ce livre. Qu’elle soit imaginée dans un récit ou rencontrée dans le prétoire la justice est la scène d’un conflit entre les droits et la loi. Face à la force injuste de la loi les héros livrent de beaux combats. Violence et puissance sont toujours au premier plan. Modération tolérance compréhension dessinent son horizon. Avec les contributions de : Boris Bernabé Christian Biet Anne-Sophie Chambost Dominique Foyer Gérard Gengembre Sylvie Humbert Alain Jumeau Yvan Leclerc Jérôme Michel Florence Richter Jean-Pierre Royer Denis Salas Gisèle Sapiro Sandra Travers de Faultrier André Vauchez.

Revenir à la navigation

Sommaire

La Justice, le droit et les tribunaux ont toujours exercé un pouvoir de fascination sur les romanciers. Jules Verne, Alexandre Dumas, François Mauriac, Jean Giono, André Gide…. de nombreux écrivains se sont intéressés à ces sujets. Comment ont-ils perçu la Justice ? Cet ouvrage propose un tour d’horizon de leurs différentes visions.

Préface (Vincent Lamanda)
Introduction - La solitude et le forum  (Denis Salas)
De l’antiquité à l’âge classique : l’arbitraire de la justice
- Les récits du procès de Jésus (Dominique Foyer)
- Les écrits des clercs contestataires aux derniers siècles du Moyen Âge (André Vauchez)
- François Rabelais ou les lenteurs nécessaires de la justice (Jean-Pierre Royer)
- Molière et l’affaire Tartuffe (1664-1669) – (Christian Biet)
- L’autre justice du Dictionnaire philosophique (Sylvie Humbert)
- Voltaire ou le tribunal de la raison (Denis Salas)
Au XIXe siècle : le temps de la contestation
- De la vengeance à la justice dans Le Comte de Monte-Cristo (1845-1846) et Mathias Sandorf (1885)
(Boris Bernabé)
- Dickens, la justice et le crime (Alain Jumeau)
- L’engagement de Balzac dans l’affaire Peytel (Gérard Gengembre)
- « Cette grande chose divine qu’on appelle la Justice ! » : le droit la loi et la justice dans Les Misérables (Gérard Gengembre)
- Flaubert et la littérature en procès au XIXe siècle (Yvan Leclerc)
Proudhon et ses juges : un auteur en justice et sa critique de l’institution (Anne-Sophie Chambost)
XXe  siècle : les écrivains devant la justice
- « La justice humaine est chose douteuse et précaire » : l’acte de juger selon André Gide (Sandra Travers de Faultrier)
- La justice et la miséricorde chez François Mauriac (Jérôme Michel)
- Jean Giono et l’affaire Dominici (Denis Salas)
- Jean Genet, poète et voyou (Florence Richter)
- La responsabilité pénale de l’écrivain au prisme des procès littéraires (France XIX-XXe siècles)
(Gisèle Sapiro)
Annexes
Résumés/Abstracts
Compte rendu
Note de lecture

Revenir à la navigation

Fiche technique

Élément(s) commun(s) à tous les formats

Sous-titre(s) : Quand les écrivains racontent la justice

Éditeur(s) : La Documentation française

Langue(s) : Français

Format papier

EAN : 9782110093332

Dimensions : 16,0 x 24,0 x 2,0 cm

Nombre de pages : 296 page(s)

Poids : 540 g

Format : Français

Format PDF

EAN : 9782110100849

Format ePub

EAN : 9782110100474

Revenir à la navigation