Interview de M. Sébastien Lecornu, ministre des outre-mer, à Europe 1 le 27 septembre 2021, sur l'épidémie de Covid-19 en Guyane.

Texte intégral

OMBLINE ROCHE
On traverse maintenant l'Atlantique pour nous rendre dans un territoire ultramarin où la situation sanitaire est très inquiétante, seulement 30% de la population est vaccinée, il s'agit de la Guyane, que visite depuis vendredi notre invité, Julien, le ministre des Outre-mer.

JULIEN PEARCE
Bonjour Sébastien LECORNU.

SEBASTIEN LECORNU
Bonjour.

JULIEN PEARCE
Merci Monsieur le Ministre d'être en ligne avec nous depuis la Guyane, la Guyane qui fait face à une situation très préoccupante et un niveau de décès lié au Covid jamais atteint, ce sont les mots, il y a quelques jours, de l'Agence Régionale de Santé. Et justement, cette réalité, vous vous y êtes confronté samedi en visitant l'hôpital de Cayenne, vous y allez vu quoi ?

SEBASTIEN LECORNU
Ecoutez, une situation particulièrement tendue puisque l'épidémie évidemment ici y sévit depuis mars 2020, la sous-vaccination de la population explique en grande partie désormais cela, puisque les 21 personnes qui ont perdu la vie ces sept derniers jours, étaient des personnes non vaccinées. Donc on a une tension prêts importante en réa, on a un taux d'incidence de plus de 520 cas pour 100.000 habitants, c'est donc le taux d'incidence le plus important de la République, avec le variant Delta qui circule majoritairement, les soignants hospitaliers y font face, la réserve sanitaire est largement déployée, les renforts viennent de l'hexagone, mais il est clair que la situation est tendue sur place.

JULIEN PEARCE
Qu'avez-vous dit à ces soignants épuisés qui en plus sont la cible désormais des Antivax, certains bloquent l'accès aux établissements de santé ou perturbent les opérations de vaccination ?

SEBASTIEN LECORNU
Eh bien, je leur ai rappelé qu'ils avaient raison, qu'ils étaient dans leur droit, qu'ils étaient le visage de la République, qu'ils s'investissaient au quotidien pour sauver des vies, et que, il est quand même bien le comble qu'on laisse parfois la part belle dans les médias à celles et ceux mettent la vie des autres en danger, là où d'autres, au contraire, s'épuisent à sauver des vies. J'ai d'ailleurs remis un certain nombre de Légions d'honneur et d'ordination du mérite, parce que c'était la moindre des choses que de leur dire merci, de les soutenir, et aussi qu'un ministre vienne localement porter la parole sur la vaccination, pour ne pas les laisser seuls face à des détracteurs qui parfois font courir les fake news les plus invraisemblables. La Guyane aujourd'hui, elle est confrontée à cela, des contrevérités, à des mensonges, qui ont fait beaucoup de mal, à des incertitudes, à des propos qui ont pu créer le doute, alors qu'on le sait très, très bien, sur l'ensemble de la planète désormais, le vaccin est la solution de prévention. Et ce qui me frappe beaucoup localement, c'est que certains cherchent encore des solutions curatives, des médicaments pour soigner le Covid, alors qu'on sait très, très bien que le vaccin est la solution, mais une fois de plus, il y a parfois des récupérations politiciennes de cette question de la vaccination qui font beaucoup de mal et qui conduisent malheureusement un certain nombre de nos compatriotes à perdre la vie.

JULIEN PEARCE
Vous faites référence aux propos de Christiane TAUBIRA ou à ceux de certains élus locaux qui refusent ces derniers jours d'appeler explicitement la population à se faire vacciner, qui disent : ce n'est pas pour ça qu'on a été élus, ce n'est pas notre rôle ?

SEBASTIEN LECORNU
La ministre TAUBIRA, d'autres élus locaux ne sont pas source de fake news, pour le coup, il faut être honnête et rendre les choses justes, en revanche, un certain nombre de collectifs, localement, s'amusent à colporter des contre-vérités absolument invraisemblables sur le vaccin, par des groupes WhatsApp, sur les réseaux sociaux, évidemment cela fait mal, en face, parfois, une élite locale a du mal à dire clairement qu'elle est vaccinée, évidemment, c'est une difficulté, j'ai pu en parler notamment avec le monde économique qui, lui, a besoin de voir la reprise se faire, notamment les restaurateurs, le secteur de l'événementiel, le monde de l'hôtellerie, et puis, surtout des familles de victimes parfois ont du mal à comprendre pourquoi aussi ces contre-vérités ont circulé.

JULIEN PEARCE
Mais vous ne trouvez pas irresponsables les propos de madame TAUBIRA, vous ne trouvez pas qu'elle n'est pas claire dans ses propos alors que la situation, vous venez de nous la décrire, est critique ?

SEBASTIEN LECORNU
Ce qui est troublant chez Christiane TAUBIRA, c'est que son parcours politique est fait de raison et de clarté, et que, parfois, même, d'ailleurs, la droite ou l'extrême droite s'en sont prises à elle avec une violence injuste et inqualifiable, alors qu'au contraire, on se rappelle tous de ses discours pendant le mariage pour tous, sur lesquels elle était capable de décliner un raisonnement, et c'est vrai que ce qui a beaucoup troublé les uns et les autres dans son interview sur une autre station de radio, c'était de voir que le flou prédominait, depuis, elle a corrigé par un tweet, et donc je veux m'en tenir au tweet de clarté qu'elle a commis ensuite, mais il est clair que cet épisode témoigne de la difficulté que nous avons en Guyane de dire clairement qu'il faut se vacciner.

JULIEN PEARCE
Est-ce que vous n'y voyez pas le signe d'une défiance grandissante des Outre-mer vis-à-vis de l'Etat, je fais référence aux propos d'autres élus locaux qui ne reprennent pas pour eux les appels à la vaccination ?

SEBASTIEN LECORNU
Moi, je pense qu'il y a une forme de lâcheté à dire ça, d'ailleurs, je leur ai dit parfois droit dans les yeux, ce n'est pas l'Etat qui amène le vaccin, la planète tout entière se vaccine, on n'est pas dans un drame franco-français dans le cadre du Covid, et, pardon, ce ne sont pas les politiques ou les représentants de l'Etat qui demandent à la vaccination, ce sont celles et ceux qui sont en blouse blanche, qui sont soignants, qui voient aussi le drame de voir des gens qui ont parfois 10, 15, 20 ans de moins que sur les premières vagues entrer en réa, des patients particulièrement jeunes, figurez-vous que j'ai pu voir à Cayenne, au centre hospitalier local, un service de pédiatrie dans lequel il y avait beaucoup de jeunes enfants, voire des nourrissons, qui étaient touchés par la Covid. Donc là aussi, les récupérations politiciennes n'ont pas de sens, comparer le vaccin au drame, au scandale de la chlordécone, ou aux essais nucléaires en Polynésie française, franchement, ça n'a pas de sens, et donc on ment à des gens qui vont finir par perdre la vie. Mais il faut être honnête, très franchement, la situation est très tendue.

JULIEN PEARCE
Merci Sébastien LECORNU, ministre des Outre-mer, d'avoir été en ligne avec nous depuis la Guyane. Bonne visite et à bientôt sur Europe 1.

SEBASTIEN LECORNU
Merci beaucoup.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 30 septembre 2021