Déclaration de Mme Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, sur la nécessité d'adopter un nouveau cadre mondial de préservation de la biodiversité, New York le 6 octobre 2021.

Intervenant(s) :

Circonstance : Nature for Life Hub - Session 3 sur le thème "Vers un avenir positif pour la nature", Nations unies, New York le 6 octobre 2021

Prononcé le

Texte intégral

Excellences, chers participants,


Nous ne pouvons plus attendre pour agir pour la biodiversité. C'est le message principal que le Congrès mondial de la nature de l'UICN a adressé au monde. Ce message, nous devons l'entendre et y répondre. Et la réponse est à notre portée : adopter un nouveau cadre mondial de préservation de la biodiversité à la COP15 de la Convention sur la Diversité Biologique en mesure de stopper la perte de la biodiversité et de la régénérer.

L'adoption de ce cadre constitue la clef de voûte d'une nouvelle relation entre l'homme et la Nature, plus harmonieuse, plus respectueuse.

Au Congrès mondial de la nature, des milliers de personnes se sont engagées et nous ont engagés. Au travers des sommets, des événements des motions et du manifeste de Marseille, les parties prenantes ont voulu partager leurs attentes, leur impatience. Nous ne pouvons pas ignorer ces appels.

La France veut porter cette ambition et pousser ses partenaires et l'ensemble de la communauté internationale à répondre à l'urgence. En obtenant à Kunming des objectifs de préservation quantifiés et mesurables.

Avec mes homologues du Costa Rica et du Royaume-Uni, nous co-présidons ainsi la Coalition de la Haute Ambition pour la Nature et les Peuples, formée de plus de 70 États, pour promouvoir dans le nouveau cadre mondial l'objectif de protection de 30% des terres et des mers.

Mais les objectifs ne sont pas suffisants s'ils ne sont pas accompagnés d'un mécanisme de mise en œuvre robuste, ainsi que d'un soutien technologique et financier. Nous devons absolument mettre en place un dispositif efficace de suivi et d'accompagnement.

De même, ces objectifs et leur mise en œuvre doivent faire l'objet de la plus large implication, afin que tous les acteurs de la société se les approprient. Car la préservation de la biodiversité doit devenir un leitmotiv de toutes les politiques publiques, un élément transversal à tous les choix structurants des secteurs public et privé. La Nature doit, enfin, réintégrer sa juste place dans nos vies.

Avec en ligne de mire la COP15, nous devons dès maintenant prendre des mesures concrètes au niveau national qui contribueront à la mise en œuvre des nouveaux objectifs globaux.

Il nous faut en effet montrer l'exemple. A titre d'illustration, en France, nous avons publié une nouvelle stratégie sur les aires protégées qui montre comment nous comptons augmenter la surface de nos aires protégées tout en renforçant la qualité de notre protection d'ici 2030. Nous prévoyons également d'avoir 30% de nos terres et 30% de nos mers protégées d'ici l'année prochaine.

Excellences, chers participants. Il ne nous reste que quelques mois avant la COP15. Saisissons toutes les opportunités qui s'offrent à nous pour maintenir cet élan et avancer vers des résultats ambitieux. Il n'est pas trop tard, mais il n'y a plus de temps à perdre.


Merci pour votre attention.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 11 octobre 2021