Interview de Mme Elisabeth Borne, ministre des transports, à France Info le 5 juillet 2019, sur les contrôles radar, la tarification à la SNCF, la prime à la conversion automobile et le remboursement transport.

Texte intégral

MARC FAUVELLE
Bonjour Elisabeth BORNE.

ELISABETH BORNE
Bonjour.

MARC FAUVELLE
Des millions de Français s'apprêtent à prendre la route ce week-end pour partir en vacances, combien de radars vont-ils croiser sur le bord des routes ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, moi je ne fais pas la comptabilité des radars, je peux vous confirmer qu'on répare ces radars et donc l'objectif c'est évidemment que ça se passe au mieux sur les routes, donc bien sûr il y a des contrôles, et puis il y a aussi des forces de l'ordre, des agents qui seront présents, tous les services de l'Etat, des sociétés d'autoroutes, la SNCF, tout le monde est mobilisé pour ce premier week-end de grands départs.

MARC FAUVELLE
Est-ce que tous les radars endommagés lors du mouvement des gilets jaunes ont été réparés aujourd'hui, et sinon pourquoi le gouvernement ne donne pas le chiffre ?

ELISABETH BORNE
Ecoutez, moi je ne suis pas ministre de l'Intérieur, je pense qu'ils sont en cours de réparation, et c'est bien normal, il faut des contrôles, et on a vu qu'effectivement, quand on a eu beaucoup de radars détruits il y a eu une explosion des excès de vitesse, donc ce n'est pas le but, c'est des enjeux de sécurité routière, c'est des vies qui sont en jeu, donc ces radars ils sont en train d'être réparés.

RENAUD DELY
Mais est-ce que ça veut dire qu'il y aura davantage de contrôles routiers ce week-end, sur les routes et les autoroutes, justement parce qu'il y a encore des radars qui sont détruits ?

ELISABETH BORNE
Enfin, au moment des grands départs, vous savez bien qu'il y a toujours des contrôles, il y a des forces de police qui sont présentes, des forces de sécurité qui sont présentes sur les autoroutes, sur les routes, qui sont là effectivement pour contrôler, qui sont là aussi pour intervenir en cas de difficulté.

RENAUD DELY
Et est-ce que d'après les derniers chiffres qui sont en votre possession, la destruction de ces radars a eu un impact sur la mortalité routière, ces dernières semaines et ces derniers mois ?

ELISABETH BORNE
Ce qui est très clair c'est que, puisque vous savez que certains radars étaient occultés, mais qu'on avait quand même des mesures de vitesse, c'est qu'il y a eu vraiment une très forte augmentation des excès de vitesse, et forcément ça se traduit par des accidents et par des vies perdues.

MARC FAUVELLE
La situation également à la SNCF, Renaud DELY.

RENAUD DELY
Un million et demi de voyageurs sont attendus justement dans les gares et dans les trains d'ici dimanche à l'occasion de ces départs en vacances, est-ce qu'aujourd'hui la SNCF vous semble armée pour faire face à ce flux, à ces transhumances estivales évidemment annuelles, on voit un certain nombre d'incidents se multiplier ces derniers mois, soit en termes de retards, il y a eu des usagers en tout cas qui manifestent leur mécontentement de façon de plus en plus fréquente. Est-ce qu'aujourd'hui la SNCF n'est pas une entreprise un petit peu dépassée ou fatiguée pour faire face à ces transhumances ?

ELISABETH BORNE
Enfin franchement, je pense qu'on ne peut pas dire ça, il y a évidemment des incidents, et des incidents c'est toujours des incidents de trop, mais depuis le début de l'année la régularité a fortement progressé, il y a 4 % de régularité en plus. La SNCF a été très mobilisée pendant la canicule, vous savez qu'on a eu des températures absolument exceptionnelles, c'était la première fois qu'on avait des départements qui étaient classés en vigilance rouge pour la canicule, et les agents de la SNCF ont été sur le pont, notamment vendredi dernier, pour que les trains circulent et que ça se passe au mieux pour les voyageurs. Et, je vous le dis, la régularité, depuis le début de l'année, c'est la meilleure depuis 5 ans.

RENAUD DELY
Vous parlez des personnels, mais pour ce qui est du réseau, de l'état du réseau ferroviaire aujourd'hui ?

ELISABETH BORNE
Alors, l'Etat du réseau, c'est ma préoccupation depuis que je suis arrivée à la tête de mon ministère…

RENAUD DELY
Est-ce qu'il nécessite des investissements aujourd'hui ?

ELISABETH BORNE
Bien sûr qu'il nécessite des investissements, et on va investir comme on ne l'a jamais fait, sur le réseau ferré, d'abord pour le remettre en état, c'est 3,6 milliards d'euros par an pendant 10 ans, c'est considérable, et on doit rattraper des décennies de sous-investissements, ça je pense que les Français le voient bien. Et c'est aussi quelque part une forme d'injustice qui est vécue par les Français, pendant qu'on fait des TGV les réseaux de tous les jours se dégradent, les temps de parcours s'allongent, et effectivement il y a trop d'incidents, et on doit investir, on devra le faire, je vous dis, pendant des années, pour remettre en état ce réseau.

MARC FAUVELLE
Il y a la question du réseau, Elisabeth BORNE, et il y a la question des guichets. Le syndicat de la CFDT à la SNCF dénonce des temps d'attente parfois hallucinants notamment, mais pas uniquement, dans des gares parisiennes, jusqu'à 2 heures d'attente pour acheter tout simplement son billet. Est-ce que cette situation vous semble normale ?

ELISABETH BORNE
Moi je ne peux pas me satisfaire des queues qu'on a pu voir dans les grandes gares notamment…

MARC FAUVELLE
On a trop considéré que tout le monde pouvait acheter son billet sur Internet ?

ELISABETH BORNE
Alors, je pense que beaucoup achètent leurs billets sur Internet, vous savez que c'est plus de 80 % des billets TGV qui sont achetés sur Internet, mais c'est un service public, la SNCF, et donc ça doit être accessible à tous, on doit pouvoir acheter son billet sur Internet, sur les bornes que vous montrez actuellement, on doit pouvoir les acheter aussi par téléphone, vous savez qu'il y a un numéro de téléphone, le 36 35, qui n'est plus surtaxé depuis le 1er juillet, et puis il faut pouvoir arriver au guichet. Manifestement l'affluence a été sous-estimée, on en a parlé avec le président de la SNCF, et donc il y a des renforts qui vont être mis en place, moi je ne peux pas me satisfaire de voir des temps d'attente comme on a vus ces derniers jours aux guichets.

MARC FAUVELLE
Qui vont être mis en place où et à quelle échéance ?

ELISABETH BORNE
Qui sont en train d'être mis en place, pour qu'on revienne à une fluidité normale à ces guichets.

MARC FAUVELLE
Mais il a fallu pour ça que vous interpelliez Guillaume PEPY ?

ELISABETH BORNE
Je pense que le président de la SNCF a vu, comme moi, les temps d'attente aux guichets, et donc voilà, la SNCF a réagi, il y a des renforts qui vont être mis en place, qui sont mis en place.

RENAUD DELY
Il y a la question de l'attente, et puis il y a aussi la question du coût, du coût des billets, notamment des billets TGV d'ailleurs, qui sont évoqués par de plus en plus d'usagers, avec des coûts extrêmement fluctuants. Je vous propose d'écouter précisément une cliente, elle s'appelle Virginie, elle fait régulièrement un trajet entre Besançon et Paris, elle explique qu'elle se heurte aujourd'hui à une augmentation des coûts assez forte. On l'écoute.

VIRGINIE, USAGERE SNCF
J'ai fait mes études à Belfort, donc je prenais le train, ensuite je suis montée sur Paris, j'ai toujours pris le train aussi, donc je pense que j'ai un budget SNCF assez important. Il y a vraiment eu une grosse augmentation, on est obligé de prendre les billets 3 mois à l'avance, 3 mois à l'avance on s'en sort à 80, 90 euros, et là, moi, pour ce week-end là j'en ai eu pour 140 euros, pour un week-end à Besançon.

RENAUD DELY
Est-ce que la fluctuation des tarifs du TGV, notamment selon les dates, selon qu'on est en période de week-end, ou en semaine, n'est pas excessive, et les usagers se heurtent à des différences de prix extrêmement considérables ?

ELISABETH BORNE
Alors, globalement les prix des TGV baissent depuis plusieurs années, moi j'y suis…

MARC FAUVELLE
C'est une moyenne, qui cache parfois…

ELISABETH BORNE
Oui, c'est une moyenne, effectivement quand vous les achetez à la dernière minute les billets coûtent plus cher, mais globalement ils baissent, et moi je peux vous dire que je suis très attachée à ce que le TGV soit accessible à tous. Vous savez que la SNCF a lancé les offres Ouigo, on était à 7 millions de billets en 2018, on est à 13 en 2019, on va être à 25 millions de billets à petit prix en 2020, et je pense que cette politique d'un TGV accessible à tous, moi, vraiment, j'y tiens énormément.

MARC FAUVELLE
Les prix doivent encore baisser, notamment pour faire privilégier les transports en train plutôt qu'en avion, vous le souhaitez ?

ELISABETH BORNE
Effectivement, il faut qu'on ait des TGV à des prix compétitifs, et je vous, c'est toute la politique, et ça faisait partie de la réforme ferroviaire, d'arrêter d'augmenter les péages payés par les TGV quand ils circulent sur le réseau…

MARC FAUVELLE
Il y a des destinations où aujourd'hui encore, en France, il vaut mieux prendre l'avion que le train, est-ce que ça vous semble normal ?

ELISABETH BORNE
Il y a aussi des tarifs low-cost, effectivement, et des tarifs d'appel, qui cachent aussi, souvent, des réalités qui sont différentes, moi je suis évidemment attachée à ce qu'on ait une offre de TGV qui soit compétitive, mais on doit aussi se préoccuper des trains de tous les jours, et je crois qu'il ne faut pas non plus négliger le fait que tous les jours des millions de Français doivent prendre le train.

MARC FAUVELLE
Nous aussi pour une fois on est à l'heure, 8h40, c'est le rappel des titres.

(…)

MARC FAUVELLE
On était dans les airs avec la ministre des Transports Elisabeth BORNE, on était sur les rails également, on va maintenant s'intéresser aux voitures et à la prime à la conversion. Renaud DELY.

RENAUD DELY
Cette prime à la conversion qui est versée pour inciter les automobilistes à acheter des véhicules plus propres, elle est en quelque sorte victime de son succès puisque Bercy envisageait à peu près 500.000 bénéficiaires sur l'ensemble du quinquennat, maintenant les projections tablent sur environ 2 millions peut-être d'ici 2022. Est-ce qu'elle est menacée d'être revue à la baisse aujourd'hui, cette prime à la conversion, victime de son succès et donc de son coût pour l'Etat ?

ELISABETH BORNE
Il ne s'agit évidemment pas de réduire le budget de la prime à la conversion. Vous l'avez dit, on était parti dans l'idée qu'on allait faire 500.000 prime à la conversion sur le quinquennat, on a décidé d'en avoir un million et, donc voilà, de multiplier par 2 ces primes à la conversion. C'est évidemment très important, parce que ça permet à la fois de sortir les voitures qui polluent le plus et puis d'accompagner des Français pour acheter des voitures qui polluent moins, mais aussi qui consomment moins et donc qui pèsent moins sur le budget des ménages.

RENAUD DELY
Mais Bercy envisagerait de revoir les critères d'attribution de cette prime, notamment en vertu peut-être des revenus de ceux qui en bénéficient ou aussi de l'achat de véhicules… finalement Bercy se serait aperçu qu'il y a aussi des véhicules assez polluants qui peuvent bénéficier de cette prime à la conversion !

ELISABETH BORNE
Alors il n'y a pas que Bercy qui regarde ces éléments, il y a aussi le ministère de l'Ecologie, je vous confirme. Effectivement cette prime, elle a un grand succès mais il y a un certain nombre d'utilisations qui ne sont pas dans l'esprit de ce qu'on avait voulu. Par exemple, vous avez vu qu'il y a quelques dizaines de français qui ont acheté des véhicules à plus de 50.000 €, cette prime n'est pas faite pour acheter des Tesla. Elle est faite pour permettre à tous les Français de passer à des véhicules qui polluent moins et qui polluent le moins possible.

MARC FAUVELLE
Elisabeth BORNE, au moment où cette prime a été lancée, personne n'avait envisagé qu'on pouvait être milliardaire et en profiter !

ELISABETH BORNE
Ecoutez…

MARC FAUVELLE
Pour acheter un bolide ou une Jaguar ou une Tesla, pour en citer quelques-unes.

ELISABETH BORNE
Enfin très clairement, ce n'était pas l'esprit de la prime, donc on va regarder comment on peut éviter ce genre d'utilisation qui n'est pas dans l'esprit de la prime. Cette prime, elle doit perdre…

RENAUD DELY
…Des conditions de ressources ?

ELISABETH BORNE
Franchement ou ne pas permettre d'acheter un véhicule à 50.000 euros, je ne pense que ce n'est pas utile de mettre de l'argent du contribuable pour aider quelqu'un à acheter un véhicule à 50.000 euros. Et puis effectivement, il faut s'assurer qu'on achète des véhicules qui sont vraiment propres, donc on va aussi regarder ces critères. Il y a une porte une part significative de véhicules diesel et y compris de Diesel pas très récents, donc il faut qu'on s'assure qu'on atteint bien la cible, c'est-à-dire des véhicules vraiment plus propres.

MARC FAUVELLE
Pour les autres, est-ce qu'il y aura un coup de rabot général aux aides ou encore une fois, est-ce que ça ne concerne que les foyers les plus riches ou les voitures les plus polluantes ?

ELISABETH BORNE
On va regarder les critères pour s'assurer qu'on atteint bien la cible. Et on travaille aussi dans le même temps et je voudrais le dire, parce qu'on a aussi un certain nombre de. Français qui doivent avoir un coup de pouce supplémentaire pour pouvoir changer de voiture, notamment vous savez qu'on va jusqu'à 4.000 ou même 5.000 euros sur la prime à la conversion, certains nous disent : oui mais le véhicule d'occasion il coûte 6.000. On est aussi en train de regarder pour les Français les plus modestes comment on peut mieux les accompagner, avec vraiment quelque chose de simple pour pouvoir changer son véhicule. Evidemment la priorité, c'est d'aider les Français, qui ne peuvent pas sans aide changer de véhicule pour passer à un véhicule plus propre, qu'ils puissent le faire.

MARC FAUVELLE
Pourquoi les voitures électriques ne fonctionnent toujours pas en France, 1 % des ventes seulement sur les premiers mois de l'année ?

ELISABETH BORNE
On est très mobilisé, vous savez qu'on va avoir effectivement un plan massif pour développer les infrastructures de recharge…

MARC FAUVELLE
1 % !

ELISABETH BORNE
C'est en train d'augmenter, on pourrait évidemment souhaiter plus…

MARC FAUVELLE
Ça peut difficilement baisser !

ELISABETH BORNE
On pourrait évidemment et on souhaite que ce soit plus, on voudrait multiplier par 5 les ventes d'ici la fin du quinquennat…

MARC FAUVELLE
Quel est le problème aujourd'hui Elisabeth BORNE, c'est un problème de coût des voitures, d'autonomie ?

ELISABETH BORNE
Je pense que d'abord, il y a une question d'information des automobilistes sur le fait qu'une voiture électrique, quand on l'utilise d'abord ce n'est pas simplement réservé aux villes, vous savez que c'est très intéressant quand vous faites des trajets un peu longs, par exemple domicile/travail c'est 2 euros pour 100 kilomètres…

MARC FAUVELLE
A condition de trouver un endroit où se recharger.

ELISABETH BORNE
Et il faut effectivement qu'on développe et c'est ce qu'on va faire, vous savez en divisant par 2 par exemple les coûts de raccordement, pour faciliter la multiplication des bandes de recharge pour ces véhicules électriques, donc aussi en faisant que ce n'est plus un avantage en nature par exemple quand vous recharger votre véhicule chez votre employeur. Donc il faut développer ces infrastructures de recharge pour que les gens puissent en confiance avoir des voitures électriques.

MARC FAUVELLE
Est-ce que l'administration française ne pourrait pas donner l'exemple en achetant massivement des voitures et, donc, permettant de faire baisser les prix aussi ?

ELISABETH BORNE
L'administration française donne l'exemple avec des objectifs, des obligations dans le renouvellement de son propre parc, d'avoir des véhicules à très faible émission.

RENAUD DELY
Vous, vous roulez en véhicule électrique ?

ELISABETH BORNE
Je pense que je roule très souvent en véhicule électrique, quand je dois faire…

RENAUD DELY
Le ministère des Transports a une gamme de véhicules électriques à disposition ?

ELISABETH BORNE
Je vous confirme, non, non, je vous confirme que je me déplace…

MARC FAUVELLE
Est-ce que ce matin, vous êtes venue en voiture électrique ?

ELISABETH BORNE
Je ne me souviens plus si ce matin, j'avais la voiture électrique, mais je la prends…

MARC FAUVELLE
Ah ! On va se renseigner, en régie de l'émission si vous pouviez vous renseigner, avec l'équipe de madame la ministre.

ELISABETH BORNE
C'est en fonction… non, je pense que comme je passe sur une barrière de péage et une aire de service d'autoroute à Saint-Arnoult en vous quittant, je pense que je ne suis pas venue en voiture électrique.

MARC FAUVELLE
François DE RUGY, le ministre de l'Ecologie qui était à votre place il y a quelques jours, qui a été attaqué par François RUFFIN parce que la voiture de son ministère avait le moteur qui tournait à la sortie de l'Assemblée me semble-t-il, nous a promis ici même il y a quelques jours que lui roulait entièrement à l'électrique. Ce n'est pas le cas au ministère des Transports, ce n'est pas en tout cas tout le temps le cas !

ELISABETH BORNE
Je vous dis, je pars sur une aire d'autoroute voir si tout se passe bien pour les automobilistes qui prennent leur voiture ce week-end pour partir en vacances, donc je pense que je ne suis pas venue en voiture électrique.

MARC FAUVELLE
Pourquoi, il n'y a pas assez d'autonomie ?

ELISABETH BORNE
Dans le modèle…

MARC FAUVELLE
On en revient à… quand la ministre des Transports quand elle fait… pardon de revenir là-dessus, mais quand elle… vous allez où aujourd'hui sur l'autoroute ?

ELISABETH BORNE
A Saint-Arnoult.

MARC FAUVELLE
A Saint-Arnoult, à 30 kilomètres de Paris, et vous n'y allez pas en voiture électrique, après nous avoir dits qu'il faut que les Français prennent plus de voitures électriques !

ELISABETH BORNE
On va ensuite plus loin…

MARC FAUVELLE
Ça dit quelque chose quand même !

ELISABETH BORNE
Je vais revendiquer qu'on m'achète un véhicule électrique qui a plus d'autonomie.

MARC FAUVELLE
Voilà ! Le message est transmis à Bercy et à Matignon Elisabeth BORNE.

RENAUD DELY
On en parlera la prochaine fois, on vérifiera la prochaine fois. Elisabeth BORNE, je reviens un instant sur la prime à la conversion, puisque vous évoquiez le fait que vous envisagiez de revoir un petit peu l'attribution de cette prime en fonction des véhicules, justement de revoir un peu les critères. Mais vous n'est pas précisé à quelle échéance, quel est le calendrier, quand est-ce que ces critères pourrait changer ?

ELISABETH BORNE
On va regarder d'ici la rentrée comment on ajuste ces critères, pour que cette prime atteigne au mieux son objectif.

RENAUD DELY
En septembre donc !

ELISABETH BORNE
Je ne peux pas vous dire exactement le calendrier, on est en train d'y travailler.

MARC FAUVELLE
Dans votre loi mobilité, Elisabeth BORNE, adoptée par le Parlement en première lecture figure un forfait mobilité pour encourager les salariés à utiliser des transports peu polluants, qui sera concerné précisément ?

ELISABETH BORNE
Alors vous savez qu'on pose dans la loi une obligation de négociation au sein des entreprises sur la mobilité des salariés. Et je pense que c'est un enjeu très important parce qu'évidemment, je suis convaincu que les employeurs peuvent vraiment aider les salariés dans leurs déplacements domicile-travail, par exemple en adaptant les horaires, en permettant du télétravail, en permettant aussi à 2 salariés qui habitent pas loin d'arriver en même temps. Donc on a d'abord cette négociation obligatoire et la possibilité…

MARC FAUVELLE
Qui concerne toutes les entreprises ?

ELISABETH BORNE
Les entreprises de plus de 50 salariés…

MARC FAUVELLE
Et le public aussi ?
ELISABETH BORNE
Alors nous au sein de l'Etat, on a décidé d'appliquer à partir du 1er janvier 2020, pour tous les agents de l'Etat, un forfait mobilité à hauteur de 200 euros.

MARC FAUVELLE
Qui concernera qui précisément là encore ?

ELISABETH BORNE
Qui concernera les salariés. Vous savez qu'aujourd'hui, on rembourse les abonnements de transports en commun à hauteur de 50 %, c'est une question de justice quand vous n'êtes pas dans une grande ville, que vous n'avez pas de transports en commun, pour l'instant vous n'êtes pas aidé par votre employeur. Donc ce forfait mobilité, il permettra notamment d'accompagner des salariés qui font du covoiturage, c'est jusqu'à 400 euros sans charges sociales, sans fiscalité si vous venez en covoiturage ou si vous faites du vélo.

MARC FAUVELLE
Tous les fonctionnaires qui font du covoiturage toucheront la prime à partir du 1er janvier prochain ?

ELISABETH BORNE
Je confirme, les fonctionnaires de l'Etat oui.

MARC FAUVELLE
Tout le monde la touche dans la voiture ou uniquement celui qui conduit ?

ELISABETH BORNE
Les 2 peuvent être touchés.

MARC FAUVELLE
Donc si on est 4 dans la voiture, il y a 4 primes ?

ELISABETH BORNE
Absolument.

RENAUD DELY
Donc en l'occurrence, les moyens de transport concernés c'est donc le covoiturage, le vélo ?

ELISABETH BORNE
Ca vient en complément effectivement du remboursement de l'abonnement de transports en commun ; et c'est covoiturage et vélo. Donc ça s'adresse aux zones… aux gens qui vivent dans des territoires où il n'y a pas de transports en commun.

RENAUD DELY
Il y a un système différent, moins ambitieux mais qui avait été mis en place au cours du quinquennat précédent, je crois que c'était en 2016, une forme d'indemnité kilométrique qui était là aussi à la charge des employeurs. Ça n'a pas fonctionné, il y a à peine 140 entreprises qui…

ELISABETH BORNE
C'était trop compliqué, c'était trop compliqué vous voyez et on a voulu avoir un système plus simple sous forme d'un forfait. Et je suis convaincue que les… à la fois les salariés, les organisations syndicales qui pour en discuter dans l'entreprise et les employeurs vont s'en saisir.

MARC FAUVELLE
Elisabeth BORNE vous restez avec nous sur France Info pour quelques minutes encore.

(…)

MARC FAUVELLE
Elisabeth BORNE, des millions d'automobilistes français ont circulé ces derniers jours avec la circulation différenciée suite à l'épisode de pollution, est-ce qu'il faut durcir encore ce système dans les mois qui viennent ?

ELISABETH BORNE
On n'a pas le projet de le durcir, vous savez qu'on vient de revoir la procédure pour éviter qu'on soit en train de se renvoyer la balle quand on constate un dépassement des seuils de pollution, donc maintenant, quand on a un jour de dépassement des seuils d'alerte, ou deux jours de dépassement des seuils d'information, on mettra en place systématiquement la circulation alternée. Et puis, effectivement, sur la région parisienne, ou la région lyonnaise, on a revu les critères, donc c'est maintenant les véhicules qui ont un Crit'Air 01 ou 2 qui sont autorisés à circuler dans le cadre de cette circulation différenciée.

MARC FAUVELLE
Est-ce que vous avez des chiffres, est-ce que vous savez de combien baisse, par exemple, la pollution, lorsqu'on met en place la circulation différenciée sur l'ensemble de l'Ile-de-France ?

ELISABETH BORNE
Ce qu'on sait c'est qu'on demande à un tiers des véhicules, les plus polluants, de ne pas venir…

MARC FAUVELLE
Pas les plus polluants, les plus anciens.

ELISABETH BORNE
Les plus polluants, les Crit'Air ça mesure…

MARC FAUVELLE
Les Crit'Air c'est sur l'ancienneté, pas sur la pollution.

ELISABETH BORNE
Non, non, les Crit'Air je peux vous assurer que c'est sur la pollution, les Crit'Air c'est sur la pollution, donc…

MARC FAUVELLE
C'est sur la date de sortie de la voiture, à ma connaissance.

ELISABETH BORNE
Ah ben ça a un lien avec la date de sortie de la voiture…

MARC FAUVELLE
Pas forcément, je peux avoir un 4X4 qui a 1 an et qui pollue énormément.

ELISABETH BORNE
Non, si vous avez un 4X4 qui a un Crit'Air 1, ça veut dire qu'il ne pollue pas, je peux vous assurer que c'est sur la pollution, et donc on retire un tiers des véhicules qui représentent les deux tiers de la pollution, et je pense que, moi je suis consciente que ça peut effectivement gêner les gens qui ont ces véhicules, mais je pense qu'il faut qu'on ait tous en tête que ce sont des enjeux de santé publique. La pollution, dans les villes, c'est des enjeux de santé publique, la pollution dans certaines vallées aussi, et donc il faut agir, et il faut agir aussi toute l'année, et pas simplement au moment des pics de pollution, c'est pour ça qu'on a lancé, on a proposé à des collectivités de s'engager dans des zones à faibles émissions, et là c'est toute l'année qu'on travaille pour réduire progressivement la circulation aux véhicules les moins polluants.

RENAUD DELY
Vous évoquez le fait que lors des épisodes de pollution les véhicules avec les Crit'Air 0, 1 et 2, maintenant sont seulement autorisés à circuler, est-ce que ça veut dire que les Crit'Air 3 qui, si je ne me trompe pas, concernent les diesel d'avant 2011 et les essences d'avant 2006, les vignettes Crit'Air 3, elles, sont dans le collimateur et pourraient être, devraient être bannies prochainement.

ELISABETH BORNE
Alors ça dépend donc des villes, je vous confirme qu'en région parisienne ou en région lyonnaise, ce sont les Crit'Air 0, 1 et 2. Et donc voilà ! C'est resserrer les véhicules les moins polluants quand on a des épisodes de pollution ; et l'enjeu c'est vraiment aussi qu'on accompagne les gens pour passer à d'autres véhicules, c'est le sens de la prime à la conversion dont on parlait tout à l'heure, puis qu'on ait une action toute l'année pour lutter contre la pollution, ce sont les zones à faible émission.

MARC FAUVELLE
A Marseille où la circulation différenciée a été mise en place pour la première fois Elisabeth BORNE, il n'y a pas eu de PV distribué, il y a eu une forme de tolérance. Vous prévenez les Marseillais, les automobilistes de la région que c'est la dernière fois ?

ELISABETH BORNE
Evidemment ! C'était la première fois que ça se mettait en place, on a pu voir que tout le monde n'était pas forcément bien informé, que tout le monde ne s'était pas forcément procuré sa vignette. Les prochaines fois, il faut que chacun ait en tête que l'objectif c'est bien qu'on réduise la pollution et, donc, qu'il puisse y avoir des contrôles.

MARC FAUVELLE
Est-ce qu'il est envisagé que cette vignette devienne obligatoire, qu'on soit obligé de l'acheter, elle coûte quelques euros seulement et de l'afficher sur le pare-brise ?

ELISABETH BORNE
Elle coûte 4 euros, y compris les frais d'envoi…

MARC FAUVELLE
C'était pour dire que ce n'est pas une question d'argent.

ELISABETH BORNE
Non, non, ce n'est pas une question mais je pense que…

MARC FAUVELLE
Est-ce qu'elle va devenir obligatoire ?

ELISABETH BORNE
Elle n'est pas obligatoire simplement pour accéder dans les zones en cas de pic de pollution, mais vous devez justifier que vous avez cette vignette et voilà. Il faut que chacun soit bien informé que ces dispositifs existent.

RENAUD DELY
On va descendre de voiture et prendre le train un instant Elisabeth BORNE, le train qui est moins polluant précisément, puisque la France compte près de 3.000 gares, 2.993 exactement, mais 90 % du flux de voyageurs se concentrent dans les 400 gares les plus importantes. La SNCF cherche à animer davantage ces petites gares, à y attirer de nouvelles activités, est-ce que vous confirmez Elisabeth BORNE qu'il n'y aura aucune fermeture de gares jusqu'à la fin du quinquennat ?

ELISABETH BORNE
Je vais vous dire, ça ne relève pas du gouvernement. Vous savez que les trains régionaux, ils sont organisés par les régions, donc ce sont les régions qui décident à la fois des fréquences, des tarifs, des modes de distribution des billets…

RENAUD DELY
Il y a trop de gares aujourd'hui en France ?

ELISABETH BORNE
Non, moi je ne pense pas et je pense qu'il faut qu'on soit très attentifs. Et vous savez, on a un enjeu dans les gares, on a aussi un enjeu… on parlait de la remise en état de notre réseau, ça concerne le réseau principal, ça concerne aussi les lignes de desserte fines qui ont été totalement négligées pendant des années et sur lesquelles moi, je travaille avec les régions pour qu'on ait un véritable plan de bataille. Parce que le train, il doit effectivement pouvoir continuer à desservir, y compris ces lignes de desserte fines.

MARC FAUVELLE
Un mot de politique et des élections municipales qui arrivent en début d'année prochaine. Elisabeth BORNE, le Premier ministre et le président de la République ont demandé aux ministres de leur dire au plus vite s'ils seront candidats à ces élections. Je ne vais pas me substituer ni au président ni au Premier ministre, mais est-ce que vous avez fait part de votre envie d'y aller à cette bataille à Caen ?

ELISABETH BORNE
A Caen ?

MARC FAUVELLE
A Caen, pas… ce n'est pas un sketch de Raymond DEVOS, dans la ville de Caen, pas où, pas quand !

ELISABETH BORNE
Non, j'ai dit très clairement que je n'étais pas candidate à Caen ni ailleurs, que je suis… non, que je suis intéressée par effectivement le mandat municipal, mais pas nécessairement en tant que tête de liste.

MARC FAUVELLE
Donc vous pourriez être candidate à Caen mais pas en tête de liste, ailleurs sur la liste ?

ELISABETH BORNE
Mais pas à Caen, je n'ai jamais habité à Caen, donc je peux vous assurer que je ne vais pas ça me parachuter à Caen. Je suis en train de réfléchir et pas sans doute en tant que tête de liste.

RENAUD DELY
Et est-ce que vous considérez Elisabeth BORNE, comme le déclare l'un des prédécesseurs d'Edouard PHILIPPE à la mairie du Havre, l'un de ses proches d'ailleurs, Antoine RUFENACHT, qu'Edouard Philippe ferait un excellent maire de Paris !

ELISABETH BORNE
Ecoutez ! Moi je ne vais pas commenter les commentaires d'Antoine RUFENACHT sur Edouard PHILIPPE.

RENAUD DELY
Donc vous ne l'imaginez pas demain candidat aux élections municipales à Paris ?

ELISABETH BORNE
Enfin, si le Premier ministre a des choses. Dire c'est à lui dire.

RENAUD DELY
Et a priori, vous ne pouvez pas vous en passer aujourd'hui à la tête du gouvernement, vous souhaiteriez qu'il reste…

ELISABETH BORNE
Je peux vous assurer qu'Edouard PHILIPPE, il est très largement au travail à la tête du gouvernement.

MARC FAUVELLE
Et on me confirme par l'oreillette Elisabeth BORNE que c'est bien une voiture thermique qui va vous conduire ce matin au péage de Saint Arnoult, en Yvelines. Il n'y a donc pas de voiture électrique qui conduit la ministre des Transports, on fera le point de la prochaine fois que vous venez, si vous voulez bien…

ELISABETH BORNE
Absolument.

MARC FAUVELLE
Sûr le moteur qui se trouve sous le capot de votre voiture. Merci beaucoup Elisabeth BORNE d'être venue ce matin sur France Info.

RENAUD DELY
Merci et bonne route.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 15 juillet 2019