Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, à France Bleu Provence le 4 août 2021, sur la vaccination obligatoire des personnels soignants et le "droit au répit" des familles de jeunes autistes.

Intervenant(s) :

  • Sophie Cluzel - Secrétaire d'État chargée des personnes handicapées

Circonstance : Déplacement à l'Institut médico éducatif de La Crau (Var) le 4 août 2021

Prononcé le

Texte intégral

KEVIN COLLOC
Dans l'actualité également, la secrétaire d'État aux Personnes handicapées, Sophie CLUZEL, est dans le Var aujourd'hui pour visiter l'IME de La Crau, et elle est l'invitée de France Bleu Provence.

ROMANE PORCON
Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

ROMANE PORCON
Avant de parler de votre déplacement sur le thème du droit au répit pour les familles d'enfants autistes, une question sur l'actualité du jour. Des soignants sont en grève dans les hôpitaux marseillais, contre la vaccination obligatoire ; dans les centres spécialisés pour le handicap, les instituts médicaux, est-ce que le personnel devra aussi être vacciné obligatoirement ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, tout ce qui concerne les établissements de santé et les établissements médico-sociaux, pour personnes âgées, pour personnes handicapées. Ils le sont déjà massivement auprès des personnes handicapées et des personnes âgées, je tiens à le souligner, les résidents eux-mêmes sont tous vaccinés, et donc nous sommes là pour vraiment inciter à la vaccination, c'est vraiment comme ça que l'on peut se protéger soi-même et protéger les autres, notamment les plus vulnérables.

ROMANE PORCON
Et comment cela est pris du côté du personnel ? Est-ce qu'il y a une certaine résistance comme dans les hôpitaux ?

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, moi je suis en liaison constante avec toutes les organisations gestionnaires justement de ces établissements médico-sociaux pour personnes handicapées, ils font un travail remarquable pour inciter à la vaccination, elle est acceptée, elle est… et nous devons maintenant aller vers les soignants, qui sont je dirais les plus réfractaires, mais je tiens à dire que là, aujourd'hui, c'est 4,8 millions en une semaine de vaccination. Donc c'est un vrai mouvement vers la vaccination, c'est notre passeport pour la liberté, c'est comme cela que l'on se protège soi-même et que l'on protège les plus vulnérables.

ROMANE PORCON
Est-ce que vous allez aborder cette question avec les encadrants aujourd'hui à La Crau, les soignants, les personnels en contact avec les personnes handicapées ?

SOPHIE CLUZEL
Oui, bien sûr. Bien sûr, quand je me déplace, on parle de tous ces sujets, et je peux vous dire qu'ils sont totalement mobilisés. Ils sont auprès des personnes les plus fragiles, les enfants, les adultes en situation de handicap, ils sont bien conscients, et puis surtout, si l'on veut pouvoir travailler pendant l'été, faire les sorties qui sont prévues, eh bien il faut tout à fait jouer le jeu, et c'est largement le cas auprès des personnes handicapées.

ROMANE PORCON
Sophie CLUZEL, aujourd'hui vous visitez l'Institut médico-éducatif de La Crau, les jeunes autistes peuvent y rester la journée, c'est un moment de répit pour eux et pour leurs familles, c'est essentiel selon vous ?

SOPHIE CLUZEL
Bien sûr que c'est essentiel. On est autiste tout le temps, que l'on soit à l'école, que l'on soit en vacances, et les familles ont besoin de répit, et c'est pour ça que nous sommes à leurs côtés, c'est pour ça que nous avons mis ce numéro, le : 0800 360 360, pour les familles qui cherchent justement du répit, c'est pour ça que je vais visiter ce dispositif très innovant, parce que l'ADAPEI, qui gère cet IME, a créé cette possibilité de répit pour 8 jours, pour plus de 8 familles autistes, que je rencontrerai, avec des activités extrêmement ludiques, extrêmement aussi éducatives, encadrantes, et des familles le plébiscitent, puisque les enfants, des jeunes ados, reviennent détendus, et tout le monde a droit à ses vacances, tout le monde a droit à son répit.

ROMANE PORCON
Donc, l'un des soucis c'est que ces moments de répit justement, ne sont mis en place que pendant l'été et pas partout en France.

SOPHIE CLUZEL
Alors, nous le développons massivement, c'est pour ça que moi je m'inspire toujours du terrain pour aller voir ce qu'il faut pour les organismes gestionnaires, pour les aider à faire ce répit, de façon plus longue. Pendant l'année, certains de ces enfants sont soit à l'école, soit dans des établissements médico-sociaux, et il nous faut travailler sur des temps de vacances justement, parce que certains établissements sont fermés, élargir ces places d'accueil, élargir ces temps d'accueil pour les familles, pour qu'elles puissent souffler, pour qu'elles puissent aussi profiter des vacances, avec leur fratrie, avec les autres enfants qui ont aussi droit à voir leurs parents. Et les parents ont le droit de souffler bien sûr.

ROMANE PORCON
Car c'est ce qui ressort souvent, les familles sont débordées, sont épuisées, et elles manquent de structures aussi, parce que souvent ce sont des établissements privés, en fait. Il n'y a pas assez de centres selon vous ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, ce n'est pas des établissements privés, ce sont des établissements privés non lucratifs, financés par l'État, puisque nous avons près de 11 milliards pour les financements des établissements médico-sociaux en France. Bien sûr qu'il peut toujours manquer des solutions, nous les développons, nous développons des plateformes de répit, pour que les familles soient informées de l'endroit où il peut y avoir justement des solutions d'accueil pour leurs enfants, pour leurs adultes, et donc tout l'intérêt de mon déplacement c'est de mettre en avant ces dispositifs, de travailler avec les organismes gestionnaires qui sont aussi des agences régionales de santé, pour démultiplier sur la France entière ces dispositifs. Tout le monde a droit à son répit, à ses vacances, et c'est comme ça qu'après on attaque la rentrée de septembre de façon plus reposée et puis surtout avec des solutions complètes, sans rupture de parcours pour ces enfants et ces adolescents.

ROMANE PORCON
Alors, on a parlé justement des enfants autistes, mais la question se pose aussi pour les jeunes adultes qui ne trouvent pas forcément de structures adaptées, et là aussi les familles se retrouvent en difficulté.

SOPHIE CLUZEL
Alors, beaucoup de solutions sont en train d'être créées, depuis 4 ans nous avons pris à bras le corps la problématique des jeunes, comme vous le dites, des 16/25 ans, parce que souvent c'est à cet âge-là qu'il y a des ruptures, donc nous mettons par exemple pour les jeunes autistes, des référents handicap dans les CFA, pour qu'ils puissent aller en apprentissage, pour qu'ils puissent aller aussi en école, pardon, en entreprise, avec du job coaching, de l'emploi accompagné. Nous développons les solutions pour ceux qui ont un besoin très complexe, puisque nous développons des petites unités résidentielles pour avoir un lieu où on est pris en charge correctement, de façon digne, et pour les familles aussi. Ce qui m'importe vraiment c'est la simplification de la vie. Et donc maintenant nous ouvrons aussi des droits à vie pour les personnes handicapées, je tiens à le redire, maintenant plus besoin de repasser devant ce guichet des Maisons du handicap, qui sont gérées par les départements, pour avoir ses droits à vie, pour soulager sans arrêt le poids administratif pour les familles, c'est très important aussi.

ROMANE PORCON
Merci Sophie CLUZEL d'avoir répondu à nos questions, vous êtes secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées. Bonne journée.

SOPHIE CLUZEL
Merci, au revoir.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 5 août 2021