Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur la coopération franco-russe dans le domaine de la physique des lasers, notamment la signature d'un accord de création d'un groupement de recherche européen en lasers et techniques optiques de l'information , Moscou, le 8 octobre 2003.

Intervenant(s) :

  • Claudie Haigneré - Ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies

Circonstance : Inauguration du Séminaire franco-russe "optoélectronique, lasers et applications", Moscou, le 8 octobre 2003

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Ministre,
Monsieur Le Président,
Monsieur le Recteur,
Messieurs les Directeurs,
Mesdames, Messieurs,

Ce séminaire Franco-Russe sur la physique des lasers marque la volonté de nos deux pays de poursuivre leurs efforts pour renforcer leur coopération scientifique, aussi bien dans le domaine des connaissances fondamentales que de leurs applications technologiques. Je suis particulièrement heureuse de pouvoir m'adresser à vous à cette occasion.
La recherche fondamentale et les connaissances qui en résultent, au meilleur niveau scientifique mondial, constituent en effet cette richesse essentielle sur laquelle nos pays doivent s'appuyer. Il n'est pas de perspectives de développement économique, social, culturel sans ce socle de connaissances sur lequel se bâtit notre avenir. C'est un message fort que je porte au niveau français, au niveau européen et que je voudrais aussi porter aujourd'hui dans le cadre de ce colloque et de notre coopération franco-russe.
J'ajouterai mes félicitations aux deux Prix Nobel de physique russe Messieurs ABRIKOSSOV et GINZBOURG dont les travaux portent sur la théorie de la supraconductivité.
Je tiens tout particulièrement à saluer la présence parmi nous de Monsieur Zhores ALFEROV, Prix Nobel de physique 2000, et Monsieur Claude COHEN-TANOUDJI, Prix Nobel de physique 1997, qui témoignent de l'importance de cette science pour notre avenir. Ils vont nous proposer une conférence sur des aspects particulièrement novateurs des recherches en optique. Leurs interventions, portant sur les lasers à hétéro-structures et les points quantiques pour M. ALFEROV et sur la manipulation des atomes par la lumière, pour M. COHEN-TANNOUDJI, nous permettront sans doute de mesurer, au-delà de leur grande complexité, l'impact essentiel des recherches en optique dans l'élaboration et les débouchés des technologies du futur.
A cet égard, la présence parmi les participants français d'une importante délégation d'industriels illustre le continuum qui va de la recherche fondamentale la plus pointue à ses applications.
Cette synergie entre la recherche et l'industrie, s'illustre avec une pertinence particulière dans le cas des lasers, si l'on songe à la richesse et à la diversité de leurs domaines d'application.
Ainsi, il nous est désormais possible d'atteindre les températures les plus froides, avec les atomes piégés, les plus chaudes, avec les plasmas créés par laser, les temps les plus courts avec les impulsions attosecondes, ou encore les fréquences les plus stables pour la métrologie.
Tous ces exploits technologiques trouvent des applications à destination de secteurs aussi fondamentaux que les technologies de l'information, dont l'efficacité future repose en grande partie sur l'utilisation optimale des lasers, ou la médecine, qu'il s'agisse de chirurgie ou d'imagerie fonctionnelle.
Les nombreuses applications potentielles des lasers montrent bien quels enjeux recouvrent les recherches et découvertes à venir. Dans cette perspective, je pense que l'union entre les communautés scientifiques de nos deux pays est une force pour les technologies de demain.
Aujourd'hui est un jour particulièrement important puisqu'il va voir la signature de l'accord sur la création du groupement de recherche européen en lasers et techniques optiques de l'information. Cet accord résulte d'une longue tradition de coopération entre la France et la Russie dans ce domaine. Les bénéfices de cet accord seront notables pour toute la communauté scientifique, pour les jeunes chercheurs, pour les étudiants, notamment grâce à l'implication dans le projet de sept laboratoires russes et de cinq laboratoires français parmi les plus renommés dans les deux pays. Il s'accompagnera d'échanges de chercheurs entre nos deux pays car c'est bien au travers des femmes et des hommes qui participeront à ces travaux que notre coopération progressera et s'enrichira.
Je me réjouis donc que le colloque qui nous réunit aujourd'hui vienne renforcer cette volonté de communication, dans un domaine aussi sensible et porteur.
Je souhaite à tous les participants, des travaux et échanges fructueux.
Je vous remercie de votre attention.

(source http://www.recherche.gouv.fr, le 16 octobre 2003)