Interview de Mme Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation à France Bleu le 28 janvier 2021, sur la difficulté de vivre un nouveau confinement pour les étudiants et la possibilité pour les établissements de les accueillir une fois par semaine.

Texte intégral

ADRIEN BOSSARD
Et notre invitée ce matin, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation.

FAUSTINE MAUERHAN
Frédérique VIDAL, bonjour.

FREDERIQUE VIDAL
Bonjour.

FAUSTINE MAUERHAN
Etudiants fantômes, étudiants morts-vivants, génération sous antidépresseurs, voilà comment se voient aujourd'hui les étudiants, qui ne demandent qu'une chose, retourner à la fac étudier, la bonne nouvelle, c'est qu'ils peuvent le faire depuis lundi, depuis le début de la semaine, ils peuvent revenir un jour par semaine, comment ça se passe ?

FREDERIQUE VIDAL
Alors, oui, effectivement, c'est une demande très forte à la fois des étudiants, mais aussi des enseignants, de pouvoir avoir un second semestre qui leur permette de se retrouver plus que le premier semestre, où la majorité des cours ne pouvaient pas avoir lieu. Donc depuis lundi, effectivement, si les universités ont commencé leur deuxième semestre, vous savez que la réouverture du deuxième semestre s'étale jusqu'au 7 février, mais en tout cas, à partir du 25 janvier, il était possible pour les établissements d'accueillir des étudiants en gardant une jauge globale de leur capacité d'accueil à 20 %. Et puis, surtout, en mettant en place des protocoles qui évitent que les étudiants ne se déplacent dans les bâtiments et ne se croisent trop…

FAUSTINE MAUERHAN
Et ça fonctionne ?

FREDERIQUE VIDAL
Ça fonctionne, c'est un énorme travail, et je remercie, bien sûr, toutes les équipes pédagogiques d'avoir repensé les emplois du temps pour permettre cela. Mais je crois que c'était essentiel.

FAUSTINE MAUERHAN
Alors, en cas de reconfinement, est-ce que ces étudiants vont pouvoir continuer à venir 20 % du temps dans les universités ?

FREDERIQUE VIDAL
En réalité, on a deux impératif, le premier, c'est faire en sorte que l'épidémie ne reparte pas dans notre pays, vous savez qu'elle repart tout autour de nous, en Europe, et avec les nouveaux variants, eh bien, on regarde ça de très près. Et le deuxième impératif, c'est maintenir au maximum le présentiel, qui vient de redémarrer, et ce contact qui était tellement nécessaire entre les étudiants et les professeurs. Donc évidemment…

FAUSTINE MAUERHAN
Et dans la balance, qu'est-ce qui penche ?

FREDERIQUE VIDAL
Eh bien, ça va dépendre de la dureté, entre guillemets, des mesures qui devront être prises, et donc c'est ça qui est en train d'être étudié, vous le savez, nous avons fait le choix de préserver au maximum l'école, nous avons entendu les demandes des étudiants, partout ailleurs dans le monde, les universités sont à distance, il y a très, très peu d'endroits où il y a du présentiel, mais c'est important, et les étudiants nous le demandent, les profs nous le demandent. Et donc, voilà, on fera tout pour que ce soit possible.

FAUSTINE MAUERHAN
Si c'est pour tout refermer dans quelques jours, ça sera terrible pour les étudiants, c'est bien ce que vous avez dit hier lors du Conseil de défense…

FREDERIQUE VIDAL
Absolument, et je crois que tout le monde partageait cela, mais comme je vous le dis, on a ces deux impératifs à concilier, donc…

FAUSTINE MAUERHAN
Donc vous ne pouvez pas vous engager pour l'ouverture…

FREDERIQUE VIDAL
Moi, j'ai confiance dans les protocoles sanitaires qui ont été mis en place par les établissements, j'ai confiance dans le fait que nous avons organisé les tests, maintenant, si nous devions aller sur un confinement dur avec écoles fermées à nouveau, bon, eh bien, voilà, je crois que…

FAUSTINE MAUERHAN
Les facs fermeront aussi du coup…

FREDERIQUE VIDAL
On serait tous dans tous dans une situation très difficile.

FAUSTINE MAUERHAN
Décision quand, annoncée quand, vous avez une date ?

FREDERIQUE VIDAL
On est vraiment… on y passe tout notre temps en ce moment, donc, voilà, la décision, elle sera prise dès que nous aurons en réalité les chiffres définitifs des 15 jours de couvre-feu à 18h, c'est-à-dire probablement dans le week-end.

ADRIEN BOSSARD
8h20. Merci d'écouter France Bleu Paris, sur France 3 Paris Ile-de-France, nous recevons ce matin Frédérique VIDAL, ministre de l'Enseignement supérieur, qui est notre invitée.

FAUSTINE MAUERHAN
La précarité tue, disent aussi des étudiants qui filment souvent leur frigo vide, on les voit aussi beaucoup faire la queue pour récupérer des colis alimentaires, et depuis lundi, ils ont droit donc à ces deux repas par jour à 1 euro dans les restos U, est-ce qu'il y a beaucoup de monde ?

FREDERIQUE VIDAL
Oui, il y a beaucoup de monde, et ce qui est intéressant, c'est de voir qu'il y a autant d'étudiants boursiers que d'étudiants non-boursiers, cette mesure, elle avait été mise en place pour les étudiants boursiers dès le mois de septembre, et puis, c'était la demande des étudiants de pouvoir l'élargir à l'ensemble des étudiants, qu'ils soient boursiers ou pas, c'est ce qui a été fait, le retour en présentiel des étudiants permet aussi de réouvrir l'ensemble des restaurants universitaires, on en avait 350 sur 700 ouverts la semaine dernière, 420 ouverts ce lundi, et on va évidemment réouvrir l'ensemble des structures, de manière à pouvoir…

FAUSTINE MAUERHAN
Distribuer ces repas…

FREDERIQUE VIDAL
Apporter et distribuer ces repas à tous les étudiants.

FAUSTINE MAUERHAN
Combien de repas distribués depuis lundi ?

FREDERIQUE VIDAL
On avait 50.000 lundi, un peu plus de 60.000 mardi, donc ça monte en flèche, c'est surtout, comme je vous le disais, moitié-moitié, c'est-à-dire que les étudiants non-boursiers attendaient cette mesure visiblement.

FAUSTINE MAUERHAN
Les syndicats étudiants réclament aussi des aides financières directes et pérennes, est-ce que vous allez le faire, est-ce que vous allez notamment élargir le RSA aux 18-25 ans ?

FREDERIQUE VIDAL
Alors, en réalité, les aides pérennes pour les étudiants, ça s'appelle les bourses sur critères sociaux, et c'est déjà en place, et puis, pour ceux qui arrivent à la fin de leur diplôme, c'est l'idée de la Garantie Jeunes, qui leur permet, pendant qu'ils sont en train de chercher leur premier emploi, d'être aidés à hauteur de quasiment 500 euros par mois. Nous devons repenser structurellement le système de ces aides sociales qui laisse sur le bord du chemin, j'allais dire, les jeunes dont les familles ont des revenus médians, et donc, voilà, c'est aussi un engagement qui a été pris par le Premier ministre et par le président de la République.

FAUSTINE MAUERHAN
Frédérique VIDAL, ministre de l'enseignement supérieur. Merci d'avoir été avec nous ce matin. On retient donc ce chiffre, si je compte bien, 110.000 repas distribués en deux jours aux étudiants non-boursiers et boursiers.

ADRIEN BOSSARD
Frédérique VIDAL, merci d'avoir été avec on va vous…

FREDERIQUE VIDAL
Merci à vous.

ADRIEN BOSSARD
On va vous laisser repartir parce que vous avez rendez-vous justement avec des étudiants au Crous de Créteil, c'est ça ?

FREDERIQUE VIDAL
Oui, c'est ça, je suis le plus possible sur le terrain aux côtés des équipes, aux côtés des étudiants et aux côtés des CROUS et des universités.

ADRIEN BOSSARD
Merci d'avoir accepté l'invitation de France Bleu Paris.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 29 janvier 2021