Interview de Mme Cécile Duflot, ministre de l'égalité des territoires et du logement, à Europe 1 le 28 mars 2014, sur la bonne tenue d'Europe Ecologie Les Verts lors du premier tour des élections municipales et l'avenir de l'accord de gouvernement entre les écologistes et les socialistes.

Texte intégral

JULIE
Contrairement aux socialistes, les Verts ont plutôt bien réussi leur premier tour des élections municipales. Mais comment se positionnent-ils pour la suite ? Quelle sera leur place lors du remaniement ? Thomas SOTTO, vous recevez tout de suite Cécile DUFLOT, ministre du Logement et pilier d'Europe écologie les Verts, pour l'Interview vérité d'EUROPE 1.
THOMAS SOTTO
Bonjour Cécile DUFLOT.
CECILE DUFLOT
Bonjour.
THOMAS SOTTO
Alors, on va évidemment parler des municipales, du remaniement, mais peut-être avant, un mot de la visite du président chinois, Xi JINPING, bien sûr François HOLLANDE lui a parlé des droits de l'homme, évidemment ça a du lui passer très haut au-dessus de la tête, au président chinois. Fallait-il, selon vous, l'accueillir avec autant de faste. Est-ce qu'il mérite vraiment tous ces honneurs ?
CECILE DUFLOT
Ecoutez, il y a un protocole dans une visite d'Etat, et c'est normal de recevoir les chefs d'Etat avec un certain protocole. Ensuite, effectivement, c'est logique et c'est une bonne chose, que l'ensemble des questions, y compris des questions qui sont des questions essentielles comme la question des droits de l'homme en particulier en Chine, soit évoquée entre les dirigeants politiques.
THOMAS SOTTO
Même si c'est un coup d'épée dans l'eau ?
CECILE DUFLOT
On ne sait jamais si c'est un coup d'épée dans l'eau. Il faut effectivement que l'ensemble des responsables politiques, notamment européens, continuent, parce que la Chine c'est un grand pays et c'est un pays qui a des liens avec... et notamment des liens commerciaux avec tous les pays. Donc, il y a forcément dans cette tension et cette relation, quelque chose qu'il faut construire. En tout cas, on ne peut pas se résoudre à ne rien faire.
THOMAS SOTTO
Alors, on va parler du remaniement, Cécile DUFLOT. Lors du Conseil des ministres de mercredi, vous avez réclamé une inflexion de la politique du gouvernement. Ce remaniement, il va venir, à quelles conditions, les Verts, vous resterez au gouvernement ?
CECILE DUFLOT
D'abord, ce que je voudrais dire, c'est que l'accord entre les écologistes et les socialistes, c'est quelque chose auquel je crois. Je pense qu'il y a une dynamique dans le rassemblement de la gauche et des écologistes. Et j'ai entendu quelqu'un en parler très bien hier, c'était Bertrand DELANOË qui a expliqué comment avait eu lieu la victoire à Paris en 2001 et comment ces 13 années avaient changé Paris. Ça ne veut pas dire que l'on est identique, mais ça veut dire qu'on peut travailler ensemble. Ça a toujours été ma stratégie, l'affirmation de l'originalité, de l'autonomie de l'écologie politique, à la nécessité d'une politique de transition écologique pour la France, mais aussi ce rassemblement. Et je le dis d'autant plus qu'on est à quelques jours du second tour, que le rassemblement s'est fait dans la plupart des communes et que bien sûr il faut élire Nathalie APPERE à Rennes, Patrick COHEN... Patrick COHEN...
THOMAS SOTTO
Non, Patrick COHEN, c'est la maison d'à côté.
CECILE DUFLOT
Oui, vous avez raison. Pierre COHEN...
THOMAS SOTTO
A Toulouse.
CECILE DUFLOT
... et je lui fais une bise au passage, à Toulouse, parce que ces municipalités font un bon travail.
THOMAS SOTTO
Mais attendez, ce pacte dont vous parlez, vous allez le renégocier avant de rentrer de nouveau dans un futur gouvernement ou vous voulez simplement que celui qui a été signé, soit appliqué ?
CECILE DUFLOT
Mais il n'y a pas de renégociations, il y a forcément une discussion, et puis surtout il y a...
THOMAS SOTTO
Il n'y aura pas de conditions préalables ?
CECILE DUFLOT
Non, mais il y a surtout le fait de tenir compte de ce qui s'est passé au premier tour, effectivement, de ces élections municipales. Il y a eu un message politique donné par les électeurs, ce serait se cacher derrière son petit doigt que de pas le voir, notamment par les électeurs de gauche, qui ont élu une majorité, un président de la République il y a un peu moins de deux ans, et qui ont, je pense, et c'est aussi, vous avez évoqué le résultat des écologistes qui ont fait, avec 11,8 %, leur meilleur résultat depuis 15 ans, dans des élections municipales, la volonté...
THOMAS SOTTO
Vous vous attendiez, sincèrement, à ces bons résultats pour les écologistes ?
CECILE DUFLOT
Je fais être franche, pas forcément, non. On a fait un pari stratégique, justement, de cet accord, de travailler ensemble, avec les socialistes, avec l'ensemble de la gauche au gouvernement, ce que d'autres n'ont pas fait. Moi je ne me résoudrai jamais à considérer qu'il faut une opposition de gauche...
THOMAS SOTTO
Il y a eu un accord.
CECILE DUFLOT
... en revanche une vraie alternative, et c'est ce que l'on voit par exemple avec Eric PIOLLE à Grenoble, on peut aussi faire différemment.
THOMAS SOTTO
Il y a eu un accord de gouvernement, mais pour autant, vous avez avalé quelques couleuvres.
CECILE DUFLOT
Lesquelles ?
THOMAS SOTTO
La loi sur la transition énergétique, on en parle...
CECILE DUFLOT
Lesquelles ? Lesquelles lesquelles ?
THOMAS SOTTO
On en parle depuis...eh bien on vient, on y vient.
CECILE DUFLOT
Parce qu'on dit souvent ça, monsieur SOTTO.
THOMAS SOTTO
On en parle maintenant, pour juin, a priori. Emmanuelle COSSE, donc la patronne des Verts, le 23 février, dans LE JOURNAL DU DIMANCHE, dit : « Si le texte de loi est mauvais – elle est donc inquiète – et ne permet pas qu'on vote, alors cela marquera notre rupture avec le gouvernement ». Est-ce que ça, par exemple cette loi sur la transition énergétique, vous allez en discuter avant de dire : « Go, on repart dans le gouvernement ? ».
CECILE DUFLOT
Je vais vous dire, c'est un vrai sujet intéressant, parce que ce n'est pas un sujet pour les écologistes, c'est un sujet pour la France, et pour les Français. Je vous donne...
THOMAS SOTTO
Mais, est-ce que vous allez l'imposer, alors ?
CECILE DUFLOT
Mais je vais vous répondre, mais attendez, je vous donne un exemple : la pollution. Depuis 20 ans, les écologistes alertent sur les dangers de la pollution, notamment aux particules fines. Sur les conséquences sur la santé des enfants, une augmentation de l'asthme, sur la nécessité de sortir des véhicules diesel, et donc notamment de faire évoluer la production, d'arrêter d'en produire, parce qu'il y a des dangers sur la santé.
THOMAS SOTTO
C'est bien, sauf qu'on est en alerte pollution aujourd'hui et qu'on n'est pas en circulation alternée, Cécile DUFLOT.
CECILE DUFLOT
Non, alors, aujourd'hui, il y a déjà des décisions qui ont été prises par la ville de Paris, la gratuité du stationnement résidentiel notamment, et dans l'accord qui a été passé entre Christophe NAJDOVSKI et Anne HIDALGO, il y a l'automaticité de la circulation alternée. Mais ça, ça n'est qu'une mesure d'urgence, c'est une certaine manière un pis-aller, le vrai sujet c'est travailler sur les racines de la pollution, pour vivre dans un environnement plus sain. C'est la même chose avec la transition énergétique. Depuis des années, les écologistes disent : « Nous devons aller vers une société plus économe en énergie, faire des économies d'énergie, et produire des énergies renouvelables ». Donc ce rendez-vous là, c'est un rendez-vous majeur pour la France, évidemment pour les écologistes.
THOMAS SOTTO
Bon, et qui pour l'instant, dans la première partie du quinquennat, n'a pas été complètement rempli, ce rendez-vous.
CECILE DUFLOT
Et le rendez-vous il est maintenant, bien sûr, ça c'est vrai, et évidemment si jamais ce projet de transition énergétique ne va pas dans le bon sens, vous imaginez bien qu'on ne peut pas compter sur le soutien des écologistes, mais ce n'est pas...
THOMAS SOTTO
Donc ça sera un cas de rupture.
CECILE DUFLOT
C'est pas que ça va nous fâcher, c'est que ce serait un ratage pour la France. Donc nous pouvons le faire, et surtout nous avons les entreprises, nous avons les capacités, la réflexion, de nous engager dans cette transition énergétique.
THOMAS SOTTO
Cécile DUFLOT, est-ce que Jean-Marc AYRAULT sera toujours Premier ministre après le remaniement ?
CECILE DUFLOT
Mais je suis absolument incapable de vous répondre à...
THOMAS SOTTO
Mais, est-ce que vous le souhaitez ?
CECILE DUFLOT
Mais la question n'est pas là, c'est une question qui est entre les mains, c'est la Vème République, on peut avoir des critiques sur la Vème République...
THOMAS SOTTO
Enfin, tout le monde donne son avis, tous ceux qui sont contre disent qu'il faut qu'il parte, est-ce que si vous êtes pour, vous pouvez le soutenir, vous.
CECILE DUFLOT
Eh bien moi, je vais vous dire, j'ai depuis longtemps eu toujours la réflexion que, y compris dans la Vème République, ce qui peut être nous a manqué dans la période qui vient de s'écouler, la capacité de travailler en équipe, ce rassemblement dans la diversité, auquel je crois, fondamentalement, parce qu'il est victorieux, il a été victorieux en 2012, il doit l'être dimanche prochain...
THOMAS SOTTO
Mais vous souhaitez que Jean-Marc AYRAULT reste ou pas ?
CECILE DUFLOT
Mais, je ne souhaite pas...
THOMAS SOTTO
Oui ou non ?
CECILE DUFLOT
Je souhaite que ce gouvernement ait entendu, que le gouvernement ait entendu le message qui est sorti des urnes dimanche dernier et qu'il aille vers une politique plus sociale, plus écologique, qu'on réponde mieux aux questions qui se posent...
THOMAS SOTTO
Ok, on va prendre la question dans l'autre sens...
CECILE DUFLOT
Je l'ai dit avant, Thomas SOTTO...
THOMAS SOTTO
On va prendre la question dans l'autre sens, puisque vous ne répondez pas,
mais...
CECILE DUFLOT
Mais si je vous réponds !
THOMAS SOTTO
Vous avez déjeuné mardi avec Manuel VALLS, est-ce que c'est vrai que vous lui avez dit que s'il entrait à Matignon, si c'était lui le Premier ministre, vous ne resteriez pas au gouvernement. Ça c'est vrai ou pas ?
CECILE DUFLOT
Alors, je ne sais pas vous, mais moi j'ai une doctrine assez simple, puisque je ne raconte pas mes discussions privées, en public.
THOMAS SOTTO
Mais vos conseillers le font.
CECILE DUFLOT
Sinon c'est des discussions publiques.
THOMAS SOTTO
Vos conseillers le font.
CECILE DUFLOT
Mais le sujet, monsieur SOTTO, ça n'est pas un petit sujet, c'est de savoir comment on répond à cette période politique. Comme on apporte des réponses de fond qui vont par exemple faire que sur des sujets qui sont des sujets majeurs, les électeurs qui ont voté, ils se posent sans doute des questions sur la politique gouvernementale mais aussi sur leur quotidien. On parlait de transition énergétique, quand on fait des économies, on peut récupérer de 50 à 300 € sur son budget mensuel.
THOMAS SOTTO
D'accord. Mais, est-ce que.
CECILE DUFLOT
Je continue...
THOMAS SOTTO
Est-ce que Manuel VALLS c'est une réponse ce message qu'on donné les Français ? Est-ce que Manuel VALLS à Matignon c'en est une ?
CECILE DUFLOT
Je continue. Quand on fait l'encadrement des loyers, la loi a été publiée mercredi dernier, et donc elle sera en application dans quelques semaines, quelques mois maintenant, notamment à Paris, et que l'on va faire baisser ¼ des loyers. Là on est utile. Et donc, ce débat-là il doit se poser... Je sais qu'on a toujours envie de polémiquer sur la polémique, de commenter le commentaire de...
THOMAS SOTTO
Pardon, je vous interromps...Non mais ce n'est pas de la polémique, c'est de la politique. Est-ce que vous, Cécile DUFLOT, compte tenu de tout ce qui vous a séparés sur différents sujets de société au cours des deux précédentes années, vous pourriez être un gouvernement dont Manuel VALLS serait le Premier ministre ?
CECILE DUFLOT
Mais, je vais vous dire une chose, la question n'est pas de se poser de cette manière là, elle peut, chacun a ses réflexions, ses convictions, ses engagements individuels, et vous savez que chez moi ils sont très forts. Et donc il y a une réflexion individuelle. Il y a aussi une réflexion collective. Je fais partie d'une famille politique, qui est celle d'Europe écologie les Verts, qui, je redis, effectivement, a reçu la confiance d'une grande partie des électeurs, et donc y accorde du prix. Et donc il faut...
THOMAS SOTTO
Donc, ça serait sans Cécile DUFLOT, mais peut-être avec les Verts, c'est ça ce que vous dites ?
CECILE DUFLOT
Mais non, mais c'est pas ça la question ! La question c'est de savoir dans quel gouvernement...
THOMAS SOTTO
Mais pourquoi vous ne répondez pas ? C'est pas compliqué !
CECILE DUFLOT
Parce que...
THOMAS SOTTO
On a entendu Manuel VALLS, il a dit dans le journal de 07h30 : « Le rassemblement de la gauche et des écologistes, c'est un talisman qu'il faut préserver ». Voilà ce qu'il dit.
CECILE DUFLOT
Oui.
THOMAS SOTTO
Ben vous lui répondez quoi ? Vous lui dites banco ?
CECILE DUFLOT
Eh bien je dis qu'il a raison.
THOMAS SOTTO
Et donc s'il est sur cette ligne-là, vous serez dans son gouvernement.
CECILE DUFLOT
Mais la question c'est pas... Alors, le talisman est une garantie de victoire, et je pense que la division est une garantie d'échec, ça c'est certain. Ensuite, je vous dis, chacun prend ses responsabilités, individuellement, et collectivement. Mais moi, ce qui me préoccupe, c'est de savoir si oui ou non, au bout de quelques années, j'aurais été utile à mon pays, utile aux habitants de ce pays, c'est ça qui m'intéresse.
THOMAS SOTTO
Vous dites « au bout de quelques années », c'est-à-dire que vous vous projetez quand même un peu dans le futur. Deux dernières questions, s'il vous plait...
CECILE DUFLOT
Ah ben de toute façon, alors ça, si vous voulez une grande révélation, je n'ai pas décidé d'arrêter la politique, au contraire, plus j'ai participé à c'est responsabilités, plus je crois que la politique, avec courage et avec détermination, peut faire changer la vie des gens, oui.
THOMAS SOTTO
Donc vous avez envie de continuer. Deux dernières questions.
CECILE DUFLOT
Je continuerais, où que ce soit, monsieur SOTTO.
THOMAS SOTTO
A Nantes, la ville de Jean-Marc AYRAULT, le sujet qui fâche – où que ce soit, on a entendu – c'est Notre-Dame-des-Landes. Il y a eu un accord de second tour Europe écologie les Verts – PS, il prévoit que la construction du site ne reprendra que lorsque tous les recours en justice déposés par les opposants seront épuisés. Ça veut dire en gros que c'est repoussé à jamais. Vous avez gagné à Notre-Dame-des-Landes, ça ne se fera pas ?
CECILE DUFLOT
Ecoutez, on a... c'est intéressant Nantes. Il y a eu une liste écologiste, c'est celle de Pascale CHIRON, qui a fait 14,5 % au premier tour, et Johanna ROLLAND, qui est la tête de liste de la liste de rassemblement, qui a fait 34,5. Elles se sont mises autour d'une table, elles ont discuté, elles ont trouvé un compromis. Vous avez effectivement résumé la position qui a été trouvée à l'issue de ce compromis. Mais l'essentiel, c'est que dimanche prochain, que Johanna ROLLAND soit maire de Nantes.
THOMAS SOTTO
On est d'accord, mais ce n'est pas – pardon – mais ce n'est pas ma question. Est-ce que...
CECILE DUFLOT
Parce que le compromis...
THOMAS SOTTO
Est-ce que dans ce compromis il y a l'enterrement en grandes pompes de Notre-Dame-des-Landes, puisque vous trouvez toujours un canard ou un vers de terre à protéger, il y a déjà une cinquantaine de procédures.
CECILE DUFLOT
Ça c'est très très méprisant pour les canards et le vers de terre.
THOMAS SOTTO
Ce n'est pas méprisant, du tout.
CECILE DUFLOT
En l'occurrence, c'est des tritons crêtés, sur Notre-Dame-des-Landes.
THOMAS SOTTO
D'accord, mais c'est de la procédure, et on sait que comme ça, ça prend des années et des années, et s'il faut attendre la fin des recours, eh bien il ne se fera pas cet aéroport.
CECILE DUFLOT
Mais, monsieur SOTTO, si vous voulez que j'essaie de défendre la pertinence de cet aéroport, alors que vous savez mon engagement et l'engagement de tous mes amis, en disant que l'on peut faire beaucoup plus utile avec l'argent public que construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes et qu'il faut l'utiliser pour développer les transports en commun, pour y compris moderniser certaines infrastructures de transport, y compris aériennes, j'en suis convaincue.
THOMAS SOTTO
Dernière question. L'OPINION raconte ce matin que le porte-parole des Verts, Julien BAYOU, a envoyé un mail avec un mode d'emploi en Pièce jointe, pour que dimanche, les électeurs écolos se prennent en photo avec un étranger non communautaire dans l'isoloir, c'est une façon de rappeler à François HOLLANDE sa promesse non tenue d'accorder le droit de vote aux étrangers. Est-ce que vous le ferez, vous, le selfie dans l'isoloir ?
CECILE DUFLOT
Euh non. D'abord je ne fais pas de selfie dans l'isoloir, je pense que c'est un clin d'oeil de Julien BAYOU, le vrai sujet c'est effectivement le droit de vote des étrangers, et moi qui ai fait campagne d'arrache-pied ces dernières semaines, je peux vous dire qu'à chaque fois ça me sert le coeur, quand des gens à qui je distribue un tract ou avec qui je parle de la vie politique municipale, disent : « Ah ben moi, vous savez, ça fait 35 ans que j'habite ici, mais je n'ai pas le droit de voter ». Je trouve qu'il faut effectivement que comme cela avait été promis et comme le président de la République l'avait annoncé, on puisse remettre ce dossier à l'ordre du jour après les municipales, comme ça personne n'aura de crainte sur l'instrumentalisation.
THOMAS SOTTO
Merci Cécile DUFLOT. Future ministre de Manuel VALLS ?
CECILE DUFLOT
Pffff.
THOMAS SOTTO
Il n'y aura pas de réponse, hein. Merci d'être venue ce matin, sur EUROPE 1, et bonne journée à vous.
Source : Service d'information du Gouvernement, le 28 mars 2014