Interview de M. Julien Denormandie, ministre chargé de la ville et du logement, à Europe 1 le 24 mars 2020, sur l'hébergement des soignants pendant l'épidémie de Covid-19.

Texte intégral

MATTHIEU BELLIARD
Je suis en ligne sur Europe 1 avec le ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités, ministre chargé de la Ville et du Logement. Bonjour Julien DENORMANDIE.

JULIEN DENORMANDIE
Bonjour.

MATTHIEU BELLIARD
Votre portefeuille, la Ville et le Logement, on va en parler dans un instant bien sûr. Vous êtes sur Europe 1 pour annoncer un dispositif de solidarité vis-à-vis des soignants. Mais d'abord, la ville, Julien DENORMANDIE, il faut fermer les marchés, il faut interdire les marchés en coeur de ville ?

JULIEN DENORMANDIE
Eh bien c'est une décision qui est difficile, c'est une décision qui a été prise hier. Pourquoi les est difficile ? Parce que les marchés ça fait partie de notre identité. On aime aller sur des marchés, et puis les marchés ce sont des endroits qui sont parfois indispensables pour beaucoup de Français, et donc la décision qu'on a prise, elle est difficile parce qu'elle a été faite pour protéger les Français, en dépit de cet amour qu'on a pour les marchés. Et ce qu'on a dit, ce que le Premier ministre a annoncé hier, c'est que par principe dorénavant les marchés serraient interdits, sauf dans certains cas, c'est-à-dire lorsque le maire le demandera au préfet, parce que dans certaines communes on sait que le marché est tout simplement indispensable pour l'approvisionnement d'un certain nombre de Français. Donc voilà la position, voilà ce qui a été annoncé hier par le Premier ministre. C'est difficile une nouvelle fois, mais c'est pour se protéger et protéger ceux qu'on aime.

MATTHIEU BELLIARD
Difficile, mais nécessaire dites-vous. Julien DENORMANDIE, ce matin, sur Europe 1, vous êtes en mesure de nous détailler un plan que vous lancez pour mieux loger, héberger les soignants, leur assurer un minimum, alors qu'ils ont, il faut bien le dire, autre chose à faire, ça s'appelle Appart solidaire, ce dispositif, c'est bien cela ?

JULIEN DENORMANDIE
Exactement. En fait, l'objectif c'est d'apporter tout soutien nécessaire à ceux qui sont au front. Alors je pense aux soignants, je pense aux personnes qui travaillent dans les EHPAD, je pense aux personnes, aux travailleurs sociaux, qui agissent dans des centres d'hébergement pour porter abri et à ceux qui sont les plus précaires. Et on se rend compte que parfois le logement est un vrai problème, parce que vous habitez loin par exemple, et en même temps tout le monde le voit, il y a plein de logements notamment les logements Airbnb qui sont inoccupés, tout simplement parce qu'il y a plus de touristes, il n'y a plus d'activité touristique. Et donc j'ai lancé un appel il y a quelques jours à cette société, à Airbnb, en leur disant : créons une plateforme, Appart solidaire, pour que tous les propriétaires qui le souhaitent, qui ne mettent pas aujourd'hui en location leurs logements, puissent les mettre à disposition, via cette plateforme Appart solidaire, aux soignants, aux personnes qui travaillent dans les EHPAD ou ceux qui sont des travailleurs sociaux.

MATTHIEU BELLIARD
Donc c'est un partenariat entre l'Etat et Airbnb, et j'allais vous poser la question, pas que les médecins, pas que les soignants, bien sûr, les travailleurs sociaux aussi, les travailleurs dans les EHPAD, j'en parlais à l'instant, ils sont concernés. Simplement, un chiffre, est-ce que vous êtes capable de dire aujourd'hui combien ont besoin d'un logement, d'un hébergement temporaire pendant cette crise ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, c'est compliqué. Mais le comment ça va se passer en fait ? A partir de ce matin, Airbnb va envoyer un message à des centaines de milliers de personnes, les personnes qui mettent en location généralement leur logement sur cette plateforme, en leur disant : « Est-ce que vous voulez participer à cette initiative ? ». Donc moi j'en appelle à tous les propriétaires de logements pour y répondre favorablement. Et puis, à partir de ce soir, cette plateforme sera mise en ligne pour que ces soignants, ces personnes qui travaillent dans les EHPAD, puissent se connecter et voir si à proximité de leur lieu de travail il y a des logements qui sont disponibles. C'est encore, une nouvelle fois, un élan de solidarité. Moi ce que je trouve important aussi, c'est que dans ces moments, la solidarité, vous voyez, elle est à tous les étages, au niveau de la société, au niveau économique, au niveau social. Je crois que c'est très important, parce que la solidarité elle ne doit pas être victime du Covid-19. Et toutes nos forces doivent être mises pour accompagner ceux qui sont au front.

MATTHIEU BELLIARD
Donc, si j'ai un logement sur Airbnb, ce matin je vais recevoir un email m'expliquant le dispositif. Est-ce que je peux, alors simple question, est-ce que je peux louer juste une chambre ?

JULIEN DENORMANDIE
Non l'idée c'est un logement…

MATTHIEU BELLIARD
Complet.

JULIEN DENORMANDIE
Complet, exactement. C'est un logement complet, et ça, le détail sera donc envoyé ce matin par la société à tous ses adhérents, pour que ces logements puissent être mis à disposition.

MATTHIEU BELLIARD
Alors, même si on parle de solidarité, la question qui fâche, Julien DENORMANDIE : qui va payer ? Est-ce que l'Etat va indemniser tous ces bailleurs temporaires ?

JULIEN DENORMANDIE
Non, l'idée c'est de jouer sur cette solidarité. Vous savez, ces logements ils sont inoccupés aujourd'hui, donc ils ne rapportent rien aux propriétaires. Et je sais qu'il y a beaucoup de propriétaires, moi je reçois en tant que ministre du Logement, beaucoup d'élans de solidarité, beaucoup de personnes qui me disent : est-ce que je peux aider ? Est-ce que je peux mettre à disposition mon logement ? Dans ces périodes de crise, cette solidarité elle existe, et donc il y a beaucoup de propriétaires qui sont vraiment désireux de pouvoir faire cela. Ces logements aujourd'hui ils sont inoccupés, ces logements aujourd'hui ils ne rapportent rien à leurs propriétaires, et donc que ces propriétaires puissent les mettre à disposition de personnel soignant, il y en a beaucoup qui souhaitent pouvoir le faire. A partir d'aujourd'hui il y aura cette plateforme qui permettra d'organiser cela, et c'est très bien ainsi.

MATTHIEU BELLIARD
Et vous l'avez souligné aussi, les travailleurs sociaux concernés, parce que nous on reçoit sur le #radioouverte, beaucoup de questions au sujet des sans-abris, des migrants, notamment. Julien DENORMANDIE, je voulais vous poser la question : la prolongation de la trêve hivernale, annoncée par le président de la République, parfaitement claire dans le contexte, mais qui va indemniser les propriétaires, si des mauvais payeurs, des foyers en difficulté, ne paient plus le loyer ?

JULIEN DENORMANDIE
C'est de la responsabilité de l'Etat. La trêve hivernale, comment ça se passe ? C'est-à-dire qu'il y a une décision de justice, et ce que j'ai décidé, on l'a modifié dans la loi, c'est de prolonger cette trêve hivernale, c'est-à-dire que même s'il y a une décision de justice qui est prise pour expulser quelqu'un, à ce moment-là l'Etat bloque cette expulsion, et donc c'est de la responsabilité de l'Etat, et donc c'est l'Etat qui indemnise.

MATTHIEU BELLIARD
Je voudrais souligner aussi, profiter de vous avoir avec nous, pour souligner « jeveuxvousaider.gouv.fr », ça c'est une plateforme de mise en contact entre bénévoles, associations, là sur tout un tas de domaine, de l'alimentaire, de la garde d'enfants, du lien social aussi pour les plus fragiles, de la solidarité de proximité. Julien DENORMANDIE, ça existe aussi, « jeveuxvousaider.gouv.fr ». Merci beaucoup d'avoir détaillé ce plan Appart solidaire, c'est le nom.

JULIEN DENORMANDIE
Merci à vous.

MATTHIEU BELLIARD
Appart solidaire, je le dis pour nos auditeurs. Les bailleurs temporaires, sur Airbnb, peut-on les appeler comme ça, je ne sais pas, vont recevoir un e-mail ce matin, partenariat entre l'Etat et Airbnb que vous annoncez sur Europe 1. Et puis pour les initiatives solidaires, ne manquez pas « la France bouge », ça c'est tous les jours entre midi et 14h00, particulièrement à partir de 13h00, ce genre d'initiatives vous les retrouvez avec Raphaëlle DUCHEMIN et Pierre de VILNO. Julien DENORMANDIE, ministre en charge de la Ville et du Logement était mon invité


source : Service d'information du Gouvernement, le 25 mars 2020