Déclaration de M. Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication, sur l'enseignement de l'architecture et la mise en oeuvre de la réforme de l'enseignement supérieur artistique, Venise le 7 septembre 2006.

Intervenant(s) :

Circonstance : Rencontre avec le collège des directeurs des ecoles nationales supérieures d'architecture à Venise le 7 septembre 2006

Prononcé le

Texte intégral

Madame et Messieurs les Directeurs,
Chers Amis,

Je suis d'autant plus heureux de vous retrouver tous ici, aujourd'hui, au Palais Zorzi, que c'est la première fois, à l'occasion de la Biennale d'architecture, que votre collège, qui contribue à construire l'Europe de l'architecture avec vos homologues des facultés et des universités européennes, se réunit à Venise.
Je suis très heureux aussi de vous présenter Jean Gautier, directeur, adjoint auprès du directeur de l'architecture et du patrimoine, chargé de l'architecture, pour qui cette rencontre est également une première. Et je suis très heureux de saluer l'arrivée au sein de votre collège, de Jean-Marc Zuretti, qui a brillamment assumé auprès de moi la fonction de conseiller technique chargé de l'architecture, et qui vient de prendre à Lille, la succession de Bernard Welcomme. Votre nouvel interlocuteur au cabinet, n'est autre que Luc Liogier, nouveau conseiller technique chargé de l'architecture et du patrimoine.
Ce grand rendez-vous européen et international de l'architecture nous offre l'occasion idéale de nous réjouir de la pleine reconnaissance de notre enseignement de l'architecture français au sein du dispositif européen de l'enseignement supérieur, grâce à la réforme LMD que nous avons désormais accomplie et qu'il vous revient de mettre en oeuvre. Je sais toute la part que vous y avez prise, et je tiens une nouvelle fois à vous en remercier. Vous pouvez en être fier, nous pouvons en être fiers, car cette reconnaissance reflète l'importance et la qualité de l'enseignement de l'architecture délivré dans les 20 écoles françaises sous tutelle du ministère de la Culture et de la Communication.
Oui, tout au long de ces deux années d'un travail de fond sur la réforme de l'enseignement de l'architecture, je sais le rôle que chacun d'entre vous a assumé, au sein de son établissement, en menant un dialogue intelligent, ferme et fécond avec les étudiants et les enseignants, comme au niveau national, où j'ai apprécié votre exigence d'excellence et votre souci de l'intérêt général.

1 - Les missions pour l'année universitaire à venir
- Il nous appartient aujourd'hui de poursuivre la mise en oeuvre de cette réforme, qui nécessitera sans doute des réajustements après une année d'application. Elle doit être complétée par la mise en oeuvre de la formation à l'habilitation de l'architecte diplômé d'Etat à l'exercice de la maîtrise d'oeuvre en son nom propre, dans les conditions de la loi de 1977 sur l'architecture. Il n'y a pas d'enseignement supérieur fort sans une recherche dynamique.
- Aussi est-ce dans le même esprit que nous devons renforcer les politiques de recherche conduites par les écoles nationales supérieures d'architecture, qui doivent asseoir leur place au sein des écoles doctorales. Il est donc temps d'engager le débat essentiel sur l'évolution du statut des enseignants vers un statut d'enseignants-chercheurs.
- La publication des textes fondant le changement de statut administratif des établissements d'enseignement, et leur transformation en Etablissements Publics à caractère Scientifique, Culturel et Professionnel (EPSCP), est prévue avant la fin de l'année civile.
- Cette évolution sera assortie de l'adoption de nouveaux mécanismes de gestion et de contrôle, dans le cadre de la LOLF.

2 - Les éléments financiers
- Depuis deux ans, dans un contexte budgétaire difficile, j'ai tenu à donner la priorité à des mesures nouvelles pour le budget de fonctionnement des écoles, à la sanctuarisation des postes d'enseignants titulaires pour renouveler le corps enseignant dans le cadre des concours organisés annuellement, et à une politique immobilière soutenue pour offrir des conditions matérielles satisfaisantes.
Cet effort sera maintenu en 2007, pour répondre aux coûts induits par la réforme LMD (semestrialisation, jurys, nouveaux enseignants, diversification, stages).
- Je suis conscient de la difficulté liée à l'insuffisance du personnel administratif des écoles, insuffisance qui ne peut pas dans l'immédiat être corrigée par des créations d'emplois. Je souhaite en revanche procéder à un rééquilibrage de la gestion des vacances d'emplois, entre les différents établissements publics du ministère. D'ores et déjà, afin de favoriser une rentrée sereine, je vous annonce que des vacations administratives seront octroyées aux écoles proposées par la Direction de l'Administration Générale à la Direction de l'Architecture et du Patrimoine.
Je vous remercie.

Source http://www.culture.gouv.fr, le 13 septembre 2006