Message de Mme Ségolène Royal, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, à la veille du vote solennel à l'Assemblée nationale du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, à Paris le 13 octobre 2014.

Texte intégral

A la veille de la séance solennelle qui verra, j'en suis sûre, l'Assemblée nationale adopter la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, je voudrais vous dire combien ce bel aboutissement est aussi le début d'une mobilisation accrue de toutes les forces vives de notre pays –citoyens, entreprises, territoires– auxquelles ce texte donne le pouvoir d'agir plus vite et plus fort pour améliorer la vie de chacun et inventer ensemble notre futur.
Cette loi que j'ai portée et défendue devant le Parlement, nous l'avons construite ensemble et c'est ensemble que nous allons lui donner sa pleine portée opérationnelle et toute sa force d'entraînement.
Ma gratitude va aujourd'hui à toutes celles et tous ceux qui ont pris part à son élaboration et l'ont enrichie chemin faisant.
Merci aux territoires dont tant de réalisations exemplaires ont inspiré ce que la loi, forte de cette politique par la preuve, va permettre d'amplifier pour changer d'échelle et accélérer le mouvement.
Longtemps présidente d'une Région qui a fait, depuis 10 ans, de l'excellence environnementale sa priorité et connaissant la créativité des territoires dans toutes les régions, je suis heureuse que le moment soit venu de généraliser ces bonnes pratiques.
Merci aux entreprises françaises, grandes et petites, dont 75 % disent compter sur la transition énergétique pour innover et gagner en compétitivité. Des filières industrielles d'avenir aux artisans du bâtiment, les contributions de ces professionnels ont permis d'identifier les blocages à lever et les procédures à simplifier pour libérer les initiatives, stimuler la diffusion de l'efficacité énergétique et hâter la montée en puissance des énergies renouvelables en créant des emplois non délocalisables.
Merci aux associations et aux ONG dont l'engagement, la vigilance, la capacité d'expertise et de proposition ont nourri un dialogue renforcé qui s'est également poursuivi avec les membres du Conseil national de la transition écologique et du Conseil économique, social et environnemental, dont j'ai tenu à intégrer nombre de préconisations.
Merci à tous les parlementaires qui se sont investis dans les travaux de la Commission spéciale de l'Assemblée nationale, présidée par François Brottes et épaulée par ses cinq rapporteurs, puis dans la discussion en séance publique du projet de loi. Nous avons passé ensemble, jour et nuit, bien des heures de travail passionnantes et constructives, qui ont permis d'enrichir le texte soumis à la représentation nationale.
J'ai tenu à être à l'écoute de tous les points de vue, attentive à ce qui pouvait les rapprocher, dans le respect des convictions de chacun et sans gommer artificiellement les différences d'approche mais avec le souci de trouver des points de convergence à la mesure de ce grand enjeu d'intérêt national et au service de tous les Français.
C'est ainsi, je le crois, que nous sommes parvenus à un texte d'équilibre qui n'oppose pas les énergies les unes aux autres.
Cette loi co-construite est le fruit d'un travail intense, qui tient compte de tous les travaux engagés depuis plusieurs années. J'ai eu à coeur de le piloter avec la conviction que nous allions doter la France d'un texte majeur pour l'avènement non seulement d'un nouveau modèle énergétique mais, plus largement, d'un nouveau modèle de développement et de société qui va permettre à notre pays de tirer pleinement parti de ses atouts pour devenir une puissance écologique de premier plan et créer 100.000 emplois attendus dans les principales filières directement concernées.
Au moment où cette loi fondatrice d'un nouvel élan économique est sur le point d'être adoptée, je tenais à dire ma reconnaissance à toutes les parties prenantes de la croissance verte qui se sont activement impliquées.
Ma fierté du travail accompli ensemble.
Ma certitude qu'il s'agit là d'un moment historique pour notre pays car cette loi, qui fixe des objectifs ambitieux, à court et moyen terme, et met en place des outils opérationnels accessibles à chacun, va créer une dynamique, déjà perceptible sur le terrain, qui constitue le levier de sortie de crise le plus rapide et le plus efficace.
La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte n'est pas une fin mais un commencement.
C'est une loi de mobilisation qui appelle chacune et chacun d'entre nous à s'emparer des moyens d'agir qu'elle met en place pour qu'ensemble, nous transformions nos façons de produire, de consommer, de nous déplacer, de nous loger et saisissions la chance d'une croissance durable qui améliore concrètement la vie quotidienne de chacun tout en protégeant mieux notre planète.
Demain, une trentaine de représentants des « Familles à énergie positive », qui ont réussi à baisser leurs factures en économisant l'énergie et en pilotant plus efficacement leur consommation, seront invités dans les tribunes de l'Assemblée. Leur présence marquera cette priorité à la citoyenneté énergétique à laquelle je suis très attachée et que la loi va étendre.
La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, c'est aussi :
- une loi dont la raison d'être est de permettre à chacun de se mobiliser,
- une loi qui met les citoyens aux manettes et leur donne le pouvoir d'agir,
- une loi qui libère la créativité et les initiatives des Français.
Une loi qui, à rebours de tous les défaitismes, vous fait confiance et vous aide concrètement à prendre les choses en mains.
Car c'est vous qui allez être les premiers acteurs de cette grande mobilisation nationale dont la loi donne le signal, l'horizon et les moyens.
Je sais que nous en sommes capables. Et que nous serons ainsi au niveau pour accueillir à Paris la conférence sur le Climat de décembre 2015.
Parce que j'ai mené, depuis plus d'un quart de siècle et bien sûr avec d'autres, ce beau combat pour l'environnement qui franchit aujourd'hui une étape décisive.
Parce que ce texte et plus encore les actions qu'il va permettre de décupler fédèrent, bien au-delà des étiquettes, un très grand nombre de volontés convergentes qui vont entraîner le pays dans une mutation énergétique et écologique bénéfique pour chacun.
Alors oui, je suis heureuse que la France fasse le choix d'une croissance verte à la fois audacieuse et pragmatique, dont les résultats seront l'oeuvre de tous les Français.
Chacun, là où il vit, peut y contribuer.
Les grands investissements que l'Etat encourage comme les éco-gestes de tous les jours feront la réussite de cette grande mobilisation citoyenne car, comme le disait Aimé Césaire, «il y a de la grandeur dans les petites choses, à condition qu'à l'horizon, il y ait un but ».
C'est désormais le cas.
Le top départ est donné.
Mettons-nous en mouvement et prenons les moyens de vivre mieux, dans un pays qui reprend son destin énergétique en mains.Source http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 15 octobre 2014