Interview de Mme Sibeth Ndiaye, secrétaire d’Etat, porte-parole du Gouvernement, à Europe 1 le 12 septembre 2019, sur la mise en examen de M. Richard Ferrand dans l'affaire dite des Mutuelles de Bretagne.

Texte intégral

SONIA MABROUK
Bonjour Sibeth NDIAYE.

SIBETH NDIAYE
Bonjour.

SONIA MABROUK
Richard FERRAND mis en examen pour prise illégale d'intérêts dans l'affaire dite des Mutuelles de Bretagne, l'Elysée dit garder sa confiance à Richard FERRAND, à l'homme, mais la confiance aussi au président de l'Assemblée ?

SIBETH NDIAYE
Eh bien écoutez, moi ce que je peux vous dire c'est que, d'abord Richard FERRAND est mis en examen, donc jusqu'à preuve du contraire il est présumé innocent. C'est important de faire cette distinction parce que les mots donnent l'impression que ce qui lui est reproché est avéré et que finalement, d'ores et déjà, on peut le condamner, si ce n'est par la justice, au moins moralement, et je pense que pour la dignité de chacun des justiciables français, c'est important de le dire. Après, oui, il est logique que le président de la République, et c'est effectivement le cas, lui conserve toute sa confiance, d'abord parce que c'est un homme loyal, droit, qui a eu un parcours, je crois, politique exemplaire, qui a toujours été très…

SONIA MABROUK
La loyauté ne veut pas dire qu'on n'est pas impliqué dans une affaire…

SIBETH NDIAYE
Oui, bien sûr.

SONIA MABROUK
La loyauté c'est la fidélité au président.

SIBETH NDIAYE
Ce n'est pas que la fidélité au président, c'est la fidélité à ses propres idées. Richard FERRAND c'est un homme qui a fait, comme beaucoup d'autres, des choix qui n'étaient pas évidents, quand il a quitté sa formation politique d'origine pour aller fonder En Marche, ce n'était pas un choix qui était facile à faire quand on a une histoire politique dans une famille politique, et donc il a fait ce choix-là, en cohérence avec ses idées. Moi je pense que dans la vie d'un homme c'est quelque chose qu'il faut noter et qu'il faut remarquer.

SONIA MABROUK
Mais Sonia MABROUK, sans remettre en cause son parcours politique, l'heure de la révélation de cette affaire, au début du quinquennat, le ministre Richard FERRAND avait dû quitter son poste, et aujourd'hui, après une mise en examen, il y a une logique politique.

SIBETH NDIAYE
Non, il n'y a absolument pas de logique politique, on est dans deux situations, qui sont complètement différentes. Un membre du gouvernement il est nommé, un parlementaire il est élu, et quand on est président de l'Assemblée nationale on est élu deux fois, on est élu d'abord par ses concitoyens, et moi je veux rappeler que Richard FERRAND, alors que l'affaire était connue, est retourné devant les électeurs, il a été réélu par les habitants du Finistère qui lui ont donc témoigné de leur confiance, ça c'est un élément qui est important. Et ensuite Richard FERRAND il a été élu par ses pairs, par les députés.

SONIA MABROUK
Et vous aviez raison de rappeler qu'une instruction ne signifie pas une condamnation, mais sur le plan politique, pardonnez-moi de revenir sur ce plan strictement politique, où est votre cohérence si malgré cette mise en examen, ce matin on fait comme si de rien n'était ?

SIBETH NDIAYE
On ne fait pas comme si de rien n'était, aujourd'hui Richard FERRAND va avoir les moyens de se défendre, à partir du moment où il y a une mise en examen, il a accès aux pièces du dossier, ses avocats ont accès à l'intégralité de la procédure et donc il peut se défendre, il peut en quelque sorte batailler. Moi ce que je veux rappeler, c'est que Richard FERRAND c'est en tant que président de l'Assemblée nationale, un homme qui a eu la réforme audacieuse, c'est l'homme qui a fait en sorte que l'opposition aujourd'hui bénéficie de deux tiers du temps de parole au moment des questions au gouvernement et donc c'est un homme qui dans l'exercice de ses fonctions est absolument irréprochable.

SONIA MABROUK
Vous savez, Sibeth NDIAYE, ce qui me frappe en vous écoutant ce matin, c'est que d'autres sont partis pour moins que cela sous ce quinquennat, dernier exemple en date, ancien président de l'Assemblée, il a quitté son ministère, François de RUGY contraint de s'éloigner pour mieux se défendre. Bref il vaut mieux être proche du président quand on a une affaire.

SIBETH NDIAYE
Non pas du tout, alors ça n'a rien à voir.

SONIA MABROUK
On est mieux défendu.

SIBETH NDIAYE
D'abord parce que …

SONIA MABROUK
Etes-vous montée au créneau aussi…

SIBETH NDIAYE
Alors là, oui, pour le coup, pour François de RUGY, je peux vous le confirmer.

SONIA MABROUK
Vous étiez la seule alors.

SIBETH NDIAYE
Regardez l'intégralité de mes interventions à ce moment-là, moi j'ai toujours une position constante.

SONIA MABROUK
Non mais la question que je pose, c'est est-ce que vous n'avez pas une logique politique à géométrie variable, selon le degré de proximité du chef de l'Etat ?

SIBETH NDIAYE
Pas du tout, vous savez quoi, je vais vous faire une petite confidence, quand je regarde ce qui s'est passé pour François de RUGY, je pense qu'on peut se poser beaucoup de questions, parce qu'au fond François de RUGY, c'est quelqu'un envers qui, il n'y a aucune information judiciaire qui n'a été ouverte, aucune procédure. Il a démissionné sans doute pour protéger sa famille, les siens du déchaînement que représente, pas que médiatique mais aussi sur les réseaux sociaux, c'est quelque chose qu'humainement quand vous devez le vivre, qui est très difficile.

SONIA MABROUK
C'est important, vous avez dit humainement, restons sur l'homme Richard FERRAND, vous le défendez et d'ailleurs il y a une cohérence à défendre son parcours politique, mais je ne parle plus de l'homme, je parle de la fonction, est-ce qu'il n'est pas, Sibeth NDIAYE, en train d'affaiblir la fonction qu'il incarne et pardonnez-nous, c'est la question que se posent tous les citoyens, peut-être les Français, en disant c'est le 4ème personnage de l'Etat mis en examen, quelle image de la France nous donnons ?

SIBETH NDIAYE
Oui mais moi ce que je… l'image de la France que nous donnons, vous savez quoi, c'est l'image d'une justice qui n'est aux ordres de personne, qui est parfaitement indépendante et moi j'en suis extrêmement fière. J'ai beaucoup entendu y compris de manière récente des responsables politiques français nous expliquer que nous avions une justice politique.

SONIA MABROUK
Jean-Luc MELENCHON notamment, vous pensez que cet argument aujourd'hui, ce matin avec la mise en examen de Richard FERRAND …

SIBETH NDIAYE
Manifestement il y a des personnalités qui appartiennent à la majorité, je pense à Richard FERRAND, à Marielle de SARNEZ, à François BAYROU…

SONIA MABROUK
La liste est longue.

SIBETH NDIAYE
La liste est malheureusement celle que vous connaissez, ce que je peux vous dire, c'est qu'on est dans une société dans laquelle dès que vous avez vaguement maille à partir avec la justice, dès que vous êtes impliqué dans une procédure, on vous cloue au pilori. On peut peut-être avoir un peu de, comment dire, de calme, savoir raison garder et juste avoir cette pédagogie…

SONIA MABROUK
C'est important, le calme.

SIBETH NDIAYE
Le calme et la raison.

SONIA MABROUK
Est-ce que vous l'aurez ce calme et cette sérénité, pourquoi, parce que vous savez à partir de ce matin et d'ailleurs depuis la nuit que c'est un poison lent, que c'est un goutte-à-goutte sur la tête, pardon de l'exécutif. Richard FERRAND affaibli, c'est des questions sur ce plan-là alors que vous menez des réformes extrêmement sensibles ?

SIBETH NDIAYE
Evidemment que j'aurais préféré que ça ne tombe pas à ce moment-là, mais je vais vous dire…

SONIA MABROUK
Mais vous assumez ce qui va venir ?

SIBETH NDIAYE
Je le dis, mais bien sûr, je le dis avec beaucoup de solennité, on est dans un pays où la justice se déroule dans le temps qu'elle choisit, parfois un peu long, c'est vrai que là ça fait deux ans que cette affaire est arrivée sur le devant de la scène et la justice elle se déroule en toute indépendance. Moi, j'ai parfaitement confiance dans la justice de mon pays et j'ai confiance dans l'intelligence de mes concitoyens, parce que je crois très profondément que les Français savent distinguer les choses et moi je leur fais confiance.

SONIA MABROUK
Vous dites indépendance et justice, je rebondis là-dessus, Sibeth NDIAYE, sur l'aspect judiciaire de l'affaire, c'est le parquet de Brest qui l'avait classé sans suite en octobre 2017, là ce sont des juges d'instruction qui se sont penchés sur le dossier et ont signifié cette mise en examen, c'est un gage d'indépendance des juges d'instruction qui n'ont pas classé l'affaire ?

SIBETH NDIAYE
Eh bien écoutez-moi ce que je constate, c'est que si cette affaire a pris autant de temps, c'est qu'il y a eu d'abord un premier examen par la justice, le parquet de Brest a effectivement classé sans suite pour cause de prescription.

SONIA MABROUK
… autorité judiciaire de la Garde des Sceaux.

SIBETH NDIAYE
Attendez.

SONIA MABROUK
Non mais on rappelle juste les principes de notre droit.

SIBETH NDIAYE
Alors je vais vous rappeler un deuxième principe.

SONIA MABROUK
Vous n'allez pas les contester.

SIBETH NDIAYE
Je ne vais pas les contester, mais je vais en rajouter un qui est tout aussi principiel, c'est le fait qu'en France il n'y a pas d'instruction individuelle qui soit donnée au parquet.

SONIA MABROUK
C'est vrai.

SIBETH NDIAYE
Il y a des instructions sur la politique pénale.

SONIA MABROUK
C'est vrai officiellement.

SIBETH NDIAYE
C'est vrai officiellement, officieusement et dans les actes de la Garde des Sceaux, Nicole BELLOUBET. Il n'y pas à revenir là-dessus.

SONIA MABROUK
Allez-y, terminez votre phrase.

SIBETH NDIAYE
Et l'association Anticor, si aujourd'hui, qui a porté plainte une seconde fois, si aujourd'hui l'affaire a été dépaysée à Lille c'est parce qu'il y avait un soupçon potentiel de conflit d'intérêts entre son vice-président qui a déposé plainte devant les juridictions parisiennes alors qu'il était vice-président du TGI lui-même.

SONIA MABROUK
Vous parlez d'Anticor, Anticor c'est une association, je le dis pour nos auditeurs, de lutte contre la corruption et pour l'éthique en politique, c'est en tous les cas ainsi qu'elle se définit. Pour vous, c'est une association qui est d'utilité publique ou elle est dans un combat politique ?

SIBETH NDIAYE
Moi, je crois un peu des deux.

SONIA MABROUK
En même temps alors.

SIBETH NDIAYE
En même temps, je pense qu'il est tout à fait légitime et normal qu'il y ait en quelque sorte, pour employer un anglicisme des « Watchers », c'est-à-dire des gens qui vont regarder la vie politique, qui vont nous interroger, des formes de contre-pouvoir , c'est saint parce qu'évidemment qu'il peut y avoir des dérives et qu'évidemment quand il y a des dérives elles sont condamnables. Mais je pense aussi qu'il faut faire attention à ne pas sombrer dans une forme d'acharnement, je n'accuse pas Anticor de se livrer à cet acharnement là mais je dis simplement, en regardant ce qui s'est passé de récemment pour François de RUGY que parfois sans doute, on va un peu trop loin.

SONIA MABROUK
Vous êtes porte-parole du gouvernement, Sibeth NDIAYE, et un peu pompier de service ce matin pour tenter de circonscrire les foyers qui s'allument et s'ajoutent autour de l'exécutif. D'ailleurs vous nous avez réservé votre réaction en exclusivité, très sincèrement ce matin est-ce que vous savez déjà que les jours politique de Richard FERRAND sont comptés ?

SIBETH NDIAYE
Non, je crois qu'ils sont encore très longs.

SONIA MABROUK
La justice interrogée pour finir, questionnée, malmenée, aussi quelles conséquences tout cela peut avoir plus largement sur l'opinion publique, sur les citoyens, sur les Français ?

SIBETH NDIAYE
Moi, je crois que si la justice se déroule en bon ordre, si les choses vont au train où elles doivent aller, si tout est transparent dans la mesure où ça peut l'être, je crois que nos concitoyens vont conserver la confiance importante dans le système, ça c'est très important.

SONIA MABROUK
On aura l'occasion aussi de parler une prochaine fois des réformes, vous voyez qu'avec cela, eh bien tout est bousculé y compris votre action et votre communication.

SIBETH NDIAYE
Je ne suis pas certaine que ça dure très longtemps, mais je reviendrai avec plaisir.

SONIA MABROUK
C'est à suivre, merci en tous les cas.

SIBETH NDIAYE
Merci à vous.

SONIA MABROUK
Merci Sibeth NDIAYE, d'avoir été notre invitée ce matin de nous avoir réservé votre réaction sur Europe 1.


source : Service d'information du Gouvernement, le 23 septembre 2019