Texte intégral

Le 8 mai 2002 au matin, à Karachi, un autocar de la marine pakistanaise qui devait conduire 23 ouvriers français employés de la Direction des Constructions Navales, aujourd'hui Naval Group, est l'objet d'un attentat à la voiture piégée. Il provoque le décès de 14 personnes, en blesse 40 autres, et parmi eux 11 morts et 12 blessés français, employés de la DCN, de la société d'ingénierie Assystem et de Navfco, désormais DCI-Navfco.

Le temps a passé, mais ne peut estomper la mémoire de ce drame. Le Président de la République est conscient des douleurs encore vives qu'il suscite, en particulier dans le Cotentin.

Ingénieurs, techniciens supérieurs, ouvriers, experts, ils étaient en mission d'assistance dans le cadre d'un contrat signé pour la fourniture au Pakistan d'équipements de défense. Passionnés par leur métier, ils étaient engagés au service de notre industrie et de notre pays. Il est donc juste que, dès 2002, la Nation ait reconnu leur engagement, leur don total, par leur nomination symbolique dans la légion d'Honneur et que 23 de leurs enfants aient été adoptés par la Nation et bénéficient des aides correspondantes.

Vingt ans après cette tragédie, le Président de la République salue la mémoire des victimes avec respect. Il adresse aux survivants, aux familles, ainsi qu'aux hommes et aux femmes des entreprises concernées, l'assurance de sa solidarité ainsi que celle de toute la Nation.