Interview de Mme Caroline Cayeux, ministre chargée des collectivités territoriales, au site internet de l’Agence nationale de la cohésion des territoires le 11 octobre 2022, sur le programme Action cœur de ville.

Texte intégral

Q - Au vu des opérations et actions conduites lors de la première phase, quels seront les principaux axes à approfondir, ou à lancer, pour conforter l’impact de ce programme dans les villes moyennes ?

Tout d’abord, je tiens à revenir sur les formidables résultats du programme Action cœur de ville – que pilote l’Agence nationale de la cohésion des territoires – grâce aux élus locaux, aux partenaires (Banque des territoires, Action Logement et Anah) et à l’action du Gouvernement.

Avec 5 milliards d’euros engagés d’ici la fin de cette année, les résultats sont concrets et nombreux : près de 300 commues sont signataires d’une convention d’opération de revitalisation du territoire, plus de 60 000 logements ont été subventionnés par l’Agence nationale de l’habitat et plus de 18 000 logements ont été réhabilités ou construits par Action logement. La Banque des territoires a, de son côté, mobilisé ses foncières de redynamisation territoriale et soutenu de nombreux projets d’innovations.

Nous développons nos villes moyennes, et j’en suis fière ! Nous finalisons actuellement la préparation de la seconde phase du programme. Des annonces plus précises seront faites dans les semaines à venir par la Première ministre. Mais, d’ores et déjà, je peux confirmer que le fil conducteur d’Action cœur de ville 2 sera naturellement la transition écologique.

Q - Face aux enjeux qui ont émergé ces dernières années (environnement, démographie, énergie, santé…), quelles priorités souhaitez-vous mettre en avant ?

Le volet transition écologique aura une place renforcée par rapport au premier volet. Il permettra d’accompagner pleinement les élus dans leurs démarches de sobriété foncière, de mobilité verte et de rénovation thermique, notamment.

Le périmètre du programme sera, par ailleurs, étendu aux quartiers de gare et aux entrées de ville, stratégiques pour renforcer l’attractivité des centres-villes.

Q - Action cœur de ville peut-il encourager et favoriser la mise en œuvre de la transition écologique dans les territoires ?

Bien évidemment ! Je suis intimement convaincue que la transition écologique ne pourra se réaliser que dans, par et pour les territoires. Avec Action cœur de ville, nous les y aidons !

Plus globalement, l’action du Gouvernement est pleinement tournée vers une mise en œuvre ambitieuse des enjeux de transition écologique. Je pense notamment au Fonds vert de plus d’1,5 milliard d’euros : c’est une aide concrète pour favoriser les projets des collectivités, qui comportera également un appui en ingénierie.

Son mode d’attribution sera déconcentré. Il ne reposera pas sur des appels à projets, mais bien sur un dialogue étroit entre le préfet et les élus locaux, car tout part du terrain !

Q - Vous avez réuni les financeurs d’Action cœur de ville en comité exécutif, le 7 octobre dernier. Comment mieux répondre aux attentes et aux besoins des élus, aujourd’hui ?

J’ai réuni l’ensemble de nos partenaires d’Action cœur de ville 2 : d’abord, pour les remercier de leur engagement, d’avoir cru en ce programme et, ensuite, pour voir de quelle manière nous pouvons travailler ensemble dans cette nouvelle phase.

Vous me demandez comment répondre aux attentes des élus ? J’aurais tendance à vous répondre : en les écoutant, en comprenant leurs besoins, leurs difficultés. Vous me connaissez : ancienne élue locale de longue date, ancienne présidente de l’Agence nationale de la cohésion des territoires, j’attache une importance fondamentale au terrain.

C’est la raison pour laquelle je me rends, chaque semaine, dans nos départements, dans nos villes – de toutes tailles – pour écouter, échanger, débattre. Mais aussi, et surtout, pour découvrir le foisonnement d’idées des élus, des acteurs associatifs, des citoyens, les multiples initiatives que l’on trouve au cœur de nos territoires, au cœur de nos villages. C’est par ces échanges, cette parfaite compréhension des enjeux, que nous pouvons ainsi proposer des politiques publiques différenciées, adaptées à chaque territoire.

Q - L’ANCT pilote ce programme de revitalisation des centres-villes. Quel rôle aura-t-elle à jouer, avec son réseau territorial que sont les préfets de départements, dans cette 2e phase ?

L’ANCT et la direction de programme Action cœur de ville ont un rôle de mise en réseau, de mise en cohérence, d’élaboration et de suivi des différents dispositifs. Les préfets de département, en tant que délégués territoriaux de l’ANCT, restent les interlocuteurs privilégiés des maires.


Source https://agence-cohesion-territoires.gouv.fr, le 12 octobre 2022