Interview de M. Franck Riester, ministre de la culture à France 2 le 17 avril 2019, sur la volonté de reconstruire la cathédrale Notre Dame de Paris après l'incendie du 15 avril 2019 et l'&appel aux dons des particuliers.

Texte intégral


LAURENT BIGNOLAS
Notre-Dame dans le coeur des Français, dans le coeur de la France également. C'est fort logiquement que Caroline ROUX reçoit ce matin, pour « Les 4V », le ministre de la Culture. Bonjour Caroline.

CAROLINE ROUX
Bonjour Laurent. Effectivement, je reçois Franck RIESTER. Le président de la République, hier soir, lors d'une allocution solennelle lui a lancé un défi : reconstruire la cathédrale en cinq ans.

CAROLINE ROUX
Bonjour Franck RIESTER.

FRANCK RIESTER
Bonjour Caroline ROUX.

CAROLINE ROUX
Cinq ans, c'est court.

FRANCK RIESTER
Oui, mais c'est une belle ambition pour Notre-Dame de Paris. Il faut se donner une ambition, une ambition qui, certes, est volontariste, mais c'est toute la définition d'une ambition. Et vous savez, il y a une telle envie des Français…

CAROLINE ROUX
Cinq ans à l'identique, c'est la question qui est posée.

FRANCK RIESTER
Les Français ont une telle envie de retrouver Notre-Dame de Paris, qu'on va mobiliser toutes les énergies, tous les savoirs faire, tous les donateurs, toutes celles et ceux qui vont contribuer, par leurs talents ou par leurs dons, à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

CAROLINE ROUX
Je reprends les mots du chef de l'Etat, il a dit : « Faire une cathédrale plus belle encore ». La question qui peut être posée aujourd'hui, c'est : reconstruire Notre-Dame à l'identique ou faut-il qu'elle porte un peu de cette part de XXIème siècle ?

FRANCK RIESTER
Elle en portera forcément, puisqu'un certain nombre d'éléments de structures, qui dataient de l'origine, notamment la charpente, malheureusement sont partis en fumée, et donc il y aura bien évidemment, peut-être des techniques nouvelles, peut-être des matériaux nouveaux. En tout état de cause, nous avons tous les éléments pour la rebâtir à l'identique, tant dans les matériaux que dans la structure architecturale. C'est les choix qui seront faits par les architectes, par les spécialistes.

CAROLINE ROUX
Qui décidera ?

FRANCK RIESTER
Ecoutez, ça sera ceux qui sont les hommes et les femmes de l'art. Nous avons la chance en France d'avoir des architectes de grand talent, des maîtres de métiers d'art exceptionnels, je pense par exemple à l'architecte en chef des Monuments historiques, qui est en charge de Notre-Dame, je pense à l'architecte des Bâtiments de France, qui tous les deux étaient avec les pompiers à essayer de sauver le plus possible de ce qu'on pouvait sauver de Notre-Dame, qui sont celles et ceux qui connaissent le mieux Notre-Dame aujourd'hui.

CAROLINE ROUX
Je retiens juste ce matin ce que vous nous expliquez, c'est que Notre-Dame sera reconstruite à l'identique, Franck RIESTER.

FRANCK RIESTER
Non, je ne sais pas. Je vous dis que nous avons tous les éléments pour le faire, mais que les choix seront faits par les spécialistes, dont l'architecte en chef des Monuments historiques et l'architecte des Bâtiments de France, spécialisés…

CAROLINE ROUX
A titre personnel, vous en pensez quoi, vous ?

FRANCK RIESTER
... spécialisés dans ces questions. Ecoutez, franchement moi je ne connais rien de l'architecture technique de…

CAROLINE ROUX
Je ne pensais pas à ça, je pensais à ce que l'on raconte…

FRANCK RIESTER
... de ce point spécifique de la reconstruction de Notre-Dame. Il faut laisser faire les hommes et les femmes de l'Art. A Reims a été pris... a été fait le choix de reconstruire une charpente en béton. Quel sera le choix retenu par, et les architectes, et les ingénieurs, et les compagnons qui connaissent ces techniques ancestrales des constructions de cathédrales, nous verrons bien, mais franchement, ça, ce débat-là, on l'aura le moment venu, il y aura vraisemblablement une commission spécialement dédiée à ces échanges.

CAROLINE ROUX
Les Français seront consultés ?

FRANCK RIESTER
Il y aura des prises de position, des points de vue différents.

CAROLINE ROUX
Les Français seront consultés, on peut leur demander leur avis ? Ils sont très émus par ce qui s'est passé, on le voit.

FRANCK RIESTER
Eh bien évidemment, c'est une émotion considérable. Vous savez, quand chaque Français a vu les images, a entendu ce qui se disait à la radio, a été sur place, combien de Parisiennes et de Parisiens sont venus sur place ? On a tous eu une larme en voyant Notre-Dame en feu. Et donc il y a une envie considérable qui vient du fin-fond de ce que nous sommes en tant que Français ou en tant que Françaises, qui nous appelle à la reconstruction de Notre-Dame, et donc les Français vont, et ils ont raison, tout savoir sur ce qui va se faire sur Notre-Dame, comment on va la construire.

CAROLINE ROUX
Ils pourront donner leur avis ?

FRANCK RIESTER
Mais leurs avis, laissons celles et ceux qui savent, qui sont les spécialistes, rebâtir Notre-Dame, pour que Notre-Dame soit encore plus belle qu'elle ne l'était.

CAROLINE ROUX
Il n'y aura pas de problème d'argent pour reconstruire Notre-Dame. Ça sera peut-être un peu court, 5 ans, on l'a bien compris dans ce que vous nous expliquez, mais 800…

FRANCK RIESTER
Non non, je n'ai pas dit ça, je dis que c'est une ambition, mais comme toute ambition elle est volontariste et donc c'est un beau projet pour notre pays.

CAROLINE ROUX
800 millions d'euros, un peu plus même de 800 millions d'euros récoltés jusque-là. Déjà, à titre de ministre de la Culture, c'est 3 fois le budget, je crois, de la préservation des monuments…

FRANCK RIESTER
On a 300, en gros entre 300 et 350 millions, ça dépend des années, sur la préservation, enfin sur la restauration des Monuments historiques, c'est vraiment qu'une catégorie spécifique, c'est-à-dire tout ce qui est le patrimoine à restaurer.

CAROLINE ROUX
Donc il n'y aura pas de problème d'argent pour reconstruire Notre-Dame.

FRANCK RIESTER
Non, il n'y aura a priori pas de problème d'argent, mais je continue à appeler aux dons. Et d'ailleurs je voudrais tout de suite en profiter Caroline ROUX pour dire que, attention, aux téléspectateurs qui nous regardent, à ne pas aller n'importe où pour donner de l'argent, pour rebâtir notre. Nous avons pris la décision de labelliser d'une certaine façon quatre institutions, fondations, seulement, pour donner. Ils sont regroupés sous un portail unique, le portail c'est www.rebatirnotredame.gouv.fr, et il a les quatre institutions : la Fondation du patrimoine, la Fondation de France, la Fondation Notre-Dame qui est gérée par l'épiscopat, et le Centre des Monuments nationaux. J'appelle vraiment nos compatriotes à aller sur ces quatre sites-là, sur ces quatre institutions. Pourquoi ? Parce qu'il faut garantir la sécurité des paiements, il faut absolument s'assurer de la transparence des financements et s'assurer aussi que les Françaises et les Français qui vont donner, puissent, pourront bénéficier des dispositifs fiscaux qui vont être définis, qui seront spécifiques pour rebâtir Notre-Dame.

CAROLINE ROUX
Ça veut dire qu'il y aura des aménagements fiscaux supplémentaires, lorsque l'on aidera, y compris pour les petits dons, ce qu'on a entendu dans le journal de 07h30 ?

FRANCK RIESTER
Oui, c'est tout à fait juste, on réfléchit à un dispositif spécifique pour notamment les petits dons. Vous savez qu'il y a actuellement un dispositif, qui est un très bon dispositif dans notre pays, qui est le dispositif de mécénat, qui permet des réductions d'impôts, tant pour les entreprises que pour les particuliers qui donnent. Là, on veut avoir un dispositif spécifique pour les dons, pour rebâtir Notre-Dame de Paris.

CAROLINE ROUX
Est-ce que la cathédrale pourra être classée Trésor national, ce qui conduirait à une défiscalisation des dons de 90 % ?

FRANCK RIESTER
Alors, le dispositif Trésor national, qui est un bon dispositif, est un dispositif réservé aux oeuvres mobilières, qui risquent de quitter le territoire, on n'en est pas là du tout pour Notre-Dame de Paris, bien évidemment.

CAROLINE ROUX
Est-ce qu'à l'heure où on se parle, il y a encore un risque d'effondrement ?

FRANCK RIESTER
Alors, il y a deux points de... trois points de préoccupation majeure : la voûte, et c'est la raison pour laquelle dès ce matin sont arrivées des entreprises pour enlever les gravats et le reste de la charpente qui est sur la voûte, et qui menacent l'effondrement de la voûte. Donc il faut absolument rapidement enlever ce poids sur la voûte. Reste l'incertitude sur deux autres éléments : le pignon du transept nord, avec évidemment une bonne nouvelle hier soir c'est qu'on a réussi à retirer la statue qui était au-dessus de ce pignon et qui pesait énormément sur la structure, et qui risquait de porter au vent et donc de faire tomber le pignon. Là on est plus rassuré ce matin sur le pignon du transept Nord. Et il reste une inquiétude importante sur le pignon central, au niveau des deux beffrois, qui est entre les deux beffrois, qui triangulaire, parce que lui aussi a une statue, et malheureusement, cette statue, avec le feu, a été fendue en deux, et donc les équipes aujourd'hui vont essayer de retirer ces statues et de commencer tant pour le pignon du transept Nord, que pour le pignon central, à démonter pierre par pierre, ce pignon, enfin ces pignons.

CAROLINE ROUX
Est-ce qu'un audit de sécurité va être réalisé sur les plus grands monuments nationaux, en ce qui concerne le risque incendie ?

FRANCK RIESTER
Alors, bien évidemment il y aura un avant et un après Notre-Dame de Paris, et donc, depuis évidemment des années il y a des dispositifs de sécurité incendie, sécurité en tout genre, qui…

CAROLINE ROUX
Qui ont pleinement fonctionné, là ?

FRANCK RIESTER
Attendez, là, on va voir, l'enquête est en cours, mais il faudra vraisemblablement bien sûr faire un état des lieux général pour voir si tous les dispositifs sont suffisants et à la hauteur de ce que l'on peut éventuellement constater, comme on l'a vu hier, enfin lundi soir avec Notre-Dame de Paris.

CAROLINE ROUX
Vous avez ce qu'on entend de la part des Français ? C'est naturellement de l'émotion, mais parfois aussi de la colère, de la colère parce que ce n'est pas la première fois que des joyaux de notre patrimoine sont incendiés lors de travaux de réfection, de réhabilitation. Quelles leçons allez-vous tirer de ce qui s'est passé, encore une fois, sur les conditions de sécurité de rénovation des bâtiments nationaux ?

FRANCK RIESTER
Eh bien d'abord, il faut d'abord savoir ce qui s'est passé, et là, la justice est à l'oeuvre, la police judiciaire, le Parquet sont à l'oeuvre, tout le monde, les entreprises sont interrogées, les équipes du ministère de la Culture sont interrogées, enfin tout le monde, toutes celles et ceux qui de près ou de loin ont participé à ces travaux, la commande des travaux, sont interrogés, et la justice dira ce qui s'est passé. Et bien évidemment il faudra tirer toutes les conséquences de ce qui s'est passé, pour améliorer les dispositifs de sécurité incendie partout. Mais vous savez, quand je vois certains faire des polémiques tout de suite, alors même que…

CAROLINE ROUX
Vous pensez à quoi ?

FRANCK RIESTER
Les polémiques qu'il peut y avoir sur l'Etat, sur l'investissement de l'Etat. Vous savez, l'Etat était exemplaire lundi soir, l'Etat était là. Ces sapeurs-pompiers qui ont bravé le risque pour sauver Notre-Dame de Paris. Ces équipes du ministère de la Culture qui en lien avec l'évêché, avec la ville de Paris, avec les sapeurs-pompiers, ont réussi à sauver les oeuvres, je pense notamment au Trésor qui est en sécurité au Louvre, les grands tableaux qui aujourd'hui sont encore dans Notre-Dame de Paris, mais qui vont être enlevés et mis à l'abri dans le Louvre. Ce qui fait qu'on aura sauvé pratiquement l'intégralité des oeuvres de Notre-Dame, tant les oeuvres architecturales, je pense par exemple aux rosaces, les vitraux qui sont préservés…

CAROLINE ROUX
Et l'orgue.

FRANCK RIESTER
Je pense à l'orgue, je pense bien évidemment à toutes les oeuvres artistiques, tant les tableaux, les sculptures, que le Trésor, qui sont sauvegardés.

CAROLINE ROUX
Merci beaucoup et bon courage, Franck RIESTER, pour ces cinq années.

FRANCK RIESTER
Merci Caroline ROUX.

CAROLINE ROUX
On se reverra je pense qu'ici et là pour en parler.

FRANCK RIESTER
Avec plaisir.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 avril 2019