Déclaration de Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, sur la coopération franco-russe dans le domaine de l'innovation technologique, Moscou, le 8 octobre 2003.

Intervenant(s) :

  • Claudie Haigneré - Ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies

Circonstance : Inauguration du "Forum Innovation", Moscou, le 8 octobre 2003

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Ministre
Mesdames, Messieurs,

Ce forum, que j'ai le grand plaisir d'inaugurer aujourd'hui représente un moment particulièrement important à plusieurs titres :
Comme vous le savez, l'innovation conditionne la croissance et le développement de l'économie. A travers elle, c'est l'emploi et toute la prospérité d'une nation qui se joue.
C'est pourquoi la France, comme l'Europe, a décidé de faire de la recherche et de l'innovation une priorité.
Le thème de ce forum est donc, dans la droite ligne de l'action que je mène avec Nicole Fontaine, au sein du Gouvernement français en faveur de l'innovation et de la valorisation
En outre , il illustre également notre volonté d'affermir les bases de la coopération franco-russe dans le domaine des technologies innovantes.
L'avenir de nos potentiels technologiques et scientifiques, notre capacité à les maîtriser pour le bien être de nos peuples, dépend de notre capacité à soutenir l'innovation et à mettre en valeur nos compétences. Cet avenir ne peut se jouer qu'en recherchant l'excellence au niveau international. Dans cette perspective, la coopération déjà engagée entre la France et la Russie est un atout primordial qu'il est nécessaire de renforcer et je me réjouis que sur ce terrain là comme sur tant d'autres nos deux nations puissent être côte à côte.
En particulier, la France est particulièrement heureuse de participer à la mise en place de différents mécanismes qui doivent faciliter et soutenir les échanges de technologies innovantes entre nos deux pays.
Je remercie Andréi, A. Foursenko, qui a beaucoup travaillé à l'avancée de ces échanges et les groupes de travail franco-russes qui ont collaboré de façon très active.
Je me félicite aussi des travaux accomplis sur la propriété intellectuelle et de l'accord que nous allons signer avec M. Foursenko va donner les outils juridiques indispensables à la protection des inventions qui offriront un cadre clair et rassurant aux chercheurs et aux investisseurs. Les dispositions de cet accord, qui permettra d'harmoniser les règles, devraient accélérer la création d'entreprises conjointes entre nos deux pays, et donc favoriser nos économies.
D'autre part, nos deux agences nationales de valorisation, l'ANVAR et le FASIE (fondation fédérale pour l'assistance aux petites entreprises innovantes), tissent depuis 2002 des liens étroits, ce qui se traduit par exemple par le détachement à la FASIE d'un agent français recruté par l'ANVAR. Cette coopération permet de cofinancer, des deux côtés, les scientifiques aussi bien que les PME qui proposent des projets innovants, et de les aider à amener ces projets au stade de la commercialisation. A ce jour, seize contrats sont en négociation, dont six ont été finalisés avec le label "EUREKA".
L'identification des partenaires potentiels entre nos deux pays va désormais encore s'accélérer grâce à l'élaboration du Réseau Franco-Russe (RFR) de Centres d'Innovations Technologiques dont l'inauguration officielle a lieu aujourd'hui. Ce Réseau permettra de recueillir et de diffuser des projets expertisés afin de faciliter les transferts de technologies entre nos deux pays, avec la perspective de raccord au réseau européen.
Enfin, je me réjouis de voir aujourd'hui la signature de l'accord qui fonde la création du premier Bureau International de Transfert et de Technologie commun à l'Université Bauman et à l'Ecole Centrale de Lyon. Ce centre, qui a pour vocation de s'ouvrir à des partenaires de plus en plus nombreux et de s'autofinancer, sera une base concrète et opérationnelle de création de richesses technologiques.
L'actualité de la collaboration franco-russe dans le domaine des sciences et technologies innovantes est aussi marquée par des projets croisés dans le domaine des hautes technologies, projets en lesquels nous croyons beaucoup.
Au coeur des initiatives de coopération franco-russes se trouvent notamment les recherches sur les nanotechnologies, les microsystèmes, les biothechnologies, et enfin l'optoélectronique et les lasers, autour desquels est organisé un colloque spécifique. Tous ces champs d'études sont porteurs d'applications technologiques et commerciales hautement stratégiques. Pour préparer l'avenir, il importe de favoriser dans tous ces domaines la mobilité de nos jeunes chercheurs, forces vives de la science de demain. L'organisation en 2004 d'un séminaire franco-russe sur les nanostructures par le prestigieux Institut Ioffé de Saint-Pétersbourg et en collaboration avec l'ENS s'inscrit dans cette dynamique.
La richesse de cette coopération montre à quel point aujourd'hui la science, la technologie, la valorisation des résultats et le transfert vers l'économie et la Société sont un enjeu partagé par tous et je me réjouis de voir notre coopération franco-russe s'ancrer dans ce processus.
Je forme le voeu que ce forum et la signature des accords qui l'accompagnent marquent une avancée décisive en ce sens pour nos deux pays.
Je vous remercie de votre attention.

(source http://www.recherche.gouv.fr, le 16 octobre 2003)