Déclaration de M. Franck Riester, ministre du commerce extérieur et de l'attractivité, en réponse à une question sur la lutte contre le terrorisme et le Hamas, au Sénat le 24 novembre 2021.

Intervenant(s) :

  • Franck Riester - Ministre du commerce extérieur et de l'attractivité

Circonstance : Question d'actualité au Gouvernement au Sénat

Prononcé le

Texte intégral

Madame la Sénatrice,

D'abord, je voudrais redire avec solennité que la France condamne avec la plus grande fermeté l'attaque terroriste qui a été perpétrée, le 21 novembre dernier, dans la vieille ville de Jérusalem. Nous présentons nos condoléances aux proches de la victime et nous adressons nos vœux de prompt rétablissement aux blessés. Au-delà de cet attentat grave, je voudrais évidemment réaffirmer que l'attaque de dimanche dernier a été, vous l'avez rappelé, revendiquée par le Hamas qui, depuis 20 ans, est inscrit sur la liste des organisations terroristes.

La décision que vous avez évoquée sur le Royaume-Uni, la semaine dernière, d'une inscription de l'ensemble du mouvement sur la liste britannique des organisations terroristes, n'est rien d'autre qu'un rattrapage, par rapport au cadre juridique européen. En fait, depuis le Brexit, seule la branche armée du Hamas était considérée comme terroriste dans le droit britannique. La décision qui a été annoncée étend cette mesure à l'ensemble du mouvement, ce qui ne fait que rejoindre, en fait, une réalité applicable depuis longtemps dans l'ensemble des Etats membres de l'Union européenne.

Sur la question plus large, que vous évoquez, des mouvements radicaux antisémites appelant à la haine ou la violence, je veux rappeler la fermeté absolue du Gouvernement en la matière, qui a pris la décision de dissoudre plusieurs associations présentes sur le territoire national, à commencer par le Collectif Cheikh Yassine, du nom du fondateur du Hamas. Et ça s'inscrit dans la politique plus large du Gouvernement dans la loi confortant les principes de la République, portée par le Gouvernement, et qui renforce les dispositifs de détection et de sanction contre les actes qui portent atteinte aux intérêts de la nation.

À ce titre vous le savez, nous avons renforcé nos moyens, notamment dans le cas du contrôle du financement des associations, TRACFIN, en particulier, qui travaille activement depuis plusieurs années sur les financements étrangers, dont ceux en provenance du Moyen-Orient, et qui dispose désormais de sources d'informations et de leviers juridiques qui seront plus efficaces dans ces combats qui sont les nôtres. Je vous remercie.


Source https://www.diplomatie.gouv.fr, le 29 novembre 2021