Interview de M. Alain Griset, ministre chargé des petites et moyennes entreprises, à LCI le 17 septembre 2021, sur les efforts du gouvernement en faveur des travailleurs indépendants.

Intervenant(s) :

  • Alain Griset - Ministre chargé des petites et moyennes entreprises

Prononcé le

Temps de lecture 8 minutes

Texte intégral

STEFAN ETCHEVERRY
Bonjour Alain GRISET.

ALAIN GRISET
Bonjour.

STEFAN ETCHEVERRY
Merci d'être là, vraiment, merci beaucoup d'avoir répondu à notre invitation. Vous êtes ministre délégué chargé des PME. Dans un instant, avec Hélène, on reviendra sur le détail de votre plan que vous avez annoncé pour les travailleurs indépendants, et le prix, le chiffrage que ça devrait coûter. Ma première question : il y avait urgence ? Il y avait urgence, il y avait une grosse déprime chez les indépendants ?

ALAIN GRISET
Non, en tout cas, c'était nécessaire qu'on puisse répondre à des sujets de la vie quotidienne de ces 3 millions d'indépendants. Et donc là c'est un plan massif, qui s'occupe du début de la vie d'une entreprise, jusqu'à la fin de cette entreprise. Et ce que l'on espère surtout, c'est qu'elle soit transmise. Donc c'est des mesures du quotidien, mais très importantes, c'est la reconnaissance aussi de leur rôle et de leur place dans l'économie.

HELENE MANNARINO
Monsieur GRISET, il y avait cette peur, cette trouille du côté des indépendants, de perdre son patrimoine personnel, et la grande nouveauté que vous avez présentée hier, c'est que désormais, vous protégez leur patrimoine.

ALAIN GRISET
Oui, et puis on le fait de façon automatique, c'est-à-dire que celui qui va prendre le statut juridique d'entrepreneur individuel, va sans formalité particulière, obtenir le fait que son patrimoine, personnel sera protégé. Donc effectivement, c'est une épée de Damoclès qui était sur la tête de chaque indépendant et qui là va pouvoir leur faciliter la vie et puis leur permettre de travailler dans des conditions plus sereines.

PASCAL PERRI
Ça les incitera à investir, à votre avis ?

ALAIN GRISET
En tout cas…

PASCAL PERRI
Créer des emplois, prendre des risques.

ALAIN GRISET
C'est-à-dire qu'il y a une deuxième mesure qui est très importante, c'est qu'on va permettre de façon très souple de passer d'entrepreneur individuel à société, sans qu'il y ait de frottement fiscal ou social.

PASCAL PERRI
C'est la croissance, la problématique de la croissance.

ALAIN GRISET
La possibilité de pouvoir croître dans l'entreprise, sans qu'il y ait ces ruptures de passage d'un statut juridique à l'autre.

HELENE MANNARINO
Dans ces vingtaines de mesures, il y a un autre plan qui concerne l'assurance chômage. Alors, pourquoi ? La question est très simple, pourquoi l'assurance chômage finalement n'a pas séduit du côté des entrepreneurs, pourquoi ça ne marche pas ?

ALAIN GRISET
Tout d'abord, c'était un engagement du président de la République pendant la campagne des présidentielles. Ensuite, c'est vrai que les critères qui avaient été mis en oeuvre pour bénéficier de cette assurance chômage, en cas de difficultés, étaient très restrictifs, trop restrictifs, ce qui fait qu'il y a moins de 1 000 indépendants qui en ont bénéficié, y compris dans la période de crise. Et donc, ce qu'on a décidé, c'est d'assouplir ces critères, qui vont jusqu'au fait qu'il ne faudra plus être en faillite, être en dépôt de bilan, il suffira que l'indépendant, après une période, s'il constate que son entreprise ne marche pas, qu'il y a une baisse de chiffre d'affaires importante, en arrêtant son activité, il pourra bénéficier de l'assurance chômage.

STEFAN ETCHEVERRY
Est-ce que c'est, tout simplement pour les téléspectateurs qui nous regardent, c'est facile de monter une boîte aujourd'hui, Alain GRISET ?

ALAIN GRISET
Je pense qu'on peut dire oui.

STEFAN ETCHEVERRY
Non, mais, on peut s'y mettre, est-ce qu'il y a des difficultés dans le processus de création d'entreprise aujourd'hui ou ça devient plus souple ?

ALAIN GRISET
D'abord, ça l'est souple aujourd'hui. Les formalités aujourd'hui, grâce au centre de formalités, bon, ont été réduites beaucoup, et pour l'entrepreneur il faut néanmoins qu'on ait toujours en tête que se mettre à son compte c'est quand même un geste qui n'est pas anodin, donc il faut qu'on ait les bonnes informations, mais en tout cas nous faisons le maximum pour que la formalité soit réduite, que la complexité ça soit l'Etat qui l'assume, et ça c'est très important, à la fin de l'année il y aura un portail qui va être un portail unique pour les indépendants, et qui va permettre à chacun d'entre eux de pouvoir accéder à la totalité des informations mais également à toutes leurs formalités. Donc, la complexité elle est inhérente à notre pays, mais il ne faut pas que ça soit l'entrepreneur qui la subisse.

STEFAN ETCHEVERRY
Quel avantage j'ai à tout simplement à devenir indépendant ? Ce serait quoi mon avantage ?

ALAIN GRISET
Bon, d'abord, votre avantage c'est d'être autonome, de pouvoir faire ce que vous aimez, de travailler plus, sans aucun doute souvent, mais je pense qu'aujourd'hui et surtout dans la jeune génération, on le voit beaucoup beaucoup beaucoup, le fait de dire : allez, je vais prendre mon avenir en main, je vais faire ma vie, je vais pouvoir prendre des décisions et en assumer les conséquences, je pense que ça c'est un changement de mentalités très fort, et je pense que c'est très positif, parce que les jeunes qui se mettent à leur compte actuellement, ça prouve qu'il y a une confiance dans l'avenir. Dans un pays, les gens qui se mettent à leur compte, ils ont confiance dans l'avenir et c'est bon pour l'économie.

PASCAL PERRI
Le président de la République vantait les valeurs travail hier à la tribune de l'U2P, dont vous avez été le président, est-ce que vous trouvez qu'on travaille assez en France ?

ALAIN GRISET
Les indépendants, sans aucun doute. Globalement, bon vous connaissez la position que Bruno LE MAIRE émet, qu'on émet globalement, on a des chiffres qui clairement démontrent que par rapport à beaucoup d'autres pays, le temps de travail global dans la vie d'un Français, est en général inférieur à ce qui se passe dans d'autres pays européens.

HELENE MANNARINO
Monsieur GRISET, quoi entreprend aujourd'hui ? Vous parlez de la jeunesse, est-ce que c'est de plus en plus de jeunes, est-ce que c'est un peu plus tard ? Qui sont les entrepreneurs aujourd'hui ?

ALAIN GRISET
Il y a actuellement beaucoup de jeunes qui souhaitent se mettent à leur compte, mais on voit aussi qu'il peut y avoir des hommes et des femmes qui après avoir fait un parcours professionnel dans lequel ils n'étaient pas totalement heureux, considèrent que là aussi, se mettre à son compte c'est faire ce qu'on aime. Souvent, vous savez, c'est des métiers passion. Les hommes et les femmes, dans la vie, on travaille quand même longtemps, beaucoup d'années, et faire ce qu'on aime quand on travaille, je pense que c'est quelque chose d'extrêmement important. Et se mettre à son compte, c'est choisir ce qu'on a envie de faire, et ça c'est quelque chose qui aujourd'hui est vraiment très fort.

STEFAN ETCHEVERRY
Alain GRISET, il y a un moment important de votre vie de ministre qui va se jouer la semaine prochaine, vous êtes cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris, pour déclaration incomplète ou mensongère de votre situation patrimoniale et de vos intérêts. Simplement cette question : dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui, dans cette semaine qui précède ce moment délicat de votre vie politique ?

ALAIN GRISET
Oh, écoutez, c'est un élément qui est connu depuis un an, depuis le mois de novembre…

STEFAN ETCHEVERRY
Oui.

ALAIN GRISET
Je ne pense pas que vous ayez perçu depuis un an que mon action était atteinte par cet élément-là, donc je continue à travailler, jusqu'au moment où le président de la République voudra bien me confier cette mission.

STEFAN ETCHEVERRY
Et pour l'instant, vous avez son soutien total.

ALAIN GRISET
Pour l'instant, je pense l'avoir, en tout cas hier je n'ai pas senti un doute de la part du président.

STEFAN ETCHEVERRY
On vous remercie. L'équipe de la matinale vous remercie d'avoir été là ce matin Alain GRISET, ministre délégué, donc chargé des PME.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 septembre 2021