Interview de Mme Sarah El Haïry, chargée de la jeunesse et de l'engagement, à France Info le 27 septembre 2022, sur la réforme des retraite et le 49-3.

Texte intégral

BENJAMIN ROBIN
Nicolas CROZEL, l’invité de notre matinale, Sarah EL HAIRY, secrétaire d’Etat à la jeunesse dans le Gouvernement d’Elisabeth BORNE et responsable du MoDem en Loire-Atlantique.

NICOLAS CROZEL
Et on verra que cette étiquette MoDem est importante dans le sujet des retraites qu’on va aborder dans un instant. Bonjour Sarah EL HAIRY.

SARAH EL HAIRY
Bonjour.

NICOLAS CROZEL
Merci d’être en direct avec nous. Un mot d’abord de ce drame, parce qu’il n’y a pas d’autre mot, qui est arrivé à une Nantaise de quarante ans samedi matin, violée en pleine rue. Elle inspire certainement à se reconstruire dans le calme, mais cette affaire la dépasse désormais puisqu’elle est devenue politique. Comment on évite la récupération politique et comment on avance sereinement sur un sujet aussi sensible que celui de la sécurité ?

SARAH EL HAIRY
Evidemment, on pense à cette dame, à cette Nantaise dont la vie a basculé. Je pense aussi aux policiers qui sont intervenus extrêmement vite et qui pour l'un d'entre eux a été blessé. Mais pour sortir du déni et sortir de la responsabilité que chacun se renvoie systématiquement aujourd'hui, il faut rappeler que l'Etat a tenu ses promesses : plus de 70 000 policiers, 70 policiers chez nous à Nantes. Mais la sécurité, c'est aussi une volonté municipale. Et donc je pense qu'il est nécessaire aujourd'hui d'avoir une police municipale plus équipée, avec plus de moyens plus tassés, plus de caméras de surveillance, augmenter aussi notre budget municipal, on est à 0,9 %. Et tout ça, c’est de l’urgence.

NICOLAS CROZEL
Donc vous renvoyez la responsabilité à… vous siégez au Conseil municipal, vous renvoyez la responsabilité à la majorité de gauche ?

SARAH EL HAIRY
Je ne renvoie la responsabilité à personne. Par contre, ce que je vois, c'est que notre ville, elle paye aussi les conséquences d'un déni qui a duré depuis beaucoup trop longtemps. Et donc, aujourd'hui, il est grand temps si on veut retrouver de l'insouciance, de l'attractivité et un peu de paix d'esprit parce qu'aujourd'hui, les parents, les commerçants, il y a besoin de réunir tout le monde. C'est un moratoire, je l'appelle simplement un moratoire, c'est-à-dire réunir autour de la table la police, la justice, les responsables de l'Etat, les élus locaux, les commerçants et les parents. Ce n'est pas normal que chez nous, cet été, on a fait la une de toutes les chaînes d'info malheureusement qu'avec des drames.

NICOLAS CROZEL
Alors, Sarah EL HAIRY, l'autre sujet, celui pour lequel d'ailleurs on vous avait invité hier, c'est la réforme des retraites en préparation. Il y a le fond, il y a la méthode. Sur la méthode, Emmanuel MACRON semble vouloir aller vite, peut-être passer par un amendement, peut-être aussi aller au 49-3 s'il n’y a pas de majorité dans l'hémicycle. François BAYROU, le président du MoDem, votre parti, dit : « Non, stop, il faut un vrai texte, il faut prendre le temps du débat ». Comment vous vous situez, vous, là, entre ministre et MoDem ?

SARAH EL HAIRY
Moi, ce que je sais, ce que je vois, c'est que ni le Président de la République ni la Première ministre n'ont annoncé le calendrier et la méthode qui sera posée. Par contre, ce qui est certain, c'est que oui, il faut une réforme des retraites juste et sociale pour deux raisons. La première d'entre elles : il est hors de question de baisser la pension de nos retraités aujourd'hui, au contraire. Il n'est pas non plus entendable d'augmenter en réalité le coût du travail et donc d'aller pénaliser notre compétitivité. Alors il faut faire une réforme des retraites. Ça, on est d’accord.

NICOLAS CROZEL
Donc il faut travailler plus longtemps ? Et Emmanuel MACRON dit : « J'ai été élu pour ça, pour 64 ans, 65 ans ».

SARAH EL HAIRY
La question de la réforme est nécessaire et nous la portons. Maintenant, ce que dit François BAYROU, c'est : il faut le temps de la concertation, du débat. Et donc c'est une histoire de méthode. Est-ce qu’on reste avec cette méthode que le Président de la République a appelé de ses voeux avec vous ? C’est les réponses qu’on aura dès demain puisque et la Première ministre et le Président de la République consultent les responsables de partis, les organisations syndicales.

NICOLAS CROZEL
Franchement, vous, Sarah EL HAIRY, vous êtes au MoDem, vous êtes proche de François BAYROU. Un tel texte aussi important qu’une réforme des retraites qui engage des générations sur des dizaines et des dizaines d’années, est-ce qu’un texte comme ça peut passer par un petit amendement au financement de la Sécu et un 49-3 au bout du compte ?

SARAH EL HAIRY
Pour remettre les choses en perspective, il n'y a pas de réforme des retraites juste sans action sociale, c'est-à-dire tant qu'on n'a pas traité le chômage des seniors, la question de la pénibilité, la question des carrières saccadés. Et c'est peut-être le point en réalité qui diffère avec le parti politique. Qu'on soit au MoDem, au sein de Renaissance ou au sein d'Horizon, on porte cette nécessité à cette réforme des retraites. Le débat qui se pose aujourd'hui, c'est celui de la méthode. Et cette méthode, elle sera évidemment posée, tranchée et arbitrée.

NICOLAS CROZEL
Et ça peut aller jusqu'au clash ? Est-ce que ça peut aller jusqu'au clash ?

SARAH EL HAIRY
Si votre question, c'est : est-ce que oui ou non, à un moment ou à un autre, notre groupe politique et notre famille politique voteraient une motion de censure, la réponse est non. Rappelons les choses, aujourd’hui, nous portons là le projet de la réforme des retraites, nous portons cette justice sociale parce qu’aujourd'hui, notre système, il est en déséquilibre. Et vous savez, là, c'est la ministre de la Jeunesse qui vous parle et pas la militante politique. La ministre de la Jeunesse, ce qu’elle voit, c’est des jeunes qui aujourd'hui, on doit leur protéger le modèle social qui est le nôtre, on doit protéger cet héritage du Conseil national de la Résistance. Parce que la réalité, c'est que les derniers rapports du COR, c'est-à-dire d'aller sur les équilibres du budget des retraites, dit bien qu’il y a un déficit. Et pour protéger ce petit joyau, c'est-à-dire la retraite par répartition, nous avons besoin de réformer aujourd'hui notre système de retraite.

NICOLAS CROZEL
C’est l'avenir du système de retraite qui est en jeu, c'est ce que vous nous dites ce matin.

SARAH EL HAIRY
Bien sûr, du modèle français.

NICOLAS CROZEL
Le débat va s'ouvrir prochainement ; ce n’est pas encore sous la forme. On connaîtra au moins la méthode d'ici la fin de la semaine et on aura l'occasion de revenir et évoquer le fond ensemble. Merci beaucoup Sarah EL HAIRY, secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse, parce que la jeunesse aussi s'intéresse à sa retraite. Merci d'être venue en direct ce matin sur France Bleu Loire Océan. Bonne journée à vous.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 28 septembre 2022