Interview de Mme Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat, chargée de l'Economie sociale et solidaire et de la Vie associative, à France Bleu Maine le 27 octobre 2022, sur les revendications salariales et l'engagement des bénévoles d'associations.

Texte intégral

JOURNALISTE
Yann LASTENNET, augmenter les salaires pour faire face à l’inflation.

YANN LASTENNET
C’est ce que réclame la CGT qui appelle une journée de mobilisation avec un rassemblement à 11h devant la gare du Mans. Bonjour Marlène SCHIAPPA.

MARLENE SCHIAPPA
Bonjour.

YANN LASTENNET
Vous êtes secrétaire d’Etat à la vie associative et à l’économie sociale et solidaire dont vous venez faire la promotion aujourd’hui au Mans, on va y revenir. Mais d’abord, les salaires, il en a été question hier sur France 2, Emmanuel MACRON était l’invité de la chaîne. Sur les salaires, le chef de l’Etat refuse de les indexer sur l’inflation car, dit-il, cela ne ferait qu’empirer les choses. C’est difficile à entendre quand même pour celles et ceux qui ont du mal à vivre de leur travail.

MARLENE SCHIAPPA
D'abord, je veux dire qu'hier soir, le Président de la République a montré qu'il était un capitaine qui tenait toujours la barre dans les tempêtes et qui avait un cap clair, le même depuis 2017 : protéger les plus fragiles et libérer l’esprit d’initiative bien sûr.

YANN LASTENNET
Mais sur les salaires ?

MARLENE SCHIAPPA
Et je viens sur la question des salaires, c'est fondamental. D'ailleurs, le Gouvernement a pris de nombreuses mesures pour protéger le pouvoir d'achat, pour indexer notamment l'augmentation des salaires de toutes les personnes qui travaillent dans la fonction publique. Mais aussi avec le bouclier tarifaire, nous sommes un des pays d'Europe, et même du monde, qui est le mieux protégé face à l'inflation.

YANN LASTENNET
Ce n'est pas assez dit. La CGT qui demande un SMIC à 2 000 euros ; le Président croit au dialogue social en appelant les entreprises à faire un effort en termes de répartition plus juste des profits. Mais si les entreprises disent non, qu’est-ce qu’on fait ?

MARLENE SCHIAPPA
D'abord, la CGT est dans son rôle ; je n'ai rien à dire par rapport à cela. Et ensuite, effectivement, c'est le dialogue social auquel nous croyons, c'est-à-dire qu'il doit y avoir des dialogues avec les syndicats, avec les Directions, entreprise par entreprise, branche par branche.

YANN LASTENNET
Mais que vont inciter ces entreprises à être un peu plus justes ? On a vu que certaines font de profits des profits, profitent de la crise.

MARLENE SCHIAPPA
C'est vrai, mais d'ailleurs, le Président de la République s'est exprimé hier soir très clairement en disant qu'il n'y a pas de valeur créée en entreprise et qu’il vaille si elle n'est pas partagée. La valeur créée dans l'entreprise, elle doit être partagée avec les salariés, avec ceux qui travaillent.

YANN LASTENNET
Mais l'Etat n'a pas de leviers pour inciter les entreprises à…

MARLENE SCHIAPPA
Si, l’Etat a des leviers ; et d'ailleurs, nous les utilisons. Mais, d'ailleurs, nous avons pris énormément de loi. Je pense notamment à la question de l'égalité des salaires entre les femmes et les hommes, mais nous ne sommes pas dans une économie administrée. Ce n'est pas Emmanuel MACRON qui décide du salaire dans chaque TPE et PME qui aujourd'hui d'ailleurs font face à des difficultés.

YANN LASTENNET
Dix millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté ; ce sont les chiffres de l'INSEE et de chiffre risque d'augmenter avec la crise. Venir en aide aux plus démunis, c'est l'un des objectifs de l'économie sociale et solidaire, à terme, qui reste encore un peu nébuleux. Est-ce que vous pouvez brièvement en dégager les contours ?

MARLENE SCHIAPPA
Oui. Alors, c'est difficile en cinq heures ; d'autres ont mis quatre heures. Mais c'est vrai que c'est une économie de la coopération plutôt que de la compétition. Et d'ailleurs, aujourd'hui, nous lançons… enfin, hier a été lancé le Mois de l'économie sociale et solidaire sur le thème de la responsabilité territoriale des entreprises, c'est-à-dire que c'est une économie qui veut voir au-delà du profit, qui réengage ses bénéfices justement et qui ne les garde pas, et qui fonctionne aussi sur des fonctionnements démocratiques avec une personne, une voix : les décisions et le pouvoir comme les bénéfices sont partagés.

YANN LASTENNET
Ce sont des associations, des fondations, des mutuelles, on peut citer quelques exemples en Sarthe, en vie même, qui réparent et recyclent des objets en employant les personnes qui étaient éloignés de l'emploi, la cravate solidaire aussi ; je pense qu'il y a justement les demandeurs d'emploi à s'habiller pour passer à un entretien. Ça représente à peu près 20 000 emplois en Sarthe. Ça reste marginal, et pourtant, vous voulez en faire la norme. Comment vous allez vous y prendre ?

MARLENE SCHIAPPA
Alors, ce n'est pas si marginal. Vingt-mille Sarthois qui travaillent dans l'économie sociale et solidaire, c'est colossal. On est entre 10 et 14 % des emplois et du PIB produit en France, donc c'est extrêmement important.

YANN LASTENNET
Mais vous voulez en faire la norme ?

MARLENE SCHIAPPA
Alors, je veux que les valeurs de l'économie sociale et solidaire irriguent l'ensemble de la société. Et c'est pourquoi je le disais hier quand le Président de la République parle de redistribuer, de partager en tout cas la valeur créée dans les entreprises. C'est ce que font les organisations de l'ESS de longue date. Donc, aujourd'hui, moi, je serai à l’Arche de la nature puisque j'ai choisi la Sarthe pour faire ce déplacement de lancement du Mois de l'économie sociale et solidaire. Comme beaucoup de familles sarthoises, je suis une inconditionnelle de l’Arche de la nature, et notamment de l'association ITER qui tient l'Estaminet qui est un projet municipal d'ailleurs qui était porté par Jean-Claude BOULARD et son équipe, et puis poursuivi par Stéphane LE FOLL, qui est financé aussi par des fonds européens, c'est important de le dire, et notamment l'association qui loue des vélos à l’Arche de la nature et qui permet avec un travail de… alors je dis de réparation mais aussi de recyclage, de mettre à disposition des vélos en accompagnant les gens vers l'emploi.

YANN LASTENNET
Il y a un côté vertueux, on a bien compris, et notamment au niveau du climat.

MARLENE SCHIAPPA
Exactement.

YANN LASTENNET
Très rapidement parce que l’heure tourne. La question des bénévoles, on a parlé des associations, ils sont moins nombreux, la crise sanitaire est passée par là. Comment faire pour récompenser leurs investissements ? Que ça passe par quoi ? Par la fondation ?

MARLENE SCHIAPPA
Oui. D’abord rappeler qu'il y a un Français sur trois qui est bénévole, c'est colossal et qu'un bénévole donne ce qu'il a de plus cher au monde, c'est-à-dire son temps. Et donc, moi, j'ai créé la semaine dernière, j'ai lancé un tour de France du bénévolat qui passera par la Sarthe, je dirais à Ecommoy notamment. Et j'ai créé une médaille du bénévole mais on crée, on travaille aussi sur la VAE, la validation des acquis de l'expérience, pour les bénévoles. Moi, je considère que si vous êtes engagé dans une association quelques années, vous pouvez prétendre à un diplôme qui vient valider cet engagement que vous avez bénévolement.

YANN LASTENNET
Ça sert à quoi ?

MARLENE SCHIAPPA
Un diplôme ? Ça sert à beaucoup de choses. D'abord, ça peut servir à se réorienter. On parlait de l'objectif plein emploi du Président de la République. Vous avez eu votre formation il y a trente ans ; aujourd'hui, vous voulez travailler dans un autre domaine, vous avez été bénévole, ce diplôme peut venir vous y aider. Et puis, ça valide aussi le temps passé, quel que soit l'âge qu'on a. Je pense qu'on est toujours heureux d'avoir un diplôme. Moi, j'étais présidente d'asso pendant dix ans ; j'ai eu un diplôme en validation des acquis de l'expérience. Je pense que pour l'entourage qui ne comprend pas forcément toujours pourquoi on s'engage bénévolement et on donne son temps, c'est aussi un beau signal.

YANN LASTENNET
Merci beaucoup Marlène SCHIAPPA.

MARLENE SCHIAPPA
C’est moi qui vous remercie.

YANN LASTENNET
Secrétaire d'Etat à la vie associative et à l'économie sociale et solidaire. Vous serez donc à l’Arche de la nature ce matin au Mans pour lancer ce grand Mois de l'économie sociale et solidaire.

MARLENE SCHIAPPA
Avec plaisir.

YANN LASTENNET
Bonne journée.

MARLENE SCHIAPPA
Merci.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 28 octobre 2022