Interview de M. Franck Riester, ministre de la culture, à Radio Classique le 29 juin 2020, sur la mise en place de l’année blanche accordée aux intermittents et les résultats des municipales.

Texte intégral

GUILLAUME DURAND
Avec Franck RIESTER. Nous avons une droite qui se recompose, des socialistes qui remportent un certain nombre de villes et qui gardent Paris, et donc les écologistes, on parle de vague verte, et puis il y a au milieu de tout ça La République en marche pour qui c'est un véritable désastre. Franck RIESTER, on se réveille dans quel état d'esprit ce matin quand on observe ces résultats, vous qui avez quand même appartenu aux Républicains pendant un certain nombre d'années, quelques dizaines d'années ?

FRANCK RIESTER
Oui, qui a créé un autre parti de droite, Agir, la droite constructive, qui est alliée avec La République en marche et le MoDem, qui fait partie de cette majorité, et qui constate, comme nous tous évidemment, une poussée, un choc écologiste. Il y a évidemment, avec les résultats d'hier soir, une démonstration de la volonté de nos compatriotes d'aller vers davantage de transition écologique. Mais il ne faut évidemment surtout pas en tirer des conséquences politiques à long terme sur telle ou telle élection, parce que les Français…

GUILLAUME DURAND
Vous voulez dire… les municipales de la présidentielle qui vient ?

FRANCK RIESTER
Mais oui, parce qu'on s'aperçoit, élection après élection, que les Français, eux, ne se trompent pas d'élection. Ils ont, aux Européennes, clairement donné une victoire à la majorité parce qu'ils étaient convaincus qu'il fallait donner les moyens à la France d'être fort…

GUILLAUME DURAND
Et au Rassemblement national.

FRANCK RIESTER
D'être fort en Europe, derrière le président de la République, et là il y a une aspiration locale à une ville plus douce, à davantage de mobilité en commun, davantage de vélo, davantage de rues vertes, d'espaces verts, d'une meilleure nourriture plus bio, de meilleure qualité, à la cantine…

GUILLAUME DURAND
Mais vous considérez ce matin, Franck RIESTER, que le président de la République n'est pas condamné par ce résultat…

FRANCK RIESTER
Pas du tout.

GUILLAUME DURAND
Parce qu'on entend beaucoup de gens qui disent que le match MACRON/LE PEN, qui est annoncé par tout le monde, est un match qui n'est pas du tout certain, puisque ça pourrait être un match à quatre, et à ce moment-là…

FRANCK RIESTER
Non, mais bien sûr que le match n'est jamais prévu à l'avance, et ceux qui pensaient que le match LE PEN/MACRON était sûr aux présidentielles, sont peut-être les mêmes qui pensaient, dans les dernières élections européennes, que la majorité allait perdre ces élections, donc il n'y a aucune certitude et les Français ne se trompent pas d'élection. Et on voit aussi, élection après élection, qu'ils font attention, aussi, aux personnalités. Je ne parle pas, moi, de dégagisme, mais en tout cas il y a la volonté d'aller vers celui ou celle, et parfois une équipe, qui incarne le mieux l'avenir, qui a le projet le plus en phase avec leur aspiration du moment, et cette alliance entre les personnalités et les projets, eh bien c'est la démocratie. Et quelque part c'est assez rassurant, moi je vous dis ce matin, Guillaume DURAND, c'est que quelque part, aussi, on s'aperçoit…

GUILLAUME DURAND
Non, mais il y a les gens qui vous entendent doivent halluciner, c'est-à-dire que vous prenez une raclée, vous dites c'est rassurant.

FRANCK RIESTER
Non, mais…

GUILLAUME DURAND
Je ne parle pas de vous !

FRANCK RIESTER
Non, mais je ne parle pas d'un résultat, je dis simplement que… moi je suis évidemment déçu des résultats, je pense que c'est évidemment loin de nos ambitions communes, après je mesure aussi qu'il y a, quelque part, la nécessité, pour nos compatriotes, d'être, comment dire, vis-à-vis des élections, d'être rassurés aussi par les élections. Il y a eu une grande abstention, eh bien ceux qui se sont mobilisés le plus, eh bien c'est ceux qui avaient envie de défendre leurs convictions sur la transition écologique, c'est ceux qui ont voulu soutenir des personnalités en qui ils avaient confiance. Quand Edouard PHILIPPE fait 58 % des voix au Havre, c'est un signal fort de confiance en Edouard PHILIPPE…

GUILLAUME DURAND
Ça ne veut pas dire pour ça qu'il va rester.

FRANCK RIESTER
Non, ce n'est pas pour autant qu'il va rester, ça c'est le président de la République qui va décider. Si la question c'est de me dire est-ce qu'Edouard PHILIPPE est un bon Premier ministre ? Je vais vous dire oui. Est-ce qu'il sera Premier ministre ? Ça c'est la décision du président de la République, vous connaissez les institutions mieux que moi, en tout cas aussi bien que moi. Guillaume DURAND, la réalité c'est que la démocratie, je pense, n'est pas perdante, de ces élections, moi j'invite évidemment nos compatriotes a davantage se mobiliser, parce que l'abstention a été quand même importante, et on peut le regretter, mais, in fine, c'est aussi un message de dire « si vous voulez avoir vos candidats, si vous voulez avoir vos projets qui sont retenus par le suffrage universel, allez voter. »

GUILLAUME DURAND
Non, mais pardonnez-moi, je reprends les problèmes les uns après les autres, pardonnez-moi de vous interrompre, mais quand vous voyez par exemple que des gens s'enchaînent place Beauvau devant les policiers, qu'une grande partie des policiers eux-mêmes en ont par-dessus la tête d'être mal payés, que vous avez une crise dans la santé, qu'il y a eu les Gilets jaunes, qu'il y a eu la bataille des retraites qui a amené beaucoup de gens dans la rue, que le Covid a quand même été assez mal géré, tout ça fait quand même un passif, parce que là on est en train de tourner autour du pot, mais enfin ça fait de ce quinquennat un quinquennat, disons, pour ne pas employer un mot péjoratif, totalement atypique, dont on a l'impression que peut sortir tout et n'importe quoi à la sortie de cette aventure. Donc, il y a quand même, contrairement à votre discoures, qui est un discours calme, et plutôt positif, un aspect totalement inquiétant, on n'est pas dans un monde qui était régi et corseté par des partis politiques qui dirigeaient le pays, on a l'impression que le pays tout d'un coup peut décider…

FRANCK RIESTER
Attendez, on est dans une démocratie, effectivement le pays, les Français peuvent décider de leur avenir, enfin ce n'est pas moi qui peut aller contre ce principe-là, démocratique.

GUILLAUME DURAND
Oui, mais d'accord, si ça passe par les élections…

FRANCK RIESTER
Non, mais ce que je dis c'est que, on ne peut pas résumer à l'élection d'hier tous les maux de notre pays, toutes les difficultés qui existent dans notre pays, mais qui existent dans notre pays, qui existent en Europe, qui existent dans le monde entier, quand on regarde ce qui se passe ailleurs, on s'aperçoit que les difficultés sont nombreuses également. Qu'il n'y ait pas de difficultés notre pays, bien sûr qu'il y en a, bien sûr qu'on a été frappé par une crise majeure, qui frappe en profondeur un certain nombre de secteurs d'activité, et je suis ministre de la Culture, vous l'avez très bien dit tout à l'heure, qui est particulièrement touché par cette crise d'une façon…

GUILLAUME DURAND
Moi ce que je voulais dire c'est que le monde de la culture ne vous épargne pas, mais on va y revenir dans un instant.

FRANCK RIESTER
Oui, oui, ça c'est encore autre chose ; le monde la culture a été particulièrement touché par cette crise, qu'il y ait eu, à un moment donné, une manifestation des Gilets jaunes, à une aspiration à davantage de pouvoir d'achat et davantage de considération, bien évidemment. Pour autant est-ce qu'on n'a pas été au rendez-vous de ces crises-là, est-ce que la réaction du gouvernement de baisse des impôts, comme elle a été celle du gouvernement, n'était pas la bonne, pour les Gilets jaunes ? Je pense que oui. Est-ce que la réponse, massive, comme aucun pays au monde n'a eu vis-à-vis de la crise sanitaire, pour accompagner la crise du Covid, pour accompagner nos compatriotes dans la difficulté, n'était pas la bonne réponse ? Moi je pense que oui, et je pense que oui notamment dans la culture…

GUILLAUME DURAND
Non, mais ça personne ne le conteste puisque les salaires ont été, en tous cas pour 10 millions de Français, nationalisés, et tout le monde l'a souligné. Mais je repose ma question, au terme justement de cet entretien, avant nous passions à la culture, est-ce que ces élections municipales ne sont pas une cinglante défaite pour Emmanuel MACRON, qui va être obligé de jouer l'acrobate ou l'équilibriste pour s'en sortir dans la perspective de la présidentielle ?

FRANCK RIESTER
Eh bien je ne dis pas que c'est une cinglante défaite pour Emmanuel MACRON, certes c'est une poussée verte, qui a d'ailleurs été constatée dans toutes les villes, y compris les villes qui étaient détenues par le PS ou détenues par les LR, puisqu'il y a des villes qui ont basculé Verts et qui étaient détenues par le PS, détenues par les LR, bien évidemment la majorité est loin des objectifs, très loin des objectifs qu'on s'était fixé, et, ce que je vous disais tout à l'heure c'est que, peut-être, à La République en marche, et dans la majorité, peut-être qu'on a trop imaginé que les résultats des européennes devaient se calquer sur les élections municipales, et peut-être pas suffisamment réfléchir à ce qu'était l'aspiration des électeurs de territoires et…

GUILLAUME DURAND
Donc ce n'est pas une cinglante défaite ?

FRANCK RIESTER
Pour le président de la République ?

GUILLAUME DURAND
Oui.

FRANCK RIESTER
Non, pas pour le président de la République, pour les partis qui sont les partis de la majorité, à commencer par la République en marche, oui, c'est évidemment très loin des objectifs qui ont été fixés et on peut constater que cette victoire verte est une victoire très claire.

GUILLAUME DURAND
Alors, j'ai plein de questions à vous poser concernant la politique culturelle.

FRANCK RIESTER
Juste, Guillaume DURAND, juste un mot complémentaire.

GUILLAUME DURAND
Je vous en prie.

FRANCK RIESTER
Il faut aussi faire attention au prisme déformant de cette élection à deux tours, c'est-à-dire qu'il y a eu quand même un grand nombre de villes, au premier tour, qui ont consacré soit des maires sortants, soit des nouveaux maires, qui n'étaient pas Verts. In fine, comme l'a d'ailleurs rappelé Guillaume TABARD, Les Verts vont détenir 10 villes sur 265 de plus de 30.000 habitants, donc attention au prisme déformant, même s'il y a bien évidemment une poussée Verte très forte.

GUILLAUME DURAND
Alors, la question concerne maintenant la culture, d'abord parfois je me demande si ce n'est pas votre dernière interview puisque vous savez…

FRANCK RIESTER
Oh ben c'est agréable…

GUILLAUME DURAND
Non, non, mais vous avez le cuir solide, c'est pour ça que je me permets de parler franchement avec vous, puisqu'on vous donne partant dans de très nombreux… vous n'êtes pas le seul puisqu'on parle d'Edouard PHILIPPE, on parle de Nicole BELLOUBET, on parle de beaucoup de gens, et pourtant c'est un contexte qui est extrêmement difficile. Donc, est-ce que vous, vous assumez cette idée qu'un départ est possible ou est-ce que vous êtes parti pour la bataille, défendre les grands festivals de l'été, puisque c'est d'abord et avant tout l'urgence de défendre un monde culturel qui est touché par la pandémie ?

FRANCK RIESTER
La composition d'un gouvernement c'est le fait du président du président de la République et du Premier ministre. Ensuite, ça fait 1,5 an que je suis ministre de la Culture, un peu plus d'1,5 an, et j'ai mobilisé toute mon énergie et toute celle de toutes les équipes du ministère de la Culture au service du monde de la culture, au service de la culture, qui est si important pour nos compatriotes. Depuis le début de la crise nous avons mobilisé toute notre énergie pour que les mesures transversales, qui bénéficient à tous les secteurs d'activité, bénéficient aussi au monde de la culture, qui a ses spécificités. Au total, Guillaume DURAND, aujourd'hui c'est 5 milliards d'euros qui ont été mobilisés pour la culture…

GUILLAUME DURAND
…l'année blanche, pour les intermittents, c'est acté ?

FRANCK RIESTER
C'est acté, ça représente un budget de 950 millions d'euros. Il n'y a pas un pays au monde où il y a une telle mobilisation, pour les techniciens…

GUILLAUME DURAND
Donc techniciens de la télévision, et du cinéma…

FRANCK RIESTER
Techniciens et artistes du cinéma, de la télévision, et du spectacle vivant.

GUILLAUME DURAND
Ce matin, c'est certain.

FRANCK RIESTER
Ah oui, c'est certain, le décret est en cours, il va être publié dans les jours qui viennent. 950 millions d'euros, Guillaume DURAND, c'est les prêts garantis par l'Etat qui ont bénéficié à toutes les industries culturelles de ce pays, ce sont, pour les artistes auteurs, un accompagnement à travers le fonds de solidarité et les exonérations de charges sociales. On a pris la décision, là, Guillaume DURAND, ces derniers jours, d'exonérer socialement les artistes auteurs pour 4 mois, ça représente 100 millions d'euros, pour les artistes auteurs. Ils ont bénéficié aussi du fonds de solidarité, pour des dizaines de millions d'euros.

GUILLAUME DURAND
Et est-ce qu'il y a des grands festivals qui pourraient être sauvés ? Parce que pour l'instant on a à peu près tout annulé, et on en terminé parce que c'est le terme de notre entretien.

FRANCK RIESTER
Alors, dans le plan de Finances rectificative numéro 3 on a mobilisé un fonds spécifique pour le festival, pour accompagner les festivals. Vous savez, je mesure les difficultés dans lesquelles sont de celles et ceux qui travaillent dans la culture, elles sont énormes ces difficultés, pour autant il me semble que le gouvernement était au rendez-vous, et je suis plus mobilisé que jamais pour accompagner ces acteurs dans la crise et les faire rebondir, pour qu'on retrouve tous les festivals qu'on aime l'an prochain, pour qu'on retrouve des salles de spectacles et de concerts pleines, ce qui est pour le moment pas encore possible puisque vous savez qu'il y a des consignes sanitaires qui imposent un certain nombre de prudence, et pour autant il y a la volonté, et il y a l'action et les résultats…

GUILLAUME DURAND
Franck RIESTER

FRANCK RIESTER
Merci beaucoup.

GUILLAUME DURAND
Le ministre de la Culture était l'invité politique de La matinale.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 juin 2020