Interview de Mme Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées, à Europe 1 le 25 janvier 2022, sur la sensibilisation à la pratique sportive, la scolarisation des élèves handicapés et le suivi de l'avancée des droits des personnes handicapées.

Intervenant(s) :

  • Sophie Cluzel - Secrétaire d'État chargée des personnes handicapées

Circonstance : 6ème édition de la Semaine Olympique et Paralympique 2022 sur le thème du sport pour l’environnement et le climat, du 24 au 29 janvier 2022

Prononcé le

Texte intégral

JULIEN PEARCE
Bonjour Sophie CLUZEL.

SOPHIE CLUZEL
Bonjour.

JULIEN PEARCE
Merci Madame la Ministre d'être en ligne avec nous ce matin pour nous parler notamment d'un événement qui rassemble 700 000 élèves depuis hier et partout en France, la 6ème édition de la Semaine olympique et paralympique, en quoi ça consiste ?

SOPHIE CLUZEL
Alors, ça va être la fête du sport, c'est vraiment une façon de pouvoir sensibiliser les élèves à la pratique sportive, aux valeurs de l'olympisme et du paralympiques, on utilise le sport enfin comme outil pédagogique, comme vecteur d'intégration aussi, parce que, énormément de possibilité de pratiquer des sports paralympiques, donc ça profite aussi au changement de regard des jeunes sur le handicap, et puis, ça éveille les jeunes à l'engagement aussi, à l'engagement, puisqu'il y aura deux grands sujets, c'est bien sûr le sport, l'olympisme, le paralympique, et puis aussi l'environnement ; donc des valeurs très, très importantes, qui, pendant toute la semaine, vont être célébrées avec un parrain aussi qui va circuler dans les écoles, au-delà de Tony ESTANGUET, c'est notre astronaute Thomas PESQUET qui sera là aussi pour promouvoir les 30 minutes aussi de sport à l'école.

JULIEN PEARCE
Oui, c'est le défi qu'il a lancé, "opération", enfin, "mission 30 minutes" très exactement, objectif que d'ici samedi, on puisse faire deux allers-retours théoriques entre la Terre et la Lune. Cet événement part aussi d'un constat, Sophie CLUZEL, c'est qu'en 40 ans, les jeunes ont perdu un quart de leurs capacités cardiovasculaires, nos enfants font beaucoup moins de sport que nos aînés, a fortiori depuis le début de la crise sanitaire.

SOPHIE CLUZEL
Oui, mais tout ça, c'est rattrapable, il n'y a rien d'irrémédiable, c'est bien pour ça qu'on veut promouvoir ce sport à l'école, parce que 30 minutes de sport à l'école, après, ce sont des enfants qui rentrent chez eux qui entraînent leurs parents aussi à en faire, pour nous, adultes, c'est une heure qu'il nous faudrait faire tous les jours pour bénéficier justement d'une bonne santé, donc il faut absolument remettre les enfants, et du coup, la famille et les adultes, au sport.

JULIEN PEARCE
Vu l'importance des messages véhiculés par cette semaine olympique et paralympique dans les écoles, n'aurait-il pas été plus judicieux, Sophie CLUZEL, de la reporter de quelques semaines, on a près de 19 000 classes fermées au dernier décompte ?

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, c'est une semaine qui est très importante, pourquoi, parce qu'on est à une semaine aussi des jeux Olympiques et Paralympiques de Pékin, on est dans cette mouvance-là, de promouvoir le sport, donc tout a été calé, il y a beaucoup de choses qui se passent en extérieur malgré le froid, moi-même, je serai jeudi en établissement scolaire, en établissement spécialisé, tout a été fait pour respecter les barrières sanitaires, mais c'est un enjeu de société, ce sport, vous l'avez dit. Et je voudrais précise aussi que des personnes en situation de handicap doivent faire du sport, peuvent faire du sport, et ça commence aussi avec ce sport partagé, parce que la situation est délicate pour les enfants qui ne sont pas handicapés, mais encore plus pour les enfants handicapés, puisque plus de 40% d'entre eux ne pratiquent pas de sport, 34% dans la population générale, vous l'avez dit. Donc je pense que c'était important de pouvoir avoir ce rendez-vous, toutes les précautions sont prises, je tiens à rassurer tout le monde, les gestes sanitaires seront respectés, et vraiment de pouvoir avoir cette dynamique qui est enclenchée, en même temps, de ce sport à l'école et de ce sport partagé, c'est important.

JULIEN PEARCE
Dans ce contexte sanitaire qui reste très compliqué, Madame la Ministre, comment ça se passe pour les quelque 400 000 enfants en situation de handicap qui sont actuellement scolarisés ?

SOPHIE CLUZEL
Ça se passe comme les autres avec le respect des gestes sanitaires, ça se passe, et je salue l'engagement vraiment depuis 2 ans des équipes enseignantes, les enfants handicapés ont toujours été prioritaires lors de la sortie du confinement pour éviter justement les pertes d'acquis, et ça, c'est important, et ça se passe bien, la coopération aussi avec les professionnels du médico-social qui sont en appui pour justement faire respecter…

JULIEN PEARCE
Vous n'avez pas de retours de parents qui, vu le contexte sanitaire, préfèrent garder leurs enfants à la maison pour éviter de les exposer au Covid à l'école ?

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, non, ce n'est pas parce qu'on est handicapé qu'on est plus vulnérable, c'est les comorbidités qui entraînent une vulnérabilité. Donc là, c'est pareil…

JULIEN PEARCE
Ce n'est pas ce que je dis, c'est que ça peut être le réflexe parental classique ?

SOPHIE CLUZEL
Mais je tiens justement à rassurer les parents, et les parents connaissent bien ce protocole, ils le savent, donc, et les enfants handicapés, je dirais, ont été largement habitués à ces gestes sanitaires, et sont tout à fait respectueux de ces gestes sanitaires.

JULIEN PEARCE
Sophie CLUZEL, vous avez, il y a quelques jours, sorti un livre : "La force des différents", c'est son titre, sous-titre : "Changer de regard sur le handicap", c'est chez JC Lattès, livre dans lequel vous écrivez notamment ceci : "En France, les enfants en situation de handicap ne partent pas avec les mêmes chances selon l'endroit où ils naissent, la puissance publique, les collectivités territoriales sont responsables de cette inégalité" ; ce constat, Madame la Ministre, vous le faisiez, exactement le même, il y a 5 ans, avant d'accéder au gouvernement, est-ce que ça veut dire que sur ce point, rien n'a changé ?

SOPHIE CLUZEL
Au contraire, beaucoup de choses ont changé, c'est tout l'enjeu justement de ce travail que j'ai construit avec les collectivités locales, c'est tout l'enjeu justement d'avoir cette égalité de chances qui est en train de se déployer, c'est l'enjeu aussi de faire savoir, c'est bien pour ça que j'ai fait le baromètre des maisons du handicap, pour qu'on puisse mesurer justement l'avancée des droits, notamment des droits à vie qui sont quelque chose de très important justement pour soulager le poids administratif pour les parents et les familles ; plus maintenant besoin de reprouver sans arrêt son handicap pour certaines pathologies, on peut avoir des droits à vie, et ça contribue, je dirais, à la sérénité justement du parcours pour les familles. Et puis, on avance main dans la main avec l'État, les collectivités locales et les organisations gestionnaires aussi, les associations qui accompagnent les enfants handicapés et les adultes, bien sûr. Donc ça avance, ça n'avance jamais assez vite pour les familles, on en est conscient, et c'est pour ça qu'on a redoublé d'efforts…

JULIEN PEARCE
Mais on comprend entre les lignes qu'il y a certaines collectivités qui avancent moins vite que d'autres ?

SOPHIE CLUZEL
Eh bien c'est pour ça que je suis à leurs côtés, au-delà de pouvoir publier les baromètres, j'ai rajouté justement 25 millions auprès des collectivités, des départements qui en avaient besoin, soit, pour les accompagner sur leur système informatique ou la formation. Donc moi, mon but, c'est en effet, je suis la ministre de toutes les Personnes handicapées où qu'elles soient, et cette équité territoriale me tient à cœur ; c'est pour ça que je travaille ainsi main dans la main avec les départements.

JULIEN PEARCE
On comprend à travers votre livre, Sophie CLUZEL, que vous avez très envie de rester dans vos fonctions, que vous vous verriez bien prolongée pour un deuxième quinquennat, est-ce que je me trompe ?

SOPHIE CLUZEL
Ecoutez, c'est surtout que ce livre, je l'ai fait en dialogue avec beaucoup de personnes en situation de handicap pour éclairer le handicap, c'est un vrai sujet de société, bien au-delà du handicap, c'est comment on accueille toute la diversité et la différence dans notre pays, et c'est une richesse, et ça fonctionne, et ça ne marche, et donc c'est un sujet de société que je porte, et je pense que ces échanges que j'ai pu faire avec ces personnalités qui parlent de la fratrie, des aidants, montrent bien qu'on est tous concernés, c'est plus d'un Français sur cinq, c'est un sujet de société, ce sont des chantiers qui sont longs, c'est au long cours, on ne transforme pas d'un coup de baguette magique justement la scolarisation, l'Insertion professionnelle, l'accueil de la différence, ce regard, il est en train de changer, et aussi, je tiens à souligner aussi, grâce aux médias, parce qu'on n'a jamais autant parlé du handicap que maintenant, on a fait une grande campagne nationale, aujourd'hui avec le sport, c'est aussi un vecteur d'intégration du handicap. Donc on est tous concernés, tous mobilisés, c'est une mission passionnante, en effet.

JULIEN PEARCE
"La force des différents : changer de regard sur le handicap", c'est le titre donc de votre livre chez JC Lattès. Merci beaucoup Sophie CLUZEL, secrétaire d'État auprès…

SOPHIE CLUZEL
Je tiens à dire aussi que toutes les recettes vont à la Fondation de France sur le programme justement participation des personnes handicapées, c'est très important pour moi.

JULIEN PEARCE
C'est noté. Merci à vous Sophie CLUZEL, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées. Bonne journée à vous. Et à bientôt.

SOPHIE CLUZEL
Merci. Au revoir.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 25 janvier 2022