Texte intégral

La Première ministre a présenté une communication relative au premier anniversaire de France 2030.

France 2030, lancé par le Président de la République en octobre 2021, arrive au terme de sa première année d’existence. Mis en place dans la foulée des mesures d’urgence et de France Relance, France 2030 mobilise des moyens exceptionnels pour préparer l’avenir du pays face aux grands défis de notre époque.

France 2030 a pour enjeux de mieux produire, mieux vivre et mieux comprendre le monde. Pour y parvenir, dix objectifs précis ont été fixés : produire sur le sol français 2 millions de véhicules électriques, concevoir le premier avion bas-carbone, produire 20 bio-médicaments, devenir leader de la production d’hydrogène vert, etc. L’atteinte de ces objectifs nécessite d’actionner en parallèle six leviers transversaux comme la sécurisation des matières premières, le renforcement de l’offre française dans le domaine de la robotique et des composants électroniques, l’accroissement du financement des start-ups et le soutien aux écosystèmes de recherche et de formation. En mobilisant un total de 54 milliards d’euros, le Gouvernement a choisi d’y consacrer des moyens inédits.

Politique prioritaire du Gouvernement, France 2030 vise à transformer l’économie et la société françaises en les accompagnant dans les grandes transitions écologiques, économiques et sociales auxquelles elles sont confrontées. Pour atteindre ces objectifs, France 2030 entend financer des investissements et des dépenses produisant des externalités positives bénéficiant à l’ensemble de l’économie. France 2030 ambitionne également de consacrer la moitié des crédits aux enjeux de décarbonation et de transition écologique, via le soutien au développement et au déploiement de solutions pour décarboner l’économie française, réduire l'empreinte carbone du pays et plus généralement diminuer l'impact environnemental des activités économiques en France.

France 2030 vise le soutien à l’innovation des entreprises, des universités, des organismes de formation, des écoles et, plus globalement, de tout acteur agissant de manière structurante pour l’atteinte de ses objectifs. France 2030 soutient également l’industrialisation, afin de maintenir ou de créer des capacités industrielles en France sur les priorités stratégiques définies par l’Etat. Pour renforcer son impact sur les acteurs émergents, la moitié des moyens leur sont consacrés.

Pour garantir l’atteinte des objectifs de France 2030, les projets financés doivent respecter les critères de sa doctrine d’investissement, à savoir la prise de risque scientifique, technologique, juridique, économique, industrielle et l'incitation à agir comme un levier sur les investissements privés. Enfin, l’impact transformant et la création de valeur économique, environnementale et sociale pour la collectivité est au cœur des projets soutenus.

Un an après son lancement et selon ces principes, l’Etat a déjà engagé 7,5 milliards d’euros pour France 2030. Ces moyens ont notamment permis de soutenir, par des subventions et des avances récupérables sur tous les objectifs du plan, 810 projets portés par plus de 1 260 bénéficiaires. Des projets majeurs tels que l’installation d’une usine de semi-conducteurs à Crolles permettant de doubler les capacités de production sur notre territoire, le développement des technologies liées à l’hydrogène ou encore la fabrication d’un ordinateur quantique développé par une start-up française cofondée par le prix Nobel Alain Aspect ont été soutenus.

Avec 45 % de petites et moyennes entreprises (PME) parmi les bénéficiaires contre 7 % pour les grandes entreprises, les acteurs émergents sont bien au cœur des dispositifs. Concernant le volet environnemental, l’objectif de 50 % de crédits alloués à des projets permettant de réduire concrètement les émissions de CO² de notre pays a été atteint, les autres projets restant neutres. Concernant l’aménagement du territoire, 56 % des fonds du plan ont été alloués à des porteurs installés en région, bien au-delà des précédents programmes d’investissement d’avenir. Pour renforcer l’ancrage territorial du plan, 10 régions se sont associées à l’Etat pour un volet régionalisé de France 2030 copiloté par les présidents et préfets de région. Enfin, France 2030 soutient le développement du capital risque en France avec la création de plusieurs fonds d’investissement, notamment le fonds Ecotech 2 pour soutenir la croissance des PME innovantes dans le domaine de la transition écologique et énergétique, et le fonds « Société de projets industriels » destiné à favoriser l’industrialisation des entreprises françaises.

France 2030 consacre 4 milliards d’euros à la recherche, et 41 programmes de recherche ont été lancés pour consolider la structuration de la recherche française sur des thématiques prioritaires pour la Nation avec un fort impact sociétal. La recherche biomédicale est également largement soutenue par France 2030 avec, par exemple, un programme visant à développer la médecine de précision en psychiatrie.

Enfin, l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des métiers d’avenir, levier essentiel pour notre réindustrialisation, est au cœur de France 2030. L’Etat se mobilise pour que l’ensemble des écosystèmes (universités, lycées professionnels, organismes de formation, entreprises, collectivités territoriales) s’emparent de cet enjeu dans les secteurs stratégiques de France 2030. En un an, France 2030 a déjà soutenu des nouvelles formations permettant d’atteindre l’objectif, d’ici 2030, de 40 000 diplômés supplémentaires dans l’enseignement supérieur et plus de 800 000 personnes formées avec un titre ou une certification inscrits au répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

La gouvernance de France 2030 contribue à la mise en œuvre et au suivi de France 2030 pour assurer l’atteinte des cibles du plan. Bâtie sur les trois principes de la lisibilité des procédures, la confiance en l’émergence de start-ups, petites et moyennes entreprises et entreprises de taille intermédiaire (ETI), et la prise de risque, cette gouvernance s’appuie sur les forces des écosystèmes d’innovation pour suivre, accélérer et évaluer son déploiement. Le Comité France 2030, présidé par la Première ministre, associe les parties prenantes (parlementaires, préfets, associations d’élus, organisations patronales et syndicales, etc.) pour établir un bilan régulier du plan France 2030. A tous les niveaux, sont associés également des experts des écosystèmes de recherche, d’innovation et des filières industrielles dans tous les territoires pour définir et suivre les stratégies par secteurs prioritaires. L’évaluation des procédures et des dispositifs est enfin au coeur de la démarche et doit permettre de renforcer la transparence sur les résultats obtenus.