Interview de M. Alain Griset, ministre chargé des petites et moyennes entreprises, à RMC Info le 20 juillet 2021, sur la mise en place du passe sanitaire dans les centres commerciaux et les restaurants et les sanctions auxquelles s'exposent les contrevenants.

Texte intégral

MATTHIEU ROUAULT
Bonjour Alain GRISET.

ALAIN GRISET
Bonjour.

MATTHIEU ROUAULT
Ministre délégué auprès du ministre de l'Economie, des Finances, de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises, merci d'être avec nous, on a besoin de vous, des précisions, des éclaircissements, au sujet de ce pass sanitaire. Regardons d'abord ce que l'on sait, extension à partir de demain pour les lieux de culture qui rassemblent plus de 50 personnes, nous sommes d'accord, début août pour les cafés, les restaurants, les trains, les avions, début août, est-ce qu'on a une date plus précise ?

ALAIN GRISET
Tout d'abord, dire un mot pour que chacun comprenne que le pass sanitaire nous le comprenons comme étant un accompagnement pour éviter des problèmes futurs, de restrictions, ou couvre-feu et confinement, il faut le prendre comme ça, surtout de la part de l'ensemble des Français, nous ce que nous souhaitons c'est qu'il y ait une volonté partagée d'éviter de nouveaux problèmes.

MATTHIEU ROUAULT
Il va falloir les accompagner, vous allez l'entendre, parce que j'ai beaucoup beaucoup de questions d'auditeurs ce matin.

ALAIN GRISET
C'est naturel, il y a des interrogations, on est là pour les accompagner, pour les écouter, mais l'important c'est que chacun comprenne bien que le pass sanitaire est là pour nous éviter des problèmes futurs, qu'on aura si on ne fait pas attention.

MATTHIEU ROUAULT
Alors, encore une fois - d'autant plus c'est bien d'être clairs ce matin, le plus possible, il y a encore des questions en suspens et c'est bien normal, il faut que Parlement passe tout ça à la moulinette, vous m'excuserez l'expression – est-ce qu'on a une date plus précise pour les restaurateurs, 1er août, 2 août, 5 août ?

ALAIN GRISET
Ça dépendra du débat parlementaire. Le texte va arriver au Parlement aujourd'hui, Assemblée nationale, Sénat, sûrement la commission mixte paritaire, pour qu'on arrive à un texte commun, on dit 1er août, après il peut y avoir Conseil constitutionnel…

MATTHIEU ROUAULT
Le plus vite possible.

ALAIN GRISET
Voilà, le plus vite possible, dès que le texte est applicable on applique.

MATTHIEU ROUAULT
Pour les centres commerciaux, là c'est plus compliqué, expliquez-nous parce que, après ce que nous a dit Gabriel ATTAL, il y en a besoin, Gabriel ATTAL hier soir, " à l'échelle d'un territoire il y a des commerces qui ne sont pas dans le centre commercial, mais qui permettent d'acheter des produits de première nécessité " - donc, un supermarché à l'intérieur d'un centre commercial - " dans ce cas-là le pass sanitaire pourra s'appliquer dans le centre commercial de ce bassin de vie ", ça veut dire quoi ?

ALAIN GRISET
Ça veut dire que dans un premier temps on envisage le pass sanitaire dans les centres commerciaux supérieurs à 20.000 mètres carrés.

MATTHIEU ROUAULT
Ça, d'accord.

ALAIN GRISET
Dans un premier temps, ensuite on constate qu'il y a des territoires, dans lesquels l'histoire a fait que l'alimentaire, par exemple, n'est accessible quasiment que dans ce lieu-là, et que le Conseil d'Etat nous dit il faut quand même permettre à tous les Français d'accéder aux produits de première nécessité. Donc, nous allons, aujourd'hui et demain, regarder de quelle manière on peut, de façon pragmatique, réaliste aussi, mettre en place ou pas, dans les centres commerciaux, le pass sanitaire, sûrement à l'entrée, mais on ne veut pas non plus que, pour les Français qui n'auraient pas accès à ces produits de première nécessité, ça pose une impossibilité, il faut vraiment qu'on regarde.

MATTHIEU ROUAULT
Donc, pas de pass sanitaire dans les centres commerciaux de plus de 20.000 mètres carrés…

ALAIN GRISET
Moins de 20.000 mètres carrés.

MATTHIEU ROUAULT
De moins de 20.000 mètres carrés, s'il n'y a pas d'autre supermarché où je peux aller faire mes courses, dans le bassin de vie.

ALAIN GRISET
Dans le bassin de vie, voilà.

MATTHIEU ROUAULT
C'est quoi, c'est 20 kilomètres à la ronde, à peu près ?

ALAIN GRISET
Ça fait partie des choses sur lesquelles nous allons travailler, 20 kilomètres c'est beaucoup, dans une grande ville il est évident que si jamais il n'y a pas de possibilité autre, on aura, nous, l'ouverture d'esprit permettant à chacun de pouvoir vivre quand même normalement.

MATTHIEU ROUAULT
Je suis restaurateur, encore une fois soyons très concrets, restaurateur, patron de bar, je dois faire appliquer ce pass sanitaire, je suis aussi directeur d'un centre commercial, comment je fais, qui va contrôler, à quel endroit – vous disiez à l'entrée – mais qui sera là, des vigiles payés par les structures, des serveurs dans les restaurateurs, le patron lui-même, qui le fait ?

ALAIN GRISET
Tout dépendra la taille de l'établissement, mais dans un restaurant, à Paris, c'est le responsable de l'établissement qui est responsable de la mise en application du contrôle, et, à la limite, lorsqu'il accueille le client… vous savez, le pass sanitaire, en réalité, en mise en oeuvre c'est assez simple à vérifier, vous avez la possibilité de contrôler avec un téléphone, si jamais ça s'allume vert ça veut dire que le client peut accéder…

MATTHIEU ROUAULT
Alors, je m'arrête là-dessus Alain GRISET…

ALAIN GRISET
Et il contrôle l'identité.

MATTHIEU ROUAULT
Effectivement. Donc, le restaurateur aura son téléphone, personnel ou celui de sa société, il faut qu'il télécharge une application précise ?

ALAIN GRISET
Oui.

MATTHIEU ROUAULT
Laquelle ?

ALAIN GRISET
TousAntiCovid Contrôle, c'est gratuit…

MATTHIEU ROUAULT
Ou TousAntiCovid Verif ?

ALAIN GRISET
Verif, ça lui permet de pouvoir avoir cet outil, et ensuite il regarde, avec cette application-là, l'application du client.

MATTHIEU ROUAULT
C'est la seule qui sera homologuée par l'Etat et avec cette application-là le restaurateur est sûr d'avoir scanné les bons documents ?

ALAIN GRISET
Il a en face de lui quelqu'un qui, ou a été vacciné, ou a fait un test PCR ou un test antigénique, donc pour le restaurateur ça s'affiche, vert ou rouge.

MATTHIEU ROUAULT
Qui viendra contrôler que je contrôle, si je suis patron ?

ALAIN GRISET
Là, par contre, les forces de l'ordre seront chargées de faire des contrôles aléatoires pour vérifier que l'établissement applique bien la règle.

MATTHIEU ROUAULT
Mais dans une première semaine, voire 15 jours, ce sera de l'accompagnement comme vous dites, la période de rodage.

ALAIN GRISET
De rodage, comme l'a dit Gabriel ATTAL, pour que chacun s'habitue aux process, mette en place ces process, et au bout du compte se rend compte que pour le restaurateur c'est quelque chose qui sera plutôt bénéfique.

MATTHIEU ROUAULT
Avant les premières sanctions, 1500 euros, c'est bien cela ?

ALAIN GRISET
Oui.

MATTHIEU ROUAULT
Sanctions qui ont été baissées par rapport à ce qui était envisagé, jusqu'à 1500 euros pour un client, 7500 pour une personne morale, première contravention, deuxième contravention, et à la troisième là on passe dans le délit et c'est donc toujours 1 an de prison, 45.000 euros d'amende.

ALAIN GRISET
Oui, vous savez, les sanctions elles sont indiquées, l'objectif c'est qu'elles ne soient pas appliquées, que chacun participe à cet objectif, au bout du compte d'éviter que la pandémie se développe, et donc moi je suis persuadé que les restaurateurs, entre autres, mais avec beaucoup d'autres, comprendront leur propre intérêt.

MATTHIEU ROUAULT
Vous, vous l'auriez compris, par exemple, ancien artisan taxi, si on vous avait demandé de mettre en place un pass sanitaire et de vérifier le pass sanitaire des clients avant de monter dans votre voiture, sans aucun problème vous l'auriez fait ?

ALAIN GRISET
Sans aucun problème, et tant que président de syndicat professionnel à l'époque, je l'aurais largement recommandé à l'ensemble de mes adhérents, parce que je pense que là il y a vraiment une sorte d'intérêt collectif, pour les professionnels en premier lieu. Imaginez-vous, pendant un an et demi ils sont venus nous voir, les restaurateurs, leurs représentants, pour dire " il ne faut pas nous fermer, c'est catastrophique, on va déposer de bilan ", bon !

MATTHIEU ROUAULT
Mais là ils sont de plus en plus nombreux à dire " je ne veux pas fliquer mais clients. "

ALAIN GRISET
Il ne s'agit pas de fliquer leurs clients, on ne rentre pas dans la vie intime du client, on a une information comme quoi il peut rentrer au restaurant. Ensuite, sur la carte d'identité, les restaurateurs, lorsqu'un client veut payer par chèque, il montre bien sa carte d'identité, ça ne le gêne pas…

MATTHIEU ROUAULT
Même principe.

ALAIN GRISET
Même principe.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 26 juillet 2021