Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur les Jeux olympiques et Paralympiques de 2024, l'allocation de rentrée sportive Pass'Sport et les structures sportives, à Clichy-sous-Bois le 8 juin 2022.

Texte intégral

Merci beaucoup Monsieur le Maire. Un mot pour parler de nos engagements de sport,

Madame la ministre,
Monsieur le député,
Monsieur le maire,
Monsieur le préfet,
Messieurs les préfets,
directeur général de notre agence, cher DIJOP.
Messieurs les présidents,
chers athlètes, chers amis,

écoutez, si on est là aujourd'hui, d'abord, c'est pour le bonheur de nous retrouver à nouveau à Clichy-sous-Bois et dans nos quartiers populaires, on a évoqué beaucoup de thématiques en venant jusqu'ici, on va continuer de se battre pour cette égalité républicaine à laquelle nous croyons et qui est au coeur du pacte républicain, qui passe par la culture, le sport, l'éducation, le renouvellement urbain, la sécurité, l'entreprenariat - Monsieur Makaya est là aussi - et les investissements qu'on va faire pour les entrepreneurs des quartiers 2030. C'est un ensemble et au fond, dans nos quartiers populaires, il faut faire tout ce qu'on fait partout dans la République, mais en plus fort, en plus intense, en plus rapide parce que les inégalités de départ sont plus importantes bien souvent. Mais si on est là, c'est pour parler sport. Et je veux vraiment remercier nos jeunes sportifs qui sont là, mais aussi leurs formateurs, leurs éducateurs, leurs fédérations et nos athlètes qui sont ici présents pour montrer l'exemple et nos grands champions qui se préparent pour les prochaines compétitions qu'on a ramenés. Merci à vous d'être là parce que c'est du temps que vous prenez sur vos entraînements, vos engagements. J'y suis très sensible. C'est du temps que vous donnez, mais vous ne pouvez pas imaginer les accélérateurs que ça représente pour tous ces jeunes parce que ce sont des modèles. Et je suis sûr qu'il y en a plein ici qui ont rêvé en vous regardant combattre, en vous regardant gagner des médailles, de vous voir aujourd'hui à nos côtés avec Madame la ministre. C'est quelque chose de formidable parce que c'est du rêve à portée de main. Donc, merci de prendre sur votre temps et d'être des parrains de ces initiatives. Vous pouvez applaudir vos champions et vos championnes. Alors si on est là, c'est pour faire le point sur plusieurs choses très importantes. D'abord les J.O. 2024, tout le monde s'y prépare, vos disciplines y seront évidemment ; que vous fassiez du judo, du breakdance, vous serez présents aux J.O. de 2024 et aux Jeux Olympiques et Paralympiques. C'est très important, les champions vont se préparer, et on sera nous au rendez-vous. Mais être une grande nation olympique et paralympique, c'est aussi permettre à tout le pays d'en profiter, et donc d'être une nation sportive. Dès la rentrée prochaine, on aura la demi-heure de sport dans toutes les classes de primaire. Donc ça va complètement changer votre vie à l'école. Chaque jour, vous aurez au moins une demi-heure de sport. Et on va mettre 2 heures de plus au collège. Donc ça va être une petite révolution à l'école parce qu'il faut changer, et pourquoi c'est bon ? D'abord pour découvrir des sports, pour vous entraîner, et peut-être ensuite dire : j'ai envie de m'inscrire dans un club à papa maman et de continuer la pratique et devenir des champions. Mais aussi parce que ça permet de lutter parfois contre le surpoids et l'obésité, c'est une politique de santé. Le sport, ça permet de prévenir plein de maladies. Et puis enfin, on apprend mieux quand on fait du sport parce que quand on arrive un peu énervé, on fait une demi-heure de sport, et ça va mieux. Et puis parfois, on est bon en sport et on est moins bon en maths. C'est bien de montrer aux copains qu'on est fort dans une discipline, ça change aussi beaucoup de repères. Donc ça, c'est le premier pilier.

Le deuxième, c'est notre fameux Pass'Sport. On l'a créé il y a un peu plus d'un an pour les mineurs de 8 à18 ans. On a un million de jeunes qui sont accompagnés par le Pass'Sport, qui permet aux familles qui touchent l'allocation de rentrée scolaire ou qui sont accompagnés avec des aides, l'AAH ou d'autres d'être accompagnées pour payer soit de l'équipement, soit payer l'accès au club et parfois la licence. Ça a marché, ça a permis à beaucoup de jeunes et de familles de payer pour les enfants l'accès au sport. Peut-être plusieurs d'entre vous en avez bénéficié. En tout cas, vous pouvez en bénéficier, vous êtes dans les critères. Ce qu'on va faire, on va évidemment le généraliser parce qu'il y a 5 millions d'enfants et d'adolescents qui sont éligibles. Donc on peut aller beaucoup plus loin et on a le budget pour ça. Mais on va l'ouvrir maintenant à tous les étudiants qui ont plus de 18 ans et qui sont boursiers et les étudiants qui sont en difficulté parce que c'est très important pour eux aussi. Et on a des jeunes qui ont besoin d'être accompagnés pour qui, payer 50 € d'adhésion à un club ou pour faire du sport, c'est un blocage. Dans les quartiers, c'est le cas. Et donc, pour nos jeunes boursiers ou en difficulté, on va les accompagner. Ça fait 800?000 jeunes qui ont plus de 18 ans qu'on va accompagner avec ça.

Le troisième élément concerne les structures. Et là, je veux rendre hommage au judo, à la fédération de judo et à son président. Quand j'étais venu voir les derniers Jeux olympiques au Japon, on n'était pas beaucoup, il y avait la COVID, les protocoles étaient terribles. J'ai été voir les premières épreuves de judo. Vous n'étiez pas encore sur le tatami à ce moment-là. C'était le tout début. On a commencé par une déception, puis une bonne surprise, je m'en souviens très bien. Et vous avez été au rendez-vous et la fédération a été super. Il a fait une bêtise avec moi, il m'a dit : nous, on a une proposition, mais elle est un peu folle, c'est le judo qui la porte. On devrait faire 1 000 dojos, si on veut aider les jeunes, je lui ai dit “chiche”. Et quelques mois après, c'est devenu les 5 000 terrains dans lesquels, il y a nos 1 000 dojos. Et donc, inaugurer aujourd'hui avec vous, avec la ville de Clichy, avec la ministre des Sports, avec la fédération de judo évidemment, avec l'Agence nationale du sport qui a permis d'instruire le dossier et d'apporter le financement, c'est une formidable victoire parce qu'on montre qu'on peut aller très vite, très fort, dans des lieux qui sont pleinement insérés dans la ville, qui sont dans les habitudes de nos concitoyens et où ils vont pouvoir découvrir des sports qui ne sont pas forcément les leurs et les pratiquer. Nous serons au rendez-vous de nos objectifs puisqu'on s'est donné un objectif d'ici à 2024 avec le budget qui est là. Merci au judo d'avoir proposé, merci à l'Agence nationale du sport de le porter, merci aux fédérations d'accompagner justement ces 1 000 dojos. Et donc là, vous avez le mariage du judo et breakdance et c'est une formidable victoire pour deux disciplines jumelles. Enfin, le dernier mot que je voulais dire et qui est hyper important pour vous parce que le sport ne doit pas s'arrêter quand les vacances arrivent, et souvent dans nos quartiers, c'est la difficulté. Grâce à beaucoup de vos élus, aux associations qui font un boulot formidable, pendant la crise COVID on avait mis en place des mécanismes : " quartiers d'été " et " vacances apprenantes ". Et dans les vacances apprenantes, il y a les « colo apprenantes », il y a 3 dispositifs différents, dont les " colo apprenantes ". Avec tous ces dispositifs, on a pu accompagner un million de jeunes. C'est-à-dire, un million de jeunes qui ont pu faire des activités et/ou partir en vacances. Et aujourd'hui, plus largement dans nos dispositifs de colonie de vacances, on a environ un million de jeunes chaque année qui peuvent partir, qui sont souvent de familles modestes, qui ne peuvent pas aller en vacances. Ce que je voulais vous annoncer aujourd'hui, en étant à vos côtés, c'est que nous allons reconduire ces financements. On avait dit c'est exceptionnel, c'est pendant la COVID, on va les reconduire cet été et les étés qui suivent parce qu'on ne peut pas s'arrêter l'été. C'est un boulot continu et je sais l'engagement des collectivités locales, des fédés, des associations, des associations de quartier et donc tous ces dispositifs " quartiers d'été ", " colo apprenantes " nous allons les maintenir et les amplifier avec vous tous et toutes. Voilà ce que je voulais vous dire. Tout ça pour vous dire que vous le voyez, le sport, c'est hyper important pour avoir des médailles, être fiers et rêver, mais c'est essentiel pour vivre ensemble à l'école et hors de l'école, en bonne santé et entre citoyens qui se respectent. Pour toutes ces raisons, c'est la stratégie qu'on veut porter avec la ministre, le Gouvernement, et on ira plus loin. Et donc merci aussi à nos profs, nos proviseurs d'accompagner ces efforts avec nos grands sportifs et nos fédés. Merci à vous. Voilà l'engagement que je voulais prendre à vos côtés. Et merci une fois encore à nos sportifs de donner leur nom, leur temps, leur énergie.


Merci beaucoup.