Interview de M. Jean-Marc Ayrault, ministre des affaires étrangères et du développement international, à "France Info" le 3 juin 2016, sur la crue de la Seine et les archives du Quai d'Orsay, le conflit israélo-palestinien, le tourisme, la loi travail, la Grande-Bretagne et l'Union européenne, la Corée du Nord et sur les primaires aux Etats-Unis.

Texte intégral


GUY BIRENBAUM
Bonjour Jean-Marc AYRAULT.
JEAN-MARC AYRAULT
Bonjour.
GUY BIRENBAUM
La Seine monte encore, est-ce que vous avez pris vos précautions au Quai d'Orsay ? Est-ce que les archives sont à l'abri ?
JEAN-MARC AYRAULT
Bien sûr, d'abord les archives ne sont pas au Quai d'Orsay, ils sont à la Courneuve, mais il y a au Quai d'Orsay des sous-sols comme j'imagine à Radio France qui peuvent être menacés par les crues de la Seine. Nous n'avons pas encore atteint le pic mais il y a un plan qui concerne tous les ministères qui s'appelle le plan Neptune pour que l'Etat et ses services puissent continuer à travailler, donc lorsque la cote d'alerte est atteinte il y a une évacuation qui se fait mais dans les sous-sols se trouvent surtout les matériels informatiques qui mettent en liaison avec tous nos postes dans le monde entier, donc nous en avons besoin, ils sont indispensables.
GUY BIRENBAUM
Il y a un risque sur ces systèmes ?
JEAN-MARC AYRAULT
Il y a toujours un risque si nous dépassons la crue, le niveau maximal de la crue, nous n'y sommes pas et j'espère que nous atteindrons aujourd'hui un pic et ensuite les eaux redresseront. On voit les drames que ça provoque partout, donc je voudrais aussi exprimer ma solidarité avec toutes les victimes, saluer l'effort considérable de tous les services publics et les bénévoles, mais en ce qui nous concerne protection des personnes c'est la priorité évidemment. Et s'agissant du fonctionnement de l'Etat toutes les précautions sont prises, des systèmes de substitution sont en place et ça met automatiquement en mouvement lorsque l'alerte est atteinte.
GUY BIRENBAUM
Conférence de paix, les pieds dans l'eau ou presque ce matin. 28 délégations invitées pour relancer le dialogue entre Israéliens et Palestiniens. L'objectif, faire cohabiter deux Etats avec Jérusalem pour capitale partagée, ça fait 50 ans que les diplomates s'arrachent les cheveux, qu'est-ce qui vous fait dire que cette fois c'est la bonne ?
JEAN-MARC AYRAULT
Ce n'est jamais certain que ce soit la bonne mais il faut tout faire pour recréer les conditions d'un dialogue et d'une négociation directe entre Israéliens et Palestiniens et aujourd'hui tout est bloqué. Tout est bloqué, la colonisation se poursuit, le désespoir s'installe, la violence revient, et à Jérusalem notamment et tout ça est extrêmement dangereux donc nous voulons à l'échelle de la communauté internationale, dont c'est le sens de l'initiative française, créer les conditions d'un contexte de confiance retrouvée parce qu'il n'y aura pas de négociation pour aller vers deux Etats, un Etat israélien qui vit en sécurité et à côté un Etat palestinien qui vit aussi en sécurité, et ces deux pays se développant avec leurs voisins, les pays arables mais aussi avec l'Europe. Il y a énormément de potentiel.
GUY BIRENBAUM
Le problème Jean-Marc AYRAULT c'est qu'Israël n'y croit pas et Benyamin NETANYAHOU l'a dit à Manuel VALLS, il y a 8 jours, quand il est venu à Jérusalem.
JEAN-MARC AYRAULT
Mais il n'y croit pas et en même temps je l'ai rencontré aussi.
GUY BIRENBAUM
On écoute Benyamin NETANYAHOU.
BENYAMIN NETANYAHOU
J'apprécierai avec plaisir un autre type d'initiative française, cette initiative pourrait toujours avoir lieu à Paris mais voilà la différence, je serais assis seul en tête avec le président ABBAS à l'Elysée ou dans n'importe quel endroit que vous choisirez.
JEAN-MARC AYRAULT
Oui sauf que ça ne marche pas, et donc ce que nous voulons nous c'est la paix. La paix pour atteindre la paix, il faut que la perspective de deux Etats, donc un Etat palestinien, un Etat israélien, je le répète…
GUY BIRENBAUM
Mais on fait la paix sans eux, vous dialoguez sans eux, ils ne sont pas invités ce matin Israéliens, Palestiniens.
JEAN-MARC AYRAULT
Absolument pas, absolument, aujourd'hui ils ne dialoguent pas, la colonisation se poursuit, la violence se développe, je vous l'ai dit, le désespoir s'installe. La propagande de Daesh et d'Al Qaïda se développe dans tous ces territoires et c'est extrêmement dangereux. Quand je dis c'est une initiative indispensable, je le répète, il faut créer un climat de confiance pour que les partis Israéliens et Palestiniens puissent discuter et négocier aujourd'hui. Tout est bloqué, donc c'est l'intérêt de tous qu'on débloque cette situation, nous ne voulons pas faire à la place des Israéliens et des Palestiniens mais nous voulons les aider, donc tous les pays qui vont être là, ils sont une trentaine, il y aura le secrétaire général des Nations-unies, la haute représentante pour l'Europe madame GUERINI, il y aura John KERRY, il y aura l'Egypte et d'autres pays arabes, la ligue arabe. Il y a bien sûr la Russie, la Chine, plusieurs pays européens, enfin les pays qui représentent la communauté internationale et qui veulent la paix et qui aujourd'hui se désespèrent de voir que depuis 9 ans et même un peu plus aucune initiative internationale n'a été prise, la France prend cette initiative, elle le fait sincèrement parce que depuis François MITTERRAND avait fait son discours à la KNESSET en 198, vous vous rappeler la perspective de deux Etats, la France a toujours la même position, une position équitable, une position juste et nous voulons apporter notre contribution.
GUY BIRENBAUM
Le Quai d'Orsay c'est aussi le tourisme et l'image de la France, il y a quelques jours vous lanciez avec la maire de Paris une grande campagne pour promouvoir justement l'image de la France, inondation, blocage sur la loi Travail, grève à la SNCF, tout est à refaire ?
JEAN-MARC AYRAULT
La France est la première destination au monde, elle entend le rester, l'année dernière nous étions à près de 85 millions de visiteurs, en 2015, malgré les attentats. Et c'est vrai que surtout à Paris les attentats de janvier mais surtout du 13 novembre ont provoqué une chute des réservations…
GUY BIRENBAUM
C'est plus l'effet des attentats que l'effet de plus d'oppositions à la loi Travail ?
JEAN-MARC AYRAULT
J'en suis convaincu, quand à l'échelle internationale, on regarde pays par pays les conseils aux voyageurs c'est vrai qu'avec l'Euro c'est un élément qui compte mais nous nous sommes aussi, et c'est notre devoir, et c'est le sens de la conférence de presse que j'ai tenu avec Anne HIDALGO, et le vice-président de la région Ile-de-France, Jérôme CHARTIER, c'était d'adresser un message d'abord aux Français pour qu'ils se mobilisent, tous les professionnels et les collectivités locales mais aussi à l'échelle mondiale pour dire la France vous attend, la France vous accueille et a mis les moyens pour assurer non seulement votre sécurité.
GUY BIRENBAUM
Vous avez vu les Américains ils disent aux voyageurs attention en France pendant l'Euro, c'est risqué !
JEAN-MARC AYRAULT
Tous les ministères des affaires étrangères et c'est le cas de la France a ce qu'on appelle un site qui s'appelle conseils aux voyageurs et le devoir de l'administration c'est d'indiquer les risques, si je vous dis l'Egypte, vous tapez Egypte, évidemment on vous dira qu'il y a des parties d'Egypte où c'est dangereux, et c'est un devoir de le dire. Nier qu'il y a eu des attentats en France je comprends, mais si vous écoutez les politiques je recevrai d'ailleurs John KERRY dans quelques heures, je le vois souvent et c'est souvent à Paris, John KERRY aime Paris, et si vous lui demandez ce qu'il pense de Paris il en dit du bien, donc je crois qu'il faut avec l'Euro 2016 rappeler aux Français, rappeler aussi à tous nos invités étrangers que nous avons mis le paquet pour la sécurité et que nous voulons faire de ce grand évènement sportif un moment de fête, un moment de convivialité et qui sera aussi l'occasion de découvrir la France pas seulement  Paris mais dans toutes les régions de France.
GUY BIRENBAUM
Alors Yaël GOOSZ évoquait incidemment aussi les blocages, les grèves, je crois me souvenir que vous avez été Premier ministre entre 2012 et 2014, je crois me souvenir que …
JEAN-MARC AYRAULT
Vous avez une bonne mémoire !
GUY BIRENBAUM
Je crois me souvenir aussi que vous êtes un Premier ministre qui n'a pas utilisé le 49.3. Je crois que me souvenir que vous avez taclé Manuel VALLS pour son utilisation en 2015 lors de la loi Macron et là le 49.3 comme ministre vous en pensez quoi ? Vous l'aurez utilisé vous ?
JEAN-MARC AYRAULT
J'ai taclé personne, ça ce n'est pas tout à fait exact comme souvenir, le reste était exact. Ecoutez je crois qu'il ne faut jamais désespérer du dialogue et en particulier du dialogue social, je crois au dialogue social. Nous avons besoin de partenaires sociaux qui se parlent, nous avons besoin aussi d'un dialogue entre l'Etat et les partenaires sociaux mais il n'y a pas de réforme durable et efficace en France et nous avons besoin de réforme sans qu'on passe par cette voie du dialogue, de la négociation…
GUY BIRENBAUM
Est-ce qu'il faut dialoguer sur l'article 2 de la loi Travail ?
JEAN-MARC AYRAULT
Ecoutez la loi Travail aujourd'hui elle arrive au Sénat, le Sénat est de majorité de droite, donc nous savons ce que le Sénat va faire, il va défaire cette loi et la rendre très dure et sûrement la rendre très libérale je dirais à l'image de ce que les candidats aux primaires du parti Républicain sont en train de faire, c'est-à-dire beaucoup de baisse de crédit pour les services publics, y compris pour les collectivités locales, donc je dirais l'austérité absolue et puis pas de dialogue social puisqu'eux ils veulent passer en force, ils disent on ne dialoguera pas, on ne négociera pas, on ne fera même pas voter la loi, on passera par ordonnance et je pense que…
GUY BIRENBAUM
Et est-ce que vous dites non à un nouveau 49.3 au mois de juillet ?
JEAN-MARC AYRAULT
Quand ce texte va revenir à l'Assemblée nationale, là on va revenir à la base du texte, la réforme, et là il est toujours possible et je dirais même c'est sans doute souhaitable que les parlementaires jouent à nouveau leur rôle, je connais très bien le rapporteur Christophe SIRUGUE, il a fait des propositions qui permettraient d'améliorer le texte dans le sens d'un compromis qui permettrait d'entendre certaines attentes…
GUY BIRENBAUM
Sans 49.3 ?
JEAN-MARC AYRAULT
Pourquoi pas, ça serait très bien, alors ne désespérons pas du dialogue et de ce qui est possible. Moi je ne veux pas préjuger de ce qui se passera, je souhaite que ça marche. Moi j'ai envie que la France continue de réussir. Je vais vous donner un exemple de réussite, moi j'ai fait voter une loi en 2013, puisque vous l'avez rappelé, j'étais Premier ministre, après une négociation sociale où il y a eu un accord majoritaire, c'est ce qu'on appelle l'accord de sécurisation de l'emploi, ce qui permet des négociations tout en respectant les principes du code du travail dans les entreprises. Ca donne des exemples très concrets : RENAULT et PEUGEOT ont négocié des accords de compétitivité, ça n'a pas mis en cause le droit du travail, ça n'a pas mis en cause la durée du travail mais c'est un compromis qui a été trouvé, aujourd'hui ces entreprises vont mieux. Et si je prends un autre exemple parce que…
GUY BIRENBAUM
Rapidement parce qu'il y a d'autres sujets.
JEAN-MARC AYRAULT
Les chantiers navals de Saint-Nazaire qui ne cessent d'engranger des commandes, vous savez ce qu'ils ont fait, ils ont bénéficié du CICE, le crédit d'impôt emploi, ils ont bénéficié du crédit d'impôt recherche, ça ce sont des avantages de compétitivité internationale de la France et ils ont négocié un accord de compétitivité, ils ont fait un plan de formation, aujourd'hui ça marche et je crois que à la bonne méthode.
GUY BIRENBAUM
Saint-Nazaire rapidement, la CGT a coupé le courant là-bas de manière sauvage hier, drôle de méthode ou pas ?
JEAN-MARC AYRAULT
Je ne vais pas commenter chaque action salariale, ce n'est pas parce que c'est mon département, moi je suis ministre des Affaires étrangères, et…
GUY BIRENBAUM
Alors on y revient aux Affaires étrangères. Le mot à la mode à Londres en ce moment c'est « unpredictable », imprévisible, quel sera l'issue du référendum sur un éventuel Brexit le 23 juin ? Le oui et le non au coude à coude, est-ce qu'il n'est pas temps pour vous, vous qui êtes un pro européen, de vous investir dans cette campagne pour le oui, pour le non pardon ?
JEAN-MARC AYRAULT
Ecoutez, je pense qu'il faut se garder de faire la leçon aux autres et en particulier, je ne crois pas que ce soit très productif de dire aux Britanniques, au peuple britannique ce qu'ils ont à faire. Par contre nous pouvons dire ce que nous pensons sur l'intérêt de l'Europe et l'intérêt des britanniques, nous souhaitons que la Grande-Bretagne, le Royaume-Uni reste dans l'Europe…
GUY BIRENBAUM
Simplement…parce qu'on entend que ces arguments Jean-Marc AYRAULT, c'est s'ils partent ça va coûter cher. A part ça on n'entend pas grand chose !
JEAN-MARC AYRAULT
Eh bien il faut se référer à ce que disait Winston CHURCHILL, il n'était plus Premier ministre, il a fait un très grand discours à l'époque après la guerre, il a dit c'est l'intérêt de la paix, c'est l'intérêt des peuples européens de s'unir et de faire les Etats-Unis d'Europe. Ce n'est pas moi qui le dit c'est un grand homme d'Etat britannique. Donc lui il était visionnaire, donc je crois qu'il faut porter les questions aujourd'hui à ce niveau, je pense que c'est l'intérêt de l'avenir de l'Europe parce qu'on parle de la globalisation de la mondialisation. On représente aujourd'hui 7 % les Européennes, dans quelques années on en représentera encore moins. Si on veut continuer à exister, à défendre un modèle de civilisation de société il faut qu'on reste unis. Donc c'est ce message que j'adresserais et après c'est au peuple britannique de se prononcer.
GUY BIRENBAUM
Le modèle de civilisation selon Donald TRUMP, dernier coup d'éclat, la volonté de renouer le dialogue avec la Corée du Nord, dictature Nord-coréenne.
JEAN-MARC AYRAULT
Ca ce n'est pas très sérieux, je pense que tout le monde le sait bien, je me suis rendu en Corée, nous recevons la présidente madame PARK de Corée du Sud, je peux vous dire que la Corée du Sud souhaite vraiment le désarmement de la Corée du Nord qui ne cesse de menacer tous les pays de la région et quand nous en discutons avec nos partenaires du conseil de sécurité, je pense à la Chine, à la Russie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, nous partageons la même chose, il faut arrêter cette menace, la Corée du Nord est une menace.
GUY BIRENBAUM
Donald TRUMP dangereux ?
JEAN-MARC AYRAULT
Là aussi ce sont les Américains qui vont se prononcer, c'est un phénomène intéressant d'assister aux primaires de loin, américaines, on se passionne pour la vie démocratique de ce pays, mais il y a sans doute des explications à ce phénomène comme il y a aussi des explications au phénomène de Bernie SANDERS.
GUY BIRENBAUM
Vous imaginez lui parlez dans quelques mois à Donald TRUMP ?
JEAN-MARC AYRAULT
Moi je souhaite, je souhaite vraiment que nous puissions à l'échelle mondiale contribuer à assurer la paix, la prospérité, je peux vous dire qu'il y a du travail et pour cela il faut des partenaires sérieux avec lesquels nous puissions travailler.
GUY BIRENBAUM
Donald TRUMP en est un ?
JEAN-MARC AYRAULT
La France aujourd'hui préside le conseil de sécurité, pendant un mois, je serais moi-même présent le 10 juin à New York pour président le conseil de sécurité, à l'ordre du jour il y aura les opérations de maintien de la paix, je peux vous dire que cela ça mérite un grand investissement, un grand sang-froid, du sérieux, de l'expérience. Là on verra, mais je suis sûr que le peuple américain qui a aussi une ambition pour son propre pays mais aussi pour le monde sera prendre ses responsabilités.
GUY BIRENBAUM
Et avant cela il y a cette conférence à Paris aujourd'hui avec une vingtaine de pays pour relancer un processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Merci Jean-Marc AYRAULT d'avoir été l'invité de France Info.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 6 juin 2016