Interview de M. Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, à RTL le 22 novembre 2022, sur une formation à la transition écologique pour tous les maires de France, le Fonds vert et le bilan de la COP 27.

Texte intégral


YVES CALVI
Bonjour Christophe BECHU.

CHRISTOPHE BECHU
Bonjour.

YVES CALVI
Vous êtes notre ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, vous annoncez ce matin sur RTL une formation justement à la transition écologique pour tous les maires de France, en quoi va-t-elle consister ?

CHRISTOPHE BECHU
C’est très simple. L’idée c’est, dans les préfectures, dans les sous-préfectures, donc près de l’endroit où chaque maire exerce sa fonction, d’avoir un temps de formation, de sensibilisation, qui va être organisé par les services, par les agences de mon ministère METEO FRANCE, l’ADEME, l’Office Français de la Biodiversité, non pas pour seulement regarder la situation à l’échelle du monde, mais pour regarder, territoire par territoire, ce que sont déjà les conséquences du dérèglement climatique, et la manière dont on peut prendre des mesures pour l’atténuer et pour faire en sorte de s’y adapter.

YVES CALVI
Est-elle obligatoire cette formation ?

CHRISTOPHE BECHU
Elle ne le sera pas, d'abord parce qu'un maire par définition ses patrons ce sont les habitants, les électeurs de son territoire, en revanche il y a un département dans lequel les choses ont été faites, c'est le département de l'Indre, 241 communes, la formation qui a été proposée elle a réuni 251 élus, c'est-à-dire un peu plus que le nombre total de communes, dans les faits on s'aperçoit qu'il y a des maires qui ont décliné, parce qu'ils avaient déjà suivi des formations, ils en avaient déjà organisées au sein de leur équipe municipale, notamment dans des villes d'une certaine taille, je l’ai fait moi à Angers quand j'étais maire, mais il y en a beaucoup qui ont insisté pour venir, y compris avec un adjoint, ou avec un élu en charge de ces questions, et donc avec un succès, c'est ce que je vous dis, tout à fait clair.

YVES CALVI
Puisque je parle à un ancien maire, de quoi ont besoin justement nos maires, est-ce que vous êtes sûr de ne pas inventer un gadget, en fait pour vous donner, ou pour nous donner bonne conscience ?

CHRISTOPHE BECHU
Pas du tout. D’abord, c'est vraiment un des points de consensus, de la part de tous les experts, qui vous disent comment est-ce qu'on peut accélérer, être plus efficace, ils disent d'abord il faut sensibiliser et former les gens à ce qui se passe pour prendre les bonnes décisions. Ensuite, pour rencontrer des maires, pour en connaître, pour avoir été l’un d’entre eux, je peux vous assurer que cette question de, qu'est-ce qu'on peut faire d'efficace, comment on fait, quels sont les leviers qu'on a, elle est cruciale, et ça c'est la deuxième annonce de cette journée. Ce matin, dans deux heures, nous allons lancer, sur le salon, un site Internet qui va inviter chaque maire à partager sa solution, " la France des solutions ", c'est le nom de ce site, pour aller prendre des bonnes idées et faire en sorte de pouvoir les mettre en oeuvre.

YVES CALVI
C’est ce que j'allais vous dire Christophe BECHU, par définition les maires sont en première ligne, ils n'ont pas attendu cette formation.

CHRISTOPHE BECHU
Non, vous avez raison, et la preuve c'est qu'on va précisément valoriser ce qui existe, mais pour avoir eu, y compris, je vous dis, des retours de ceux qui ont participé à cette formation dans l’Indre, qui ont réalisé, qui ont pris conscience du fait que l'urgence elle était sans doute plus rapide que celle qu'ils imaginaient, ou en passant du temps en ateliers entre eux, en découvrant la bonne idée du voisin, la façon dont untel avait été capable de déminéraliser sa cour d'école, d'aller planter des arbres, d'accélérer les changements d'ampoules pour baisser sa facture d'électricité, il y a des quantités de gestes simples, qui quand vous êtes mire, que vous avez la tête dans le guidon, que vous êtes à portée de baffes de vos concitoyens, vous êtes heureux de pouvoir le partager et faire en sorte de trouver des idées.

YVES CALVI
Alors faites attention, parce que plus on avance dans cette interview, plus je me dis, sauf votre respect, ils sont beaucoup plus avancés que vous sur certaines questions, puisque vous êtes en train de nous dire qu'en fait ce sont eux les acteurs du changement, donc ils n’ont pas besoin du ministre pour leur expliquer ce qu'il faut faire.

CHRISTOPHE BECHU
Vous savez, j'ai trop de respect pour les maires de France pour considérer qu’ils ont besoin de quelqu'un, mais vous avez 36.000 communes, avec des diversités de situation, et le triptyque qu'on propose sur cette question de transition écologique, tout le monde sait qu'il faut accélérer, c'est quoi ? D’abord j'aurais dû commencer par-là, mais ce n’était pas votre question, on apporte de l'argent et des moyens, parce que le premier sujet de préoccupation cette année, avec l’inflation…

YVES CALVI
Combien ?

CHRISTOPHE BECHU
2 milliards d’euros, pour la seule année 2023, c'est ce qu'on appelle le Fonds vert, 2 milliards d'euros pour les actions favorables au climat, tout ce que j'ai évoqués comme idée, 2 milliards, pour l'année 2023, pour les communes, les petites, les moyennes, les grandes, pour être en capacité d'accélérer, de financer des rénovations de bâtiments, de financer des mesures de protection contre les incendies, contre la montée de… bref, 2 milliards d'euros. A côté de ça on offre cette plateforme qui consiste à dire on est convaincu que vous n'êtes pas le problème, vous êtes en première ligne et vous êtes la solution, d'où " La France des solutions " et cette idée de dire on partage des idées, parce que la variété de la taille des communes, fait qu’il n’y a pas de solution plaquée que vous pourriez, depuis Paris, mettre en place partout. Et enfin on vous propose une formation. Ma conviction c'est que, dans les deux ans qui viennent, on a 30.000 maires qui vont passer par cette formation et qui vont venir renforcer cette équipe de hussards verts de la République dont on a besoin pour réussir ce défi qu'est la lutte contre le dérèglement climatique.

YVES CALVI
Alors, j’ai bien entendu, 2 milliards d'euros consacrés à la transition écologique, une plateforme pour les maires, une toute dernière question, quel bilan faites-vous, vous personnellement, de la COP 27, est-ce que ce n'est pas systématiquement décevant ?

CHRISTOPHE BECHU
C’est un bilan en demi-teinte, avec un mérite, on a reparlé du climat là où on ne parlait que de la guerre sur le plan de la scène internationale depuis des mois, on a malgré tout réussi à se mettre d'accord sur le fait qu’il y avait une nécessité d'aider les pays les plus pauvres au travers d'un dispositif qui s'appelle « pertes et dédommagements », en revanche on bloque sur la sortie des fossiles, à une expression qui soit claire pour dire il faut qu'on arrête le gaz, le charbon, et le pétrole, parce qu'aujourd'hui les pays du Golfe, quelques grands émergents, bloquent sur le sujet, là où nous aimerions aller plus loin, mais il faut se concentrer sur les points positifs, le fait qu'on ressorte de cette conférence avec malgré tout, des clauses de revoyure et des décisions très fortes en matière de biodiversité, qui sont attendues pour le mois prochain, à Montréal, la COP 27 elle est finie, la COP 15, sur la protection des espèces, sur la protection des forêts, sur la protection des océans, elle commence mi-décembre, et j’irai y défendre, à la tête d'une coalition de 112 pays, que nous menons avec le Costa Rica, la préservation de 30% des espaces marins et terrestres.

YVES CALVI
Christophe BECHU, ministre la Transition écologique, annonce sur RTL ce matin 2 milliards d'euros consacrés à cette transition et une plateforme pour nos maires, merci d’avoir pris la parole du RTL, bonne journée à vous.


Source : Service d’information du Gouvernement, le 23 novembre 2022