Communiqué final diffusé à l'issue de la réunion du Conseil de l'Atlantique Nord en session ministérielle, Madrid le 10 juin 1988.

Texte intégral

1. Lors de leur réunion de Bruxelles les 2 et 3 mars 1988, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Alliance ont réaffirmé les principes qui inspirent celle-ci et souligné leur résolution de poursuivre la promotion de nos buts et idéaux communs. C'est dans cet esprit qu'à notre réunion de Madrid, nous avons examiné la situation internationale ainsi que les défis et les chances qui se présentent à nous, en tenant compte des développements positifs qui sont intervenus récemment.
- 2. Guidés par notre souci de voir s'établir des relations internationales plus pacifiques et plus sûres, nous avons poursuivi, depuis le sommet de l'Alliance, l'examen du large éventail des questions concernant les relations Est-Ouest et la sécurité, y compris la maitrise des armements et le rapport de forces existant. Dans ce contexte, nous avons discuté : - de la situation actuelle et des perspectives en Europe de l'Est ; - de la nécessité de voir la réunion de Vienne sur les suite de la CSCE aboutir, à date rapprochée, à un accord substantiel et équilibré, comportant des progrès significatifs dans le domaine des droits de l'homme et des contacts entre les personnes, ainsi qu'à des mandats pour l'ouverture de négociations sur la stabilité conventionnelle et des mesures de confiance et de sécurité ; - de notre engagement permanent, dans le respect des structures de l'Alliance, de partager équitablement les risques, les charges et les responsabilités, au même titre que les bénéfices de notre entreprise commune, et de la nécessité de nouveaux efforts pour maintenir entre nous, dans un monde en mouvement, ce juste partage.
- 3. Nous accueillons avec satisfaction les résultats du sommet de Moscou entre le Président Reagan et M. Gorbatchev, à la fois pour leur contenu et pour ce qu'ils augurent quant au développement des relations Est-Ouest. Nous nous félicitons de la place sans précédent réservée aux droits de l'homme dans la déclaration commune de ce sommet, et nous espérons que la disposition de l'Union Soviétique à plus d'ouverture se reflètera aussi dans le document de clôture de la CSCE.
- Nous soutenons les progrès enregistrés vers un accord concernant la réduction de 50 % des armes nucléaires stratégiques américaines et soviétiques, et soulignons l'importance de cet objectif dans la recherche d'une sécurité à des niveaux d'armement moins élevés. Nous nous félicitons de l'entrée en vigueur du traité FNI qui constitue une étape marquante dans notre quète d'accords de maitrise des armements effectivement vérifiables, dans les conditions indiquées par les déclarations des chefs d'Etat et de gouvernement de nos pays.
4. Le Conseil de l'Atlantique Nord en session permanente a continué d'examiner la mise au point du concept global de maitrise des armements et de désarmement de l'Alliance, prévu dans la déclaration de Reykjavik de juin 1987. Le secrétaire général nous a rendu compte de l'avancement des travaux et nous attendons qu'un rapport écrit nous soit soumis à notre prochaine réunion de décembre.
- 5. Nous accueillons avec satisfaction le début du retrait des troupes soviétiques d'Afghanistan, après plus de huit années d'occupation. Nous espérons que les accords de Genève marqueront l'amorce d'un processus qui permettra au peuple afghan d'exercer son droit à l'autodétermination et à l'Afghanistan de recouvrer sa pleine souveraineté et sa totale indépendance.
- 6. Le maintien d'une situation calme et stable dans Berlin et alentour ainsi que l'amélioration des conditions dans cette ville, comme le prévoit l'initiative actuelle sur Berlin, demeurent des éléments fondamentaux des relations Est-Ouest. Désignée par la CEE comme cité européenne de la culture pour 1988, Berlin démontrer à nouveau sa vitalité et l'attrait qu'elle exerce.
- 7. Nous apprécions très vivement l'hospitalité du gouvernement et du peuple espagnols alors que nous nous réunissons pour la première fois à Madrid. A cette occasion, nous nous félicitons à nouveau de l'appartenance de l'Espagne à l'Alliance Atlantique, qui confirme la vitalité de celle-ci. Nous appuyons aussi résolument le processus engagé en réponse aux propositions de l'Espagne en vue de définir une contribution militaire significative de ce pays à la défense commune. 8. Au terme de son mandat, nous avons rendu hommage à Lord Carrington pour la contribution remarquable qu'il a apportée à l'organisation du traité de l'Atlantique Nord. Nous lui avons exprimé note vive reconnaissance pour son engagement en faveur d'une alliance forte et unie et, par conséquent, de la cause de la paix et de la liberté.