Déclaration de M. Alain Madelin, président de Démocratie libérale et candidat à l'élection présidentielle, en réponse à une déclaration de M. Chirac sur la sécurité et la justice, Paris le 14 février 2002.

Texte intégral

Le candidat Chirac vient de s'exprimer sur la sécurité et la Justice.
- Le candidat Chirac propose de donner des moyens à la Justice pour faire respecter la loi. Bien. Cela fait longtemps, pour ma part, que j'affirme que la sécurité des personnes et des biens est inséparable d'un bon fonctionnement de la Justice, et que j'ai proposé un plan ORSEC de 2 milliards d'Euro par an pour rattraper le retard accumulé. Mais en 1995 aussi Jacques Chirac s'était engagé à donner les moyens à la justice, " moraliser la vie publique, lutter contre la corruption, faire en sorte que la loi républicaine s'applique à tous ".
Et si l'engagement de la majorité de 93 et 95 de porter le budget de la Justice à 2,5 % du budget de l'Etat avait été tenu, aujourd'hui, la Justice ne serait pas embouteillée, nous disposerions d'assez de places dans des prisons humanisées, des centres d'accueils adaptés en nombre suffisant pour accueillir les mineurs délinquants.
- Le candidat Chirac propose aujourd'hui de modifier l'ordonnance de 45. Fort bien. Mais il oublie de dire que si cette ordonnance est mal adaptée à la délinquance des mineurs aujourd'hui car elle ne permet pas la détention provisoire des mineurs de moins de 16 ans, c'est à la suite d'une décision du gouvernement Chirac en 1987.
- Le candidat Chirac propose " l'impunité zéro ". Très bien. Mais celle-ci pour être légitime, appliquée et crédible exige l'exception zéro. C'est pourquoi je propose, dans les affaires qui ont éclaboussé la politique et l'économie, de donner les moyens à l'institution judiciaire pour que justice soit rendue le plus rapidement possible et donner de nouveaux moyens à la justice pour lutter contre la grande délinquance financière. Car le sentiment d'impunité que donne le spectacle des affaires sert d'alibi et alimente la délinquance dans nos cités.
Le problème du candidat Chirac aujourd'hui c'est qu'il propose de faire ce qu'il n'a pas fait et de défaire ce qu'il a fait.

(source http://www.alainmadelin.com, le 7 mars 2002)