Intervention de M. Jacques Chirac, Président de la République, sur les attentats terroristes contre les tours du World Trade Center à New York et le Pentagone à Washington, Rennes, le 11 septembre 2001.

Intervenant(s) :

Circonstance : Attentats terroristes aux Etats-Unis par avions suicide contre les tours du World Trade Center à New York, le Pentagone (Département de la Défense) à Washington et en Pennsylvanie, le 11 septembre 2001

Prononcé le

Texte intégral

Monsieur le Président,
Mesdames, messieurs,
J'étais venu ici avec une grande joie parce qu'il s'agit d'un superbe projet initié à l'origine par le Conseil Général de ce Département. Je me réjouissais à la fois de visiter cette réalisation, de féliciter toutes celles et tous ceux qui ont participé et de souhaiter bon vent, bonne chance, bon épanouissement personnel à chacune et à chacun des élèves qui bénéficient de cet enseignement.
Mais vous avez probablement appris dans la demi-heure qui vient de s'écouler les drames qui se passent actuellement, avec les attaques terroristes dont les Etats Unis sont l'objet. Nous suivons depuis une demi-heure les événements, naturellement, de minute en minute, et je suis dans l'obligation absolue de regagner immédiatement mon bureau à Paris. Je vais donc vous demander l'autorisation de vous quitter.
C'est en effet avec une immense émotion que la France vient d'apprendre ces attentats monstrueux - il n'y a pas d'autre mot - qui viennent de frapper les Etats-Unis d'Amérique.
Dans ces circonstances effroyables le peuple français - je tiens à le dire ici -tout entier, et aux côtés du peuple américain. Il lui exprime son amitié et sa solidarité dans cette tragédie.
J'assure naturellement le Président George W. BUSH de mon soutien total.
La France a, vous le savez, toujours condamné et condamne sans réserve le terrorisme et considère qu'il faut lutter contre le terrorisme par tous les moyens.
Voilà les raisons pour lesquelles je vous demande de bien vouloir m'excuser, étant obligé de rentrer immédiatement à Paris.
Je vous remercie.