Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, à Radio J le 19 avril 2021, sur l'accompagnement des personnes handicapées durant la crise sanitaire et la campagne pour les élections régionales.

Texte intégral

CHRISTOPHE BARBIER
Sophie CLUZEL, bonjour.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

CHRISTOPHE BARBIER
Vous êtes secrétaire d'État chargée des personnes handicapées. Un mot pour commencer sur l'interview d'Emmanuel MACRON ce matin dans Le Figaro, interview très sécuritaire avec notamment tout un passage sur la drogue, il durcit le ton, consommateurs, dealers, gros trafiquants, il veut frapper à tous les niveaux, êtes-vous sur cette ligne ?

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr que je suis sur cette ligne d'abord parce que je travaille beaucoup avec les familles et que l'impact de la drogue sur l'état psychique, psychologique des enfants est catastrophique. Vous savez tous les troubles sur les handicaps psychiques très lourds se développent à l'âge de l'adolescence, 17-18 et l'addiction à des drogues est un facteur développant de ces troupes. Donc moi je dis haut et fort voilà nous avons une ligne, eh bien tant mieux parce que comme ça maintenant nous allons pouvoir faire de la pédagogie, de la pédagogie sur l'impact de cette drogue, sur justement la façon de travailler. Ça attaque le cerveau, il faut le dire haut et fort et donc je pense que les familles sont extrêmement rassurées sur cette ligne.

CHRISTOPHE BARBIER
Alors la France a passé en fin de semaine dernière la barre des 100 000 morts à cause du Coronavirus, parmi ces victimes est-ce que vous savez, est-ce que vous avez les chiffres, est-ce que les personnes handicapées ont été plus frappées encore que le reste de la population, notamment à cause de ce qu'on appelle les comorbidités ?

SOPHIE CLUZEL
D'abord permettez-moi d'avoir une pensée pour ces toutes ces familles qui ont eu du mal à accompagner pendant le deuil, parce que le deuil était compliqué à mettre en place, donc aussi un impact psychologique important.

CHRISTOPHE BARBIER
L‘Allemagne a rendu hommage à ses victimes hier et la France le fera.

SOPHIE CLUZEL
De toute façon nous sommes solidairement vraiment auprès des familles, ça c'est très important à dire. Bien sûr qu'il y a aussi un impact sur les personnes en situation de handicap. Alors sur le premier confinement justement les établissements médico-sociaux été fermés avec une très grande protection et je rends hommage aux associations qui ont assuré justement cette permanence d'accompagnement avec très peu de décès de personnes en situation de handicap. Donc une vraie protection qui a été extrêmement efficace. après sur la deuxième partie à l'automne les établissements n'étaient pas fermés, tous étaient ouverts et on a eu surtout un très gros accompagnement psychologique à faire, très important, donc une grande quand même protection grâce justement à la mobilisation des associations gestionnaires qui ont extrêmement bien géré les conditions sanitaires et bien sûr parfois il y a des vulnérabilités importante des comorbidités qui font que... alors je tiens à préciser justement qu'il y a des priorités de vaccination, c'est très important.

CHRISTOPHE BARBIER
Expliquez parce qu'on a l'impression que justement les personnes handicapées n'ont pas de priorité.

SOPHIE CLUZEL
Si bien sûr que si, toutes les personnes en situation de handicap, je rappelle qu'il y a à peu près 12 millions de personnes en situation de handicap, toutes n'ont pas eu besoin d'une priorité parce que handicap n'égale pas vulnérabilité. pour autant certaines oui et donc dans les établissements par exemple médicaux socio pour adultes que ce soit les foyers d'accueil, les maisons d'accueil, aujourd'hui on est à peu près à 82% de vaccination, ça c'est important à dire et puis sur les autres les foyers d'hébergement où s'ouvre à la vaccination à partir d'aujourd'hui justement pour les foyers d'accueil, les foyers d'hébergement et puis maintenant nous allons vers les personnes en situation de handicap qui ont des difficultés pour se déplacer et qui justement rentrent dans cette priorité de vaccination. Donc la priorité c'est quand on a aussi des pathologies à risques, par exemple la trisomie, quatre fois plus de chances de faire une forme grave, sept fois plus de décès. Donc certaines pathologies sont vraiment inscrites en priorité et sont déjà vaccinées ou sont en cours de vaccination. Et maintenant nous faisons des équipes mobiles pour aller chez les personnes isolées qui ont des difficultés à se déplacer et donc la vaccination de la personne et en même temps de son aidant parce que c'est très important les aidants sont un pilier, 8 millions d'aidants en France qui sont un vrai pilier de solidarité.

CHRISTOPHE BARBIER
Alors on a parlé des dégâts psychologiques du confinement sur les enfants mais est-ce que les personnes handicapées n'en sont pas plus victimes encore socialement et professionnellement ?

SOPHIE CLUZEL
Alors deux choses, nous avons mis en place un numéro le 0 800 360 360 pour justement les appels au secours un peu de besoin d'aide au répit, d'aide psychologique, quand vous êtes personnes en situation de handicap ou en famille et il y a un vrai besoin parfois de répit, donc ça ce numéro peut répondre à ces actions. Pour le travail eh bien là nous avons mis bien sûr l'activité partielle, je rappelle que par exemple une famille qui a besoin de faire garder son enfant quel que soit l'âge c'est-à-dire même un adulte peut bénéficier d'activité partielle. Et puis nous avons prorogé tous les droits des personnes en situation de handicap pour pas qu'il y ait une surcharge administrative en plus et des angoisses psychologiques pendant cette période, donc prorogation de tous les droits financiers pour justement les accompagner et je veux dire les soulager psychologiquement.

CHRISTOPHE BARBIER
La pression de l'épidémie crée des déprogrammations d'opération, est-ce qu'il y a dans notre pays des handicapés qui devaient être opérés en lien avec leur handicap et qui ne le sont pas ?

SOPHIE CLUZEL
Comme tous les Français, c'est un vrai sujet, en revanche ce qu'on a fait, c'est qu'on a laissé que tous les services de l'Education ouverts pour éviter les pertes d'acquis justement dans les rééducations très important. On a mis la téléconsultation tout de suite par exemple pour l'ergothérapie, la kiné, pour la psychomotricité pour continuer les soins quand il y avait un une impossibilité de se déplacer. Donc on essaie de faire feu de tout bois justement pour diminuer les impacts mais évidemment parfois il y a des déprogrammations qui sont avec des impacts aussi sur les personnes handicapées.

CHRISTOPHE BARBIER
Vous remettrez en juin un prix de l'entreprise inclusive en espérant qu'on sera en pleine relancé économique et en déconfinement à ce moment-là, c'est-à-dire les entreprises qui intègrent des personnes handicapées à leur personnel. Est-ce que sur ce chapitre-là situation s'améliore en France ?

SOPHIE CLUZEL
Eh bien pour les personnes en situation de handicap oui, pourquoi parce qu'il y a eu un manifeste inclusion signé par 140 entreprises en décembre 2019 et que nous avons activé vraiment avec toutes ces entreprises le fait que ça ne soit pas la variable d'ajustement sur la situation économique, l'emploi des personnes handicapées. Nous avons un plan de relance inclusif avec 100 millions d'accompagnement d'aides à l'emploi direct, je tiens à le rappeler est 4 000 euros pour tout CDD de plus de 3 mois ou un CDI signé, nous sommes à plus de 8 000 et 60% de CDI. Donc ça fonctionne. Et puis nous avons du job coaching et ces entreprises elles sont mobilisées ainsi que les organisations syndicales et patronales qui pendant un an, je les ai vus, la vision a rapproché en fait si vous voulez et de façon très importante l'interaction qu'on pouvait avoir avec une mobilisation générale, nous avons un taux de chômage qui baisse légèrement, mais qui baisse quand même. Donc on voit bien que "osons l'emploi" qui était toute la stratégie que nous avons mis en place commence à vraiment porter ses fruits.

CHRISTOPHE BARBIER
Et le prix de l'entreprise inclusive va apporter une visibilité, une récompense ?

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr c'est en fait, maintenant ces entreprises en fait elles se sont mises en association pour créer vraiment ce manifeste inclusion avec plusieurs prix, prix de l'entreprenariat, prix de l'achat inclusif, il y aura même un coup de coeur. Je les ai eu, j'ai réuni l'ensemble des 140 manifestes inclusions et ce sont les patrons qui s'engagent vraiment et maintenant et je veux dire, ils ont pris la main et ils vont même publier un baromètre avec des indicateurs pour voir où en sont les taux d'emploi, où en sont le nombre d'apprentis handicapés que l'on a pu avoir, où en sont le nombre de formations qui ont été faites. Il y a une vraie dynamique parce que les entreprises se sont engagées.

CHRISTOPHE BARBIER
Est-ce qu'on va pouvoir bientôt entreprise par entreprise mesurer cette inclusivité et si j'ose dire avoir une sorte de notation ?

SOPHIE CLUZEL
Oui ça ne sera pas une notation, ce sera vraiment ce baromètre que l'on met en place, on va le publier début juillet et il a été créé avec les entreprises pour les entreprises pour tout simplement pouvoir publier cette dynamique qui est en place et ceux qui auront besoin d'aide, nous viendrons à leurs côtés. Je simplifie la lisibilité, la politique handicap a été faite à part pendant des années et des années par des experts des spécialistes, nous avons remis le sujet au coeur de la RSE de l'entreprise en disant, eh bien oui c'est un vecteur de RSE, quand vous avez une politique dynamique, une RH inclusive, eh bien tout simplement les jeunes vont venir frapper à votre porte beaucoup plus facilement. Donc on en a fait vraiment une dynamique.

CHRISTOPHE BARBIER
Alors les élections régionales ont été confirmées pour la fin juin, vous êtes tête de liste En Marche pour cette élection en Provence-Alpes-Côte-D'azur, mais comment faites-vous campagne sans pouvoir bouger, faire des meetings du porte-à-porte ?

SOPHIE CLUZEL
D'abord je suis candidate avec la majorité présidentielle, nos partenaires...

CHRISTOPHE BARBIER
Plus large qu'En Marche oui.

SOPHIE CLUZEL
Exactement puisque nous avons nos partenaires MoDem, Agir, Territoire de progrès qui sont avec nous. Nous avons lancé notre campagne avec une technologie hyper-innovante, le 360, c'est-à-dire que c'était une caméra qui était installée chez moi et qui permettait d'inviter des acteurs et d'inviter des soutiens et nous avons lancé avec Sylvie BRUNET, présidente du comité de soutien et dans mon salon donc j'ai pu parler avec les gens directement avec Joël GIRAUD, Christophe CASTANER, Sylvie BRUNET qui sont venus, Florence PARLY qui nous a fait une vidéo de soutien et nous avons échangé justement avec les acteurs engagés à mes côtés. Je ne suis pas toute seule, c'est une vraie équipe qui est derrière moi pour une campagne qui se veut une campagne d'ouverture justement, porter ce projet de la majorité présidentielle, élargie surtout à la société civile, c'est ce que je représente, j'incarne la société civile depuis 4 ans au gouvernement, je suis ministre de la Société civile qui a mis en place vraiment des solutions. Je suis la ministre du quotidien des personnes en situation de handicap et c'est ainsi que je veux pouvoir être, justement faire une campagne au plus près des citoyens. C'est compliqué bien sûr, c'est virtuel pour beaucoup, on commence à se déplacer, on va en respectant les règles sanitaires bien sûr, ce qui est compliqué, mais je veux pouvoir m'adresser directement aux habitants de la Provence, des Alpes et de la Côte d'Azur.

CHRISTOPHE BARBIER
Et vous pensez qu'il y a un appétit pour la société civile dans une région où on aime bien aussi les barons de la politique à l'ancienne.

SOPHIE CLUZEL
Je pense qu'il y a de l'appétit pour tout dans cette région. Moi je reviens de Marseille, là j'étais pendant 3 jours en en campagne justement, j'ai rencontré des chefs d'entreprise, des acteurs socio-économiques, de la vie associative, de la culture, j'ai rencontré aussi des élus, donc il y a une vraie richesse dans ce territoire qui a envie de travailler ensemble, donc est ça qui est intéressant.

CHRISTOPHE BARBIER
Le Rassemblement national est en tête des sondages dans cette région, est-ce qu'à votre avis le front républicain jouera comme d'habitude pour lui barrer la route si nécessaire ?

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr, bien sûr votre ennemi c'est ce parti de la division nationale et c'est bien pour ça que moi je fais un appel à l'ouverture massif pour être le justement plus fort ensemble contre ces valeurs, mais moi ce que je veux surtout c'est porter un projet. Je veux que les électeurs viennent voter pour un projet et par contre, ça c'est très important et ce projet c'est un vrai projet d'une vision, d'ailleurs le président de la République ne s'est pas trompé quand il veut une République apaisée, et bien nous aussi vraiment les habitants de Provence-Alpes-Côte d'Azur, ils ont envie de cet apaisement, de ce besoin de relance, nous allons sortir tout doucement de cette crise sanitaire, nous devons être prêts pour le rebond, pour cette relance économique, sociale, culturelle si importante dans la vie quotidienne. Eh bien c'est ça qu'on veut proposer, justement travailler ensemble pour aller plus vite à la sortie de crise.

CHRISTOPHE BARBIER
Alors Renaud MUSELIER, le président actuel persiste et signe, il prend l'exemple de la Bavière, il a donc bien fait de préempter des doses de vaccins russe Spoutnik, est-ce que vous êtes convaincue ou est-ce que vous maintenez que ce n'était pas une chose à faire ?

SOPHIE CLUZEL
Je pense que le gouvernement s'est exprimé là-dessus dans l'ensemble, je pense que nous devons une équité sur le territoire français, c'est la ligne que nous avons suivi depuis le début, donc laissons, nous allons avoir des doses qui arrivent massivement puisqu'il va y avoir plus d'un million sept de Pfizer qui va arriver, le calendrier de la vaccination est en place, la logistique aussi, suivons ce cap pour être prêt justement pour pouvoir avoir de nouveau une vie sociale et une vie élective le 20 et 27 juin.

CHRISTOPHE BARBIER
Qu'est-ce qu'il a voulu faire Renaud MUSELIER un coup politique où il y a une pression de la population pour jouer égoïste ?

SOPHIE CLUZEL
Alors écoutez non je ne pense pas à Une pression de la population pour jouer égoïste, il y a certainement de la pédagogie à faire sur les différents vaccins puisque malheureusement vous avez vu ce qui s'est passé à Nice sur l'Astrazeneca donc il faut qu'on... moi je vais me faire vacciner cette semaine sur l'Astrazeneca, donc je le dis haut et fort. Je suis dans les clous puisque j'ai 60 ans, ça y est donc je suis très très attentive.

CHRISTOPHE BARBIER
Et vous êtes en confiance avec ce vaccin.

SOPHIE CLUZEL
Complètement en confiance et je le dit haut et fort, je veux dire donc les tranches d'âge que l'Astrazeneca est prévu, il faut y aller massivement, le vaccin c'est notre clé de la liberté, il faut bien le dire haut et fort, plus on sera vacciné, plus on pourra avoir une vie normale, c'est très important de le dire.

CHRISTOPHE BARBIER
Sur la vision économique et sociale de la région, est-ce qu'il y a quelque chose qui vous sépare de manière rédhibitoire de Renaud MUSELIER ?

SOPHIE CLUZEL
Non il n'y a rien de rédhibitoire, bien sûr que non, il y a des choses, moi je vais en complémentarité des choses qui ont été faites. Moi ma politique, ça a été ça, en 4 ans jamais je n'ai détricoté des choses qui fonctionnent. Je donne des coups d'accélérateur et je veux être en proximité des Français. En revanche ce que je remarque, c'est quand j'ai été dans les différents territoires, Alpes-de-Haute-Provence, les Hautes-Alpes, le Vaucluse, il y a une équité territoriale encore d'accès aux services publics par exemple ou d'accès tout simplement à la même qualité de vie, donc il faut qu'on travaille sur cette équité territoriale, il faut qu'on rapproche, qu'on mette dans la justice sociale vraiment sur l'accès à l'apprentissage, l'accès à la culture. Donc là on a un gros travail de gouvernance beaucoup plus horizontale je pense de la région et donc rapprocher la région des territoires.

CHRISTOPHE BARBIER
Si vous êtes élue présidente de région, quelle sera votre première décision ?

SOPHIE CLUZEL
D'abord je serai une présidente au service de la région, ça c'est indéniable et mon grand axe, ce que je veux c'est vraiment avoir un axe de valeur sur la jeunesse, je veux accompagner la jeunesse, ça sera mon programme partout, partout dans l'accès au sport, dans l'accès à la culture, dans l'accès à la formation, dans l'accès à la mobilité, aux Transports, j'axerai toute ma politique parce que c'est la jeunesse qui a trop souffert depuis un an, elle est vraiment à accompagner, nous devons être à leurs côtés pour ce rebond. Je l'accompagnerai aussi dans l'accès à l'emploi, je mobiliserai comme j'ai fait le manifeste inclusion, je mobiliserai les entreprises, les chambres consulaires, les syndicats, les patrons pour en faire un vrai projet de mobilisation général.

CHRISTOPHE BARBIER
Sophie CLUZEL, merci. Bonne journée.

SOPHIE CLUZEL
Merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 20 avril 2021