Interview de Mme Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, à Europe 1 le 27 juillet 2020, sur les propositions de la Convention Climat, la prime à la conversion des véhicules et la bétonisation des sols.

Prononcé le

Intervenant(s) :

Texte intégral

FRANÇOIS GEFFRIER
Bonjour Barbara POMPILI.

BARBARA POMPILI
Bonjour.

FRANÇOIS GEFFRIER
Pendant trois semaines, on n'a pas eu de secrétaires d'Etat en France, finalement on arrive à une équipe très fournie, 42 membres au total dans ce gouvernement, on n'avait pas vu ça, si je ne me trompe pas, depuis Alain JUPPE en 95. Là, on ne fonctionne pas vraiment à l'économie.

BARBARA POMPILI
Ah, mais quand on veut avoir un gouvernement de combat, il faut qu'on ait du monde, et moi je suis ravie d'accueillir dans mon ministère Bérangère ABBA, qui va nous aider sur la biodiversité, dans une année assez cruciale sur le sujet, puisqu'on va avoir des gros enjeux internationaux et locaux. Donc non, moi je suis contente qu'on ait du renfort, j'appelle ça du renfort.

FRANÇOIS GEFFRIER
Bérangère ABBA, un renfort si je vous entends, mais à côté de ça, il a Brune POIRSON qui n'est pas reconduite dans ce gouvernement. Elle n'a pas fait du bon boulot ?

BARBARA POMPILI
Ah au contraire, elle a fait un excellent travail, vraiment, sur la question de toute l'économie circulaire, de fait du sortir du tout jetable, elle a fait un travail extraordinaire, elle a porté une loi dure…

FRANÇOIS GEFFRIER
... pour la récompenser.

BARBARA POMPILI
... elle a porté une loi dure face à des lobbies qui étaient des lobbies vraiment virulents, et elle a réussi à faire passer sa loi, et je peux vous dire que je me sens un devoir vis-à-vis d'elle, de poursuivre son travail, et je lui envoie un salut très amical. Je serais très contente de la revoir quand elle va retourner à l'Assemblée nationale.

FRANÇOIS GEFFRIER
Très bon travail, mais elle part.

BARBARA POMPILI
Ecoutez, ça, ce ne sont pas des choix qui m'appartiennent, mais en tout cas ce que je peux vous dire, c'est qu'elle a fait du super boulot.

FRANÇOIS GEFFRIER
Alors, Barbara POMPILI, un conseil de défense écologique a lieu ce matin, c'est votre premier à ce poste de ministre, c'est le premier aussi depuis février. L'idée c'est de reprendre sans filtre certaines propositions de la Convention citoyenne pour le climat. Ça va être du concret, là, aujourd'hui, des annonces concrètes pour la vie des Français, ou ce sera assez technique ?

BARBARA POMPILI
Oui, il va y avoir un certain nombre d'annonces concrètes, parce qu'on veut montrer que d'abord le travail qui a été fait par les citoyens pendant des mois, les citoyens la Convention citoyenne pour le climat, c'est un travail concret et c'est un travail qui va faire changer un petit peu la vie quotidienne des gens. Donc on ne va pas évidemment appliquer ce matin toutes les mesures réglementaires qu'ils nous ont proposées, parce qu'il y en a énormément, donc on va commencer bout par bout…

FRANÇOIS GEFFRIER
C'est ce qui est possible, par décret, c'est ça ?

BARBARA POMPILI
C'est ce qui est possible par décret, par arrêté, tout ce qui est l'infra législatif on va dire. Par contre, on évite de faire trop de choses qui concerne les collectivités locales, parce que ça il va y avoir une consultation qui va être faite à partir de mercredi, les citoyens vont rencontrer les représentants des collectivités locales, et donc il va y avoir cet échange, donc on évite d'avoir des mesures trop ciblée collectivités ce matin. Il y en aura quelques-unes, mais ça…

FRANÇOIS GEFFRIER
Vous parlez de propositions qui vont changer la vie des Français. Est-ce que parmi celles-ci il y aura la limitation de la vitesse à 30 km/h dans les agglomérations ?

BARBARA POMPILI
Alors, typiquement, typiquement ça c'est une mesure qui concerne beaucoup les collectivités locales, et je crois que personne ne comprendrait, y compris chez nos élus, qu'on puisse prendre ce genre de décision sans avoir eu un échange avec eux. Donc je vous dis, mercredi il va y avoir un échange entre les citoyens…

FRANÇOIS GEFFRIER
De la Convention.

BARBARA POMPILI
De la Convention, des représentants des collectivités locales pour aborder ces sujets-là, et je pense que le sujet des 30 km/h sera abordé, parce que c'est un sujet important, c'est un sujet intéressant d'un point de vue écologique, mais on ne fait pas sans eux.

FRANÇOIS GEFFRIER
On en a moins entendu parler que les 110 sur autoroute.

BARBARA POMPILI
C'est vrai, on a moins entendu parler.

FRANÇOIS GEFFRIER
Il est passé sous les radars, si j'ose dire.

BARBARA POMPILI
Ah ah !

FRANÇOIS GEFFRIER
Toujours le domaine de l'automobile, vous souhaitiez que la prime à la conversion qui cartonne en ce moment, les 200 000 sont quasiment, de la première mouture, sont quasiment toutes épuisées, vous souhaitiez que cette prime ne puisse plus concerner l'achat d'un véhicule diesel, on a appris ce week-end qu'on pourrait toujours bénéficier de la prime en achetant un véhicule diesel. Ça veut dire que là vous avez déjà concrètement perdu un arbitrage. C'est quoi, c'est face aux constructeurs français qui ont des diesels à écouler ?

BARBARA POMPILI
Alors, d'abord, on a quand même énormément recentré la prime sur les hybrides et des véhicules électriques. On a gardé une part de thermique pour les personnes qui ont vraiment des très petits revenus, pour qu'ils ne se soient pas écartés de cette histoire de la prime à la conversion. Mais oui, je souhaite très vite qu'on arrête de subventionner des véhicules qui sont les véhicules diesel, parce que ce ne sont pas des véhicules d'avenir, donc rendez-vous plus tard. Mais pour l'instant on a déjà beaucoup limité, quand même, on a vraiment recentré cette prime sur les véhicules les plus propres.

FRANÇOIS GEFFRIER
Cette nouvelle version de la prime à la conversion, ça démarre le 3 août.

BARBARA POMPILI
Oui.

FRANÇOIS GEFFRIER
Combien de primes seront disponibles ?

BARBARA POMPILI
Eh bien écoutez, il n'y a pas de chiffre de prime…

FRANÇOIS GEFFRIER
Il n'y aura pas de chiffre, là il y en avait 200 000 sur la première, tout est parti…

BARBARA POMPILI
Non mais on espère qu'il y en aura encore de 200 000 d'ici à la fin du quinquennat, mais je pense qu'il y en aura en fonction des demandes aussi. On ne va pas dire à des personnes…

FRANÇOIS GEFFRIER
Vous ne mettez pas de limitation ?

BARBARA POMPILI
... vous n'aurez pas votre prime, parce qu'on a passé notre quota, ça ne se fait pas comme ça.

FRANÇOIS GEFFRIER
C'est ce qui s'est passé pour la première version.

BARBARA POMPILI
Non, pour la première version, on est arrivé à une limite et on a dit : bon ben là on va revoir les critères pour les recentrer.

FRANÇOIS GEFFRIER
Parmi vos chevaux de bataille, Barbara POMPILI, il y a la lutte contre la bétonisation, l'artificialisation des sols. Vous voulez un moratoire sur les nouveaux entrepôts de e-commerce, comme AMAZON ou Cdiscount. Quel est le principe derrière ?

BARBARA POMPILI
La question, il faut bien comprendre ce que c'est que l'artificialisation. Je ne sais pas si tout le monde l'a en tête, mais en fait, moi j'appelle ça aussi la bétonisation, c'est-à-dire que…

FRANÇOIS GEFFRIER
Transformer un champ en terrain de goudron.

BARBARA POMPILI
Voilà ! Pour mettre dessus des entrepôts, pour mettre dessus des surfaces commerciales, pour mettre dessus aussi des maisons individuelles, et il faut bien se rendre compte que ça a un impact énorme, on est sur la surface d'un département comme la Drôme tous les 10 ans. Donc on est sur un une énorme surface. Ça, ça fait quoi ? Ça tue la biodiversité, ça pollue, et en plus ça enlève les défenses que nous avons par exemple face aux inondations. Quand vous avez eu des sols bétonnés, l'eau ruisselle, elle ne pénètre plus, et c'est là qu'on a des inondations, ça coûte extrêmement cher, ça crée d'énormes dégâts, donc il faut préserver la biodiversité et arrêter cette bétonisation. Donc parmi des mesures possibles, il y a des mesures qui ont été proposées par la Convention citoyenne pour le climat, sur des surfaces commerciales. Je crois que quand on prévoit cela, il faut se dire qu'on a quelque chose qui est en train de se développer très fort aujourd'hui, qui est effectivement les entrepôts de e-commerce. Aujourd'hui ça part un peu comme ça à toute vitesse, je crois qu'on a besoin de se poser la question que ces entrepôts de e-commerce se développent sans justement créer trop d'artificialisation, sans abîmer aussi les commerces de centre-ville. On voit qu'aujourd'hui…

FRANÇOIS GEFFRIER
Mais si on fait un moratoire sur ces nouveaux entrepôts, il y en aura peut-être en Allemagne, et les camions viendront de plus loin, donc on n'aura pas freiné la consommation des Français là-dessus ni la pollution.

BARBARA POMPILI
Je sais que certains disent ça pour faire un entrepôt, ça ne se fait pas en 3 mois ou 4 mois. Moi je pense qu'il faut qu'on prenne quelques mois de réflexion, et en 3 mois ou 4 mois on ne fait pas sortir un entrepôt de terre de l'autre côté de la frontière, ça prend beaucoup plus de temps que cela, donc arrêtons de nous faire peur, la peur empêche de réfléchir.

FRANÇOIS GEFFRIER
La loi bioéthique, Barbara POMPILI, ouvrant la possibilité de PMA aux femmes seules et couples de femmes, est de retour à l'Assemblée nationale. On n'a pas encore entendu là-dessus la position du nouveau Premier ministre sur la question. Est-ce que vous, par exemple, vous êtes pour la méthode qu'on dit ROPA, c'est-à-dire permettre à une femme de porter un enfant conçu avec les ovocytes de sa partenaire ?

BARBARA POMPILI
Ou là, mais évidemment que j'ai un avis personnel sur la question, mais je ne suis pas du tout là pour le dire. Il y a le débat parlementaire qui va s'en emparer…

FRANÇOIS GEFFRIER
Mais vous avez peur qu'il ne soit pas de la même teneur que celui du gouvernement ?

BARBARA POMPILI
Le gouvernement, à ma connaissance, n'a pas exprimé de position sur le sujet, donc je pourrais le faire…

FRANÇOIS GEFFRIER
Avis défavorable, je peux vous le dire.

BARBARA POMPILI
... je pourrais le faire très tranquillement. Mais moi j'ai été…

FRANÇOIS GEFFRIER
Mais votre avis personnel.

BARBARA POMPILI
J'ai été parlementaire, et à titre personnel je pense qu'il faut avancer sur tout ce qui peut permettre de donner plus de liberté aux gens. Mais, encore une fois, ce n'est pas moi qui vais décider de ça, et ce sont les parlementaires, que je respecte énormément qui vont avoir ce débat et qui vont trancher.

FRANÇOIS GEFFRIER
Est-ce que vous êtes à l'aise avec cet accent mis sur la sécurité ces derniers jours par le gouvernement ? Est-ce que vous diriez, comme Gérald DARMANIN, qu'il y a un "ensauvagement" d'une partie de la société ?

BARBARA POMPILI
Je pense qu'aujourd'hui on est, le gouvernement au service de tous les Français, et donc on doit rassembler tous les Français, et ça pour moi c'est le principal. Monter les Français les uns contre les autres peut toujours être un risque, en revanche nous sommes là…

FRANÇOIS GEFFRIER
C'est ce que fait Gérald DARMANIN ?

BARBARA POMPILI
Je parle en général. Nous sommes là pour faire respecter les règles et des lois de la République, et ceux qui veulent se soustraire et qui veulent défier les lois de la République, doivent être sévèrement punis, et je crois que les annonces qui ont été faites ce week-end, notamment par le Premier ministre, sont des bonnes annonces.

FRANÇOIS GEFFRIER
Vous travailliez il y a un an sur une mission d'information sur le cannabis bien-être. On annonce ce week-end la généralisation des amendes pour consommation de cannabis. C'est une bonne mesure ?

BARBARA POMPILI
La question des amendes, c'est juste une question de choses plus pratiques. Aujourd'hui il y a une loi, elle est mal appliquée, parce que quand il y a des amendes, elles ne sont jamais recouvertes, etc. Là ça va être directement, ça va être fait tout de suite, c'est plus pratique. Après, il y a une réflexion plus générale sur la place du cannabis, le cannabis bien-être, le cannabis d'une manière générale dans les cultures, ce qu'il peut apporter. Il y a une mission d'information qui a été créée à l'Assemblée nationale, sur le sujet, qui réunit plusieurs commissions dont la commission dont j'étais issue à l'époque, et qui va rendre ses conclusions. On va les regarder très attentivement, parce qu'on voit qu'aujourd'hui on est peut-être à un moment où on peut sauter un certain nombre d'étapes qui avait été empêchées par un état d'esprit un petit peu frileux sur la question.

FRANÇOIS GEFFRIER
Ce Conseil de défense écologique donc ce matin, qu'on suivra évidemment à midi et demi, dans le journal et à 18h00 ce soir sur Europe 1. Merci Barbara POMPILI, ministre de la Transition écologique, d'être venue sur Europe 1 ce matin et bonne journée.

BARBARA POMPILI
Merci à vous.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 juillet 2020