Extraits d'un entretien de M. Clément Beaune, secrétaire d'Etat aux affaires européennes, avec Public Sénat le 9 septembre 2021, sur le lancement d'une consultation citoyenne concernant l'Union européenne.

Texte intégral

Q - Vous vous préparez pour le mois de janvier. En janvier, la France prend la présidence de l'Union européenne. En amont, vous vous préparez à cette présidence. Vous lancez ce week-end une grande consultation sur l'Europe, expliquez-nous en quoi cela consiste.

R - On lance effectivement un exercice qui est complètement inédit, puisque dans toutes les régions de France, de métropole et d'Outre-mer, nous allons sur deux week-ends du mois de septembre - cela commence demain et se poursuivra jusqu'à la fin du mois - des panels citoyens, de citoyens tirés au sort, cinquante par région, qui sont représentatifs de la diversité des catégories socio-professionnelles, qui sont des groupes évidemment paritaires, qui vont discuter librement pendant trois jours, de propositions, de critiques, de volontés de réforme, pour dire quel changement ils voudraient pour l'Europe. Et ces propositions-là, nous en ferons la synthèse nationale de manière transparente, d'ici la fin du mois d'octobre, et cela viendra alimenter cet agenda que nous portons pour la présidence française de l'Union européenne qui commence dans quelques semaines.

Q - Qui peut participer à ces débats ?

R - Ce sont pour la première fois des citoyens qui ont été tirés au sort pour avoir justement un panel représentatif, pour ne pas avoir ceux qui participent toujours à ces débats sur l'Europe, ou ceux qui considèrent que l'Europe, forcément, est la cause de tous les maux. Nous aurons un panel de toutes les opinions publiques...

Q - Il y a des ministres qui participeront à ces débats ?

R - Il n'y aura pas d'expression politique au sens où personne ne viendra perturber le déroulement des débats. Ce doit être la proposition des citoyens. Mais il y aura dans les régions qui les concernent le plus quelques ministres qui viendront, en ouverture ou en clôture, dire : nous prendrons ces propositions au sérieux, elles nourriront la présidence française.

Q - Quelles sont les thématiques ? Quelles sont les questions qui seront posées aux citoyens ?

R - C'est une question très large que nous avons voulue justement la plus ouverte possible : quels changements voulez-vous pour l'Europe, en tant que citoyen français ? Nous ne préjugeons pas des thèmes ou des propositions que voudront faire les citoyennes et les citoyens français qui participent à ces débats. Et quand le tirage au sort a été effectué, que beaucoup de citoyens ont été contactés, il y a eu un très fort intérêt qui a été exprimé pour cet exercice.

Q - Clément Beaune, cette grande consultation, c'est aussi une manière de préparer le programme présidentiel d'Emmanuel Macron ?

R - Non, pas du tout. Je crois que sur l'Europe, on ne cherche pas des idées ailleurs, en quelque sorte, dans la mesure où Emmanuel Macron s'est engagé de longue date sur l'Europe. Bien sûr, cela éclairera ces consultations. Tous ceux qui le veulent ; pas un camp ou un autre, un parti ou un autre, une personne ou une autre. Ces rapports avec les propositions des citoyens seront publics, chacun pourra en tirer des idées ou des conséquences (...).


source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 20 septembre 2021