Texte intégral

La ministre de la Culture a présenté un point sur les réformes prioritaires dont le ministère est chargé.

L'ambition commune de ces réformes, à l'instar de l'ensemble des politiques publiques portées par le ministère de la culture, est de mener des actions concrètes à la fois pour garantir la participation de tous les citoyens à la vie culturelle, tout au long de leur vie et sur tout le territoire, et pour favoriser leur rencontre avec les artistes et les œuvres, entre patrimoine et création.

1. Déployer le pass Culture

Depuis 2017, le Président de la République a souhaité que les jeunes vivent pleinement la culture, qu'elle fasse partie de leur quotidien. Au terme de près de deux ans d'expérimentation, d'évaluation, d'écoute et d'améliorations, le pass Culture est, depuis le 20 mai dernier, ouvert aux 825 000 jeunes de 18 ans.

Il offre à chaque jeune atteignant la majorité une enveloppe de 300 euros pour approfondir ou s'initier à une pratique artistique, profiter des lieux culturels (cinéma, théâtre, salles de spectacles, musées, etc.) en vivant de nouvelles expériences, ou bien encore inviter des amis à partager une découverte culturelle.

L'expérimentation a permis de tester l'outil auprès de 165 000 utilisateurs qui ont effectué, au sein des 14 départements concernés par cette étape du projet, environ 1,2 million de réservations sur 2 ans. Le nombre d'inscrits au cours des douze derniers mois correspond à 74% des jeunes qui ont 18 ans dans les départements concernés. Le succès de cette expérimentation a mené à la décision de généraliser le pass Culture à l'ensemble du territoire national.

Début 2022, avec le ministère de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, le pass Culture sera décliné, pour les élèves à partir de la 4ème et jusqu'en terminale. Ils pourront bénéficier dans ce cadre de 200 €, à la fois dans le cadre de projets pédagogiques collectifs mais aussi au travers d'une part individuelle, qu'ils pourront utiliser de façon autonome, de la même façon qu'ils utiliseront le pass à partir de 18 ans.

2. Offrir à chaque enfant une éducation artistique et culturelle (EAC)

Le Gouvernement s'est fixé l'objectif "100% EAC" consistant à permettre à tous les élèves de bénéficier, chaque année, d'une action d'EAC, assurant un bon équilibre entre les objectifs de transmission (histoire des arts, découverte des œuvres), de rencontre avec les artistes et de découverte par les enfants, à travers la pratique, de leur propre créativité.

Selon la dernière enquête des ministères de la culture et de l'éducation nationale, de la jeunesse et de sports, 75% des élèves ont bénéficié d'une action d'EAC en 2019.

La création de l'Institut national supérieur de l'éducation artistique et culturelle, qui sera inauguré à Guingamp en septembre 2021, dote cette politique d'un opérateur de référence dans le domaine de la formation initiale et continue, de la recherche et de la diffusion de ressources.

Les périodes de confinement ont mis un frein important aux interventions d'EAC dans les écoles et surtout aux sorties culturelles en raison de la fermeture des lieux culturels, mais leur réouverture permet de les reprendre rapidement.
3. Mobilisation exceptionnelle pour la restauration du patrimoine

Un montant exceptionnel de 160 millions d'euros  a été mobilisé dans le cadre du plan de relance pour la restauration de monuments historiques en région, dont 80 millions d'euros au titre du "plan cathédrales", 40 millions d'euros pour les monuments historiques n'appartenant pas à l'État et 40 millions d'euros pour les monuments confiés au Centre des monuments nationaux (CMN). Cet effort considérable est réalisé en complément des crédits annuels dédiés aux monuments historiques par le ministère de la culture et manifeste l'engagement de l'État pour la conservation et la mise en valeur du patrimoine.

Une sélection des opérations "relance" a été réalisée en novembre dernier. Ce sont ainsi 45 cathédrales, 14 monuments du CMN et 52 monuments privés ou appartenant à des collectivités territoriales qui bénéficient de ces crédits pour des opérations de restauration d'envergure.

Un tiers des opérations sur les cathédrales et 80% des opérations sur les monuments du CMN sont aujourd'hui d'ores et déjà lancées, la notification des marchés de travaux étant effectuée.

Grâce à la fois aux crédits pérennes et aux moyens exceptionnels permis par le plan de relance, l'objectif est d'améliorer l'état de conservation du patrimoine et, partant, de faciliter sa transmission aux générations futures tout en permettant aux générations actuelles de le visiter dans les meilleures conditions. Ce chantier permettra aussi de contribuer à la reprise économique du secteur des entreprises oeuvrant dans le domaine des monuments historiques sur l'ensemble du territoire, le patrimoine étant alors au service de la relance.