Interview de Mme Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, à Canal Plus le 11 avril 2013, sur le "cap" de la politique économique du Gouvernement, la déclaration de patrimoine des ministres et l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Texte intégral

ARIANE MASSENET
Elle est la ministre de l'Egalité, des Territoires et du Logement, Cécile DUFLOT est notre invitée ce matin et, comme la plupart de ses collègues, elle a publié sa déclaration de patrimoine il y a quelques jours ; Cécile DUFLOT dit oui à la moralisation de la vie politique mais elle veut aller plus loin, elle dit stop à l'austérité, pas sûr que François HOLLANDE soit de son avis. Bonjour, Cécile DUFLOT…
CECILE DUFLOT
Bonjour.
ARIANE MASSENET
Merci d'être avec nous ce matin.
APOLLINE DE MALHERBE
Alors hier on a entendu François HOLLANDE qui a sorti cette phrase : « aucun ministre ne peut remettre en cause la politique qui est conduite », vous vous êtes sentie visée ?
CECILE DUFLOT
Est-ce que j'ai l'air de me sentir visée ?
APOLLINE DE MALHERBE
Non ! Vous venez plutôt la tête haute. Mais est-ce que vous vous êtes sentie visée malgré tout, cette phrase ce n'est pas évidemment…
CECILE DUFLOT
Ecoutez ! Moi je vais être très simple… Non ! Je crois qu'il y a beaucoup d'interprétations.
APOLLINE DE MALHERBE
Alors…
CECILE DUFLOT
Moi je conçois ma fonction comme étant devant être celui de quelqu'un qui est loyal au gouvernement et donc je serais toujours loyale à l'action du gouvernement. J'ai aussi des convictions, j'ai on va dire toute mon histoire et par ailleurs une certaine liberté de ton que je crois François HOLLANDE comme le Premier ministre connaissait avant de me nommer, donc…
ARIANE MASSENET
Et est-ce qu'on peut être loyale et avoir des convictions ?
CECILE DUFLOT
Bien sûr ! Bien sûr. Et ça veut dire que sur des choses qui nous semblent extrêmement justes - et ce que j'ai dit était à la fois mesuré et juste – et donc je continuerai de le dire avec simplicité parce que je suis une écologiste et je crois qu'on ne s'attaquera pas aux racines de la crise si on n'engage par la transition et si on n'a pas les investissements, ce devoir d'investissement dont j'ai parlé. Donc, l'opposition peut être artificielle. La question… vous savez, au-delà des mots, c'est surtout de voir quelle est la politique conduite ? Qu'est-ce qu'on fait concrètement ? Et quand on engage un plan de rénovation thermique, très concrètement on s'attaque à la transition énergétique.
APOLLINE DE MALHERBE
Mais par exemple le matin même, dans Mediapart, vous appeliez – je cite – à un changement de cap et puis cette phrase de François HOLLANDE le soir même : « il n'y aura pas de changement de cap », et vous nous dites « tout va bien ?
CECILE DUFLOT
Non ! Moi je dis simplement qu'il faut affirmer un certain nombre de choses, y compris au niveau européen, au niveau européen parce que c'est nécessaire. Et d'ailleurs le Président de la République hier ce qu'il a surtout fait – et c'est extrêmement important, je pense qu'on ne mesure pas encore l'importance des annonces qui ont été faites hier en matière de changement de pratiques politiques – la France, avec la Slovénie, était le dernier pays à ne pas être dans la transparence de ses élus vis-à-vis de la population, c'est terminé ; et puis surtout, au-delà des formules sur la lutte contre les paradis fiscaux, maintenant on va le faire de manière résolue, beaucoup ont attendu la traduction…
APOLLINE DE MALHERBE
… des partenaires européens !
CECILE DUFLOT
La traduction en acte du discours du Bourget, où il a dit - avec raison - que quand on laisse trop de place à la finance elle n'est plus au service de l'économie et au service des humains mais elle absorbe tout et, donc, il faut mettre un certain nombre de limites, un certain nombre de barrières et les décisions qu'il a… (brouhaha)... vont dans ce sens.
ARIANE MASSENET
Est-ce que le cap, ce que disait Apolline, est-ce que le cap pour vous est le bon, il a dit qu'il ne changerait pas de cap ?
CECILE DUFLOT
Ecoutez ! Moi j'ai entendu à de nombreuses reprises le Président de la République – et j'étais venue vous voir d'ailleurs – je l'ai entendu à l'occasion de la Conférence environnementale sur la nécessité de la transition, sur la nécessité de réponses à apporter la crise, il l'a dit…
APOLLINE DE MALHERBE
Mais vous ne pensez pas qu'à ça !
CECILE DUFLOT
Il l'a dit ! Attendez.
APOLLINE DE MALHERBE
Vous pensez aussi à la question de l'austérité, et ça c'est beaucoup plus large…
CECILE DUFLOT
Oui ! Mais…
APOLLINE DE MALHERBE
Et ça, c'est plus large que la seule question de l'écologie ?
CECILE DUFLOT
Moi la question…
APOLLINE DE MALHERBE
Vous pensez à la question de l'austérité et, là-dessus, vous avez entendu Nicolas BOUZOU il y a un instant…
CECILE DUFLOT
Je ne suis pas d'accord avec lui !
APOLLINE DE MALHERBE
Qui disait : « la France est quand même dans une spirale d'austérité ».
CECILE DUFLOT
Il y a un danger européen, il est manifeste. Il y a des politiques dans certains pays, je pense à la Grèce, je pense à l'Italie sur un certain nombre de points qui sont de réelles politiques d'austérité et on a vu elles n'ont provoqué que des dégâts.
APOLLINE DE MALHERBE
Et pas en France ?
CECILE DUFLOT
Mais quand le Président de la République dit avec fermeté qu'il n'y aura pas de baisse des prestations sociales, il n'y a pas de baisse du salaire des fonctionnaires, ce n'est pas vrai…
ARIANE MASSENET
Est-ce qu'il y a de l'austérité en France ?
CECILE DUFLOT
Moi je veux qu'on mesure la réalité ! Le Président de la République a dit qu'il ne conduirait pas de politique d'austérité, les choses sont claires, et donc il faut maintenant…
APOLLINE DE MALHERBE
Pour vous il n'y a pas de politique d'austérité ?
CECILE DUFLOT
Non ! Il l'a dit lui-même, ce n'est pas moi, ce sont ses mots, il l'a expliqué très clairement.
ARIANE MASSENET
Non ! Mais vous, ce que vous pensez vous ?
CECILE DUFLOT
Et… Ah ! Eh bien non, moi je pense qu'il faut avoir un devoir d'investissement, ce sont deux choses qui sont des choses complémentaires. Le sérieux budgétaire vous savez en…
APOLLINE DE MALHERBE
En fait, en fait vous voulez faire un peu amende honorable ?
CECILE DUFLOT
Attendez ! Non…
APOLLINE DE MALHERBE
On a vu qu'hier Manuel VALLS a fait ses excuses à Jean-Marc AYRAULT…
CECILE DUFLOT
Mais… Non ! Mais, attendez…
APOLLINE DE MALHERBE
Et vous, là…
CECILE DUFLOT
Vous avez une conception de la vie politique où les gens seraient tout le temps en opposition, moi j'ai des discussions extrêmement tranquilles et sur un certain nombre de points les écologistes ont dit des choses depuis longtemps. On parle des paradis fiscaux, moi j'ai un souvenir de la campagne des Européennes où Eva JOLY portait cette question avec beaucoup de force, en 2010 j'ai été élue conseillère régionale après une campagne où on a dit : « les régions peuvent agir » et, aujourd'hui, une vingtaine de régions en France ont décidé de ne plus travailler avec les banques qui ont des filières avec les paradis fiscaux, donc plaider pour des causes en avance, je suis assez habituée et, donc, je continuerai de le faire avec le sourire, avec détermination.
APOLLINE DE MALHERBE
Sur la transparence des élus ce n'est pas gagné ! Claude BARTOLONE (le président de l'Assemblée nationale) dit ne pas vouloir de ce grand déballage : « déclarer, contrôler, sanctionner, c'est de la transparence, rendre public c'est du voyeurisme ».
CECILE DUFLOT
Ecoutez ! J'ai fait cet exercice, c'est un exercice…
APOLLINE DE MALHERBE
Vous avez été d'ailleurs l'une des premières !
CECILE DUFLOT
Oui ! Je l'ai fait avec l'ensemble des membres de mon parti dès lundi. C'est un exercice désagréable parce que ça a abouti en fait qu'Ariane MASSENET - annonce malvenue - en faisant de l'ironie sur ce qui est pour le coup vraiment ma vie privée.
APOLLINE DE MALHERBE
Aucune ironie ! Au contraire. C'est…
ARIANE MASSENET
Non ! Ce n'était pas de l'ironie. Mais c'est vrai que sur Twitter ça a beaucoup fait parler…
CECILE DUFLOT
Exactement !
ARIANE MASSENET
Cela dit, ça ne fait pas partie du patrimoine une voiture, c'est un bien…
CECILE DUFLOT
Si ! Si, si, ça fait partie du patrimoine, c'est dans la déclaration de patrimoine, elle est normalisée et nous l'avons mise totalement en ligne, donc c'est une obligation de déclaration comme les bijoux. Donc pour vous répondre là-dessus, très concrètement moi je fais confiance, j'ai envie pour être plus franche de faire confiance aux Français, je pense qu'ils peuvent tout à fait regarder ça avec une certaine distance et avec responsabilité. Oui ! Il y a ce risque-là. Mais le risque inverse c'est celui qu'on a pu vivre avec ce qui s'est passé avec Jérôme CAHUZAC…
APOLLINE DE MALHERBE
Mais il y a ce risque ?
CECILE DUFLOT
Et entre les deux risques…
APOLLINE DE MALHERBE
Mais il y a ce risque ?
CECILE DUFLOT
Je préfère celui de la transparence.
APOLLINE DE MALHERBE
On est bien d'accord, il y a ce risque ?
CECILE DUFLOT
Je le dis, dans tous les pays européens, tous les pays européens aujourd'hui il y a…
APOLLINE DE MALHERBE
Noël MAMERE parle d'inquisition !
CECILE DUFLOT
Il faut être suffisamment lucide pour être conscient du divorce qui s'est créé entre les politiques et une grande partie des Français, il y a un sentiment de suspicion, il y a un sentiment de méfiance et ce qui s'est passé avec l'ancien ministre du Budget a accentué ce sentiment…
APOLLINE DE MALHERBE
Justement…
CECILE DUFLOT
Et, donc, il faut y répondre, il faut y répondre par des règles, par des règles qui s'appliquent à tous.
APOLLINE DE MALHERBE
Jérôme CAHUZAC…
CECILE DUFLOT
Justement…
APOLLINE DE MALHERBE
Justement c'est les règles ! Jérôme CAHUZAC ce matin, il le dit dans la presse régionale, il dit qu'il envisage encore de revenir à l'Assemblée.
CECILE DUFLOT
Je crois que c'est à l'image de ce qu'il a fait précédemment ! Voilà, je n'ai rien de plus à ajouter.
APOLLINE DE MALHERBE
Et une dernière question ! Notre-Dame-des-Landes, les écologistes, Europe Ecologie – les Verts, restent farouchement opposés alors que Jean-Marc AYRAULT lui a donné son feu vert, et vous ?
CECILE DUFLOT
Ecoutez ! Nous, nous avions dit que sur ce point nous avions un désaccord, il est constant et il continue d'exister. Néanmoins la méthode qui a été choisie c'était celle de l'apaisement et du dialogue, force est de constater que cette méthode a fonctionné, que la conclusion c'est qu'il faut de nouvelles études, qu'il faut repenser le projet…
APOLLINE DE MALHERBE
Mais la conclusion c'est qu'il faut le faire, c'est ce que dit en tout cas la conclusion du rapport.
CECILE DUFLOT
La conclusion c'est qu'il faut de nouvelles études, qu'il faut repenser le projet, c'est une situation qui permet aux uns et aux autres de sortir par le haut. Moi vous savez, pour le coup je suis une écologiste, je crois à la non violence, je crois en la capacité du dialogue et je pense que la position qu'ont les écologistes au gouvernement elle est inconfortable parfois c'est certain mais elle est au moins et sans doute davantage utile qu'elle n'est inconfortable,
APOLLINE DE MALHERBE
Vous espérez que cet aéroport ne verra pas le jour ?
CECILE DUFLOT
La vie répondra !
ARIANE MASSENET
On passe au « NORMAL/PAS NORMAL », Cécile DUFLOT, avec Gérard LONGUET qui a déclaré au Sénat ceci : « la Marseille est hétérosexuelle, donc le projet de loi est contraire à la République ».
CECILE DUFLOT
Oh ! Passer les bornes, il n'y a pas de limite.
APOLLINE DE MALHERBE
Et le grand rabbin BERNHEIM qui avoue avoir menti lui aussi les yeux dans les yeux mais qui ne démissionne pas, normal/pas normal ?
CECILE DUFLOT
Par humilité plutôt que par orgueil, j'avoue que j'ai du mal à comprendre la logique, mais…
ARIANE MASSENET
Twitter qui s'est moqué de votre Twingo donc, on en parlait à l'instant, que vous avez déclarée dans votre patrimoine, normal/pas normal ?
CECILE DUFLOT
C'est la vie ! Voilà. Et je vais vous dire, je préfère qu'on croit à la réalité de l'engagement des hommes et femmes politiques et qu'il y ait ce petit désagrément, ce n'est pas très grave, ça n'a pas traumatisé ni ma Twingo, ni ma 4RL, elles vont très bien, merci.
APOLLINE DE MALHERBE
Et ces deux Unes, aujourd'hui : le Point « Pépère est-il à la hauteur » et l'Express « Monsieur faible », est-ce que c'est normal ou pas normal ?
CECILE DUFLOT
Non ! Je pense que ce n'est pas normal de pouvoir… j'allais dire utiliser des termes qui sont des termes par essence humiliants et puis sur la deuxième, la question de la faiblesse, je vais vous dire il y a des leçons en politique assez intéressantes c'est que Jérôme CAHUZAC était présenté comme un homme extrêmement fort, très efficace, très puissant, formidable, etc., quelques semaines après les mêmes qui l'avaient encensé le vouent aux gémonies. Donc, moi, je suis pour que les gens soient constants et soient fidèles à ce qu'ils sont et je suis moins sensible aux petites phrases et aux méchantes formules.
ARIANE MASSENET
Merci Cécile DUFLOT d'être venue sur notre plateau ce matin.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 12 avril 2013