Interview de Mme Bérangère Abba, secrétaire d'État chargée de la biodiversité, à France Info le 21 février 2022, sur la réglementation de la chasse.

Intervenant(s) :

Circonstance : Décès d'une randonneuse de 25 ans dans un accident de chasse au lieu-dit de La Bécarie, à Cassaniouze (Cantal), le 19 février 2022

Prononcé le

Texte intégral

LORRAIN SENECHAL
Bérangère ABBA, bonjour.

BERANGERE ABBA
Bonjour.

LORRAIN SENECHAL
Secrétaire d'État à la Biodiversité. L'âge d'abord, de cette chasseuse, interpelle, 17 ans seulement, est-ce que c'est normal de pouvoir tenir un fusil et tirer quand on a 16 ans seulement, je rappelle qu'on ne peut pas voter, on ne peut même pas boire d'alcool à cet âge-là ?

BERANGERE ABBA
Ça interpelle en matière d'expérience et puis, il me semble, dans la responsabilité que l'on confère à ces jeunes, qui, là en l'occurrence, sont bien formés, elle avait passé avec succès tous les examens, elle était a priori habituée à cet environnement, elle connaissait le terrain puisqu'elle est de ce village, ou à proximité, donc elle avait connaissance vraiment de son environnement, et on peut continuer à se poser la question effectivement de l'expérience avec de telles armes.

LORRAIN SENECHAL
Et le débat, depuis hier, porte aussi sur la sanctuarisation de jours de promenade.

(…) Entretien avec Laurine BENJEBRIA, journaliste.

LORRAIN SENECHAL
Bérangère ABBA, vous avez dit, écrit hier, "plus jamais ça", après la mort de cette randonneuse, vous avez promis des décisions qui vont suivre, quelle décision ?

BERANGERE ABBA
Il faut évidemment que l'enquête éclaire les circonstances de ce drame. Il s'avère, la majeure partie du temps, voire sur chaque accident, que ce qu'on constate c'est un non-respect des règles de sécurité, les règles les plus essentielles, comme le tir… le respect de l'angle de tir, la connaissance justement de son environnement, bien souvent sont enfreintes en cas d'accident, donc s'il s'avère que nous ne pouvons faire respecter de telles règles, il faut renforcer, renforcer la formation, renforcer l'encadrement, jusqu'à ce qu'on ne puisse plus déplorer ce type de drame. Ensuite, je crois qu'on a un gros enjeu sur l'information également, sur la signalisation, la signalisation des battues c'est quelque chose qui a été mis en place en 2019, il y a peut-être un pas de plus à faire sur cette signalisation des chasses.

LORRAIN SENECHAL
Qu'est-ce que ça veut dire, d'abord Bérangère ABBA, renforcer la formation, qu'est-ce que ça veut dire concrètement ?

BERANGERE ABBA
Ça veut dire que, ce que l'on a fait en 2019, c'est une façon d'avoir une formation continue, vraiment de vérifier que l'on a toujours les bons gestes, les bons réflexes en pareille situation, et que l'on se repose toujours les questions de base.

LORRAIN SENECHAL
Une remise à niveau tous les 10 ans, ce sont les règles actuelles, vous dites que ce délai est trop long ?

BERANGERE ABBA
C'est ça.

LORRAIN SENECHAL
Il faut le réduire à combien ?

BERANGERE ABBA
Non, je ne dis pas qu'il est trop long, je dis que déjà il doit se mettre en place, il doit se mettre en place régulièrement, pour que toute la population de chasseurs soit passée par cette formation de remise à niveau, nous devons accélérer.

LORRAIN SENECHAL
Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui donc ?

BERANGERE ABBA
C'est une règle qui est récente, 2019, qui a connu ensuite, vous le savez, dans sa mise en œuvre localement, sans doute des difficultés liées au contexte sanitaire, puisque pendant près d'un an les sessions de formation ont pu être plus difficiles à mettre en place, et donc il faut absolument que nous accélérions.

LORRAIN SENECHAL
Bérangère ABBA, vous parlez aussi de la signalisation, ça veut dire que c'est aux promeneurs de faire attention ?

BERANGERE ABBA
Alors, il y a un premier cran, si j'ose dire, c'est celui de savoir, de connaître les dates de ces battues, là où elles se situent, parce qu'effectivement en France, au-delà des dates de chasse, il y a beaucoup d'endroits, de forêts, notamment domaniales, qui ne sont pas toujours et tous les jours chassés. La première des choses, je pense, quand on veut profiter sereinement de la nature, c'est de pouvoir connaître les endroits chassés, et il s'avère que dans de nombreux départements, et dans de nombreuses forêts domaniales, on a des jours sans chasse. La question de les connaître a déjà été éclairée, donc moi j'avais demandé, il y a quelques mois, à ce que l'ONF mette en ligne sur son site les cartes et les calendriers des chasses, c'est un premier pas, évidemment il faut aller plus loin.

LORRAIN SENECHAL
Mais la France est quasiment la seule à n'avoir aucun jour sans chasse à partir du moment où la saison de la chasse est ouverte, à vous entendre vous l'allez pas revenir là-dessus, vous n'allez pas sanctuariser des jours pour les promeneurs.

BERANGERE ABBA
Il faut que chaque promeneur, mais selon là où il vit, selon le territoire où il habite, puisse connaître le cadre, après, que cette réflexion ait lieu, je dirais au national, dans le sens c'est une attention qui est évidemment à réfléchir, mais je crois qu'elle doit surtout se déterminer au niveau local, parce qu'on a des pratiques différentes, selon les territoires, selon les types de chasse, selon la pression aussi, puisque vous savez que les chasseurs assurent une régulation, qui est parfois nécessaire dans certains territoires, donc il faut que chacun trouve sa place dans ces espaces, et donc la première des façons c'est d'indiquer où se situent les chasses, et donc je déploierai, dans les mois qui viennent, avec l'IGN, l'Office national des forêts, et vraisemblablement les COFOR, les communes forestières, un outil, une sorte d'application, qu'on trouvera également en ligne sur le site de l'IGN, qui permettra dans un premier temps vraiment de connaître où se situent, autour de soi, les éventuelles actions de chasse.

LORRAIN SENECHAL
Mais donc ce sont bien aux promeneurs, aux randonneurs, de faire attention, de se tenir au courant ?

BERANGERE ABBA
Dans un premier temps ils doivent pouvoir connaître, ils doivent pouvoir choisir leurs lieux de promenade sans craindre de se trouver dans le même temps sur une action de chasse. Quand on n'objective vraiment les situations on se rend compte que le partage de l'espace est possible, on a beaucoup d'espaces qui sont non-chassés, ne serait-ce que sur les domaniales on trouve toujours près de chez soi des espaces qui ne le sont pas. Les actions de chasse demeurent sensiblement ponctuelles dans les territoires, donc nous avons nécessité d'abord à éclairer cette situation. Je ne dis pas que cette réflexion de jours sans chasse ne doit pas avoir leu, je pense qu'elle doit se jouer et se débattre localement.

LORRAIN SENECHAL
Mais vous n'y êtes pas favorable, en tout cas pas pour l'instant, pas de jours de chasse interdite qui seraient imposés, mais plutôt de la formation pour les chasseurs et de l'information pour les randonneurs. Merci beaucoup Bérangère ABBA, secrétaire d'État à la Biodiversité, vous étiez ce matin "grand témoin" de France Info.

Source : Service d'information du Gouvernement, le 22 février 2022

Thématiques :