Interview de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, à RTL le 16 février 2021, sur les contrôles d'identité dans les quartiers "difficiles" et le projet de loi confortant le respect des principes de la République.

Texte intégral

ALBA VENTURA
Bonjour Gérald DARMANIN.

GERALD DARMANIN
Bonjour.

ALBA VENTURA
C'est cet après-midi qu'aura lieu à l'Assemblée le vote solennel du texte sur le séparatisme que vous avez finalement baptisé loi confortant le respect des principes de la République, on va y revenir, mais tout d'abord, c'est peu dire que les propos de la Défenseur des droits ont mis le feu aux poudres. Claire HEDON a proposé d'expérimenter des zones sans contrôle d'identité dans les quartiers difficiles au motif que les jeunes se sentent harcelés dans certains quartiers. Hier, elle a rétropédalé devant la colère des policiers, elle a bien fait ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, moi, je pense que chacun doit rester dans son rôle, et mon rôle, c'est d'être défenseur des policiers et des gendarmes, et finalement, défenseur des Français. Vous savez, hier, à Poissy, le maire de Poissy m'a dit quelque chose devant les policiers que je trouvais très juste, qu'il y avait des droits en France, et c'est bien naturel de les défendre, et aussi des devoirs, et on n'en parle pas assez de ces devoirs, devoir de respecter l'uniforme, devoir de respecter l'autorité, devoir de respecter ses parents. Hier, à Poissy, c'était des gamins de 12, 13, 14 ans. Et donc, je crois qu'il faudrait qu'on insiste davantage encore sur les devoirs que sur les droits dans ces moments très particuliers où la société est un peu délitée.

ALBA VENTURA
Mais vous diriez que la Défenseur des droits a fait preuve de naïveté finalement ?

GERALD DARMANIN
Non, chacun jugera si les propos de madame la Défenseur sont excessifs ou non, moi, je ne les partage pas, vous savez, c'est bien mal connaître le travail de la police que de déliter ces débats, quand un policier fait un contrôle préventif, c'est-à-dire que, avant une infraction, il fait des contrôles, et qu'il contrôle les gamins de 12, 13, 14 ans dans ma commune à Tourcoing, eh bien, oui, bien sûr que ça ne donne rien, mais ça permet de contacter le CCAS, ça permet de contacter l'Education nationale, ça permet de le ramener à ses parents. Moi, je ne pense pas qu'il doit y avoir en France évidemment des endroits où la police n'a pas le droit d'aller ou n'a pas le droit de contrôler. D'ailleurs, ces contrôles, ils sont toujours…

ALBA VENTURA
Mais elle, ce qu'elle dit, le problème, dit-elle, ce sont les discriminations, les contrôles au faciès, et d'ailleurs, il y a des études, des rapports du CNRS, de la société Open Society, du Défenseur des droits, qui disent qu'en France,, lorsque vous êtes noir ou arabe la probabilité d'être contrôlé est vingt fois plus élevée que pour le reste de la population. Gérald DARMANIN, c'est Emmanuel MACRON qui avait regretté aussi en décembre dernier l'existence de contrôles au faciès.

GERALD DARMANIN
Mais qu'il faille améliorer la façon dont tout le monde fonctionne, et notamment le fait que nous allons généraliser les caméras piétons à partir du 1er juillet sur toutes les brigades de police et de gendarmerie, bien sûr qu'il y a sans doute des manquements à la déontologie, mais la quasi intégralité des contrôles de police se passe sans problème, il y a 5 millions de contrôles de police et de gendarmes, d'opérations de police et de gendarmes chaque année, 99,7 % de ces contrôles ne donnent lieu à aucun signalement, même pas une lettre de réclamation, même pas un mail sur les sites des commissariats ou dans les brigades de gendarmerie. Les policiers et les gendarmes de France, ils font leur travail, la quasi intégralité d'entre eux, il peut y avoir quelques brebis galeuses, bien sûr, et il faut les condamner, les exclure de l'uniforme, mais de manière tout à fait correcte. Et je voudrais dire à quel point ces policiers et ces gendarmes, ils ne font pas un métier comme les autres, d'abord, ces policiers, c'est 7% de la Fonction publique et c'est 55% des sanctions, je ne connais pas une autre administration qui est mieux contrôlée. Et deuxièmement, on voit bien qu'une administration qui perd 11 de ses membres chaque année, parce qu'ils sont morts en service, moi, je l'ai vu encore à Poissy, des gens qui se font insulter, menacer de mort. Ce n'est pas des fonctionnaires comme les autres, et on leur doit un respect supplémentaire…

ALBA VENTURA
Mais ça, nous ne le contestons pas, Monsieur le Ministre…

GERALD DARMANIN
Oui, mais, le problème, c'est que les policiers et les gendarmes, c'est des urgentistes de la situation française, c'est eux qui interviennent pour protéger la femme qui est tapée par son mari, par le gamin qui est violenté dans sa famille, par l'incendie…

ALBA VENTURA
Mais comment fait-on pour…

GERALD DARMANIN
Mais attendez, on ne peut pas reprocher aux policiers et aux gendarmes qui interviennent toujours dans des moments difficiles, toujours dans des moments difficiles, de prendre sur eux tout ce que la société avant n'a pas su faire, ni les parents, dans l'affaire Yuriy, c'est des gamins de 12, 13, 14 ans qui ont des barres de fer dans la rue, est-ce la faute des policiers ? Non, c'est plutôt de la faute à mon avis du manquement d'autorité parentale, du défaut d'intégration, de la politique de peuplement qui concentre les difficultés, mais ce n'est pas la faute des policiers…

ALBA VENTURA
Tout à fait. Dans ces quartiers, comment pourrions-nous faire pour casser cette spirale infernale, où, finalement, les policiers sont parfois accusés de discrimination et où des voyous leur tirent dessus au mortier en criant : tuons-les ! Comme on l'a constaté à Poissy ; est-ce qu'à un moment, il y a des choses qu'on peut améliorer, je ne sais pas, j'entends parler de caméras piétons, j'entends parler de récépissé, c'est ce reçu qui est remis aux personnes contrôlées pour éviter qu'elles le soient trois ou quatre fois, qu'est-ce qu'on pourrait faire pour améliorer les choses, ça fait 20 ans qu'on entend parler de ça, et 20 ans, et encore, je suis juste ?

GERALD DARMANIN
D'abord, il y a beaucoup de choses qui me gênent dans ce que vous dites, il n'y a pas d'équilibre entre les voyous et les policiers, finalement, il faudrait rééquilibrer les choses…

ALBA VENTURA
Non, je n'ai pas parlé d'équilibre…

GERALD DARMANIN
De spirale infernale, vous les mettez sur le même plan, il n'y a pas…

ALBA VENTURA
Non, pas du tout, je n'ai pas parlé d'équilibre…

GERALD DARMANIN
Vous dites « spirale infernale », non, les policiers et les gendarmes, ils font leur travail, point. Et puis, par ailleurs, ils ont des résultats…

ALBA VENTURA
Je n'ai pas inventé ce qui s'est passé à Poissy, Monsieur le Ministre…

GERALD DARMANIN
Oui, bien sûr, mais c'était la faute des délinquants, ce n'est pas la faute des policiers, la spirale infernale, ce n'est pas les policiers qui feraient de la discrimination et des jeunes qui répondraient, ce n'est pas comme ça que ça se passe, d'ailleurs, la police, elle est jeune, la police, elle ressemble à la France, la police, c'est des gens jeunes qui s'engagent pour la République, non, mais,, d'abord il y a un défaut d'autorité, mais chacun le voit, et ça fait effectivement de nombreuses années qu'il existe. Ensuite, la police…

ALBA VENTURA
Un défaut d'autorité de la part de qui ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, il y a un défaut d'autorité de la part de la société, l'autorité parentale est de moins en moins là, on voit bien que les efforts que fait le gouvernement, notamment dans le dédoublement des classes, va produire des effets dans 5, dans 10, ou dans 15 ans, mais en attendant, nous subissons ce qui s'est passé depuis de très nombreuses années…

ALBA VENTURA
Et donc, quoi, on sanctionne les parents ?

GERALD DARMANIN
On voit bien que le communautarisme, et c'est l'objet notamment de la loi séparatisme, qui a renforcé dans certains quartiers, que je connais bien, ce communautarisme, mais il crée aussi une forme de délinquance. La politique de peuplement…

ALBA VENTURA
Il faut sanctionner les parents ?

GERALD DARMANIN
Mais, moi, je pense qu'il faut responsabiliser les parents, déjà, tenir un discours…

ALBA VENTURA
Comment ?

GERALD DARMANIN
Mais déjà, tenir un discours politique de dire que quand il y a notamment le drame de l'affaire Yuriy, ce n'est pas la faute ni de la mairie de Paris, ni de l'Etat, ni des policiers, ni des gendarmes, ni du ministre de l'Intérieur, ni du président de la République, ni des oppositions, c'est la faute de parents qui n'élèvent pas bien leurs enfants. Il faut savoir quand même d'abord le dire ! L'autorité parentale, ça veut dire quelque chose. Et puis, quand les policiers font des choses, il faut les soutenir, quand les professeurs disent des choses, il faut les soutenir, il faut arrêter de se mettre toujours du côté de l'enfant…

ALBA VENTURA
Monsieur le Ministre, le même jour à Poissy, il y a eu trois autres attaques contre la police, c'est leur quotidien, c'est ce qu'ils nous disent, ce matin, sur RTL, on a eu des témoignages poignants, notamment un auditeur, un policier qui nous disait : notre mission n'est plus de venir en aide à la population, mais de rentrer vivant à la maison. Et la deuxième adjointe à la mairie de Marseille, Samia GHALI, élue des quartiers nord, vous interpellait aussi ce matin sur RTL : rien n'a changé à Marseille, elle avait demandé l'intervention de l'Etat et de l'armée, 10 ans après, dit-elle, je peux faire la même demande, ce qu'elle raconte est édifiant, elle dit que les dealers, les bandes se mettent au service de la population, font les courses, la paperasse, aident à faire les demandes d'embauche. Elle dit : la bataille est perdue.

GERALD DARMANIN
Oui, alors c'est très différent, parce qu'à Poissy, on a une mairie courageuse, qui essaie de faire ce qu'elle peut, à Marseille, j'ai proposé moi-même de l'argent à la mairie de Marseille par le préfet pour équiper en vidéoprotection, et la mairie l'a refusé. Donc je pense qu'il faut arrêter d'être pyromane, pompier, parfois, et madame GHALI, qui a soutenu un gouvernement précédent, sait bien que c'est dit depuis dix ans, et elle…

ALBA VENTURA
Ça ne reflète pas une réalité, ce qu'elle raconte…

GERALD DARMANIN
Bien sûr que si, comme dans beaucoup de territoires…

ALBA VENTURA
Parce que les Marseillais s'en plaignent sans arrêt, comme ailleurs…

GERALD DARMANIN
Mais ils ont bien raison, eh oui, le trafic de stupéfiants, c'est la gangrène de notre pays, et c'est pour ça qu'il ne faut pas non plus de discours déresponsabilisants, quand j'entends des responsables politiques dire tantôt que les policiers commettent des discriminations, puis ensuite, qu'il faut légaliser le cannabis, comment voulez-vous que la mère de famille, qui élève seule ses gamins, puisse avoir un discours d'autorité chez elle. Si on dit : ce n'est pas très grave de pouvoir insulter les policiers, parce qu'après tout, c'est vrai qu'ils peuvent être méchants, et que, par ailleurs, oui, le cannabis, eh bien, relativisons, c'est l'alcool de papa. Evidemment, on n'est pas très efficace…

ALBA VENTURA
A vous entendre, le problème n'est qu'au niveau de la famille…

GERALD DARMANIN
Eh bien, oui, mais moi, je pense qu'effectivement, l'autorité parentale, c'est aussi important. Ensuite, il faut se dire que ces forces de police, leur donner des moyens, ce que nous faisons, 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires, du matériel supplémentaire chacun…

ALBA VENTURA
A Poissy, ils n'ont pas vu une recrue depuis trois ans…

GERALD DARMANIN
Alors, c'est tout à fait faux.

ALBA VENTURA
Ah, eh bien, c'est ce qu'ils nous ont dit…

GERALD DARMANIN
Eh bien, c'est tout à fait faux, j'y suis allé hier, les augmentations d'effectifs sont partout dans le territoire des Yvelines. Il y a eu d'ailleurs de nouvelles voitures qui sont arrivées, il y en a eu trois nouvelles, 5008, qui sont arrivées, parce qu'auparavant, ils avaient des voitures qui faisaient 200.000 kilomètres, et, en effet, vous savez, je connais bien Poissy, c'était le lieu où j'ai commencé à travailler avec David DOUILLET, et c'est une conscription à la fois magnifique, et moi, j'en veux à ces gamins qui pourrissent l'image de cette ville, qui essaie de s'en sortir, et en même temps, des difficultés qu'il ne faut pas ignorer, mais aussi, à Poissy, il y a la police, et puis, il y a l'urbanisme, c'est ça les deux jambes d'une vraie politique publique, et quand j'étais maire de Tourcoing, je devais être attaché aux deux, à la sécurité publique, et en même temps, au fait qu'il faut casser les ghettos, faire de la mixité sociale. Et Poissy a une chance, c'est d'être dans l'Ile-de-France, ce lieu où il y a de l'emploi, où il y a de la recherche, où il y a de l'université, où il y a des centres de formation. Et Poissy va s'en sortir, à condition de dire aux parents qu'ils sont responsables et de soutenir la police.

ALBA VENTURA
Gérald DARMANIN, arrêtons-nous maintenant sur la loi séparatisme qui sera bientôt débattue au Sénat, mais le vote solennel a lieu cet après-midi à l'Assemblée, loi qui doit conforter les principes républicains. Alors la semaine dernière, on a vécu un affrontement à Trappes, dans les Yvelines, entre le professeur de philosophie Didier LEMAIRE, qui s'opposait au maire de Trappes, Ali RABEH, je rappelle que le professeur, dans une tribune, avait dénoncé l'emprise islamiste sur ses élèves et dans la ville de Trappes après l'assassinat de Samuel PATY. Cette emprise islamiste, elle est aussi décrite par l'écrivain et poète syrien Omar Youssef SOULEIMAN, il anime des ateliers dans les lycées d'Ile-de-France, et il raconte dans le magazine L'Express que lorsqu'il demande qui va fêter Noël ou la Saint Sylvestre, on lui répond : ah, mais ce n'est pas notre fête, nous sommes des musulmans, et il dit : pour ces élèves, l'islam est une identité, pas seulement une religion, qu'est-ce que votre loi peut faire contre ça, Monsieur le Ministre ?

GERALD DARMANIN
Eh bien, cette loi, elle renforce la liberté de culte, ce qui est bien normal en République, quels que soient les cultes, elle limite, voire, elle interdit des ingérences étrangères, c'est un point très important, désormais, la République va connaître les financements étrangers, va pouvoir s'y opposer, va s'opposer à la vente de lieux de culte, de mosquées à des pays étrangers, va couper le lien entre l'étranger et la France. Et par ailleurs…

ALBA VENTURA
Mais des jeunes qui pensent que le djihad n'est pas un acte négatif, comment on lutte contre ça ?

GERALD DARMANIN
Non, mais, et par ailleurs, elle va lutter contre la dérive sectaire de l'islam, qui est l'islamisme, les Frères musulmans, le salafisme, et je pense que ce qui est très important, c'est de montrer que nous aurons des armes très fortes, par exemple, une femme qui ne voudra plus être soignée par un homme dans un hôpital et qui va le menacer pourra être condamnée de 5 ans de prison et pourra être expulsée du territoire national, par exemple, une famille qui force sa fille, sa nièce à avoir un certificat de virginité avant de se marier sera également condamnée, par exemple, nous allons rappeler évidemment l'importance du mariage civil avant le mariage religieux, dans nos quartiers, malheureusement, aujourd'hui, c'est : on oublie le mariage civil, et on ne fait que le mariage religieux. Par exemple, dans les services publics, il ne sera plus du tout possible, ni dans les transports, ni dans les piscines, combien j'ai entendu de reportages sur vos antennes, d'avoir du communautarisme, du port de vêtements ostensibles, d'accepter que sa religion soit connue. Et donc, c'est une offensive laïque extrêmement forte, c'est un texte dur et avec des propositions dures, mais nécessaire pour la République.

ALBA VENTURA
Je reviens sur le professeur de Trappes, vous l'avez placé sous protection policière, est-ce qu'il y a d'autres professeurs en France qui bénéficient d'une telle protection ?

GERALD DARMANIN
Le principe du ministre de l'Intérieur, c'est qu'il n'évoque pas les protections policières, puisqu'elles sont normalement discrètes. Je remercie les policiers qui font ce travail, et je veux dire à tous les professeurs de Trappes et à tous les professeurs des endroits difficiles de la République qu'ils ont raison d'être courageux, que la République sera là pour les protéger.

ALBA VENTURA
Un mot encore sur votre loi, vous avez durci les conditions pour les associations, c'est dans cet esprit d'ailleurs que vous aviez exigé la dissolution du CCIF, le Collectif contre l'islamophobie, il est en train de se reconstituer en Belgique, qu'est-ce qui l'empêche, depuis la Belgique, d'avoir des activités en. France ?

GERALD DARMANIN
D'abord, je constate que c'est une grande victoire pour la République d'avoir mis fin au CCIF et d'avoir mis fin à Baraka City, qui étaient des officines islamistes depuis trop longtemps sur notre sol. Nous avons par ailleurs gelé une partie de leurs avoirs, ce qui leur permet d'avancer, si j'ose dire, parce que ces gens-là étaient très aidés financièrement dans des conditions auxquelles je ne reviendrai pas ici. Alors, ensuite, effectivement, ils essaient de se reconstituer, Baraka City à Londres ou en Turquie, ou le CCIF en Belgique, eh bien, nous avons des échanges par nos services de renseignements, moi-même avec les ministres de l'Intérieur, notamment, je vais contacter aujourd'hui ma collègue belge, pour les informer du travail néfaste de cette association, et nous aurons les moyens, nous, s'ils se reconstituent en France d'une manière ou d'une autre, de pouvoir les combattre, c'était l'objet du décret j'ai proposé au président de la République.

ALBA VENTURA
Gérald DARMANIN, dire à Marine LE PEN que vous la trouvez molle, c'est ce que vous avez fait lors de l'émission, « Vous avez la parole », sur France 2, c'était du second degré ?

GERALD DARMANIN
Mais non, mais moi, j'ai toute ma vie politique, ça fait 15 ans maintenant, combattu le Front national dans ma région, dans mon territoire, quand je suis arrivé en 2001 aux élections municipales, le Front national faisait 30 %, aux dernières municipales à Tourcoing, il a fait 7 %. Moi, je souhaite que les électeurs du Front National votent pour nous, je souhaite qu'ils comprennent que nous pouvons répondre à leur colère, et je souhaite montrer que madame LE PEN, en fait, elle vit des problèmes, elle ne veut pas les résoudre, parce que, quand il n'y a plus de problèmes, il n'y a plus de Front national. Et l'argument…

ALBA VENTURA
Mais c'était la meilleure manière de le faire, vous dites que vous la trouvez molle, et que vous, vous êtes plus dur…

GERALD DARMANIN
Eh bien, la meilleure manière, je ne sais pas, mais en tout cas, ce qui est sûr, c'est que l'argument…

ALBA VENTURA
Vous regrettez de l'avoir fait comme ça ?

GERALD DARMANIN
Non, pas du tout, l'argument moral contre le Front national ne suffit pas, des millions de gens votent pour madame LE PEN, madame LE PEN, elle est au second tour de la présidentielle, comme son père, comme la première fois où j'ai voté, ça fait désormais 20 ans. Qu'est-ce qu'on va dire, simplement, madame LE PEN n'est pas gentille, c'est vrai qu'elle n'est pas gentille, c'est vrai que c'est une ennemie de la République, mais ça ne suffit pas. Le président de la République lui-même a débattu avec madame LE PEN. J'ai commencé ma vie politique en ayant vu monsieur CHIRAC dire : on ne discute pas avec Jean-Marie LE PEN, et au second tour, et je pense que c'était très bien, parce que monsieur MACRON a montré à quel point madame LE PEN n'était pas bonne, était nulle pour organiser le pouvoir dans le pays…

ALBA VENTURA
Vous avez toujours tout fait pour la marginaliser, pour l'empêcher de se dé-diaboliser, et là, vous lui offrez une sorte de passeport de respectabilité…

GERALD DARMANIN
Moi, j'ai toujours combattu…

ALBA VENTURA
C'est votre rôle de la banaliser ?

GERALD DARMANIN
Moi, je ne la banalise pas, je montre qu'elle n'est pas bonne, qu'elle ne connaît pas les chiffres, qu'elle ne connaît pas ses dossiers, que si elle était à la direction du pays…

ALBA VENTURA
Vos détracteurs disent que vous l'installez comme incontournable, comme étant déjà au second tour…

GERALD DARMANIN
Non, mais, encore une fois, ce n'est pas…

ALBA VENTURA
Et décourageant les électeurs de gauche qui jusqu'à présent pouvaient voter avec la droite pour faire barrage…

GERALD DARMANIN
Alors, il y a des arguments qui sont des arguments faciles à tenir, c'est ceux qu'on porte depuis 30 ans, depuis que je suis militant politique, on porte cet argument, madame LE PEN ne cesse d'augmenter, je constate sur le terrain, à Tourcoing, que c'est une ville de gauche, elle a toujours été à gauche depuis 30 ans, et Front national, comment vous comprenez que quelqu'un de droite comme moi, j'espère populaire, arrive à la fois à réduire le Front national de 30 à 7%, et que la gauche socialiste a été battue aux élections, parce qu'il faut prendre les électeurs au sérieux, il faut leur parler…

ALBA VENTURA
Sans vous offenser, Tourcoing n ‘est pas la France…

GERALD DARMANIN
Eh bien, fort heureusement, mais c'est un petit coin de France très sympathique, et je vous encourage à le visiter. Ce qui est sûr, Madame, c'est qu'il faut prendre les électeurs au sérieux, lorsqu'ils disent dans les intentions de vote, dans les sondages, qu'ils poussent des électeurs, comme ceux monsieur MELENCHON ou de madame LE PEN, pour les extrêmes, il faut les prendre au sérieux, leur montrer que ces dirigeants sont des populistes, qu'ils sont en fait des faux durs, en effet, et que nous devons les entendre pour qu'ils puissent voter pour nous, parce que c'est nous les gouvernements républicains qui pouvons répondre fermement dans un Etat de droit à leurs questions.

ALBA VENTURA
Merci Gérald DARMANIN.

YVES CALVI
La police et la gendarmerie effectuent 5 millions de contrôles par an. 99,7% de ces contrôles ne posent aucun problème, vient de nous dire le ministre de l'Intérieur, qui explique par ailleurs que la loi confortant les principes de la République est une offensive laïque.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 17 février 2021