Déclaration de Mme Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, sur la lutte contre la fracture numérique, à Deauville le 27 mai 2021.

Intervenant(s) :

  • Jacqueline Gourault - Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales

Circonstance : Intervention aux Etats généraux des Réseaux d'initiative publique

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le maire, cher Philippe Augier,
Monsieur le président du conseil départemental, cher Jean-Léonce Dupont,
Monsieur le préfet, cher Philippe Court,
Mesdames et messieurs les élus,
Mesdames et messieurs,


Je suis très heureuse de pouvoir m'exprimer devant vous ce matin dans le cadre des Etats généraux des Réseaux d'initiatives publiques que vous organisez comme tous les ans à Deauville. Cette année, vous nous accueilliez, Monsieur le Maire, dans ce très beau lieu des Franciscaines, que vous venez d'inaugurer et qui est je crois à l'image de Deauville : rayonnant d'histoire et de culture.

Vous avez conçu les Franciscaines comme un lieu de vie ouvert sur le territoire : tout à la fois musée, salle de spectacles, Micro-Folie, fab-lab, médiathèque et même collection d'archives particulièrement développée sur l'hippisme, qui ravit les amateurs de chevaux - dont je fais partie.

Au coeur du projet que vous portez ici, il y a cet espace, l'ancien couvent des soeurs franciscaines, chargé d'histoire, qui a été superbement rénové, sublimé même. Et puis il y a le numérique, employé ici à ce qu'il a de plus noble : comme un outil de médiation, de partage et de transmission.

Ces derniers mois nous ont révélé avec force, s'il le fallait, le rôle indispensable du numérique dans nos quotidiens : pour garder le lien avec ses proches, pour travailler, pour consulter son médecin, pour accéder aux savoirs et à la culture, pour participer à des réseaux de solidarités… Pour beaucoup de nos concitoyens le numérique a été bien plus qu'un outil, il a été une ligne de vie.

Mais la pandémie a aussi révélé, et parfois accentué, la fracture numérique :

- Entre des territoires bien connectés et d'autres où l'accès à internet est encore trop souvent difficile.
- Entre des collectivités, des entreprises, des commerçants qui ont très vite pris le tournant numérique et d'autres qui se sont sentis démunis.
- Mais aussi entre nos concitoyens : 12 millions de français sont encore en difficulté avec le numérique, parce qu'ils ne disposent pas des compétences de base.

Pourtant, l'accès au numérique n'est pas un luxe, c'est un droit. Et notre devoir est d'en faire un outil d'inclusion, de rapprochement, et non d'exclusion. Pour que chaque citoyen ait un accès aux mêmes opportunités quel que soit le lieu où il vit - qu'il habite dans nos ruralités, nos quartiers prioritaires, nos petites et moyennes villes ou nos territoires ultramarins. C'est une condition pour redonner tout son sens à la promesse d'égalité républicaine.

Le Président de la République en a fait un axe central de son engagement, et de la politique du Gouvernement pour renforcer la cohésion des territoires. C'est tout le sens de l'action que nous menons, avec Cédric O, pour une politique du numérique du quotidien.

1/ A travers le Plan France Très Haut Débit, nous portons, vous le savez, l'ambition d'équiper l'ensemble du territoire d'un accès à Internet à très haut débit fixe et mobile. Je le rappelle, deux étapes essentielles ont été définies par le Président de la République : offrir à tous les Français un accès de qualité à Internet offrant un débit d'au moins 8Mbit/s fin 2020 et permettre à tous les français un accès dit à « très haut débit » c'est-à-dire avec un débit d'au moins 30Mbit/s d'ici fin 2022. Nous avons souhaité aller plus loin, car c'était une attente de acteurs locaux, et nous avons fixé début 2020 un nouvel objectif : la généralisation de la fibre optique jusqu'à l'abonné sur l'ensemble du territoire, d'ici fin 2025. Avec, il faut le souligner le même coût d'abonnement in fine pour les ménages, qu'ils habitent au centre d'une métropole ou dans un territoire isolé.

C'est une politique massive d'aménagement du territoire. Une politique unique en Europe par son ampleur, qui fait déjà référence. Nous la menons avec vous, main dans la main, notamment à travers les Réseaux d'initiative publique.

Les RIP sont nés il y a maintenant plus d'une dizaine d'années, pour faire en sorte d'éviter que se creuse une fracture numérique entre les territoires denses et nos campagnes, nos petites villes et nos ruralités.

Votre objectif, notre objectif, Mesdames et Messieurs, c'est bien de couvrir la France dans son entièreté, dans la diversité de ses réalités géographiques et démographiques. C'est un défi exceptionnel, c'est pourquoi l'Etat est au rendez-vous à vos côtés. 22 milliards d'euros sont engagés d'ici 2022 dans les réseaux d'initiatives publics, sûrement l'un des plus grands chantiers du siècle pour la France…

La colonne vertébrale des RIP, leur « fourreau » pour utiliser une métaphore plus appropriée, c'est le partenariat entre opérateurs privés et acteurs publics, au premier chef desquels les départements que je salue et remercie, avec le soutien constant de l'Etat, et je salue la présence de l'ANCT mais aussi de la Banque des Territoires qui investit massivement, et tout cela sous la supervision de l'Arcep. Ce partenariat public-privé n'avait rien d'évident, pourtant force est de constater, et les échanges de ce matin ne manqueront pas je crois de le souligner, que ce partenariat fonctionne, et qu'il permet d'assurer le rythme exceptionnel de déploiement du réseau.

2/ La crise que nous traversons n'a pas freiné ce rythme exceptionnel. L'année 2019 avait été une année inédite, puisque 4,8 millions de lignes de fibre jusqu'à l'abonné avaient été produites, soit 50% de plus qu'en 2018. 2020 s'est clos sur un nouveau record, puisque nous avons atteint 5,8 millions de lignes, et le rythme que nous poursuivons en 2021 nous met en capacité d'atteindre l'objectif que nous nous sommes fixés et en particulier celui d'offrir la fibre à tous les foyers français d'ici fin 2025.

Pour conforter ce rythme nous avons souhaité que le plan de relance fasse une large place aux infrastructures numériques. Ainsi, en complément des 300 millions d'euros redéployés en faveur de la couverture du territoire en fibre optique ainsi que des 30 millions d'euros votés en loi de finances rectificative 2020, le Gouvernement a décidé de donner un coup d'accélérateur dans le cadre de France Relance en octroyant 240 millions d'euros supplémentaires pour la généralisation de la fibre à horizon 2025. Cela permettra à 25 départements supplémentaires d'offrir une perspective de Fibre pour tous. C'est je crois, « un signal fort » pour les mots de l'Avicca et de son président Patrick Chaize.


3/ La dynamique est exceptionnelle, mais il reste malgré tout de grands défis devant nous, et c'est je crois particulièrement important que des espaces de partage d'expériences comme ces très beaux Etats généraux des RIP nous permettent d'échanger.

- Le premier de ces défis est bien sûr celui du raccordement jusqu'à l'usager. C'est dans ces derniers mètres que tout se joue, pourrait-on dire, où les investissements portées depuis des années se concrétisent. C'est le moment où nos concitoyens voient aboutir cette politique, où elle devient palpable dans le quotidien. Je sais que la qualité des raccordements n'est pas toujours satisfaisante et c'est un très point sensible sur lequel nous devons collectivement trouver des solutions. Car il est, je crois, essentiel de ne pas abimer cette belle dynamique.
- L'enjeu du raccordement renvoie à un autre défi important, celui de l'emploi. Nous savons que les besoins sont immenses, avec vraisemblablement un pic d'emplois en 2024.  Les opérateurs peinent parfois à recruter. Il est essentiel que nous puissions renforcer la structuration de la filière et continuer à former toujours plus pour davantage de nos concitoyens vers ces métiers de la fibre qui ont, je crois, un grand avenir, notamment par les passerelles qu'ils permettent.
- La question de l'entretien du réseau est aussi, je sais, particulièrement importante pour vous. Un réseau qui n'entretient pas, c'est un réseau qui meurt. Je pense que vous ne manquerez pas d'évoquer cette question aujourd'hui dans vos échanges. C'est un défi important, pour les décennies qui s'ouvrent, et l'Etat accompagnera vos réflexions.
- Un autre enjeu émergeant est celui de l'intégration du réseau dans des démarches de smart city et de territoires intelligents. Là aussi des initiatives naissent partout sur le territoire, et vous êtes je crois régulièrement sollicités par des opérateurs. C'est une question importante, et je crois qu'il est utile que nous puissions en discuter ensemble.

4/ Enfin, le développement de l'infrastructure ne doit pas nous dévier de l'objectif de l'accessibilité de la technologie. La fibre est un préalable essentiel et nécessaire à la transition numérique de nos territoires. Mais encore faut-il que nos concitoyens soient en capacité d'utiliser ces outils, que les usages soient facilités, que les français les plus éloignés de ces technologies soient accompagnés. Et je sais que c'est une préoccupation que nous portons tous et toutes, et qu'un grand nombre des Réseaux d'initiatives publiques s'engagent dans des politiques d'inclusion et d'accompagnement au numérique.

Il s'agit d'un axe prioritaire de l'action que nous menons avec Cédric O en faveur du numérique du quotidien. 250 millions d'euros sont ainsi mobilisés dans le cadre du plan France Relance en faveur de l'inclusion numérique, avec le recrutement de 4000 conseillers numériques France Services qui seront formés et financés par l'Etat et qui exerceront dans les collectivités, les tiers-lieux, les espaces France Service pour offrir à nos concitoyens un accompagnement au numérique. Déjà près de 800 structures se sont déclarées candidates, dans nos territoires pour l'accueil d'un conseiller numérique, une première vague de 1 000 Conseillers numériques sera recrutée d'ici à juillet 2021. Ce sont aussi des financements nouveaux pour moderniser les lieux d'accueil des usagers et pour le déploiement d'Aidants Connect, une solution simple pour les aidants qui réalisent des démarches administratives pour le compte de nos concitoyens les plus éloignés du numérique. Cette enveloppe de 250 millions pour l'inclusion numérique s'ajoute aux 88 millions d'euros du plan de relance destinés à la transformation numérique des collectivités, que nous avons annoncé en janvier dernier avec la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin et qui permettra d'incuber et de développer des outils très concrets au bénéficie des collectivités.

Je signalerai aussi les 100 millions d'euros qui vont permettre d'accompagner la numérisation des petits commerces : une nouvelle plateforme « clique-mon-commerce » a d'ailleurs été mise en ligne recenser les différentes solutions qui s'offrent aux commerçants.

Ces quelques exemples illustrent l'ambition numérique que nous avons portée dans ce plan de relance, pour qu'au-delà du chantier d'infrastructure, qui est primordial et qu'il nous faut achever, nous puissions accompagner les nouveaux usages et toutes les transitions qui reposent sur le développement de services numériques. C'est un engagement fort qui, je crois, donnent la mesure de notre ambition collective.


Mesdames et Messieurs,

En gage de conclusion, je tenais tout d'abord à vous remercier et à vous féliciter très chaleureusement pour la dynamique que vous portez, au sein des Réseaux d'initiatives publique, au service d'un aménagement équilibré de nos territoires, au service de nos concitoyens.

Vous démontrez que quand il s'agit de cohésion des territoires, la France est au rendez-vous, grâce à l'énergie exceptionnelle de ses collectivités, de ses acteurs publics et des opérateurs privés.

Des défis importants sont encore devant nous, pour concrétiser les grandes ambitions que nous nous sommes collectivement fixés. Etape après étape, nous trouvons des solutions, dans le dialogue.

Vous pouvez compter sur ma détermination, et celle du Gouvernement, pour  poursuivre à vos côtés ce grand chantier de transformation numérique de nos territoires qui, à coup sûr, marquera l'histoire de l'aménagement de notre pays.

Je vous remercie


source : Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, le 10 mai 2022