Interview de M. Olivier Véran, ministre délégué chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement, à RTL le 23 septembre 2022, sur la réforme des retraites, la coupe du monde de football au Qatar et les violences faites aux femmes.

Texte intégral

AMANDINE BEGOT
On va bien sûr, Olivier VERAN, parler de la réforme des retraites dans un instant, un mot d'abord du Covid, vous y êtes encore très associé aux yeux de très nombreux Français, on a repassé hier le seuil du million de tests par semaine, plus de 30.000 nouveaux cas chaque jour, c'est deux fois plus qu'il y a deux semaines, c'est reparti ?

OLIVIER VERAN
C'est reparti, oui, depuis 15 jours, après quelle est l'ampleur, est-ce que c'est une vague a proprement parlé, quelle sera l'ampleur, il faut attendre un peu. C'est 30.000 cas par jour, ça monte un peu à l'hôpital, après on sait se défendre, on a commandé les nouveaux vaccins, qui sont efficaces aussi contre la souche Omicron, on est en attente d'un avis de la Haute autorité de santé.

AMANDINE BEGOT
Quand est-ce que… a priori tout le monde devra faire un rappel

OLIVIER VERAN
Ce n'est pas à moi de vous le dire, c'est au ministre en charge.

AMANDINE BEGOT
Non, mais sans doute au moment du vaccin contre la grippe.

OLIVIER VERAN
C'est la fonction des recommandations scientifiques qui interviendront…

AMANDINE BEGOT
Octobre a priori, novembre ?

OLIVIER VERAN
Je ne peux pas vous donner de date, vraiment c'est les « reco » qui vont l'emporter.

AMANDINE BEGOT
Encore un mot. Ce sont les plus jeunes qui sont les plus touchés actuellement, est-ce que vous lancez un nouvel appel à la vaccination des enfants ?

OLIVIER VERAN
Tous ceux qui n'ont pas été vaccinés et qui relèvent de la vaccination sont invités à le faire, il n'est jamais trop tard, il y a encore des milliers, voire des dizaines de milliers d'injections, certains jours, qui peuvent être réalisées, d'ailleurs y compris chez les enfants qui peuvent transmettre la maladie et puis tomber malades eux-mêmes.

AMANDINE BEGOT
Vos enfants vous les avez fait vacciner ?

OLIVIER VERAN
Oui, tout de suite.

AMANDINE BEGOT
On en vient à la réforme des retraites. « Une nécessité » a dit hier Emmanuel MACRON, « au gouvernement », dit le président, « de trouver la bonne manoeuvre » - ce sont ses mots – « avec le Parlement. » La bonne manoeuvre, on a beaucoup parlé d'un amendement via le projet de finance de la Sécurité sociale, ce matin on lit dans « Le Parisien Aujourd'hui en France » que visiblement cette manoeuvre-là aurait du plomb dans l'aile, on en est où, ça va se faire quand, vite ou pas vite ?

OLIVIER VERAN
Si je reprends les mots du président de la République, nous souhaitons que la réforme des retraites soit opérationnelle en 2023, ça veut dire qu'un texte doit être adopté dans les prochains mois, pour que la réforme puisse être opérationnelle.

AMANDINE BEGOT
Ça fait jusqu'à décembre 2023 ça, ça laisse du temps.

OLIVIER VERAN
Pardon, d'abord juste en quelques mots, de quoi est-ce qu'on parle, on parle d'un système de retraite qui est déséquilibré, et durablement, c'est-à-dire dans les prochaines décennies on dépensera plus d'argent pour les pensions de retraite, qu'on ne sera capable de prendre d'argent à travers les cotisations, donc ça veut dire que vous avez un déficit. Vous n'avez pas 36 solutions, ou vous travaillez un peu plus longtemps pour cotiser plus longtemps, ou vous augmentez les cotisations, c'est-à-dire les impôts, ou vous diminuez les pensions des retraités, ou alors vous considérez que la dette n'est pas un problème, mais ceux qui aujourd'hui…

AMANDINE BEGOT
Sauf que c'est la première option que vous retenez…

OLIVIER VERAN
Ceux qui aujourd'hui vous disent qu'ils sont opposés au fait de travailler plus longtemps, factuellement préféreraient qu'on augmente les impôts ou qu'on augmente la dette, ce n'est pas notre choix. La question c'est, est-ce qu'on est capable de les convaincre dans un mois, dans trois mois ou dans six mois ? Ceux qui préfèrent augmenter les impôts ou augmenter la dette ne changeront pas d'avis, il faut bien se le dire, dans les prochains mois.

AMANDINE BEGOT
Mais vous, en charge justement du Renouveau démocratique, vous êtes plutôt pour discuter pour cette nouvelle méthode qu'a vantée Emmanuel MACRON ou non, tant pis, on y va, de toute façon il faut la faire ?

OLIVIER VERAN
Mais, la Première ministre reçoit elle-même, à son niveau, depuis des jours les partenaires sociaux, des groupes politiques, de majorité et d'opposition…

AMANDINE BEGOT
Oui, ça doit être tranché là !

OLIVIER VERAN
Pour se faire justement une conviction, se forger une conviction, elle doit en discuter avec le président de la République, elle sera amenée à prendre une décision qu'elle expliquera dans quelques jours. Ce que je veux dire c'est que, qu'on le fasse, honnêtement dans un texte budgétaire, dans un mois, ce qui nous laisse un mois pour débattre, discuter, concerter, ou qu'on on le fasse dans trois mois dans un texte de loi ad-hoc spécifique, je vous redis que ceux qui aujourd'hui vous expliquent qu'il faudrait augmenter les impôts ou la dette, ce que nous ne faisons pas et ne ferons pas, ne changeront pas d'avis, ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas discuter, évidemment, il faut échanger, concerter.

AMANDINE BEGOT
Donc si je vous comprends bien, autant aller vite.

OLIVIER VERAN
De toute façon, dans un mois, dans deux mois, dans trois mois, quand quatre mois, on veut pouvoir réformer les retraites, pour les équilibrer dans la durée, préserver le pouvoir d'achat des retraités, ne pas augmenter les impôts des Français.

AMANDINE BEGOT
Alors, justement, on a beaucoup parlé de la forme et beaucoup moins du fonds, 64, 65 ans, on ne sait toujours pas trop. Les auditeurs qui nous écoutent ce matin, si je prends l'exemple d'une femme qui se lèverait à 3 ou 4h du matin tous les jours pour par exemple aller faire le ménage en entreprise, elle aussi elle va travailler jusqu'à 64 ou 65 ans ?

OLIVIER VERAN
Vous avez des dispositifs qui, aujourd'hui, permettent aux carrières pénibles, aux carrières hachées, aux carrières longues, de partir plus tôt et dans de meilleures conditions, il n'est pas question de revenir sur les dispositifs qui tiennent compte de la pénibilité…

AMANDINE BEGOT
Tout ça, ça sera maintenu ?

OLIVIER VERAN
Ou de la dureté, quels que soient les mots employés, des métiers, des professions. Mais, je note une chose vous savez, en France l'âge légal de départ à la retraite c'est 62 ans, l'âge effectif de départ à la retraite c'est 63 ans, en Europe l'âge effectif de départ à la retraite c'est 65,5 ans, chez nos voisins les Espagnols c'est 65 ans, au Portugal 66, l'Allemagne 67…

AMANDINE BEGOT
Il n'y a pas le choix ?

OLIVIER VERAN
L'Angleterre 65 ans, l'Irlande 66 ans, trouvez-moi un pays qui nous entoure à des centaines de kilomètres à la ronde qui travaille seulement jusqu'à l'âge de 62 ou 63 ans. la FRANCE, si vous voulez, on a un même niveau de fiscalité sur les entreprises désormais, que nos voisins, et en termes … le gros écart, la grosse différence avec tous nos partenaires, et tous nos voisins, et d'ailleurs avec la plupart des pays occidentaux, c'est cet âge de départ à la retraite, c'est cette durée de travail, donc on est en train de parler de rééquilibrer progressivement les choses, de manière, je le répète parce que c'est important, parce que pour nous c'est un dogme, un socle, et on ne reviendra pas dessus, on n'augmentera pas les impôts, on veut les baisser, et on ne veut pas davantage augmenter la dette sinon c'est nos enfants qui la paieront.

AMANDINE BEGOT
Il nous reste moins de 3 minutes Olivier VERAN, trois questions. Le tabac d'abord, le gouvernement réfléchirait à une augmentation des taxes sur le tabac, +70 centimes, le prix du paquet de cigarettes n'a pas augmenté depuis novembre 2020, vous nous confirmez ce matin, c'est bien dans les tuyaux ?

OLIVIER VERAN
Je n'ai rien à vous confirmer, la présentation du budget et du budget de la Sécu sera lundi matin en conseil des ministres, c'est là que les annonces interviendront.

AMANDINE BEGOT
A titre personnel, vous avez été ministre de la Santé, un paquet de cigarettes…

OLIVIER VERAN
Et on a augmenté le paquet, on a augmenté le paquet à 10 euros, on a vu qu'il y avait un impact positif sur la consommation de tabac dans notre pays, il y a un impact positif aussi sur les recettes fiscales, donc sur le budget de la Sécurité sociale, donc ça fait toujours partie des questions qui sont abordées dans le cadre de la préparation des budgets, et puis ensuite il y aura un débat, donc présentation du PLFSS, vous verrez à ce moment-là si c'est une décision qui a été acté par le gouvernement, et débat au Parlement.

AMANDINE BEGOT
La Coupe du monde de foot au Qatar, les appels au boycott se multiplient, hier François HOLLANDE a dit que s'il avait été président il n'y serait pas allé, et un sondage BVA-RTL nous dit ce matin que 65 % estiment qu'aucun officiel français ne devrait s'y rendre.

OLIVIER VERAN
D'abord je rappelle que la décision a été prise il y a 10 ans, je me souviens d'ailleurs qu'il y a 10 ans les premières réactions c'était est-ce que les footballeurs vont pouvoir faire des bons matches dans des stades où il fait très chaud, même s'ils sont climatisés, aujourd'hui ce n'est plus la question qu'on se pose c'est, est-ce qu'il est raisonnable de climatiser des stades dans la période actuelle, ça veut dire que les mentalités ont bougé et, je vais vous dire, tant bien. Maintenant, ce qui a été décidé il y a 10 ans, par une centaine de pays dans le monde, qui a été accompagné pendant 10 ans, c'est compliqué à quelques semaines du début de dire tout d'un coup en fait il ne faut pas le faire. Ma conviction c'est que si on devait prendre une telle décision aujourd'hui on ne donnerait pas à la Coupe du monde au Qatar, très probablement, compte tenu de l'enjeu climatique…

AMANDINE BEGOT
Mais du coup vous dites quoi, François HOLLANDE il est un peu gonflé de dire ça comme ça ?

OLIVIER VERAN
Je ne veux pas commenter les prises de position de François HOLLANDE, je comprends qu'il y ait une sensibilité dans l'opinion autour de cette question, et je le redis, tant mieux, parce que ce que nous voulons c'est sensibiliser la population à la sobriété énergétique pour que nous puissions atteindre notre objectif, que la France s'est fixé, la neutralité carbone d'ici à 2050. Donc, toutes les prises de conscience, tous les gestes, on parlera beaucoup de sobriété énergétique dans les prochaines semaines, sont de nature à aider à remplir les objectifs que nous nous sommes collectivement fixés.

AMANDINE BEGOT
Tout dernier mot. Le Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes a émis un avis hier proposant de créer, un peu comme il existe une Haute autorité pour la transparence de la vie publique, une instance qui permettrait de contrôler la situation des personnalités politiques dans le contexte de violences envers les femmes, tout ça intervient après l'affaire QUATENNENS, après l'affaire BAYOU, c'est une bonne chose ça, de créer une instance qui contrôlerait, fouillerait dans la vie des politiques avant qu'ils soient nommés à tel ou tel poste ?

OLIVIER VERAN
Cous savez, on fouille dans notre vie en permanence, ce n'est pas le sujet, le sujet c'est qu'est-ce qui est efficace et juste. On a un système de droit commun qui encourage à porter plainte, qui accompagne les femmes victimes de violences sexistes et sexuelles, avec des dispositifs qui relèvent du pénal. Moi je suis assez mitigé sur les dispositifs ad-hoc liés à une catégorie, je suis aussi mitigé, pardon, sur les dispositifs intra-partis politiques, j'ai été médecin…

AMANDINE BEGOT
Ils ont tort de s'être mis en retrait ?

OLIVIER VERAN
J'ai travaillé aux urgences, j'ai accompagné beaucoup de femmes victimes de violences que je voyais arriver aux urgences, pour les inciter à porter plainte, pour les accompagner, il y a des associations qui savent faire ça très bien, ça je pense que c'est le plus utile…

AMANDINE BEGOT
Les mises en retrait, ils ont eu tort ?

OLIVIER VERAN
C'est-à-dire les mises en retrait ?

AMANDINE BEGOT
Que ce soit Adrien QUATENNENS ou Julien BAYOU qui…

OLIVIER VERAN
Je ne juge pas de la stratégie individuelle, ou même au sein d'un parti, je vous dis juste qu'il y a un dispositif de droit commun et que quand on est responsable de violences sur sa conjointe, quelle que soit la nature des violences, qu'on doit en rendre compte devant la justice, et je pense que ça…

AMANDINE BEGOT
Et pas devant une instance.

OLIVIER VERAN
Je pense que ça c'est quand même assez précieux de le rappeler, qu'on soit politique ou non, quand on est responsable de violences on doit payer pour ces violences, réparer.

AMANDINE BEGOT
Merci beaucoup Olivier VERAN.


Source : Service d'information du Gouvernement, le 28 septembre 2022