Interview de M. Franck Riester, ministre délégué auprès de la Première ministre, chargé des relations avec le Parlement, à RTL le 2 août 2022, sur les mesures prises en faveur du pouvoir d'achat.

Texte intégral

JÉRÔME FLORIN
Nous sommes donc avec Franck RIESTER ce matin, ministre délégué en charge des Relations avec le Parlement. Vous n’êtes pas encore tout à fait en vacances, il y a encore quelques jours de séance à l’Assemblée et au Sénat, mais d’ores et déjà est-ce que vous pouvez dire combien d’argent vous avez dégagé pour le pouvoir d’achat des Français à la rentrée ?

FRANCK RIESTER
Eh bien écoutez si nous avons un accord entre l’Assemblée nationale et le Sénat, à l’issue du débat au Sénat, qui a lieu en ce moment même sur le projet de loi de finances rectificative, ce sera un peu plus de 20 milliards d’euros qui seront mobilisés, dès cet été, pour l’année 2022, pour nos compatriotes, pour revaloriser les pensions de retraite, pour revaloriser la rémunération des fonctionnaires, pour revaloriser les prestations sociales, pour baisser les cotisations sociales des indépendants, pour faire en sorte, bref, d’accompagner nos compatriotes face à l’inflation, pour leur permettre de continuer d’avoir ce plafond sur l’énergie, pour le gaz et l’électricité, zéro augmentation du prix du gaz, 4 % de plafonnement de l’augmentation de l’électricité cette année, la remise carburant qui va monter jusqu’à 30 centimes d’euro en septembre et en octobre…

JEROME FLORIN
Sous l’influence de la droite d’ailleurs.

FRANCK RIESTER
Oui, dans le cadre d’un travail d’échange parlementaire et de compromis avec nos oppositions pour faire en sorte que de l’argent arrive rapidement à nos compatriotes.

JEROME FLORIN
Alors, des compromis il y en aura beaucoup, on va voir ça tout à l’heure. Il y a un vote qui a fait bondir la gauche, c’est le rachat des RTT par les employeurs, c’est une autre proposition de la droite, d’ailleurs c’était dans le programme de Valérie PECRESSE, concrètement elle permet à ceux qui bénéficient de RTT de ne pas les poser et de les convertir en salaire. Les écologistes dénoncent un coup porté aux 35 heures, une régression sociale masquée, qu’est-ce que vous répondez à cela ?

FRANCK RIESTER
Ecoutez, nous, on veut accompagner celles et ceux qui travaillent, on veut que le travail paie, si des Français qui ont des RTT souhaitent les monétiser, se les faire payer, avec l’accord des entreprises, ils pourront le faire effectivement grâce à cet accord trouvé à l’Assemblée nationale, et je dirais pérennisé au Sénat, c’est exactement dans le sens de ce que nous souhaitons. Il faut que dans ce pays on comprenne que le travail doit payer, payer pour celles et ceux qui ont envie de peut-être passer plus de temps au travail pour améliorer la fin du mois…

JEROME FLORIN
Mais ce n’est pas une brèche dans le cadre des 35 heures ?

FRANCK RIESTER
Non, l’heure légale de travail reste 35 heures, simplement dans les dispositifs existant vous pouvez, vous obtenez des repos, les RTT, que vous pouvez maintenant monétiser pour gagner davantage, en accord avec l’entreprise, c’est gagnant-gagnant…

JEROME FLORIN
Ce n’est pas une façon commode de contourner une hausse des salaires ?

FRANCK RIESTER
Non, ça n’empêche que nous incitons les entreprises, qui le peuvent, à augmenter les salaires dans ce contexte, c’est la raison pour laquelle, nous en tant qu’employeur, on va, grâce à ce texte de loi, revaloriser la rémunération des fonctionnaires, c’est la première fois qu’il y a une augmentation telle depuis 37 ans, mais on voit bien que toutes les entreprises ne le peuvent pas, il y a des entreprises qui sont en difficulté, on parlait de CAMAIEU tout à l’heure, on ne va pas demander, obliger les entreprises à augmenter tous les salaires alors même que certaines sont en difficulté, en revanche on incite celles qui le peuvent à le faire et, d’autre part, on donne la possibilité aux entreprises, en lien avec les salariés, de leur permettre soit de payer les RTT, soit de faire des heures supplémentaires qui seront défiscalisées avec un plafond élevé, passant de 5000 à 7500 euros. Accompagnons celles et ceux qui travaillent.

JEROME FLORIN
Est-ce que le Gouvernement n'est pas un peu timoré avec les entreprises, le Gouvernement a rejeté la taxation des superprofits des grands groupes alors que TotalEnergies, on l’a beaucoup dit, vient de doubler son bénéfice net au deuxième trimestre, 5,7 milliards d'euros ?

FRANCK RIESTER
Oui, mais écoutez on est clair, il faut d'une contribution de ces entreprises-là.

JEROME FLORIN
Une contribution sous quelle forme ?

FRANCK RIESTER
Sur une forme qui est celle choisie, en lien avec les entreprises, adaptée aux besoins de nos compatriotes, tout de suite de l'argent pour celles et ceux qui ont besoin de voir baisser leur facture de carburant, c’est pour ça que TOTAL a pris la décision…

JEROME FLORIN
20 centimes.

FRANCK RIESTER
20 centimes en septembre, 20 centimes en octobre, puis 10 centimes en novembre et décembre…

JEROME FLORIN
Mais pas de taxation.

FRANCK RIESTER
Et ça fait 50 centimes de baisse du prix du carburant en septembre et en octobre.

JEROME FLORIN
Mais pas de taxation.

FRANCK RIESTER
Non, pas de taxation, parce qu’on veut baisser les impôts dans ce pays. On est le pays, dans tous les pays de l'OCDE, avec le Danemark, qui prélevons le plus d'impôts sur nos compatriotes, donc on a une stratégie qui est simple, baisser les impôts.

JEROME FLORIN
Les Anglais, les Italiens, les Hongrois, le font.

FRANCK RIESTER
D’accord, mais ça dépend d'où ils partent. Les Anglais sont à 33 % de prélèvement sur la richesse nationale quand nous on est à 47 %, donc il faut… malgré la baisse de 50 milliards d'euros dans le quinquennat précédent, donc on a une stratégie, stabilité fiscale et baisse de la fiscalité, on l'a fait beaucoup dans le précédent quinquennat et on va continuer de le faire, et on le fait notamment dans le projet de loi puisque, vous l'avez vu, on supprime la redevance, 138 euros, pour toutes celles et ceux qui paient la redevance, qui sera un gain de pouvoir d'achat net pour nos compatriotes.

JEROME FLORIN
Votre collègue Bruno LE MAIRE appelle simplement les entreprises qui le peuvent à augmenter les salaires, on sait que l'incitation ça ne fonctionne pas, ce n’est pas un peu naïf ?

FRANCK RIESTER
Mais vous savez qu’il y a une tension sur le marché de l'emploi et que les entreprises ont besoin de garder leurs salariés, et donc dans le cadre des discussions au sein des entreprises, ou au niveau des branches, on incite effectivement les entreprises, en lien avec les représentants syndicaux, et avec leurs employés, à augmenter les salaires s'ils le peuvent, mais on ne va pas encore une fois imposer à des entreprises qui ne peuvent pas augmenter les salaires parce qu’elles ont des difficultés…

JEROME FLORIN
Elles ne sont pas toutes dans le cas de CAMAIEU.

FRANCK RIESTER
Non, pas toutes, mais celles qui le peuvent, de le faire, on les incite à le faire. Il faut continuer d’améliorer la compétitivité de notre pays, c'est parce qu'on aura un pays compétitif, qui favorisera le déploiement et le développement des entreprises, qu'on continuera de baisser le chômage, qu’on créera de la richesse, et qui permettra de nous financer notre protection sociale, nos services publics et donc notre modèle social français.

JEROME FLORIN
Franck RIESTER, il y a une mesure en revanche qui devrait satisfaire les salariés, c'est le déblocage anticipé de la participation et de l'intéressement dans une limite de 10.000 euros, sans condition, c'est une mesure qui a été introduite par les sénateurs hier soir, le gouvernement ne s'y opposera pas ?

FRANCK RIESTER
Ecoutez, nous ce qu'on souhaite c'est accompagner aussi le partage de la valeur créée par l'entreprise, c'est pour ça qu'on est favorable à ces dispositifs d'accompagnement du travail et qu'on est favorable à tout ce qui permet de mieux partager la valeur, et ça va dans ce sens-là, oui.

JEROME FLORIN
Donc vous ne vous y opposerez pas ?

FRANCK RIESTER
Ça va dans ce sens-là, il y aura des discussions qui vont avoir lieu en commissions mixtes paritaires entre les sénateurs et les députés, et le Gouvernement ne fait pas partie de ces CMP.

JEROME FLORIN
Aujourd'hui ça fait 100 jours qu'Emmanuel MACRON a été réélu et on se dit en voyant les premiers débats à l'Assemblée que 5 ans ça va être long.

FRANCK RIESTER
Oui, mais enfin écoutez, on avait des engagements très forts dans la campagne, qui sont tenus dès le mois de juillet, 20 milliards, on disait le chiffre tout à l’heure, pour nos compatriotes pour les accompagner face à l'inflation, des débats nombreux, parfois des comportements inappropriés, pour être modéré, mais enfin, in fine les choses avances, et on aura fin juillet, début août, voté à la fois le projet de loi pouvoir d’achat, le projet de loi sanitaire, le projet de loi finances rectificative, vous savez, un projet de loi de finances rectificative ce n’est pas une petite affaire, eh bien c’est le fruit…

JEROME FLORIN
Ce sont des textes relativement consensuels !

FRANCK RIESTER
Oui, c’est le fruit d’une méthode qui est la méthode de compromis, de travailler avec les oppositions modérées, de Gouvernement, qui veulent d'être constructives au service de nos compatriotes, et on a trouvé des accords, et on a trouvé des compromis, et on est tourné vers celles et ceux qui ont envie, avec nous, de travailler pour nos compatriotes, et dès le mois de septembre on va aller encore plus loin dans cette méthode en anticipant davantage sur le travail parlementaire, en expliquant mieux ce qu’on veut faire…

JEROME FLORIN
On va y revenir Franck RIESTER, mais il n’y a pas eu un peu de retard à l'allumage, on ne peut pas dire que le Président se soit vraiment impliqué dans la campagne des législatives, s'il l'avait fait vous auriez aujourd'hui peut-être une majorité absolue, il n’y a pas un regret de ce côté-là ?

FRANCK RIESTER
Non, pas du tout. Le Président a demandé clairement à nos compatriotes de lui donner les moyens de mener la politique pour laquelle il avait été élu, nous avons une majorité, certes relative, mais nous avons une majorité, et je rappelle quand même que ça fait, sous la Ve République, c'est la première fois qu'un président est réélu avec une majorité sortante et qu'une majorité se succède à elle-même, donc….

JEROME FLORIN
Mais ce n’est pas celle que vous espériez.

FRANCK RIESTER
Attendez… On espérait que le président de la République soit réélu, il l’a été clairement, et ensuite on a une majorité, certes relative, mais on a une majorité pour le faire. Je rappelle qu'en 1988 François MITTERRAND réélu avait aussi une majorité relative. Bon, eh bien il faut travailler différemment, ça nous oblige nous, et je le dis à nos compatriotes, ça nous oblige à être plus à l'écoute des oppositions, à être peut-être moins arrogants, à travailler un peu plus en avance de la présentation des textes au Parlement avec les partenaires sociaux…

JEROME FLORIN
Accepter de perdre aussi parfois ?

FRANCK RIESTER
Avec les parties prenantes ; accepter de perdre parfois un certain nombre d'amendements, c'est le travail des Parlements, vous savez ça revalorise le Parlement. Moi je suis député depuis 2007, c’est mon quatrième mandat, et je sais que parfois le travail du député a été ingrat, eh ben là il l'est beaucoup moins parce que, à la fois les députés de la majorité ont plus de poids, parce qu'il faut absolument qu'ils travaillent avec leurs partenaires de l'opposition à trouver des compromis, et ceux de l'opposition ont un poids très important, ceux qui sont constructifs tout particulièrement, et là les députés socialistes, Verts, les députés LR, les députés, bref, des différents partis… les députés centristes, et les sénateurs centristes, ceux qui ont une vision d'un travail de gouvernement, d’appartenir à un parti de gouvernement, ont été constructif et nous ont permis, grâce à leur travail, de pouvoir réussir à proposer et ensuite à faire voter un texte qui va changer concrètement la vie de nos compatriotes en 2022.

JEROME FLORIN
Parmi les députés 89 députés RN, comment vous travaillez avec eux, est-ce que c'est encore le grand méchant loup le Rassemblement national ou est-ce que c'est un partenaire sérieux ?

FRANCK RIESTER
Ecoutez, les choses sont claires, on est en désaccord profond avec le Rassemblement national, tant sur le projet politique que sur les valeurs, pour autant…

JEROME FLORIN
Mais est-ce que ce sont des parlementaires sérieux ?

FRANCK RIESTER
Pour autant ils ont été élus et donc il faut respecter le choix de nos compatriotes, et donc ils travaillent, avec aussi les députés la France insoumise, avec lesquels nous avons des désaccords profonds tant sur les valeurs que sur le projet, et qui sont des députés qui travaillent à l'Assemblée nationale, dans les commissions et en séance, mais les choses sont claires, pas d'accord politique avec le Rassemblement national et la France insoumise parce que ce ne sont pas des partis de gouvernement, ce sont des partis qui sont dans une position très stricte, très radicale, loin de ce qu'on attend nous, tant en termes de valeurs, que de projets, que de comportement, pour faire en sorte de construire des compromis avec le Parlement.

JEROME FLORIN
Franck RIESTER, vous l’avez dit, c'est passé pour les trois premiers textes, vous ne craignez pas des confrontations plus musclées quand même à la rentrée, sur le budget, l'assurance chômage, les retraites ?

FRANCK RIESTER
Oui écoutez, ça nécessitera peut-être encore davantage de travail préparatoire…

JEROME FLORIN
Le texte sur les retraites reste sur la table ?

FRANCK RIESTER
Et pas simplement qu’avec les parlementaires ; oui, ça a été très clairement dit par le président de la République. Ecoutez, il faut continuer de réformer le pays, ce n’est pas en étant immobile, en ne faisant rien, qu'on va régler le problème des Français, le président de la République n’a pas été élu, croyez-moi, pour être immobile…

JEROME FLORIN
Laurent BERGER, de la CFDT, promet le chaos social si vous maintenez le report de l'âge légal.

FRANCK RIESTER
Moi je me méfie des grands mots, ce qui est certain c'est que nous considérons que nous avons besoin de sauvegarder le régime par répartition des retraites, tout le monde comprend bien qu'à partir du moment où la France vieillit, c'est-à-dire que l'espérance de vie augmente, qu'il y a moins d'actifs par rapport aux retraités, la seule façon si on ne veut pas, soit pénaliser les entreprises en matière de compétitivité, soit le pouvoir d'achat de nos compatriotes qui travaillent…

JEROME FLORIN
On comprend l’argument, mais est-ce que vous avez les troupes pour voter ça à l’Assemblée ?

FRANCK RIESTER
Oui, eh bien c’est déjà important de comprendre l'argument, on a besoin de travailler plus longtemps, et donc ensuite il y a de la nécessité effectivement de convaincre des parlementaires de voter le texte, mais pour ça…

JEROME FLORIN
Vous avez fait les comptes là, vous savez ?

FRANCK RIESTER
Non mais attendez, on n’a pas de texte encore précis et on n’en n’est pas au décompte ; et pour ça, pour réussir cette réforme-là, il va falloir encore davantage travailler avec les partenaires sociaux, travailler avec les Français, rencontrer les parties prenantes, échanger, et bâtir le texte qui nous permettra, dans le plus de consensus possibles, de pérenniser un système auquel nos compatriotes sont très attachés.

JEROME FLORIN
Ça va en faire ça des nuits blanches pour le ministre délégué en charge des Relations avec le Parlement.

FRANCK RIESTER
Oui, c’est prévu, c’est pour ça… un peu de repos, court, mais intense.

JEROME FLORIN
Merci beaucoup Franck RIESTER.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 3 août 2022