Déclaration de M. Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur, sur les priorités de la présidence du Conseil de l'Union européenne en matière de sécurité, à Lille le 3 février 2022.

Intervenant(s) :

Circonstance : Réunion ministérielle informelle Justice et Affaires intérieures

Prononcé le

Texte intégral

La présidence française du Conseil de l'Union européenne a pour devise " relance, puissance, appartenance ". Comme cela a été exposé par le président de la République durant sa conférence de presse du 9 décembre, nous souhaitons contribuer durant notre présidence à l'émergence d'une Union européenne pleinement libre de ses choix et de son destin.

C'est pourquoi j'ai proposé aux ministres chargés des affaires intérieures d'axer nos échanges sur la réponse à apporter aux enjeux les plus structurants pour la sécurité de nos concitoyens.

Nous commencerons par évoquer la sécurité de nos frontières. Qu'il s'agisse de la crise biélorusse, de la pression migratoire dans la Méditerranée ou dans la Manche, ou encore de la lutte contre la criminalité transfrontalière, nous avons besoin d'un pilotage politique fort pour renforcer Schengen et protéger notre espace commun de liberté. Face aux défis liés au changement climatique, nous aborderons ensuite l'avenir de la sécurité civile en Europe, tant sous l'angle de la recherche, de la planification opérationnelle et capacitaire, que de la contribution de la société civile et de l'engagement citoyen.

Au cours d'un déjeuner de travail, nous parlerons de la lutte contre le terrorisme et la radicalisation. Face à ceux qui s'en prennent à nos valeurs et tentent de déstabiliser nos sociétés, nous devons lutter sans compromis, regarder en face nos lacunes et y apporter de vraies réponses.

Enfin, nous évoquerons le Pacte pour la migration et l'asile. Un an et demi après le dépôt de sa proposition par la Commission, et alors que de précédentes réformes ont échoué, nous devons accomplir des progrès réels. La présidence française propose d'avancer sur la base d'une approche graduelle, qui préserve le même niveau d'ambition et le souci d'équilibre entre solidarité et responsabilité, tout en tenant compte des contraintes et préoccupations exprimées par chacun. Nous devons retrouver la confiance dans notre capacité à définir ensemble une véritable politique migratoire européenne.


Source https://www.justice.gouv.fr, le 11 février 2022