Interview de Mme Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'économie et des finances, à BFMTV le 31 décembre 2019, sur la réforme des retraites .

Texte intégral

PATRICK SAUCE
Nous allons joindre en direct Agnès PANNIER-RUNACHER. Bonjour. Vous êtes secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances.

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je n'entends rien, là.

PATRICK SAUCE
Si vous entendez notre première question, Madame la Ministre, à votre avis, que doit dire le président dans son discours, si vous nous entendez, encore une fois ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
Je crois que le président doit rappeler l'enjeu de la réforme. L'enjeu de la réforme, c'est de permettre à tous d'avoir un système de retraite équivalent, juste, et permettre aux plus précaires de bénéficier de conditions favorables, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, je pense notamment aux femmes qui partent avec une retraite qui est quasiment la moitié moins élevée de celle des hommes, et qui doivent partir pour beaucoup d'entre elles, plus tard, parce qu'elles ont eu des enfants. Tout cela est injuste. Ce que nous voulons bâtir, c'est un système plus juste, et il faut rappeler ce sens de la réforme qui est très important aujourd'hui. C'est une réforme de justice sociale, il ne s'agit pas d'aller au conflit, ce n'est vraiment pas notre sujet, notre sujet c'est de trouver les voies et moyens de mettre en oeuvre cette réforme qui nous paraît très importante pour le pays, et qui a toujours été sur la table et où nous avançons avec une volonté de co-construction très claire.

SANDRA GANDOIN
L'actualité ce matin ce sont ces voeux évidemment, mais c'est aussi cette fuite de Carlos GHOSN au Liban, qui s'est passée en fin de week-end. Qu'est-ce que vous en pensez ?

AGNES PANNIER-RUNACHER
D'abord, je veux dire que j'ai été aussi surprise que vous en apprenant cette fuite. Je l'ai apprise par les journaux. Deux choses, sans aller dans un commentaire plus avant, puisque nous ne disposons pas d'éléments d'informations précis sur les conditions de cette fuite. La première chose c'est que monsieur Carlos GHOSN n'est pas au-dessus des lois, qu'elles soient françaises ou japonaises. La deuxième chose c'est qu'il a la nationalité française, et nous lui devons, comme nous devons à tous les Français, un soutien consulaire. Et donc nous mettrons en oeuvre, en tant que de besoin, ce soutien consulaire.

PATRICK SAUCE
Merci pour votre réaction, Agnès PANNIER-RUNACHER, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances


source : Service d'information du Gouvernement, le 6 janvier 2020