Message de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur les efforts du gouvernement en faveur des habitants des Alpes-Maritimes victimes de la tempête Alex en octobre 2020, le 10 janvier 2022.

Texte intégral

Des maisons éventrées, des routes rayées du paysage, des scènes de destruction, je n’oublie rien de ce que j’ai vu en octobre 2020 dans les vallées dévastées par la tempête Alex.

Des vies perdues, des drames personnels, la douleur et l’incertitude des familles, je n’oublie rien non plus de ce que les habitants, les forces de secours et les élus m’ont décrit à Tende, à Breil-sur-Roya, à Saint-Martin-Vésubie.

De la solidarité entre citoyens, de l’héroïsme des pompiers, de l’engagement exceptionnel des secouristes et des forces de l’ordre, des norias des hélicoptères de l’armée pour acheminer tout le matériel et les vivres, de la mobilisation de tous dans l’urgence, de ce lien des uns avec les autres, des uns pour les autres, je n’oublie rien.

Il a fallu faire face à l’urgence, l’État a engagé des moyens considérables et nous avons fait face, tous ensemble. Puis rapidement entreprendre un immense travail de reconstruction. Je m’y suis engagé avec des moyens massifs, 572 millions d’euros pour une reconstruction la plus résiliente et la plus rapide possible. Nous le devions aux habitants sinistrés.

La Roya, la Tinée, la Vésubie : aucune vallée, aucun habitant, ne devait être laissé sans solution durable.

C’est donc attentif et avec beaucoup d’exigence que je suis revenu aujourd’hui faire le point avec les habitants et les élus sur l’avancée des chantiers, sur les réalisations achevées et en cours, sur les difficultés rencontrées. Mon objectif est clair et j’y suis attaché depuis le début : avoir l’assurance que les fonds sont employés, qu’ils le sont à bon escient, qu’ils sont utiles sur le terrain, dans le concret de la vie des habitants.

Je l’ai vu : les résultats sont là, considérables ! Notamment en matière d’infrastructures. Rétablir les routes était l’une des priorités pour pouvoir assurer la vie dans ces vallées, relier les communes les unes aux autres, les vallées entre elles.

Le travail de reconstruction engagé va se poursuivre.

Nous irons au bout.