Interview de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à ITélé le 20 juin 2014, sur le dossier Alstom, l'évolution des tarifs de l'électricité, l'écotaxe et le projet de loi sur la transition énergétique.

Texte intégral

CHRISTOPHE BARBIER
Ségolène ROYAL bonjour, bienvenue.
SEGOLENE ROYAL
Bonjour.
CHRISTOPHE BARBIER
Vous serez tout à l'heure à l'Elysée, avec d'autres ministres, pour une réunion sur le dossier ALSTOM. Alors, quelle solution préférez-vous, GENERAL ELECTRIC ou SIEMENS MITSUBISHI ?
SEGOLENE ROYAL
Ecoutez, manifestement les offres sont en train de s'améliorer.
CHRISTOPHE BARBIER
Il y a eu une surenchère de SIEMENS il y a quelques minutes.
SEGOLENE ROYAL
Ce qui prouve que le gouvernement a bien fait de vouloir y voir clair, de défendre le patriotisme économique, au sens où cette entreprise détient des savoir-faire stratégiques, et à la fois dans le domaine des transports, dans le domaine de l'énergie, dans le domaine des réseaux...
CHRISTOPHE BARBIER
Là, il faut choisir.
SEGOLENE ROYAL
Il est très important que cette entreprise ne soit pas vendue, mais que l'on puisse au contraire nouer des partenariats avec d'autres groupes industriels.
CHRISTOPHE BARBIER
Et quelle est l'offre la meilleure sur ce critère-là ?
SEGOLENE ROYAL
Nous le verrons probablement dans la journée.
CHRISTOPHE BARBIER
GENERAL ELECTRIC offre un droit de véto à l'Etat, c'est-à-dire que l'Etat aura un accès à la gouvernance. C'est important ?
SEGOLENE ROYAL
C'est ce que je viens de vous dire. Les offres s'améliorent, et notamment la question de ce que l'on appelle la gouvernance, c'est-à-dire qui va avoir réellement le pouvoir dans cette future entité, et il était très important que la France affirme sa volonté de garder le contrôle, notamment dans le domaine des turbines, puisqu'elles ont un lien aussi avec l'énergie nucléaire et pas seulement, les énergies du futur, vous savez que nous portons au gouvernement le futur modèle énergétique français, et donc nous avons besoin de garder la maitrise de ces stratégies, de ces savoir-faire, de ces technologies de ces brevets, et autant on peut imaginer un accord industriel intelligent, entre groupes venus d'autres horizons, autant il est absolument nécessaire que la France garde la maitrise des technologies du futur.
CHRISTOPHE BARBIER
L'électricité n'augmentera pas cet été, vous l'avez annoncé et le cours en Bourse d'EDF a baissé. Est-ce que vous regrettez cette décision ?
SEGOLENE ROYAL
Pas du tout. Je l'avais dit et je le fais. Je suis, vous le savez, responsable de l'énergie et nous avons décidé au gouvernement de protéger les Français contre les hausses automatiques de l'électricité, j'ai dit d'ailleurs que ces hausses étaient ressenties de façon violente par les consommateurs, et il y a 28 millions de factures d'électricité, donc avec plusieurs personnes par famille, donc ça veut dire au fond que tous les Français sont concernés par la facture d'électricité, et ma responsabilité, c'est de faire la transparence sur les coûts et sur les augmentations du prix de l'électricité...
CHRISTOPHE BARBIER
Ça veut dire qu'EDF calcule son prix dans l'opacité ?
SEGOLENE ROYAL
Ça veut dire qu'il y avait un système, en effet, qui n'était pas très transparent, que nous avons décidé de rendre transparent, donc cette réforme et en cours, il va y avoir un décret en conseil d'Etat qui va nous donner une base juridique. Il y a une commission indépendante, la commission de régulation de l'énergie, qui donnera bien évidemment son avis, et en fonction de cette réforme qu'il va maintenant... expliquer aux Français pourquoi le coût de l'énergie augmente et pourquoi le coût de l'énergie baisse, parce que ce n'est pas forcément non plus systématiquement à la hausse, à ce moment-là, au 1er octobre prochain, nous aurons les comptes sur la table, les vrais comptes de la hausse de la fabrication de l'électricité, si vous voulez, qui reflète le prix, et à ce moment-là nous prendrons une décision en toute transparence.
CHRISTOPHE BARBIER
Est-ce que vous plaiderez pour la reconduction ou pour le remplacement d'Henri PROGLIO à la tête d'EDF ?
SEGOLENE ROYAL
D'abord, je voudrais, si vous me le permettez, compléter la réponse précédente, en disant que sur un an, l'action d'EDF a augmenté de 40 %.
CHRISTOPHE BARBIER
C'est bon pour l'Etat, qui est actionnaire et puis pour les autres.
SEGOLENE ROYAL
Les Français sont actionnaires d'EDF, l'Etat ce sont les Français, donc les Français possèdent 85 % d'EDF, donc ils sont en droit de savoir et de comprendre le sens des décisions. Donc j'appelle chacun au calme, ce n'est pas la peine de faire de la spéculation, je le dis à ceux qui s'amusent avec les cours de Bourse, ce n'est pas la peine de faire de la spéculation. EDF est une magnifique entreprise, solide, qui a de la valeur et dont l'action a augmenté de 40 %.
CHRISTOPHE BARBIER
Donc on garde son patron, si l'action augmente.
SEGOLENE ROYAL
On verra. Ecoutez, on verra à ce moment-là. Vous savez, ce sont des sujets sérieux, on n'anticipe pas et on ne spécule pas non plus sur le mouvement des hommes, comme on ne spécule pas dans une grande entreprise, sur quelques actions, parce qu'il y a la transparence sur le prix de l'électricité, ce qui est une décision juste, ferme et qui sera appliquée.
CHRISTOPHE BARBIER
Quelle décision sera prise la semaine prochaine sur l'écotaxe ?
SEGOLENE ROYAL
Eh bien vous le verrez la semaine prochaine. Et comme dans tous les sujets dont j'ai la charge, dont le gouvernement m'a chargé, je travaille pour faire converger des positions qui au départ paraissent totalement antagonistes.
CHRISTOPHE BARBIER
Vous avez l'air optimiste.
SEGOLENE ROYAL
Je suis optimiste, oui, je crois que nous avons trouvé une bonne solution d'équilibre.
CHRISTOPHE BARBIER
Qui évitera de remettre la Bretagne en flammes ?
SEGOLENE ROYAL
Absolument.
CHRISTOPHE BARBIER
Les grandes lignes de votre loi sur la transition énergétique, présentée cette semaine, sont bien accueillies. Mais pourquoi ce texte ne passe pas plus vite ? Il sera adopté dans l'hiver 2015.
SEGOLENE ROYAL
Mais nous allons accélérer les choses, maintenant que le texte est stabilisé. Comme je le disais à l'instant sur l'autre sujet que vous évoquez, nous avons réussi, grâce à un travail patient, en écoutant tout le monde, conformément à ma façon de faire de la politique qui est d'écouter les protagonistes, de dégager des points de convergence, de convaincre chacun que nous sommes au service de notre pays, qu'il s'agit d'engager la France dans un nouveau modèle énergétique, qui va permettre de faire des économies d'énergie, non seulement pour le pays, notre facture énergétique est quand même de 65 milliards, vous imaginez, si on pouvait baisser la dette de 65 milliards en économisant et en n'important plus ou presque plus d'énergie, mais en la produisant sur notre territoire grâce à l'énergie solaire, à l'énergie éolienne, etc. …
CHRISTOPHE BARBIER
Donc on peut l'adopter avant...
SEGOLENE ROYAL
... et aux économies d'énergie. Eh bien écoutez, ce serait quand même formidable, et baisser aussi la facture des Français en économisant l'énergie, c'est la priorité de ce projet, c'est donner les moyens aux français de faire les travaux d'économie d'énergie et de dire à tous ceux qui construisent, de construire des bâtiments à énergie positive, c'est-à-dire qui produisent...
CHRISTOPHE BARBIER
Avec un avantage fiscal garantit pour les Français ?
SEGOLENE ROYAL
Avec un avantage fiscal...
CHRISTOPHE BARBIER
On ne va pas vous le reprendre dans la loi de finance ?
SEGOLENE ROYAL
On ne reprendra rien du tout, les décisions sont prises, il y a un avantage fiscal pour les Français qui vont s'engager à compter du 1er septembre au 31 décembre 2015 à faire des travaux d'économie d'énergie dans leur logement, les toitures, les façades, les portes, les portes fenêtres etc., et donc cet avantage fiscal est de 8 000 € de baisse d'impôts, pour une personne seule, de14 000 € pour un couple. Il a été simplifié, il faut que les Français s'engagent, il faut que l'on crée des emplois dans les filières du bâtiment, chez les artisans du bâtiment qui demandent à avoir des commandes et c'est pour ça aussi que ces dispositions financières sont prises. Il va y avoir aussi l'autorisation pour les régions de faire ce que l'on appelle le tiers financeur, c'est-à-dire l'avance des fonds, et quand on n'a pas l'argent pour faire les travaux, c'est compliqué, donc les régions qui ont créé des sociétés d'avance de fonds de tiers financeurs, comme la région Ile-de-France, comme la région Poitou-Charentes...
CHRISTOPHE BARBIER
Vont pouvoir commencer les crédits.
SEGOLENE ROYAL
Vont pouvoir faire l'avance des fonds, plus le prêt à taux zéro des banques, qu'elles vont être sommées maintenant de débloquer, puisque les banques ont eu les moyens de faire des prêts à taux zéro pour les travaux, d'économie d'énergie et pour les énergies renouvelables. Ces taux sont actuellement bloqués, j'ai simplifié les procédures des banques pour qu'elles réalisent ce qu'elles ont promis, c'est-à-dire 100 000 prêts à taux zéro.
CHRISTOPHE BARBIER
La grève continue dans le rail, est-ce que les cheminots CGT en font trop ?
SEGOLENE ROYAL
Je le pense. Je crois maintenant que toutes les garanties leur ont été données, le Parlement a ajouté en plus une disposition qui leur garantit l'unité de l'entreprise, les usagers ont subi beaucoup de soucis, de préjudices dans leur vie quotidienne, il faut maintenant que cette grève s'arrête, que le travail reprenne, d'autant que le gouvernement a un vrai souci de protection de service public, fait l'unité justement de l'entreprise pour qu'elle soit plus performante, plus productive, et plus protectrice des salariés, et donc il faut maintenant se remettre au travail et cesser de porter préjudice aux usagers d'un grand service public qui, comme son nom l'indique, doit être au service du public.
CHRISTOPHE BARBIER
Les festivals auront lieu aussi en Poitou-Charentes, on pense aux Francofolies de La Rochelle...
SEGOLENE ROYAL
Et aux Nuits romanes.
CHRISTOPHE BARBIER
Les intermittents ne se verront pas appliquer le nouveau régime, l'Etat prendra en charge le manque à gagner pour l'UNEDIC ; la CGT rejette cette solution, que lui sites-vous ?
SEGOLENE ROYAL
Je lui dis que le gouvernement fait un gros effort, que la culture est une priorité. Vous savez, une société qui vit sans culture est une société qui s'appauvrit, qui se délite, qui devient violente. La culture c'est ce qui fait aussi la fierté de la France et le rayonnement de la France, et...
CHRISTOPHE BARBIER
Il faut tenir les festivals.
SEGOLENE ROYAL
Et qu'il faut tenir les festivals, qui sont une merveille sur l'ensemble de tous nos territoires, urbains et ruraux.
CHRISTOPHE BARBIER
Jacques TOUBON ferait-il un bon Défenseur des droits ou pensez-vous qu'il faut retirer sa candidature, vue la polémique ?
SEGOLENE ROYAL
Je ne veux pas me prononcer sur cette candidature...
CHRISTOPHE BARBIER
Vous le connaissez.
SEGOLENE ROYAL
Je ne veux pas me prononcer, il y a des... Vous savez, moi j'ai des principes très simples et il y a des... quand il y a des responsables chargés d'une décision, c'est à eux de les prendre. L'Assemblée nationale, la commission de l'Assemblée nationale va...
CHRISTOPHE BARBIER
Va décider.
SEGOLENE ROYAL
Va décider, va s'exprimer, et voilà...
CHRISTOPHE BARBIER
Et si vous étiez aujourd'hui au Conseil d'Etat, est-ce que vous décideriez la fin de la vie de Vincent LAMBERT ou on continue à le soigner ?
SEGOLENE ROYAL
Je ne suis pas au Conseil d'Etat, je ne fais pas de politique fiction. Donc ce sont des sujets difficiles et moi je fais toute confiance à ceux qui ont la charge de cette décision pour prendre la meilleure décision possible.
CHRISTOPHE BARBIER
On découvre chaque jour les dérapages financiers de la campagne de SARKOZY en 2012. En 2007, c'était votre adversaire, est-ce que vous aviez eu l'impression qu'il dépensait sans compter, déjà ?
SEGOLENE ROYAL
Oui, je pense qu'il dépensait déjà sans compter, mais peu importe, je veux dire, c'est le passé.
CHRISTOPHE BARBIER
On pourrait peut-être regarder les comptes de 2007.
SEGOLENE ROYAL
Non, enfin, je veux dire... Mais je crois que d'ailleurs il y a des enquêtes sur les comptes de 2007, vous le savez, c'est vrai que c'était quelque chose d'incroyable, mais peu importe. 2007, la page est tournée.
CHRISTOPHE BARBIER
Ségolène ROYAL, merci, bonne journée.Source : Service d'information du Gouvernement, le 23 juin 2014